Arnaud Richard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arnaud Richard
Illustration.
Arnaud Richard en 2018.
Fonctions
Député de la 7e circonscription des Yvelines

(7 ans et 15 jours)
Législature XIIIe, XIVe (Cinquième République)
Prédécesseur Pierre Cardo
Successeur Michèle de Vaucouleurs
Conseiller régional d'Île-de-France
En fonction depuis le
Biographie
Date de naissance (48 ans)
Lieu de naissance Rouen (Seine-Maritime)
Nationalité Française
Diplômé de Université Paris 1 et ESSEC

Arnaud Richard, né le à Rouen, est un homme politique français. Conseiller régional d'Île-de-France, Arnaud Richard est député des Yvelines de 2010 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un commerçant normand et d'une infirmière, il est né et a vécu à Rouen. Il obtient un diplôme en économie, complété par un DEA d'Analyse économique des décisions publiques et un diplôme à l'ESSEC. Il est marié et père de trois enfants.

Il se passionne très tôt pour l'action publique et s’investit dès son entrée à l'université en tant que représentant des étudiants, comme responsable associatif, puis comme élu local.

Après avoir participé à la campagne victorieuse de Jacques Chirac en 1995, il travaille durant trois ans à l'Assemblée nationale comme collaborateur parlementaire, puis pendant trois ans au sein d'une organisation professionnelle du bâtiment.

De 2002 à 2009, il est membre des différents cabinets ministériels de Jean-Louis Borloo comme conseiller parlementaire.

À ses côtés, il participe à la construction du plan de cohésion sociale, à la naissance du programme national de rénovation urbaine, à l'augmentation massive de la dotation de solidarité urbaine, aux programmes de réussite éducative et enfin au Grenelle de l'environnement. Au cours de ces 7 années de collaboration, il acquiert une compétence opérationnelle reconnue en matière de logement et d'hébergement par sa nomination par le Président de la République au sein du HCLPD en 2014 et en 2017[1].

En 2007, il est élu suppléant Pierre Cardo, député de la 7e circonscription des Yvelines[2].

En 2009, il rejoint la Caisse des dépôts en tant que responsable des relations institutionnelles.

En juin 2010, à la suite de la prolongation par le Premier ministre de la mission parlementaire sur le Grenelle de la mer, il succède à Pierre Cardo.

En 2010, fort de son expérience en matière de logement, Il est désigné représentant de l'Assemblée au sein du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE) présidé par Étienne Pinte[3], organisme placé auprès du Premier Ministre. Il travaille dès lors et conjointement avec la Cour des comptes, dans le cadre du Comité d'évaluation et de contrôle de l'Assemblée nationale, à un rapport parlementaire sur l'hébergement d'urgence qui sera publié en 2012 et permettra de faire évoluer les lois sur l’hébergement.

Il est le seul membre de son groupe de la Commission d'enquête sur le financement des syndicats à voter pour la publication du rapport Perruchot[4]. Le rapport sera mis en ligne par Le Point en février 2012[5].

Il est réélu député de la 7e circonscription des Yvelines en juin 2012[6]. Il est membre de la Commission des affaires sociales et de la Commission des affaires européennes. Il est Secrétaire de la Commission spéciale chargée de vérifier et d’apurer les comptes de l'Assemblée et représentant de son groupe ("Whip") au sein de ces Commissions.

En 2014[7], il est nommé par décret du président de la République au Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD), il y est renouvelé par décret du 25 avril 2017[8].

En 2015, après la publication de son rapport de contrôle sur l'asile et les débats de retranscription de la directive européenne sur le droit d'asile, il est nommé en 2015 représentant de l'Assemblée nationale au Conseil d'administration de l'Office français de l'intégration et de l'immigration[9] (OFII).

En 2015, il est élu conseiller régional d'Île-de-France. Il se voit confier la délégation à l’économie sociale et solidaire (ESS)[10], délégation qu'il quitte à sa demande à partir de mars 2018.

En septembre 2017, il réintègre la CDC[11].

Depuis décembre 2017, il travaille avec l'ancien ministre d’État Jean-Louis Borloo sur la mission confiée par le président de la République sur la relance de la politique de la ville.

Depuis janvier 2018, il est juge-assesseur à la Cour nationale du droit d'asile[12] (CNDA), fonction qu'il quitte le 6 avril 2018 en présentant sa démission à la Présidente de la CNDA.

Depuis le 15 mars 2018, il est directeur général de l'association Coallia.

Travaux parlementaires[modifier | modifier le code]

Auteur de plusieurs rapports parmi lesquels :

Il s'est investi sur des enjeux sociaux pour lesquels il n'était pas toujours en phase avec l'ensemble de sa famille politique :

  • contre la déchéance de nationalité considérant qu'il s'agissait d'un écran de fumée médiatique sans réalité juridique (les apatrides ayant aussi des droits)[13]
  • contre les dons d'organes sans le consentement des personnes[14]
  • pour le don du sang pour tous[15]
  • pour le soutien aux vieux chibanis (depuis la loi Borloo qu'il a contribué à faire voter)[16]
  • pour la défense de la loi Evin[17]
  • pour redonner du sens au droit d'asile[18]

Propositions de loi[modifier | modifier le code]

Arnaud Richard est l'auteur des propositions de loi :

XIIIe Législature (2010-2012)[modifier | modifier le code]

  • no 4324 visant à renforcer la contribution de solidarité aux travailleurs durablement privés d'emploi versée par les députés, en application des dispositions de la loi no 82-939 du 4 novembre 1982 relative à la contribution exceptionnelle de solidarité[19]

XIVe Législature (2012- 2017)[modifier | modifier le code]

  • no 1062 visant à étendre l'obligation de neutralité aux structures privées accueillant des enfants[20]
  • no 1063 visant à ouvrir la possibilité aux entreprises d'inscrire dans leur règlement intérieur le principe de laïcité[21]

Classement d'activité parlementaire[modifier | modifier le code]

Avec 3140 interventions orales[22], 58 propositions de loi[22], 4413 amendements[22] et 12 rapports d'information[22], Arnaud Richard est classé 2e député le plus actif de France sur le mandat 2012-2017 par Capital[23].

Controverse[modifier | modifier le code]

  • Le site d'information en ligne Mediapart lui a reproché d'avoir continué à occuper un emploi à temps partiel à la Caisse des dépôts et consignations pendant quatre mois après son élection. Les auteurs de l'article font remarquer que les activités de la caisse des dépôts et consignations sont soumises au contrôle parlementaire : l'activité du député entrant selon eux sous le régime du conflit d'intérêt[24].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 31 janvier 2014 portant nomination au Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (lire en ligne)
  2. « M. Arnaud Richard : Assemblée Nationale », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 13 mai 2017)
  3. « Crise de l'hébergement d'urgence », France terre d'asile,‎ (lire en ligne)
  4. « Le rapport sur le financement des syndicats n’a pas été adopté ? Que cache-t-il ? - réalité ou illusions perdues ? », Blog,‎ (lire en ligne)
  5. [PDF] Le Point.fr: Rapport Perruchot
  6. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2012 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__LG2012 (consulté le 13 mai 2017)
  7. Décret du 31 janvier 2014 portant nomination au Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (lire en ligne)
  8. Décret du 25 avril 2017 portant nomination au Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées (lire en ligne)
  9. « L'Organisation de l'OFII | OFII », sur ofii.newkom.biz
  10. « Arnaud Richard, délégué spécial à l'Économie sociale et solidaire | Avise.org », sur www.avise.org
  11. Code du travail - Article L3142-83 et suivants (lire en ligne)
  12. Arrêté du 18 décembre 2017 portant nomination d'assesseurs à la Cour nationale du droit d'asile (lire en ligne)
  13. Arnaud Richard, « Réforme de la Constitution »,
  14. Arnaud Richard, « #LoiSanté du prélèvement au don d'organes »,
  15. « #LoiSanté don du sang »,
  16. « Compte rendu de réunion de la commission des affaires sociales », sur www.assemblee-nationale.fr
  17. « L'Assemblée assouplit l’interdiction de la publicité sur l’alcool », LCP,‎ (lire en ligne)
  18. Arnaud Richard, « Asile - question au gouvernement », (consulté le 11 mars 2018)
  19. « Proposition de loi N° 4324 visant à renforcer la contribution de solidarité aux travailleurs durablement privés d'emploi versée par les députés, en application des dispositions de la loi n°82-939 du 4 novembre 1982 relative à la contribution exceptionnelle de solidarité - », sur NosDéputés.fr (consulté le 13 mai 2017)
  20. « N° 1062 - Proposition de loi de M. Arnaud Richard visant à étendre l'obligation de neutralité aux structures privées accueillant des enfants », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 13 mai 2017)
  21. « Proposition de loi N° 1063 visant à ouvrir la possibilité aux entreprises d'inscrire dans leur règlement intérieur le principe de laïcité », sur NosDéputés.fr (consulté le 13 mai 2017)
  22. a b c et d « Site internet du député Arnaud Richard », sur Arnaud Richard | Député des Yvelines (consulté le 15 mai 2017)
  23. « Les députés qui bossent et ceux qui glandent… notre classement », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017)
  24. Un député UMP, ancien conseiller de Borloo, est pris en plein conflit d'intérêts, Mediapart, 26 septembre 2010, consulté le 15 février 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]