Bertrand Pancher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pancher.

Bertrand Pancher
Illustration.
Bertrand Pancher en 2017.
Fonctions
Co-président du groupe Libertés et territoires à l'Assemblée nationale
En fonction depuis le
(11 mois et 5 jours)
Avec Philippe Vigier
Législature XVe
Prédécesseur Groupe créé
Député de la 1re circonscription de la Meuse
En fonction depuis le
(12 ans, 3 mois et 2 jours)
Élection 17 juin 2007
Réélection 17 juin 2012
18 juin 2017
Législature XIIIe, XIVe et XVe
Groupe politique UMP (2007-2012)
UDI (2012-2017)
LC (2017)
UAI (2017-2018)
LT (depuis 2018)
Prédécesseur François Dosé
Maire de Bar-le-Duc

(5 ans, 8 mois et 27 jours)
Prédécesseur Jean Bernard
Successeur Martine Huraut

(3 ans, 2 mois et 25 jours)
Prédécesseur Nelly Jacquet
Successeur Martine Joly
Président de la communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse

(3 ans, 2 mois et 22 jours)
Prédécesseur Nelly Jacquet
Successeur Martine Joly
Président du conseil général de la Meuse

(3 ans)
Prédécesseur Roger Dumez
Successeur Christian Namy
Conseiller général de la Meuse
élu dans le canton de Bar-le-Duc-Nord

(11 ans, 11 mois et 28 jours)
Prédécesseur Jean Bernard
Successeur Roland Corrier
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Saint-Mihiel (Meuse)
Nationalité Française
Parti politique RAD-UDI (jusqu'en 2017)
MRSL (depuis 2017)
Profession Directeur du développement

Bertrand Pancher, né le à Saint-Mihiel (Meuse), est un homme politique français. Actuellement membre du Mouvement radical, il est député.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bertrand Pancher est titulaire d'une licence en droit et maîtrise en sciences économiques.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

À la suite de la nomination de Gérard Longuet comme ministre délégué à La Poste et à France Telecom en , il devient membre de son cabinet jusqu'à la démission du gouvernement le .

Il se présente aux élections municipales de 1989 à Bar-le-Duc, mais il perd face au maire sortant Jean Bernard (PS)[1]. Après 6 ans dans l'opposition municipale, il est élu maire de Bar-le-Duc aux élections municipales de juin 1995.

Il devient conseiller général du canton de Bar-le-Duc-Nord en et vice-président du Conseil général de la Meuse en . En , alors juste réélu à la mairie de Bar-le-Duc, il cède son siège à son adjointe Martine Huraut (UMP) pour pouvoir devenir Président du Conseil général de la Meuse.

Membre de l'UDF puis de l'UMP[2], il rejoint le Parti radical dirigé par Jean-Louis Borloo en .

De 2003 à 2005, il est conseiller chargé de la démocratie participative et du débat public auprès du Ministre de l'Écologie.

Il ne retrouve pas son poste de conseiller général aux élections cantonales de 2004, les Barisiens n'ayant pas apprécié son choix en 2001 d'abandonner son poste de maire pour celui de président du conseil général.

Il est élu député le , pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la 1re circonscription de la Meuse en battant, au deuxième tour, Thibaut Villemin (PS) avec 53,97 % des suffrages. Il succède ainsi à François Dosé (PS) qui ne se représentait pas. Il est réélu le . À l'Assemblée nationale, il est membre de la Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire.

Après son élection, il participe aux travaux du Grenelle de l’environnement, en tant que membre du Groupe V « Construire une démocratie écologique », chargé de réfléchir à la gouvernance environnementale dans le cadre de la phase préparatoire du Grenelle. La mise en œuvre des conclusions du groupe de travail a ensuite favorisé sa nomination par le Premier ministre comme parlementaire en mission auprès de Jean-Louis Borloo, chargé de travailler à l’élaboration de critères de représentativité des acteurs environnementaux. Le , après avoir été co-rapporteur sur le projet de loi Grenelle II, il est désigné par la commission développement durable et de l’aménagement du territoire, rapporteur pour le suivi de la mise en application du texte. Il rend un rapport d’information sur ce sujet en février 2012. En , il présente au président Nicolas Sarkozy un rapport sur la démocratie écologique afin d’améliorer le dialogue environnemental en France que celui-ci lui avait confié.

Après avoir représenté l’Assemblée nationale lors de la Conférence sur le climat à Durban en décembre 2011, il a représenté le groupe Union des démocrates et indépendants lors de la conférence environnementale qui se tient à Paris en septembre 2012. À partir du , il fait partie de l'équipe resserrée du Contre-Gouvernement de l'UDI, chargé des Territoires et du développement durable[3] ; il est responsable du pôle écologie.

Il se présente aux élections municipales de 2014 et devient le nouveau maire de Bar-le-Duc le [4]. Le , il prend la présidence de la Communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse[5].

Réélu aux élections législatives de , Bertrand Pancher démissionne de ses mandats de maire de Bar-le-Duc et de président de la communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse conformément aux lois du sur le non-cumul des mandats[6]. Sa 2e adjointe, Martine Joly, le remplace à ces postes[7].

Fin octobre 2017, il relaie à l'Assemblée nationale, avec des députés LR, un amendement portant sur la fiscalité des entrepôts et fourni par le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises[8],[9],[10].

À la formation du Mouvement radical, social et libéral, il devient délégué national du parti à la démocratie participative[11].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses activités politiques, de 1990 à 2003, il crée et a dirigé la société Archimest, spécialisée dans le stockage et la gestion d'archives. Il crée aussi l'association Décider Ensemble dont il est le Président du conseil d'administration. L'association a pour objet de promouvoir et de développer une culture commune du dialogue et de la concertation en matière de préparation et de prise des décisions[12].

Détails des fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

À l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Conseil général
Mairie
Intercommunalité

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Démocratie apaisée : ces hirondelles qui annoncent le printemps, de Bertrand Pancher

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Portrait de Bertrand Pancher », sur Politiquemania (consulté le 8 avril 2014)
  2. « La tentation Jean-Louis Borloo », sur L'Est républicain (consulté le 8 avril 2014)
  3. « Fiche d'identité du contre-gouvernement », sur le site de l'UDI (consulté le 8 avril 2014)
  4. « Bâtisseur et fédérateur », sur L'Est Républicain, (consulté le 4 avril 2014)
  5. « Du pain sur la planche », sur L'Est Républicain, (consulté le 15 avril 2014)
  6. François-Xavier Grimaud, « Le successeur de Bertrand Pancher désigné le 29 juin », sur L'Est républicain, (consulté le 5 septembre 2017).
  7. François-Xavier Grimaud, « L'Agglo après la mairie pour Martine Joly », (consulté le 6 septembre 2017).
  8. « Quand le Medef livre des amendements clé en main aux députés LR et Modem », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  9. « Ces amendements "made in" Medef présentés par les députés », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2017)
  10. « Assemblée nationale ~ PLF POUR 2018(no 235) - Amendement no 293 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 22 novembre 2017)
  11. http://lemouvementradical.fr/lequipe-nationale/
  12. « Objectifs de l'association Décider Ensemble », sur le site de l'association (consulté le 8 avril 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]