Rudy Salles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salles.
Rudy Salles
Rudy Salles
Rudy Salles
Fonctions
Député des Alpes-Maritimes
Élu dans la 3e circonscription

(29 ans et 7 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur aucun (création)
Successeur Cédric Roussel
Conseiller régional de PACA

(5 ans, 2 mois et 1 jour)
Élection 28 mars 2004
Successeur Daniel Mansanti

(6 ans et 5 jours)
Élection 16 mars 1986
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Nice (Alpes-Maritimes)
Parti politique Nouveau Centre (UDI)
Profession Avocat

Rudy Salles est un homme politique français, né le à Nice (Alpes-Maritimes).

Après avoir été successivement membre du Parti républicain, du Pôle républicain indépendant et libéral puis de l'Union pour la démocratie française, il est membre du Nouveau Centre depuis 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat de profession, il entre tôt en politique en devenant conseiller municipal de Nice en 1983. Il occupe ce mandat jusqu'en 1995.

Il est élu une première fois au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur de 1986 à 1992. Il y siège à nouveau entre 2004 et 2009.

Le , il est élu pour la première fois député de la troisième circonscription des Alpes-Maritimes dont il est le premier et seul élu depuis le redécoupage des circonscriptions électorales de 1986.

Le , il est réélu pour la XIIe législature (2002-2007) en battant au deuxième tour Isabelle Gérard (FN) avec 71,00 % des suffrages. Il fait alors partie du groupe parlementaire UDF. Au cours de ce mandat, il fut vice-président de l'Assemblée nationale du 26 juin 2002 au 30 septembre 2004.

Après avoir fait campagne pour l'UDF en 2007, il n'a pas suivi François Bayrou dans la création du MoDem et annonce qu'il votera pour Nicolas Sarkozy au second tour du scrutin présidentiel de 2007. Néanmoins, le MoDem ne présente pas de candidat contre lui aux élections législatives de juin 2007, alors qu'il se présente avec l'étiquette du Nouveau Centre - Majorité présidentielle.

Le , il est réélu dès le premier tour pour un cinquième mandat de député avec 56,65 % des suffrages. Il siège depuis dans le groupe Nouveau Centre. Le , il est élu vice-président de l'Assemblée Nationale. Il est membre de la commission des affaires étrangères. Il est également Président de la Délégation chargée de l'informatique et des nouvelles technologies et membre des délégations suivantes : délégation chargée de l'application du statut du député, délégation chargée de la communication audiovisuelle et de la presse et délégation chargée des activités internationales.

Élu sur la liste de Christian Estrosi aux élections municipales de 2008 à Nice, il est adjoint au maire, chargé du tourisme et des affaires internationales[1].

Il est à nouveau réélu député en juin 2012. Il siège alors dans le groupe UDI comme l'ensemble des élus du Nouveau Centre[2]. Il est vice-président du Groupe d'amitié France-Suède.

En 2016, il est chargé par Manuel Valls, en compagnie de Jérôme Durain, de « définir un cadre législatif et réglementaire favorisant le développement des compétitions de jeux vidéo en France ». Le rapport remis par les deux parlementaires en préconise notamment de « définir un vrai cadre pour les compétitions online et offline », « créer une commission spécialisée rattachée au CNOSF », « donner un vrai statut aux joueurs » à travers un CDD sportif, « protéger les jeunes joueurs » à travers diverses mesures et « favoriser le recrutement de joueurs étrangers »[3]. Cette mission débouche sur une participation au projet de loi pour une République numérique, qui est adopté en première lecture au Sénat le 3 mai, avec 323 voix pour et 1 voix contre[4],[5]. La loi reconnait officiellement dans son chapitre 4 section 2 la pratique du jeu vidéo en compétition en France, ainsi qu'un statut officiel aux joueurs professionnels[6].

Il soutient Nicolas Sarkozy au premier tour de la primaire présidentielle des Républicains de 2016[7]. Il soutiendra ensuite François Fillon pour le second tour de la primaire présidentielle des Républicains de 2016[8].

Il fait partie de la direction de Les Centristes à la suite de la fusion du Nouveau Centre et des « Bâtisseurs de l'UDI » en décembre 2016[9].

Pour saluer publiquement le départ de la benjamine de l'Assemblée nationale, Marion Maréchal-Le Pen, son adversaire politique qui se retire un moment de la région PACA afin de pouvoir élever sa fille, il s'exprime ainsi : « Bon débarras ! »[10] (9 mai 2017).

Il est éliminé dès le premier tour, le 11 juin 2017.

Mandats[modifier | modifier le code]

Député
  • 12/06/1988 - 01/04/1993 : député de la 3e circonscription des Alpes-Maritimes
  • 02/04/1993 - 21/04/1997 : député de la 3e circonscription des Alpes-Maritimes
  • 01/06/1997 - 18/06/2002 : député de la 3e circonscription des Alpes-Maritimes
  • 19/06/2002 - 19/06/2007 : député de la 3e circonscription des Alpes-Maritimes
  • 20/06/2007 - 19/06/2012 : député de la 3e circonscription des Alpes-Maritimes
  • Depuis le 20/06/2012 : député de la 3e circonscription des Alpes-Maritimes
Conseiller régional
Conseiller municipal
Adjoint au Maire de Nice
  • Depuis le  : adjoint au maire de Nice, chargé du tourisme, des affaires internationales et de l'animation des quartiers
Conseiller délégué de la Métropole Nice Côte d'Azur
  • Président de la Commission du Tourisme, des Relations internationales et du Sport.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Trombinoscope sur le site de la Mairie de Nice
  2. http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/LG2012/006/00603.html
  3. Alix DULAC, « eSport : ce que le gouvernement souhaite mettre en place », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté en novembre 2016)
  4. « Projet de loi pour une République numérique - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 12 mai 2016)
  5. « Manuel Valls veut des compétitions de jeux vidéo en France », sur Europe 1.fr, (consulté en novembre 2016)
  6. « Loi numérique - Section 4 : Compétitions de jeux vidéo », sur legifrance.gouv.fr, (consulté en novembre 2016)
  7. « Rudy SALLES s'engage dans la campagne de la Primaire ouverte de la Droite et du Centre », sur Rudy Salles - Député des Alpes-Maritimes et Adjoint au Maire de Nice, (consulté le 13 juin 2017)
  8. « Soutiens UDI à Fillon : "Pourquoi nous allons voter pour François Fillon au deuxième tour de la primaire de la droite et du centre" », bienpublic.com, 23 novembre 2016.
  9. « LC, comité exécutif »
  10. « Rudy Salles on Twitter », Twitter,‎ (lire en ligne)