Lisle (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lisle
Lisle (Dordogne)
Vue générale du bourg de Lisle.
Blason de Lisle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté de communes du Périgord Ribéracois
Maire
Mandat
Joël Constant
2020-2026
Code postal 24350
Code commune 24243
Démographie
Gentilé Lislois, Lisloise
Population
municipale
836 hab. (2018 en diminution de 6,7 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 42″ nord, 0° 32′ 55″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 217 m
Superficie 17,97 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Brantôme en Périgord
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lisle
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Lisle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lisle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lisle
Liens
Site web www.mairie-de-lisle.eu

Lisle est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Donzelle près de la Coufénerie.

Au nord-ouest du département de la Dordogne, la commune de Lisle est essentiellement située en rive gauche de la Dronne, principal affluent de l'Isle. Seule une petite zone au niveau du lieu-dit la Monnerie se trouve en rive droite. Un petit affluent de la Dronne, la Donzelle arrose le nord de la commune.

L'altitude minimale, 76 mètres, se situe au sud-ouest, là où la Dronne quitte la commune pour servir de limite entre Grand-Brassac et Tocane-Saint-Apre. Le point culminant, 217 mètres, se trouve à l'extrême sud-est, à la Croix Rouge, en limite des communes de Mensignac et Bussac.

Le bourg de Lisle est situé, en distances orthodromiques, 12 kilomètres au sud-ouest de Brantôme et 17 kilomètres au nord-ouest de Périgueux, au croisement des routes départementales 1 et 78.

La commune est également desservie au nord par la route départementale 2 et au nord-ouest par la RD 2E4.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Lisle et des communes avoisinantes.

Lisle est limitrophe de cinq autres communes. À l'extrême nord, le territoire communal de Lisle est distant de moins de cent mètres de celui de Creyssac et d'environ 130 mètres de celui de Paussac-et-Saint-Vivien.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lisle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (73,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (48,1 %), forêts (24,2 %), prairies (13,6 %), terres arables (10,1 %), zones urbanisées (2,2 %), cultures permanentes (1,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2014 pour la Dronne — qui traverse ou borde la commune du nord-ouest au sud-ouest — à Lisle, impactant ses rives jusqu'à une largeur pouvant dépasser 550 mètres au lieu-dit le Pré Barra, ainsi que la partie aval de son affluent la Donzelle (les 1 500 derniers mètres)[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de L'Esla[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La plaque de cheminée remise à la famille de Marguerite Peyrou.

Au XIIIe siècle, Lisle dépendait de l'abbaye de Chancelade. En 1309, elle est rattachée à l'autorité du roi de France, Philippe le Bel. C'est une ancienne ville close qui était entourée de remparts[10].

En 1593, lors des guerres de religion, la ville est assiégée par une troupe calviniste. Leur chef, le sire d'Aubeterre, est mortellement blessé d'un tir d'arquebuse par Marguerite Peyrou, entraînant la fin du siège. Bien après, pour cet acte, Louis XIV fera remettre à sa famille une plaque de cheminée, datée de 1690, aujourd'hui conservée à la mairie[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Lisle a été rattachée, dès 1790, au canton de Lisle qui dépendait du district de Perigueux. Les districts sont supprimés en 1795 et le canton de Lisle en 1800. La commune est alors rattachée au canton de Brantôme dépendant de l'arrondissement de Périgueux[12], renommé canton de Brantôme en Périgord en 2020.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le , la commune adhère à la communauté de communes du Val de Dronne. Celle-ci disparait le , remplacée au par une nouvelle intercommunalité élargie : la communauté de communes du Pays Ribéracois, renommée en 2019 communauté de communes du Périgord Ribéracois.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[13],[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1865 démission en 1870 Léonce de Labrousse de la Peyzie    
1874   Léonce de Labrousse de la Peyzie    
1876   Léonce de Labrousse de la Peyzie    
(1914 ou avant) décembre 1919 Félix Callandreau    
décembre 1919 mai 1925 Édouard Crames    
mai 1925 février 1948 Jean Jules Cruveiller[Note 2] Radical socialiste Ingénieur agricole
février 1948 mars 1948 Pierre Abel Biras   Premier adjoint faisant fonctions de maire
mars 1948 avril 1977 Antoine Cruveiller[Note 2]   Ingénieur TPE
juin 1977 mars 1989 Michel Lacour   Boulanger-pâtissier
mars 1989 mars 2001 Jean-Jacques Villepontoux   Agriculteur
mars 2001 avril 2001 Pierre Casamayou[Note 2]    
juin 2001[15]
(réélu en mai 2020)
En cours Joël Constant SE[16] Professeur

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Lisle relève[17] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2018, la commune comptait 836 habitants[Note 3], en diminution de 6,7 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2219651 1081 1471 2721 2541 2171 3191 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3031 2021 2351 1871 2031 2221 2651 2551 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1321 1741 1481 0561 0401 0541 0471 0451 013
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
967990934917946909920922924
2013 2018 - - - - - - -
896836-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lisle dispose d'une école maternelle et d'une école primaire.

Santé[modifier | modifier le code]

En 2010, deux médecins généralistes, une pharmacie et un service d'ambulances sont installés à Lisle[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[23], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 365 personnes, soit 40,4 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quarante-huit) a augmenté par rapport à 2010 (trente-sept) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,3 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 87 établissements[24], dont quarante-neuf au niveau des commerces, transports ou services, quatorze relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, treize dans la construction, six dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et cinq dans l'industrie[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le chœur date de la fin du XIIe siècle. La nef fut remontée au XVIe siècle. L'abside fut surélevée pendant les guerres de religion.
Un clocher moderne, placé sur le chœur, a remplacé le clocher carré roman qui existait encore en 1879.
Le chœur roman est voûté d'une coupole sur pendentifs. Les grands arcs brisés épousent la courbure des pendentifs et retombent sur des piles à angles vifs. L'abside est voûtée (réfection moderne) d'un cul de four et ornée intérieurement de sept arcs d'applique plein cintre retombant sur des colonnettes à bases moulurées d'un cavet entre deux tores, et à chapiteaux élancés, sculptés d'entrelacs de feuillages. On y trouve comme mobilier un panneau de bois sculpté du XVIIIe siècle (2m x 1,50m) figurant l'Adoration des mages entre un évêque et saint Christophe[31].
Après un premier classement du chœur et de l'abside aux monuments historiques en 1908, l'église est classée en intégralité depuis 2005[32],[33]
  • Halle du XIXe siècle[34]
  • Plusieurs moulins ont été établis sur la Dronne (moulin du Pont, moulin de Jansou, moulin de Rouffelier) et sur la Donzelle (moulin de Puymorin, moulin de la Peyzie).

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La Dronne au moulin du Pont.

Dans sa traversée de la commune, la Dronne représente avec sa vallée une zone Natura 2000 : la « vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle ». La rivière s'écoule dans un milieu principalement composé de prairies humides et de terres cultivées avec des zones de bocage. On y rencontre plusieurs espèces de poissons menacées ainsi que des écrevisses à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) et des visons (Mustela lutreola)[35].

Deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 2 sont également délimitées le long de la Dronne :

  • sur cinq kilomètres en aval du lieu-dit Lonlaygue, c'est-à-dire sur la plus grande partie de son trajet communal, la vallée de la Dronne est protégée pour sa faune et sa flore spécifiques liées aux zones bocagères[36],[37].
  • en amont de cette zone et sur un kilomètre, au nord-ouest de la commune, la vallée de la Dronne allie l'humidité à une variété de sites qui alternent, au fil des méandres successifs, des endroits ombragés puis lumineux ainsi que des zones escarpées puis planes, propices à l'émergence d'une flore variée qui se retrouve habituellement en milieu montagnard ou méditerranéen[38],[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guillaume, Marie-Joseph Baurac, né le à Lisle - décédé le à Saïgon (Cochinchine), Médecin des colonies en Indochine. Baurac est l'auteur de deux ouvrages "La Cochinchine et ses habitants", Imprimerie Commerciale Rey, Curiol et Cie Saigon, 1894.
  • Jean de Labrousse de la Peyzie, écuyer, admis aux Gardes du Corps du Roi le à la compagnie de Villeroy. Chevalier de Saint Louis en 1815, décédé le au grade de Colonel.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lisle Blason
Écartelé : au 1er d'azur au château donjonné de trois tours d'argent, celle du milieu plus haute, ajouré et maçonné de sable, terrassé de sinople et accompagné de six fleurs de lis d'or, deux en chef et deux sur chaque flanc, au 2e de gueules à trois pointes flammées d'or, au 3e de gueules à deux pattes de griffon d'argent rangées en pal, au 4e d'azur à deux tours couvertes et girouettées d'argent, ouvertes et maçonnées de sable, jointes par un entre-mur d'argent, ouvert du champ et maçonné de sable ; à la fasce d'argent, chargée de deux sources jaillissantes de six jets d'azur, brochant sur la partition ; sur le tout, de gueules à la cloche d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Farnier, Histoire de Lisle Pages d'histoire locale, 1945, première réédition en 1986, Éd. : Association Vivre à Lisle et Éditions du Roc de Bourzac, réimpression 2008, (ISBN 978-2-87624-135-0)[40]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. a b et c Décédé en fonctions.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  7. PPR inondation - 24DDT20120001 - Dronne, DREAL Aquitaine, consulté le 14 avril 2019.
  8. [PDF] Rivière la Dronne - Lisle - Plan de prévention du risque inondation, p. 9, DREAL Aquitaine, consulté le 14 avril 2019.
  9. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 8 mars 2014.
  10. « Bourg de Lisle », notice no IA24001140, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  11. Site de la mairie de Lisle (partie Histoire). Consulté le 25 juin 2010.
  12. « Notice communale de Bussac », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 24 janvier 2014).
  13. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 5 septembre 2020.
  14. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 30 octobre 2020.
  15. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 22 août 2014.
  16. Voici vos 557 maires, supplément à Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2008, p. 6.
  17. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 18 décembre 2020).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. Bulletin municipal de Lisle, n° 52 de mai 2010.
  23. Dossier complet - Commune de Lisle (24243) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  24. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 28 novembre 2018).
  25. Dossier complet - Commune de Lisle (24243) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2018.
  26. « Manoir dit Château-Bas », notice no IA24001142, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  27. « Château », notice no PA00082619, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  28. « Château fort dit Château-Haut », notice no IA24001141, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  29. « Manoir de la Peyzie », notice no IA24001151, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  30. « Manoir », notice no IA24001150, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  31. Sources : archives départementales de la Dordogne
  32. « Église Saint-Martin », notice no PA00082620, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  33. « Église paroissiale Saint-Martin », notice no IA24001075, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  34. « Halle », notice no IA24001143, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 décembre 2009
  35. Vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle sur le réseau Natura 2000. Consulté le 14 décembre 2009
  36. [PDF] « DIREN Aquitaine - Zone bocagère de la vallée de la Dronne de l'embouchure à Épeluche »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté 14 décembre 2009
  37. « Carte de la ZNIEFF 2678 sur le site de la DIREN Aquitaine »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 14 décembre 2009
  38. [PDF] « DIREN Aquitaine - Vallée de la Dronne de Lisle à Brantôme »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 14 décembre 2009
  39. « Carte de la ZNIEFF 2679 sur le site de la DIREN Aquitaine »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 14 décembre 2009
  40. Anne-Marie Maunac, « Un livre indispensable sur l’histoire de la commune », Sud Ouest, .