Commission de l'océan Indien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir COI.

Commission de l'océan Indien
Commission de l'océan Indien (logo 2, 2012).png
Carte de l'organisation
  •      États membres de la Commission
  • Situation
    Région Océan Indien
    Création 1984
    Siège Ebène_(ville) (Maurice)
    Langue français, anglais
    Organisation
    Membres Comores, Madagascar, Maurice, France (Région Réunion), Seychelles
    secrétaire général Hamadi Madi Boléro

    Site web commissionoceanindien.org

    La Commission de l'océan Indien (COI) est une organisation intergouvernementale créée en 1982 à Port-Louis de l'île Maurice et institutionnalisée en 1984 par l'Accord de Victoria (Seychelles). Elle réunit cinq pays de la région océan Indien occidental : Union des Comores, France (au titre de La Réunion), Madagascar, Maurice, Seychelles.

    Seule organisation régionale d’Afrique composée exclusivement d’îles, elle défend les spécificités de ses Etats membres sur les scènes continentale et internationale. En effet, les Etats insulaires sont particulièrement vulnérables aux chocs externes, qu’ils soient économiques et financiers, climatiques et écologiques, alimentaires et énergétiques. La COI a donc pour mission de fédérer les forces, de mutualiser les moyens, de sensibiliser aux défis particuliers des îles en développement ou encore de promouvoir l’Indianocéanie, cette région d’une diversité humaine, culturelle et naturelle unique.

    La COI donne corps à la solidarité régionale grâce au soutien actif d’une dizaine de partenaires internationaux qui financent et appuient ses projets de coopération.

    Historique[modifier | modifier le code]

    La COI est créée en 1982 à Port-Louis par les ministres des Affaires étrangères de Maurice, de Madagascar et des Seychelles.

    En 1984, l'Accord général de coopération signé à Victoria (Seychelles), institutionnalise l'organisation.

    En 1986, les Comores et la France, au titre de La Réunion, intègrent l'organisation.

    Dès le début des années 1990, la COI met en œuvre des projets de coopération en matière de gestion et de préservation de l'environnement avec le soutien de l'Union européenne et de la coopération française. Au fil des projets, la COI acquiert une expertise reconnue dans les domaines de la gestion des milieux marins et côtiers, des pêches ou encore de la préservation de la biodiversité.

    Au début des années 2000, la COI porte un plaidoyer constant en faveur des besoins spécifiques des îles en développement, notamment dans les conférences organisées par les Nations unies.

    En septembre 2005, la COI demande le statut d'observateur auprès de l'assemblée générale des Nations unies.

    En 2016, la République populaire de Chine devient le premier membre observateur de l'organisation. Elle est suivie en 2017 par l'Organisation internationale de la Francophonie, l'Ordre de Malte et l'Union européenne.

    Le portefeuille de projets de la COI s'est considérablement élargi : stabilité politique, santé publique, genre, mobilité, entrepreneuriat, infrastructures, connectivité régionale (numérique, aérienne, maritime), négociations commerciales, sécurité maritime, sécurité alimentaire et développement agricole, pêche et surveillance des pêches, lutte contre le changement climatique, gestion durable des zones côtières, gestion des déchets, utilisation des technologies d'observation de la terre pour le suivi de l'environnement, énergies renouvelables, culture...

    La COI compte une dizaine de partenaires techniques et financiers au premier rang desquels l'Union européenne et l'Agence française de développement.

    Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

    Objectifs[modifier | modifier le code]

    La COI réalise des projets de coopération, notamment dans les domaines de l’environnement, de la coopération maritime et de la santé. En février 2009, ses membres ont conduit une mission d’observation, à Madagascar, et ont fait part de leur disponibilité pour une médiation politique. La COI a activement participé à la médiation internationale de sortie de crise à Madagascar jusqu'en 2013.

    États membres[modifier | modifier le code]

    Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]