Office européen des brevets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Office européen des brevets
OEB.svg
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
(en) EPOVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Forme juridique
Siège social
Pays
Langues
Organisation
Effectif
6 801Voir et modifier les données sur Wikidata
Président
Organisation mère
Organisation européenne des brevets (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Budget
2 144 000 000 euro ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Le siège de l'Office à Munich.

L’Office européen des brevets (OEB ; en anglais : European Patent Office, EPO ; en allemand : Europäisches Patentamt) est une organisation qui accorde des brevets au niveau européen. Son siège se trouve à Munich, en Allemagne. Il possède également un département dans la commune de Ryswick aux Pays-Bas, ainsi qu'une annexe à Berlin et des bureaux à Vienne et Bruxelles.

Créé par la Convention sur la délivrance des brevets européens le , il est l'organe exécutif de l'Organisation européenne des brevets[1], une organisation intergouvernementale créée sur la base de la Convention sur le brevet européen[2].

Le président de l'OEB depuis le est le Portugais António Campinos[3], ex-directeur de l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'office européen des brevets est complètement autonome financièrement. Seules les taxes payées par les demandeurs de brevets servent à financer l'organisation. Aucune subvention nationale ni communautaire n'est perçue.

L'office européen des brevets emploie environ 7 000 personnes, dont 4 000 examinateurs. Les examinateurs sont des ingénieurs/docteurs trilingues (anglais-allemand-français) dont le rôle est d'examiner la conformité des demandes de brevets à la Convention sur le brevet européen, en particulier ses articles 52, 54 et 56 : pour être brevetée, une invention doit être nouvelle (ne pas exister au moment du dépôt du brevet) et inventive (ne pas être suggérée dans l'état de la technique ou en être dérivable de façon évidente par un homme du métier dépourvu de capacité inventive).

Pays membres[modifier | modifier le code]

Au , 38 États sont membres de l'OEB :

États membres de l'Office européen des brevets

États autorisant l'extension des brevets :

États autorisant la validation des brevets :

Composition et fonctionnement de l'OEB[modifier | modifier le code]

Procédure[modifier | modifier le code]

Le panneau à l'entrée du bureau de Munich dans les trois langues officielles.

Pour obtenir un brevet européen, la procédure est la suivante :

Déposer une demande de brevet européen

Ceci peut se faire directement auprès de l'OEB à Munich, de son département à La Haye, ou bien auprès d'un service compétent d'un État membre si sa législation le permet (par exemple l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) en France).

La demande doit contenir une requête en délivrance, une description pouvant être accompagnée de dessins, au moins une revendication et un abrégé. Elle doit être rédigée dans l'une des trois langues officielles de l'OEB (français, anglais ou allemand). Toutefois, il est possible de déposer une demande dans certaines autres langues européennes et de déposer par la suite une traduction en français, anglais ou allemand[4].

Des taxes de dépôt et de recherche doivent être acquittées auprès de l'OEB dans un délai d'un mois.

Examen de dépôt

La section de dépôt de l'OEB effectue un examen préliminaire et formel de la demande.

Recherche d'antériorité

Une division de recherche de l'OEB (en général composée d'un examinateur) reçoit la demande et effectue une recherche d'antériorité (en). Cela consiste à chercher parmi l'ensemble des documents publiés avant la date de dépôt ceux qui s'approchent le plus de l'invention décrite dans la demande. Les résultats font l'objet d'un rapport de recherche qui est envoyé au demandeur et qui est aussi publié avec la demande.

Publication

La demande est publiée environ 18 mois après la date de dépôt ou la date de priorité le cas échéant.

Examen quant au fond

Il revient au demandeur de formuler une requête d'examen, et de payer la taxe correspondante. Une division d'examen de l'OEB (en général composée de trois examinateurs) détermine, au vu des documents trouvés lors de la recherche et de tout autre document pouvant apparaître au cours de la procédure, si les revendications de la demande satisfont aux critères de brevetabilité de la Convention sur le brevet européen (principalement : nouveauté, activité inventive et clarté).

Le demandeur et la division d'examen échangent leurs points de vue par écrit. Une procédure orale est également possible. Le texte des revendications peut être modifié lors de cette phase de la procédure. En fin de compte, la division d'examen décide la délivrance ou le refus de la demande. La demande peut également être abandonnée par le demandeur, de manière explicite (demande de retrait) ou par inaction (défaut de paiement de taxes de renouvellement ou absence de réponse à une communication de la division d'examen).

Délivrance, possibilité d'opposition

En cas de délivrance, le brevet est publié. Le texte publié peut différer de celui de la demande initiale afin de tenir compte des éléments apparus au cours de l'examen. Un brevet correspondant peut alors être obtenu dans un ou plusieurs des états membres. Selon les législations nationales, il peut s'agir d'une simple formalité administrative ou d'une procédure plus complexe, certains pays imposant en particulier la traduction du brevet dans leur langue nationale.

Dans un délai de neuf mois à partir de la date de publication de la spécification, une opposition peut être déposée auprès de l'OEB par une ou par plusieurs personnes physiques ou morales.

Dans le cas d'une opposition, une division d'opposition de l'OEB (en général composée de trois examinateurs) étudie les arguments et éventuels documents supplémentaires fournis par chacune des parties. La communication se fait principalement par écrit, une procédure orale pouvant également avoir lieu. À l'issue de la procédure, la division d'opposition décide du maintien du brevet tel que publié, de son refus, ou de son maintien sous une forme modifiée. Après le délai de neuf mois suivant la publication du brevet, il n'est plus possible de s'opposer à un brevet européen. Il est cependant possible de s'attaquer au brevet dans chaque État membre où il a été transformé en brevet national.

Possibilité de recours

Pour chaque décision prise par l'OEB au cours de la procédure, il est possible de déposer un recours. Ce dernier est étudié par une chambre de recours. L'OEB comporte plusieurs chambres de recours spécialisées par domaines techniques. Elles font partie d'une direction indépendante au sein de l'OEB. Là encore, les arguments sont exposés par écrit et éventuellement au cours d'une procédure orale.

La chambre de recours décide de maintenir ou de casser la décision qui fait l'objet du recours. Elle peut ensuite renvoyer l'affaire à l'instance compétente pour suite à donner.

Service Espacenet de recherche de brevets[modifier | modifier le code]

L'OEB offre gratuitement accès à sa collection de documents brevets (plus de 90 millions en 2015), par le service Espacenet accessible directement à partir de son site officiel.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

D'après les statistiques de l'Office européen des brevets les demandes de brevets d'invention par million d'habitants étaient en 2018 de :
Rang Pays Nombre de brevets demandés
par million d'habitants
1 Drapeau de la Suisse Suisse 956
2 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 416
3 Drapeau du Danemark Danemark 411
4 Drapeau de la Suède Suède 403
5 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 332
6 Drapeau de la Finlande Finlande 312
7 Drapeau de l'Autriche Autriche 261
8 Drapeau de la Belgique Belgique 204
9 Drapeau du Japon Japon 179
10 Drapeau d’Israël Israël 173
11 Drapeau de l'Irlande Irlande 158
12 Drapeau de la France France 153
13 Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 142
14 Drapeau des États-Unis États-Unis 132
15 Drapeau de la Norvège Norvège 114
16 Drapeau de Porto Rico Porto Rico 111
17 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 88
18 Drapeau de Singapour Singapour 87
19 Drapeau de Taïwan Taïwan 75
20 Drapeau de l'Italie Italie 71
21 Drapeau de la Slovénie Slovénie 47
22 Drapeau du Canada Canada 44
23 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 43
24 Drapeau de l'Australie Australie 42
25 Drapeau de Chypre Chypre 41
26 Drapeau de l'Estonie Estonie 37
27 Drapeau de l'Espagne Espagne 36
28 Drapeau de la Tchéquie République tchèque 23
29 Drapeau du Portugal Portugal 21
30 Drapeau de Hong Kong Hong Kong 16

Selon l’Office européen des brevets (OEB), la Suisse est de loin le pays qui recense le plus de demandes de brevets par habitants, les principales déposants étant certains grands groupes et les universités[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « EPO - Gouvernance », sur epo.org (consulté le 9 février 2020)
  2. « L'OEB en bref », sur epo.org (consulté le 14 janvier 2020).
  3. « Président António Campinos », sur epo.org (consulté le 14 janvier 2020).
  4. « Article 14 Langues de l'Office européen des brevets, des demandes de brevet européen et d'autres pièces », sur epo.org, Office européen des brevets (consulté le 14 janvier 2020).
  5. Rebecca Garcia, La Suisse est toujours reine des brevets par habitant, 12 mars 2019.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]