Bourg-des-Maisons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Dordogne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Dordogne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Bourg-des-Maisons
L'église Sainte-Marie de Bourg-des-Maisons.
L'église Sainte-Marie de Bourg-des-Maisons.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Ribérac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays ribéracois
Maire
Mandat
René Faure
2014-2020
Code postal 24320
Code commune 24057
Démographie
Population
municipale
63 hab. (2014)
Densité 7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 20″ nord, 0° 26′ 11″ est
Altitude Min. 129 m – Max. 216 m
Superficie 8,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Bourg-des-Maisons

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Bourg-des-Maisons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-des-Maisons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-des-Maisons

Bourg-des-Maisons est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Commune arrosée par l'Euche qui y prend sa source.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bourg-des-Maisons est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Bourg-des-Maisons
La Tour-Blanche-Cercles
Verteillac Bourg-des-Maisons Chapdeuil
Coutures Celles Grand-Brassac

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Bois de Flayac · Bois de Tinteillac · Feix · Feraillou · le Maine Noir · le Reclaud · les Clèdes · Londet · Sur la Peyrière · Tinteillac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Borg de Maisons[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Bourg-des-Maisons a été rattachée au canton de La Tour Blanche qui dépendait du district de Ribérac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Verteillac dépendant de l'arrondissement de Ribérac jusqu'en 1926, puis de l'arrondissement de Périgueux[2].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2013, la commune de Bourg-des-Maisons rejoint tardivement la communauté de communes du Verteillacois[3] créée seize ans plus tôt. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie, la communauté de communes du Pays ribéracois.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
septembre 1823 mai 1837 Michel Montozon    
juin 1837 octobre 1840 Jean-Baptiste Léonardon    
1841 septembre 1846 Michel Montozon    
octobre 1846 août 1848 Nanteuil    
août 1848 octobre 1852 de Taffart Saint-Germain    
octobre 1852 1892 L. Banizette    
         
1989 août 2012[4] René Loys Raspiengeas PS Retraité de France Télécom
octobre 2012[5]
(réélu en mars 2014)
en cours René Faure DVG Retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage du canton avec Fontanetto Po.

L'ensemble des communes de l'ancien canton de Verteillac, dont faisait partie Bourg-des-Maisons, est jumelé avec la commune italienne de Fontanetto Po.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, Bourg-des-Maisons comptait 63 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Bourg-des-Maisons[6]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
332 286 299 316 284 271 297 293 273
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
236 263 249 221 234 212 235 201 193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
181 169 155 127 132 126 152 142 149
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
111 86 80 51 55 78 69 62 63
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent vingt-quatre personnes, soit 38,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (un) est resté stable par rapport à 2007 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 4,2 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte neuf établissements[9], dont trois dans l'industrie, deux dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, deux au niveau des commerces, transports ou services, un dans la construction, et un relatif au secteur administratif[10].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit sur la Peyrière, au nord du village de Bourg-des-Maisons,une carrière de graviers et de sable est exploitée sur une cinquantaine d'hectares, permettant un rendement en 2010 de 3 000 tonnes de matériaux par jour. En mai 2010, le conseil municipal a rendu un avis défavorable à une demande d'extension de cette carrière[11] qui prévoyait d'en doubler la surface[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Marie édifiée au XIe siècle a fait l'objet d'une restauration intégrale pendant quatre années, permettant la mise au jour de peintures des XIVe et XVIe siècles[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 11 février 2014.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Hervé Chassain, Huit pour 2013, 16 pour 2014, Sud Ouest édition Dordogne du 11 décembre 2012.
  4. Décédé en fonctions. Source : Jean-Louis Savignac, Le maire du village n'est plus, Sud Ouest édition Dordogne du 10 août 2012.
  5. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 14 août 2014.
  6. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 11 février 2014)
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 17 octobre 2015.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 17 octobre 2015).
  10. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 17 octobre 2015.
  11. Extension de la carrière : l'avis est défavorable, Sud Ouest, 24 mai 2010.
  12. Grégoire Morizet, « La carrière veut s'agrandir de cinquante hectares », Sud Ouest, édition Périgueux, 2 avril 2010.
  13. Sud Ouest du 25 septembre 2010.