Éloyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eloyes)

Éloyes
Éloyes
L’église de l’Assomption-de-Notre-Dame.
Blason de Éloyes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes de la Porte des Vosges Méridionales
Maire
Mandat
André Jacquemin
2020-2026
Code postal 88510
Code commune 88158
Démographie
Gentilé Loyas
Population
municipale
3 099 hab. (2021 en diminution de 5,08 % par rapport à 2015)
Densité 248 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 48″ nord, 6° 36′ 37″ est
Altitude 387 m
Min. 361 m
Max. 781 m
Superficie 12,51 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Remiremont
(banlieue)
Aire d'attraction Épinal
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Remiremont
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Éloyes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Éloyes
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
Éloyes
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Éloyes
Liens
Site web Site officiel de la commune

Éloyes Écouter est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est. Elle marque la limite nord de l'aire urbaine de Remiremont dont elle fait partie. Elle marque également l'entrée nord-ouest du Massif des Vosges.

Ses habitants sont appelés les Loyas Écouter.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Son nom, tiré de l'ancien français Ez loye signifiant au bord de l'eau, rappelle que la commune est arrosée par la Moselle[1].

Éloyes est située à environ 18 km d'Épinal et à 9 km de Remiremont.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune comprend également un vaste domaine montagneux et forestier dont une partie du massif du Fossard et de celui des Grandes Hayes. Le point culminant, la Tête des Cuveaux[2] (781 m), est aussi un belvédère, directement aux abords du village, le petit sommet du Croc (600 m) surplombe ce dernier[3].

Du côté du massif des Grandes Hayes, c'est le Laclimont (630 m) qui surplombe le village. Côté ouest, une petite ligne de crête de plus faible altitude, le Tacaumont (571 m) marque la limite de la commune.

Géographiquement, Éloyes est considérée comme la porte d'entrée nord-ouest du massif des Vosges en tant que tel.

Le site du Massif vosgien, inscrit au titre de la loi du 2 mai 1930, regroupe 14 Schémas de cohérence territoriale (SCOT) qui ont tout ou partie de leur territoire sur le périmètre du Massif des Vosges[5].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité modérée[6].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Hydrogéologie et climatologie : Système d’information pour la gestion des eaux souterraines du bassin Rhin-Meuse[7].

Pont sur la Moselle
(carte postale Adolphe Weick).

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Moselle, la rigole d'alimentation du réservoir de Bouzey, le ruisseau de la Borne Martin et le ruisseau Vieillosse[8],[Carte 1].

La Moselle, d’une longueur totale de 560 kilomètres, dont 315 kilomètres en France, prend sa source dans le massif des Vosges au col de Bussang et se jette dans le Rhin à Coblence en Allemagne[9].

La rigole d'alimentation du réservoir de Bouzey, d'une longueur totale de 41,5 km, prend sa source dans la commune de Saint-Étienne-lès-Remiremont et se jette dans l'Avière à Chaumousey, alimentant le réservoir de Bouzey, après avoir traversé douze communes[10].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier d'Éloyes.

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[11]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Vosges, caractérisée par une pluviométrie très élevée (1 500 à 2 000 mm/an) en toutes saisons et un hiver rude (moins de °C)[12].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 706 mm, avec 13,8 jours de précipitations en janvier et 11,2 jours en juillet[11]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Le Roulier_sapc », sur la commune du Roulier à 8 km à vol d'oiseau[13], est de 10,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 000,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,1 °C, atteinte le ; la température minimale est de −18,3 °C, atteinte le [Note 1],[14],[15].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[16]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[17].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté de communes de la Porte des Vosges Méridionales.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Éloyes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[18],[19],[20]. Elle appartient à l'unité urbaine de Remiremont, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[21] et 21 248 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Épinal dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[24],[25].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[26].

La ville d'Éloyes est divisée en plusieurs quartiers dont celui dit Sous le Pont sur la rive gauche de la Moselle et le village sur la rive droite qui regroupe la plupart des commerces et des services[27].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (54,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (54,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (54,6 %), zones agricoles hétérogènes (15,8 %), zones urbanisées (13,9 %), prairies (9,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6 %)[28]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La RN 57 passe également par la commune ce qui permet des liaisons rapides avec le nord de la Lorraine et la Franche-Comté.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Un service de bus - lignes 1, 2, 3 et 6 de Connex Vosges - assure des navettes régulières avec les communes avoisinantes, Pouxeux, Arches, Dinozé et Saint-Nabord, et les villes d'Épinal et de Remiremont.

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

La commune est également desservie par le rail (voir l'article détaillé Gare d'Éloyes) par les TER Lorraine de la ligne Nancy-Remiremont, ce qui la place à environ trois heures de Paris (correspondance TGV en gare d'Épinal ou de Nancy)[29].

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Département des Vosges: statistique historique et administrative, Volume 2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Signes distinctifs de Mallus[33] à la Tête des Cuveaux[34].

La commune d’Éloyes appartenait au ducs de Lorraine et au chapitre de Remiremont[35].

En 1751, elle dépendait du bailliage de Remiremont et en 1790 du district de Remiremont. Elle fut érigée en chef-lieu de canton cette même année, statut qu'elle perdit en l'an IX.

Au spirituel, Éloyes dépendait de la paroisse et du doyenné de Remiremont.

La libération de Remiremont, d'Éloyes et de Saint-Nabord est intervenue le même jour, le par l’armée américaine (36e division d’infanterie). La libération de Saint-Étienne ne fut effective que le après la fusillade de Ménafaing[36].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le maquis du Haut-du-Bois s'est constitué dans la région de Remiremont en unité de combat en vue de la libération du secteur. Il a payé un lourd tribut ainsi qu'en témoigne le monument aux morts[37],[38] près de l'église[39].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1833 1899 Félix Balland   adjoint au Maire puis Maire d'Éloyes
1861 1866 Christian Kiener Impérialiste Manufacturier
1871 février 1883 Claude Claudot Républicain Médecin
Sénateur (1876-1879)
Conseiller général du canton de Coussey (1864-1879)
? ? Gabriel Houot    
? ? Antoine-Roch Houot   Famille Houot : Antoine-Roch Houot ancien Maire d'Éloyes)
? 1977 Monique Bey SE Pharmacienne
mars 1977 mars 2001 Claude Thiriet SE Président fondateur de Thiriet
mars 2001 mars 2008 Andrée Abry DVD Chirurgien-dentiste
mars 2008 septembre 2011
(démission)
André Pierrat SE Trésorier principal retraité[40]
novembre 2011[41] mars 2014 Nelly Claudel SE Infirmière libérale, ancienne premiere adjointe
mars 2014 En cours
(au 2 juin 2020 Réélu pour le mandat 2020-2026)
André Jacquemin SE Retraité bancaire
5e vice-président de la CCPVM (2017 → 2020)
1er vice-président de la CCPVM[42] (2020 → )
[43]

Budget et fiscalité 2021[modifier | modifier le code]

La mairie actuelle.
  • Total des produits de fonctionnement : 3 132 000 , soit 980  par habitant ;
  • Total des charges de fonctionnement : 3 127 000 , soit 978  par habitant ;
  • Total des ressources d’investissement : 834 000 , soit 261  par habitant ;
  • Total des emplois d’investissement : 2 015 000 , soit 457  par habitant ;
  • Endettement : 52 000 , soit 16  par habitant[44].

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 5,06 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,39 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 22,04 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2020 : Médiane en 2020 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 300 [45].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[46]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[47].

En 2021, la commune comptait 3 099 habitants[Note 4], en diminution de 5,08 % par rapport à 2015 (Vosges : −3,05 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
6947318378629841 0691 0291 2001 273
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 3401 4561 6041 5291 5211 5252 0492 5682 696
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
2 9952 6452 6242 7312 7432 8423 0053 0173 009
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018 2021
3 2773 3293 1523 2563 2833 2903 2863 1373 099
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis Insee à partir de 2006[49].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[50]:

  • La ville d'Éloyes est dotée d'une école maternelle, Fanny-Salmon,
  • d'une école primaire, dénommée les Tilleuls,
  • et du collège René-Cassin.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'AAPPMA (Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques) organise chaque année un concours de pêche à l'étang du Chêna le .

Une marche nocturne de 10 km est organisée par le club Léo Lagrange (clubs qui deviendront plus tard la Fédération Léo-Lagrange) à la mi-juin.

La fête patronale de la ville a lieu le de chaque année, auparavant[Quand ?] il y avait un déballage commercial et une course de caisses à savon dans le cadre de la fête de l'omelette

Le deuxième week-end de septembre, une randonnée pédestre internationale de 10 ou 20 km est organisée par le club Léo-Lagrange sur les hauteurs d'Éloyes.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[51] :

  • Maison médicale à Éloyes[52],
  • Médecins à Éloyes, Pouxeux, Docelles, Saint-Nabord,
  • Pharmacies à Éloyes, Pouxeux, Docelles, Saint-Nabord,
  • Centre hospitalier de Remiremont, et à Bruyères, Épinal.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Agriculteurs et éleveurs.
  • Fermeture d'Elivia (filiale viande du groupe coopératif Terrena), numéro 2 Français de la viande bovine, pour une activité de vente directe notamment concernant la fabrication de steaks hachés surgelés[54],[55].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces et services[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services de proximité[57].
Siège de l'entreprise Thiriet.
  • L'entreprise-phare de la commune est celle des Glaces Thiriet.
  • Le groupe de transport vosgien Mauffrey[58] a investi vingt millions d’euros dans la création d’un campus ultramoderne unique en France. Baptisé "Mauffrey Academy"[59], pour former de futurs chauffeurs routiers, mécaniciens et exploitants[60].
  • L'histoire industrielle s'est articulée autour de l'utilisation de la force motrice de l'eau : féculeries, textile, moulins (un premier moulin apparaît vers 1675. Trois moulins à farine existent encore en 1826 …)[61].
  • La commune possède de larges terrains situés en zone non inondable ce qui est rare dans la vallée de haute Moselle. Pour cette raison, ils sont occupés en grande partie par une importante zone industrielle comprenant des entreprises internationales comme Konica Minolta Co., Ltd. ou nationales comme les tissages Tenthorey, la cartonnerie/imprimerie DS Smith Packaging anciennement Velin ou encore l'entreprise de construction métallique Viry.
  • Un projet de création de deux centrales biomasse, l'une à Éloyes dans la zone industrielle et l'autre à Arches, fortement contesté au début des années 2000, fut abandonné.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption-de-Notre-Dame.
Dolmen de Purifaing.

Patrimoine religieux :

  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption,
et son orgue de François Nicolas Georges construit en 1865[62],[63].

Autres sites :

  • Le massif du Fossard regorge de sites religieux. Il comprend les Roches des Cuveaux[69],[70], un site connu pour ses larges cupules de 70 cm de diamètre[71],[72].
  • Le dolmen de Purifaing dans la forêt du Fossard[73].
  • Musée d'histoire naturelle, créé par Pierre Mathieu[74] et géré par l'association de Recherche Archéologique, d'Histoire et du Patrimoine d'Eloyes[75]. Celui-ci a été inauguré le et abrite : antiquités préhistoriques de Lorraine de l'âge de la pierre taillée à la poterie ; antiquités gallo-romaines provenant du sanctuaire Mercurio - Archettes ; différentes expositions ; roches et minéraux - géologie et fossiles de la région ; cartes topographiques de la région (1784).
  • Un étang artificiel (l'étang du Chena)[76], créé dans les années 1970 pour extraire les matériaux nécessaires à la réalisation de la RN 57, a été aménagé par l'AAPPMA.
  • Un projet de réalisation d'un lac baptisé lac de Noirgueux, intéressant les communes de Saint-Étienne-lès-Remiremont, Remiremont, Saint-Nabord et Éloyes, a fait l’objet de débats durant de nombreuses années (voir l'"historique du projet du lac de Noirgueux"). Ce projet visait l’intérêt touristique et économique exceptionnel de l’ensemble de la vallée. Il devait couvrir 170 hectares (pour mémoire, le lac de Gérardmer s'étend sur une surface de 117 hectares et celui du Lac de Longemer sur 65 hectares).
L'idée de ce projet fut esquissée dès 1963 mais n'a pas abouti au regard de ses éventuelles conséquences écologiques.

La commune d'Éloyes n'est pas concernée par un site Natura 2000. En revanche, les communes limitrophes de Tendon, Saint-Étienne-les-Remiremont et Saint-Nabord sont affectées par les périmètres désignés au réseau Natura 2000. Précisément, il s’agit de la zone de protection spéciale du Massif des Vosges, référencé FR4112003 et du site ou proposition de site d'importance communautaire de la « Confluence Moselle-Moselotte », référencé FR4100228[77].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or, à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent accompagnée en chef d'un chêne arraché et fruité de sinople et en pointe d'une nef portant un pêcheur à la ligne du même.
Commentaires : Les trois alérions symbolisent le duché de Lorraine. Les chênes sont nombreux sur le territoire communal et la pêche était traditionnellement pratiquée en barque dans la Moselle[82].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pré-étude de classement du site du Saint Mont (88)
Les paysages du Saint-Mont, DREAL Grand-Est. Étude préalable au classement du Saint-Mont (Vosges). A ciel ouvert, "Atelier des paysages quotidiens" - Paysagistes DPLG, Juin 2018, sur https://webissimo.developpement-durable.gouv.fr/ 38 pages
3A. Les entités paysagères Autour du Saint-Mont : Au sud du Massif du Fossard; Principaux éléments pittoresques du site et ses abords
3B. découvrir Le Saint-Mont : Accéder et découvrir le Saint-Mont; Composition de la partie sommitale; Les fouilles archéologiques; Les chapelles du Saint-Mont; La Haute-Borne et le Pont des Fées; Le Vieux Saint-Amé,
3C. Le Massif du Fossard : Aux Abords du Saint-Mont; Le domaine de l’abbaye; Les vallons du Xennois et de Miraumont; Le Morthomme et l’ancien ermitage de Saint-Arnould; Le col de la Pierre Kerlinquin; La colline et le vallon Sainte-Sabine; Le Fardeau Saint-Christophe et la Roche des Loups; Le Thin; La Charme et quelques autres sites d’intérêt scientifique majeur
3D. Les Ambiances paysagères
3E. Les Aires visuelles depuis Le Saint-Mont
3F. Les Aires visuelles donnant à voir Le Saint-Mont : Depuis l’espace urbain; Depuis la vallée de la Moselle.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de la commune sur www.pop.culture.gouv.fr/

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique d'Éloyes » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ).
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Référentiel points d’eau : Éloyes : Nature du point d'eau : Affleurement d'eau, Cavité souterraine, Drain, Forage, Nature inconnue, Perte, Piézomètre, Puits, Source : 03406X0007/HY - 03406X0008/HY - 03406X0031/P1 - 03406X0032/P2 - 03406X0056/SCE - 03406X0057/SCE.
  2. La Tête des Cuveaux et ses signes distinctifs de Mallus (Lieux d'assemblée religieuse des Celtes)
  3. Éloyes Vue générale - Montagne du Croc à Éloyes
  4. La tête et la roche des Cuveaux–Éloyes
  5. Le schéma interrégional du massif des Vosges à l'horizon 2020 : un projet de développement durable, une ambition pour le massif
  6. Didacticiel de la réglementation parasismique
  7. *Territoire communal : Occupation du sol (Corinne Land Cover); *Cours d'eau (BD Carthage) ; *Géologie : Carte géologique; Coupes géologiques et techniques ; *Hydrogéologie : Masses d'eau souterraine; BD Lisa; Cartes piézométriques
  8. « Fiche communale d'Éloyes », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le ).
  9. Sandre, « la Moselle »
  10. Sandre, « la rigole d'alimentation du réservoir de Bouzey »
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Éloyes et Le Roulier », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station Météo-France « Le Roulier_sapc », sur la commune du Roulier - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Station Météo-France « Le Roulier_sapc », sur la commune du Roulier - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  16. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  17. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  18. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Unité urbaine 2020 de Remiremont », sur insee.fr (consulté le ).
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Épinal », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. PLU
  27. Géoportail de l'urbanisme : PLU d'Éloyes
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  29. ligne L 04 Remiremont-Epinal-Nancy
  30. Fluo Grand Est
  31. Gare routière de Remiremont
  32. Itinéraires
  33. Lieux d'assemblée religieuse des Celtes, Le département des Vosges, statistique historique et administrative 1845, par H. Lepage et C. Charton
  34. Chroniques d'une fin annoncée. La disparition usagère au XIXe siècle. Étude des droits d'usage forestiers dans les Vosges, pp. 1-2-14 par Aurélien Tavella
  35. Archives communales d’Éloyes (1636-1882)
  36. Saint-Étienne-lès-Remiremont en 1939-1945
  37. Pierre Mathieu, La Seconde Guerre mondiale dans la région d'Éloyes, Association de recherches archéologiques et d'histoire d'Éloyes et dans ses environs.
  38. Synthèse des morts pour la France à Éloyes.
  39. Monument aux morts.
  40. André Pierrat
  41. « Nelly Claudel dans un fauteuil », Vosges Matin,‎ (lire en ligne)
  42. Le bureau communautaire, sur ccpvm.fr
  43. « André Jacquemin élu pour un second mandat de maire », Vosges Matin,‎ (lire en ligne)
  44. Les comptes de la commune d’Éloyes.
  45. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet.
  46. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  47. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  48. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  50. Établissements d'enseignements
  51. Professionnels et établissements de santé
  52. Maison médicale
  53. Paroisse Notre Dame des Chênes
  54. Fermeture d'Elivia d'Éloyes
  55. Un abattoir vosgien cherche des éleveurs pour du steak haché surgelé
  56. « Éloyes : hôtels et hébergements », sur eterritoire.fr.
  57. Commerces et services de proximité
  58. Mauffrey : une histoire vosgienne depuis 1964 Vosges Matin
  59. Formation des professionnels de transport et de la logistique de demain
  60. Mauffrey Academy dans les Vosges
  61. Ponts, passerelle et Moselle.
  62. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues de Lorraine : Vosges., Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 978-2-87692-093-4, LCCN 92160476)
    Présentation de l'orgue de la commune : pages 256 à 258
  63. Orgue de l’église Notre Dame de l’Assomption
  64. Liste de répliques de la grotte de Lourdes
  65. Éloyes. Grotte de Notre-Dame de Lourdes. Elle était en péril, mais les travaux de sauvegarde et de rénovation sont maintenant terminés
  66. Grotte de lourdes
  67. Les croix d'Éloyes
  68. Monument aux morts
  69. Un moment insolite et mystique aux Cuveaux à Éloyes
  70. Les Roches des Cuveaux
  71. La Tête des Cuveaux.
  72. Le cercle de pierre du Fossard et les roches du Thin
  73. Éloyes. Dans la forêt du Fossard M. P. Mathieu et le Club culturel d’Éloyes ont découvert en 1974, un dolmen en grès, adossé à une murette, cf. Gallia Préhistoire, t. 18, fasc. 2, 1975, p. 578-579. Fig. 31
  74. Portrait de Pierre Mathieu, ancien résistant et fondateur du musée d’histoire naturelle, sur Vosges Matin
  75. L'association de Recherche Archéologique, d'Histoire et du Patrimoine d'Eloyes
  76. L'étang du Chena
  77. Plan local d’urbanisme de Eloyes : Le réseau Natura 2000 p.82, 7.6. Sites désignés au réseau Natura 2000
  78. « André Gravier, Compagnon de la Libération »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ordredelaliberation.fr.
  79. « Un héros vosgien de la bataille de Bir-Hakeim et de la France libre : le colonel André Gravier (1911-2004) », sur espacedememoire.fr.
  80. « Aux premières loges, La lettre d'information des habitants d'Eloyes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). M. Pierre Mathieu, président des Anciens combattants d’Éloyes et de l’association des recherches archéologie-patrimoine a remis à Mme le Maire un cadre représentant la remise par le Général de Gaulle en août 1942 de la Croix de la Libération et une plaque commémorant le 70e anniversaire de la bataille de Bir Hakeim.
  81. Antoine, René, Alphonse Dinkel, né le 25 octobre 1914 à Mulhouse (Haut-Rhin), (†) le 28 mars 1974 à Cannes (Alpes-Maritimes), ancien maire de Saint-Étienne-lès-Remiremont.
  82. Héraldique