Groupe UDI, Agir et indépendants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Groupe UDI, Agir et indépendants
Image illustrative de l’article Groupe UDI, Agir et indépendants
Chambre Assemblée nationale
Législature(s) XVe législature
(Cinquième République)
Fondation
Partis membres Union des démocrates et indépendants
Agir
Calédonie ensemble
Tapura Huiraatira
Les Républicains
Président Jean-Christophe Lagarde
Représentation
28 / 577
Idéologie Centrisme
Libéralisme
Europhilie
Fédéralisme européen

Le groupe UDI, Agir et indépendants[1] (abrégé en UAI), anciennement groupe Les Constructifs : républicains, UDI, indépendants[2] (abrégé en LC), souvent dénommé plus simplement Les Constructifs ou Les Constructifs-UDI, est un groupe parlementaire[3] à l'Assemblée nationale, constitué le 27 juin 2017 par des membres de l'ancien groupe de l'Union des démocrates et indépendants et des membres des Républicains (considérés comme dissidents par leur parti).

Le groupe est actuellement présidé par Jean-Christophe Lagarde (UDI) ce dernier étant le président officiellement déclaré par le groupe auprès de l'Assemblée nationale, après avoir été coprésidé par Franck Riester, devenu membre du Gouvernement.

Historique[modifier | modifier le code]

Création, positionnement[modifier | modifier le code]

Sa constitution est annoncée le 21 juin 2017 par Thierry Solère et Jean-Christophe Lagarde pour rassembler les députés qui « prônent une attitude constructive vis-à-vis des réformes dont le pays a besoin qui seront proposées par le gouvernement »[4],[5].

Le groupe s'est déclaré comme membre de l'opposition parlementaire et revendique un positionnement à droite et au centre de l'échiquier politique. Ses responsables ont indiqué que le groupe n'adopterait pas de position commune lors du vote de confiance au Gouvernement Philippe II, ses membres étant libres de s'abstenir ou de voter la confiance.

« Nous, élus de la droite et du centre, avons décidé de travailler de façon constructive, libre et responsable avec le gouvernement.
Ensemble nous voulons que la France réussisse sa modernisation pour ne plus perdre de temps et adapter enfin notre pays à un monde en perpétuelle mutation.
Nous espérons transcender durablement les vieux clivages politiques, moderniser l'action publique et retisser le lien de confiance indispensable entre le citoyen et l'élu, tant nous sommes persuadés qu'il est crucial de régénérer notre vie démocratique.
(...)
Face aux populismes et aux radicalismes de tous crins, nous voulons mobiliser les bonnes volontés afin de défendre notre mode de vie tolérant et bienveillant en faisant prospérer l'héritage républicain fondé sur la liberté, l'égalité et la fraternité. »

— Déclaration constitutive du groupe (extraits), 27 juin 2017 [1]

Premier logotype du groupe « Les Constructifs » avant son changement de nom en novembre 2017.

Dans sa déclaration constitutive, les membres du groupe se présentent également notamment comme des « européens convaincus », « partisans d'une société libérale », « adeptes des valeurs de laïcité, de responsabilité et du mérite républicain », « en faveur de l'égalité des hommes et des femmes et le respect des minorités », « soucieux du devenir de la planète » et « ouverts au monde ».

Laure de La Raudière, candidate du groupe à la présidence de l'Assemblée nationale, a obtenu 34 voix lors du scrutin du 27 juin 2017.

Leur positionnement administratif comme groupe de l'opposition a permis à Thierry Solère d'obtenir le poste de questeur traditionnellement alloué à l'opposition[6].

À la rentrée 2017, le groupe est l'objet de tensions internes, les députés UDI déplorant de voir le groupe LREM ne traiter qu'avec l'équipe de Thierry Solère et de Franck Riester, une «  bande  » où «  tous veulent être ministre »[7].

À la suite du départ de Thierry Solère et de la création du parti politique Agir, le groupe change son organisation et sa dénomination à l'occasion de sa réunion du 28 novembre 2017. Il s'intitule désormais « groupe UDI, Agir et indépendants », et est coprésidé par Jean-Christophe Lagarde et Franck Riester[8].

Vote des membres du groupe lors de scrutins importants[modifier | modifier le code]

Lors du vote de confiance au gouvernement Philippe II, 12 députés votent pour la confiance, 23 s'abstiennent[9],[10].

Composition[modifier | modifier le code]

Effectifs et dénomination lors de sa composition[modifier | modifier le code]

Année Nom Nombre
de membres
Nombre
d’apparentés
Nombre
de députés
Évolution Pourcentage
2017 Les Constructifs : républicains, UDI, indépendants
UDI, Agir et indépendants
34 1 35 6,07 %

Liste des présidents du groupe sous la Ve République[modifier | modifier le code]

Liste des présidents de groupe successifs
Période Identité Parti Qualité
en fonction Franck Riester[11] LR puis Agir Député, réélu dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne (depuis 2007)
Maire de Coulommiers (de 2008 à 2017)
Stéphane Demilly[11] UDI-CENT (ex-NC) Député, réélu dans la 5e circonscription de la Somme (depuis 2002)
Maire d'Albert (de 1989 à 2017)
en fonction Jean-Christophe Lagarde UDI-FED Député, réélu dans la 5e circonscription de la Seine-Saint-Denis (depuis 2002)
Maire de Drancy (de 2001 à 2017)

Membres[modifier | modifier le code]

Nom Parti Circonscription
Sophie Auconie UDI-FED 3e circonscription d'Indre-et-Loire
Olivier Becht Agir 5e circonscription du Haut-Rhin
Thierry Benoit UDI 6e circonscription d'Ille-et-Vilaine
Pierre-Yves Bournazel Agir, LR 18e circonscription de Paris
Guy Bricout UDI 18e circonscription du Nord
Paul Christophe Agir, LR 14e circonscription du Nord
Stéphane Demilly UDI-CENT puis UDI 5e circonscription de la Somme
Béatrice Descamps SE puis UDI 21e circonscription du Nord
Frédérique Dumas UDI 13e circonscription des Hauts-de-Seine
Philippe Dunoyer CE, UDI 1re circonscription de Nouvelle-Calédonie
Agnès Firmin-Le Bodo LR puis Agir 7e circonscription de la Seine-Maritime
Philippe Gomès CE, UDI 2e circonscription de Nouvelle-Calédonie
Meyer Habib UDI 8e circonscription des Français établis hors de France
Antoine Herth Agir, LR 5e circonscription du Bas-Rhin
Laure de La Raudière Agir, LR 3e circonscription d'Eure-et-Loir
Jean-Christophe Lagarde UDI-FED 5e circonscription de la Seine-Saint-Denis
Vincent Ledoux Agir, LR 10e circonscription du Nord
Maurice Leroy UDI-CENT puis UDI 3e circonscription de Loir-et-Cher
Lise Magnier Agir, LR 4e circonscription circonscription de la Marne
Pierre Morel-À-L'Huissier LR 1re circonscription de la Lozère
Christophe Naegelen DVD 3e circonscription des Vosges
Franck Riester LR puis Agir 5e circonscription de Seine-et-Marne
Maina Sage TH, UDI 1re circonscription de la Polynésie française
Nicole Sanquer TH, UDI 2e circonscription de la Polynésie française
Francis Vercamer UDI-CENT puis UDI 7e circonscription du Nord
André Villiers UDI-CENT puis UDI 2e circonscription de l'Yonne
Jean-Luc Warsmann LR 3e circonscription des Ardennes
Michel Zumkeller UDI-Rad. puis UDI 2e circonscription du Territoire de Belfort

Étiquettes[modifier | modifier le code]

Les deux principales formations politiques, l'UDI et Les Républicains, dont étaient membres les députés lors de la constitution du groupe ont connu, depuis, des scissions. Des députés membres (ou exclus) de LR ont créé Agir (qui autorise la double appartenance). A la suite du départ de Parti radical, puis de Les Centristes / Nouveau Centre de l'UDI, des députés membres de l'UDI l'ont quittée ou y sont restés, au détriment de leur parti d'origine. Dans certains cas, des doubles adhésions sont tolérées (LR n'a prononcé l'exclusion que des personnalités occupant des fonctions de responsabilité (ex. Franck Riester) au sein du groupe) ou des situations non clarifiées en l'état des sources disponibles (députés CENT qui n'ont pas exprimé clairement leur choix). Par ailleurs, le MRSL autorise une adhésion associée (membre sans droit de vote aux scrutin interne) et CENT n'ont pas exprimé leur position sur ce point.

Parti/étiquette politiques Nombre de députés
Union des démocrates et indépendants (dont Force européenne démocrate) 12
Agir 9
Calédonie ensemble (mouvement associé à l'UDI) 2
Tapura Huiraatira (mouvement associé à l'UDI) 2
Divers droite 1
Seulement membres des Républicains 2

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « A l'Assemblée, les Constructifs laissent place à "UDI, Agir et Indépendants" », sur LExpress.fr (consulté le 28 novembre 2017)
  2. « 1 », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  3. « Les groupes politiques - Assemblée nationale », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 23 juin 2017)
  4. « Scission chez Les Républicains : Solère crée un groupe des "constructifs LR-UDI" », La Tribune.fr,‎ (lire en ligne)
  5. « Une quarantaine de députés LR et UDI forment un groupe «constructif» et indépendant », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  6. Europe 1 28 juin 2017 La grosse manœuvre des Constructifs et de LREM pour chiper la questure de l'assemblée à Eric Ciotti
  7. Olivier Pérou et Hugo Domenach, « Les constructifs au bord de la rupture », lepoint.fr, 6 octobre 2017.
  8. « (Compte Twitter officiel) @yvesjego : «Heureux que le groupe #LesConstructifs @AssembleeNat devienne désormais le groupe « UDI, Agir et Indépendants » co-présidé par @jclagarde et @franckriester» », sur Twitter, (consulté le 28 novembre 2017)
  9. (en) « scrutin2017_07_04 », sur Scribd (consulté le 5 juillet 2017)
  10. « Élocution de Stéphane Demilly lors du vote de confiance », sur Assemblée nationale (consulté le 15 septembre 2017)
  11. a et b « Riester (LR) et Demilly (UDI) élus co-présidents du groupe “Constructifs” à l'Assemblée », lcp.fr,‎ (lire en ligne)
  12. « (Compte Twitter) «@RichardFerrand Avec élégance et responsabilité @solere92 indique qu’il rejoint notre groupe et quittera la questure fin 2017 @CNEWS @JP_Elkabbach @LaREM_AN Bienvenu !» », sur Twitter - compte officiel de Richard Ferrand, 28 novembre 2017, 07:41 (consulté le 28 novembre 2017)
  13. « Les Républicains : Marine Brenier quitte Les Constructifs », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  14. Fatima Maniulua, « Sylvain Brial élu député de Wallis et Futuna - wallis et futuna la 1ère », Wallis et Futuna La Première,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]