Michel Zumkeller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michel Zumkeller
Illustration.
Michel Zumkeller au meeting de soutien à Christophe Grudler pour les élections municipales de 2014, à Belfort.
Fonctions
Député de la 2e circonscription
du Territoire de Belfort
En fonction depuis le
(16 ans, 1 mois et 22 jours)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
17 juin 2012
18 juin 2017
Législature XIIe, XIIIe, XIVe et XVe
Groupe politique UMP (2002-2012)
UDI (2012-2017)
LC (depuis 2017)
Prédécesseur Jean-Pierre Chevènement (MDC)
Maire de Valdoie
Élection 16 mars 2008
Réélection 23 mars 2014
Prédécesseur Robert Bolle Reddat (PS)
Successeur Corinne Coudereau (UDI)
Secrétaire général de l'UDI
chargé de la vie des fédérations
En fonction depuis le
(3 ans, 8 mois et 7 jours)
Avec Brigitte Fouré
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Belfort (Territoire de Belfort)
Nationalité Française
Parti politique PR (1996-1997)
DL (1997-2002)
UMP (2002-2004)
Rad. (2004-2012)
UDI - Rad. (2012-2017)
UDI (depuis 2017)

Michel Zumkeller, homme politique français, né le à Belfort (Territoire de Belfort).

Biographie[modifier | modifier le code]

Adhérant en 1996 au Parti républicain (PR), il est membre du bureau du Territoire de Belfort. Le parti devenu Démocratie libérale en juin 1997, il prend la présidence départementale. Il est le leader de l’opposition municipale à Valdoie, commune proche de Belfort, dès mars 2001.

Candidat en 1998 aux cantonales, il est battu. À l’automne 2000, la suppléante de Jean-Pierre Chevènement démissionne pour lui permettre de retrouver l’Assemblée. Michel Zumkeller est le candidat de droite à la législative partielle et est battu (16,82 % et 34,02 % aux deux tours).

Comptable, il quitte en 2001 la société de sérigraphie qu’il a créée pour se consacrer plus largement à la politique.

Il est élu député le , pour la XIIe législature (2002-2007) de la 2e circonscription du Territoire de Belfort (2e). En tête au premier tour (25,6 % contre 21,6 %), il bat de 1864 voix (53,4 %) Jean-Pierre Chevènement. Il est membre du groupe UMP et de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales de l'Assemblée nationale. Il préside du groupe d’amitié France-Danemark, est vice-président du groupe d’études pour les personnes âgées, membre du groupe d’étude sur la chasse, du groupe d’étude sur les contrefaçons et de la mission d’information sur l’amiante.

Il est sur la liste UMP de Jean-François Humbert aux régionales battue au second tour par celle (PS) de Raymond Forni. En mars 2004, candidat aux cantonales de Valdoie, il est battu (46,44 % des voix) par Yves Ackermann, maire PS, qui devient président du conseil général.

Il rejoint le Parti radical valoisien en 2004 dont il devient secrétaire national. Il est proche de l'association Vivent les femmes et de Action Droits de l'Homme dirigée par Françoise Hostalier et parraine un prisonnier politique cubain.

Il est réélu député le , pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort où de nouveau, il bat Jean-Pierre Chevènement. Il a pour suppléante Emmanuelle Trova-Lacorre.

Il est de nouveau réélu député de cette circonscription le face à Etienne Butzbach.

Le 16 mars 2008, il est élu Maire de Valdoie.

Il est membre du groupe d'études sur le problème du Tibet de Assemblée nationale[1].

Le 18 septembre 2012, il annonce sa participation au bureau national de l'Union des démocrates et indépendants en tant que secrétaire national au commerce, aux PME et à l’artisanat. Il quitte alors le groupe parlementaire de l'UMP pour rejoindre celui de l'UDI, qu'il avait refusé de rejoindre en juin, craignant « un petit combat des chefs à 15 »[2].

Lors des élections municipales de 2014 pour la mairie de Valdoie, Michel Zumkeller (UDI) est réélu pour un nouveau mandat en battant dès le premier tour son rival socialiste Olivier Domon (PS) avec 65,54 % des suffrages avec sa liste Valdoie Pour Vous.

Il est depuis le 3 décembre 2014, le nouveau secrétaire général de l'UDI, poste qu'il partage avec la moriniste modérée Brigitte Fourré.

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016.

Fin octobre 2017, il relaie à l'Assemblée nationale, avec des députés LR, un amendement portant sur la fiscalité des entrepôts et fourni par le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises[3],[4].

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Mandat en cours[modifier | modifier le code]

  • Député du Territoire de Belfort
  • Secrétaire général de l'UDI

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Groupe d'études sur le problème du Tibet
  2. Blog de « France 3 Franche Comté »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. « Quand le Medef livre des amendements clé en main aux députés LR et Modem », Challenges,‎ (lire en ligne)
  4. « Ces amendements "made in" Medef présentés par les députés », Marianne,‎ (lire en ligne)