Grand-Brassac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grand-Brassac
Grand-Brassac
Le village de Grand-Brassac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Brantôme
Intercommunalité Communauté de communes du Pays ribéracois
Maire
Mandat
Philippe Boismoreau
2014-2020
Code postal 24350
Code commune 24200
Démographie
Population
municipale
529 hab. (2015 en augmentation de 0,38 % par rapport à 2010)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 39″ nord, 0° 28′ 43″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 211 m
Superficie 31,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Grand-Brassac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Grand-Brassac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand-Brassac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand-Brassac

Grand-Brassac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Dronne marque la limite entre Bourdeilles et Grand-Brassac.

Localisée au nord-ouest du département de la Dordogne, la commune de Grand-Brassac est arrosée à l'est par la Dronne, et, sur quelques dizaines de mètres, par son affluent l'Euche au niveau de leur confluence.

L'altitude minimale, 73 mètres, se situe à l'est, là ou la Dronne quitte la commune et continue à s'écouler sur celle de Lisle. Le point culminant avec 211 mètres se trouve en deux endroits, au nord-ouest, au lieu-dit le Colombier[1] et à environ un kilomètre à l'est du bourg de Grand-Brassac[2]

Établi dans un vallon et desservi par la route départementale 1, le bourg de Grand-Brassac est situé, en distances orthodromiques, douze kilomètres à l'est-nord-est de Ribérac et quinze kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Brantôme.

La commune est également traversée par les routes départementales 93 et 103.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Grand-Brassac est limitrophe de onze autres communes, dont Creyssac et Bourdeilles, à l'est, sur une courte distance.

Communes limitrophes de Grand-Brassac
Chapdeuil,
Bourg-des-Maisons
Saint-Just Paussac-et-Saint-Vivien
Celles Grand-Brassac Creyssac,
Bourdeilles
Saint-Victor Montagrier Lisle,
Tocane-Saint-Apre

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Brassac viendrait d'un nom de personnage gaulois Biracius et du suffixe -acum, indiquant le « domaine de Biracius »[3]. Les premières mentions écrites du village remontent au XIIIe siècle sous la forme Brassacum puis « Brassac » au siècle suivant[3]. Sous le règne de Louis XV, il prend le nom de « Le Grand Brassac » pour le différencier d'un autre village situé 20 kilomètres à l'ouest et également appelé « Brassac ». Ce dernier est transformé pour l'occasion en « Petit Brassac », avant de devenir Petit-Bersac[4].

En occitan, la commune porte le nom de Braçac[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est occupé dès le Magdalénien, notamment en bord de Dronne au niveau de la grotte de Rochereuil.

La construction de l'église fortifiée commence au milieu du XIIe siècle[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1862 1865 Auguste Sicaire Martial Durieux    
         
(1880 ou avant) janvier 1881 Gabriel Létard    
janvier 1881 1892 Joseph Baurac    
mai 1892 1903 Louis Durieux    
1903 août 1903 Guillaume Varaillon   Adjoint faisant fonctions de maire
août 1903 juillet 1910 Albert Bosredon    
juillet 1910 octobre 1910 Guillaume Varaillon   Adjoint faisant fonctions de maire
octobre 1910 avril 1919 Jean Gustave Faure[Note 1]    
avril 1919 décembre 1919 Étienne Roux   Maire suppléant
décembre 1919 (1941 ou 1942) Henri Charles    
(1941 ou 1942) 1943 Édouard Roméo    
1943 octobre 1944 Armand du Lau d'Allemans    
octobre 1944 octobre 1947 Jean Denis    
octobre 1947 mars 1959 Eugène Fortin    
mars 1959 mars 1971 Pierre Hautefort    
mars 1971 mars 2001 Henri Lacour RPR  
mars 2001[6] (réélu en mars 2014[7]) en cours Philippe Boismoreau PS Directeur d'établissement

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 529 habitants[Note 2], en augmentation de 0,38 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5371 7251 6711 6581 9101 8071 7821 7251 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7631 6571 6191 5491 5601 5581 4401 3331 304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1551 1541 1211 0701 0141 009981953871
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
814676609528488489522530530
2015 - - - - - - - -
529--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les communes de Grand-Brassac et Celles sont organisées en regroupement pédagogique intercommunal (RPI). Celles accueille les élèves de primaire et Grand-Brassac, ceux de maternelle.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 231 personnes, soit 43,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (30) a augmenté par rapport à 2007 (28) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 61 établissements[13], dont vingt-sept au niveau des commerces, transports ou services, seize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept dans l'industrie, six dans la construction, et cinq relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, romane[19], église à file de coupoles construite du XIIe au XVIe siècle. Pour servir de refuge aux villageois furent installés, dès le XIIIe siècle, les dispositifs fortifiés qui apparaissent encore aujourd'hui : créneaux, galeries de défense, ouvertures très étroites ressemblant plus à des meurtrières qu'à des fenêtres. Elle est classée au titre des monuments historiques depuis 1885[20]
  • Ancien couvent de sœurs de la congrégation de Saint-Joseph, XVIe et XVIIIe siècles[21], au sud-ouest de l'église

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Bordée par la Dronne, la commune représente un grand intérêt pour la faune et la flore locales. Des zones de protection y sont donc délimitées.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le moulin de Rochereuil sur la Dronne.

Deux sites Natura 2000 sont identifiés sur le territoire communal.

À l'est, la Dronne et sa vallée sont considérées comme site important par le réseau Natura 2000 : la « vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle ». La rivière s'écoule dans un milieu principalement composé de prairies humides et de terres cultivées avec des zones de bocage. On y rencontre plusieurs espèces de poissons menacées ainsi que des écrevisses à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) et des visons (Mustela lutreola)[22].

Les coteaux de la Dronne à dominante de pelouses sèches et de steppes calcicoles présentent de nombreuses espèces d'orchidées terrestres[23].

Site remarquable[modifier | modifier le code]

Les rochers de Rochereuil en bord de Dronne.

En bordure de la Dronne, les amas rocheux face au moulin de Rochereil (ou Rochereuil) sont un site inscrit depuis 1936[24].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Toujours en relation avec la Dronne, la commune présente deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II qui se succèdent :

  • en amont, la vallée de la Dronne allie l'humidité à une variété de sites qui alternent, au fil des méandres successifs, des endroits ombragés puis lumineux ainsi que des zones escarpées puis planes. Elle est protégée pour sa flore spécifique, comprenant notamment de nombreuses variétés de fougères[25],[26].
  • en aval, une zone plus bocagère protégée pour sa faune et sa flore spécifiques[27],[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démissionnaire.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Colombier sur Géoportail (consulté le 31 août 2011).
  2. Altitude 211 sur Géoportail (consulté le 31 août 2011).
  3. a, b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 169, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  4. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 264, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  5. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 2 mars 2014.
  6. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 19 août 2014.
  7. À Grand-Brassac, Sud Ouest édition Périgueux du 4 avril 2014, p. 23.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 28 septembre 2015.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 1er novembre 2015).
  14. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 1er novembre 2015.
  15. « Gisement préhistorique de Rochereil ou Rochereuil », notice no PA00082569, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 janvier 2012.
  16. « Château du Bouchillon », notice no IA24000445, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2011.
  17. « Château fort de Marouate », notice no IA24000442, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 janvier 2012.
  18. « Château de Montardy », notice no PA24000032, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2011.
  19. M. de Fayolle - Église de Grand-Brassac - pp.363-375, dans Congrès archéologique de France. 90e session. Périgueux. 1927 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1928
  20. « Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul », notice no PA00082568, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2011.
  21. « Couvent de sœurs de la congrégation de Saint-Joseph, actuellement maison », notice no IA24000465, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2011.
  22. [PDF] - Vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle sur le site de l'INPN, consulté le 14 février 2015.
  23. [PDF] FR7200670 - Coteaux de la Dronne sur le site de l'INPN, consulté le 14 février 2015.
  24. [PDF] Rochers de Rocherel sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 14 février 2015.
  25. [PDF] Vallée de la Dronne de l'Isle à Brantôme, sur le site de l'INPN, consulté le 14 février 2015.
  26. Carte de la ZNIEFF 720012853 sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 14 février 2015.
  27. [PDF] Zone bocagère de l'embouchure à Épeluche, sur le site de l'INPN, consulté le 14 février 2015.
  28. Carte de la ZNIEFF 720012852 sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 14 février 2015.
  29. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 81.
  30. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 642-643.