Francis Hillmeyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francis Hillmeyer
Image illustrative de l'article Francis Hillmeyer
Fonctions
Député de la 6e circonscription du Haut-Rhin

(16 ans, 11 mois et 25 jours)
Élection
Réélection
Groupe politique UDF (2000-2007)
NC (2007-2012)
UDI (2012-2017)
Prédécesseur Jean-Jacques Weber (UDF)
Successeur Bruno Fuchs (LREM)
Maire de Pfastatt
En fonction depuis le
(22 ans, 5 mois et 21 jours)
Prédécesseur André Lichtle
Biographie
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Mulhouse (Haut-Rhin)
Parti politique NC/UDI
Profession Journaliste reporter-photographe

Francis Hillmeyer est un homme politique français né le à Mulhouse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francis Hillmeyer est journaliste reporter-photographe de formation. Élu conseiller municipal de sa commune, PFASTATT, en 1983. Adjoint en 1989, maire en 1995.

Il a été élu député de la 6e circonscription du Haut-Rhin le , lors d'un élection législative partielle, en remplacement de Jean-Jacques Weber déchu de son mandat. Il a été réélu le pour la XIIe législature (2002-2007). De 2000 à 2007, il était membre du groupe UDF à l'Assemblée nationale.

Après avoir soutenu François Bayrou au premier tour de l'élection présidentielle de 2007, il annonce son ralliement à la candidature de Nicolas Sarkozy pour le second tour. En désaccord avec la stratégie de François Bayrou, il quitte l'UDF et est un des membres fondateurs du Nouveau Centre. Il est réélu le député dès le premier tour avec le score de 50,36 % devant Antoine Homé (PS) 23,04 %, Martine Binder (FN) 8,72 % et Raphaëlle Vaginay (MoDem) 6,56 %.

En 2012, il est réélu député avec 44,11 % des voix au second tour, devant Malika Schmidlin-Ben M'Barek (PS) avec 32,56 % et Martine Binder (FN) avec 23,34 %[1]. Secrétaire de l'Assemblée nationale depuis le : 01/10/2015 avec les Délégations du Bureau : chargé des activités internationales - chargé de l'application du statut du député - chargé des représentants d'intérêt et des groupes d'étude. Il est membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées. Membres des Missions d'information sur : Les Enjeux industriels et technologiques du renouvellement des deux composantes de la dissuasion - Le rôle de la Marine nationale en Méditerranée. Il participe à différents Groupes d'études : Co-Président Industrie aéronautique - Vice-Président des groupes d'études sur les Energies - L'Industrie du drone - Internet et société numérique - Région du Kurdistan irakien - Membre des groupes d'études : sur l'Automobile, les Chrétiens d'Orient, la Filière brassicole, les Gaz de schiste, la Protection des animaux, le Tourisme, les Zones et travailleurs frontaliers, les Îles d'Amérique du Nord et Clipperton. [Assemblée nationale - http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA216574]

Il est membre du groupe d'études sur le problème du Tibet de l'Assemblée nationale[2].

Il est juge à la Cour de Justice de la République de 2002 à 2012, juge suppléant jusqu'en juin 2017. Élu par ses pairs Membre de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN.

En 2014, il se voit critiquer pour avoir usé de sa réserve parlementaire en faveur de l'Association d'entraide des Marocains du Haut-Rhin à hauteur de 5 000 €[3].

Il soutient Alain Juppé pour le premier tour de la primaire présidentielle des Républicains de 2016 et François Fillon au second tour[4].

Il est éliminé dès le premier tour des élections législatives du 10 juin 2017. Il n'arrive qu'en troisième position derrière Bruno Fuchs de la République en Marche et Sylvain Marcelli du Front National.

Mandats politiques nationaux[modifier | modifier le code]

Mandats politiques locaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]