Dragon Ball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dragon Ball (homonymie).
Dragon Ball
Image illustrative de l'article Dragon Ball
Logo de Dragon Ball.
ドラゴンボール
(Doragon Bōru)
Type Shōnen
Genre Nekketsu, Action, aventure, science-fiction, comédie
Thèmes Arts martiaux
Manga
Cible
éditoriale
Shōnen
Scénariste Akira Toriyama
Dessinateur Akira Toriyama
Éditeur (ja) Shūeisha
(fr) Glénat
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Jump
Sortie initiale
Volumes 42

Autre

Dragon Ball (ドラゴンボール, Doragon Bōru?, litt. Dragon Ball) est une série de mangas créée par Akira Toriyama, celui-ci s'inspirant librement du roman de Wu Cheng'en La Pérégrination vers l'Ouest. Elle est publiée pour la première fois dans le magazine Weekly Shōnen Jump de 1984 à 1995 et éditée en albums de 1985 à 1995 par Shūeisha. Glénat publie l'édition française depuis février 1993.

C'est chronologiquement la quatorzième histoire d'Akira Toriyama[1]. L'action se déroule dans un univers imaginaire ayant des ressemblances avec la Terre, The World, dans lequel se situent d'autres œuvres du même mangaka. Ainsi, l'auteur intègre parfois des personnages appartenant à une histoire différente, en signe de connivence avec le lecteur. Dragon Ball raconte le parcours de Son Goku, depuis l'enfance jusqu'à l'âge adulte. Accompagné de nombreux personnages, il cherche à plusieurs reprises les sept Dragon Balls. Il s'agit de boules de cristal magiques qui permettent, si elles sont réunies, de faire apparaître le dragon Shenron, capable d'exaucer le souhait de quiconque prononce face à lui une formule spécifique. Tout au long de sa vie, Son Goku est amené à combattre des adversaires de plus en plus forts, dont certains deviennent des alliés.

Avec plus de 230 millions d'exemplaires écoulés en 2013[2],[3], ce shōnen est donc l'une des bandes dessinées les plus vendues à travers le monde[4],[5] et le deuxième manga le plus vendu au monde derrière One Piece (en 2018)[6]. C'est aussi un titre majeur au moment de l'éclosion du manga en Europe, à la fin des années 1980[7]. Dragon Ball s'inscrit dans la culture de masse en tant que phénomène culturel ; de nombreux films, jeux vidéo et autres produits dérivés[8] en sont issus.

Contrairement au manga, l'anime se divise en deux parties distinctes. Celles-ci sont séparées en fonction de l'évolution du personnage principal : Dragon Ball pour la jeunesse et Dragon Ball Z pour l'âge adulte. Si la première a une tonalité globale rocambolesque et loufoque (en dépit de moments tragiques), la seconde, en revanche, met l'accent sur la violence physique et le développement psychologique des différents protagonistes[9], ne conservant que de très occasionnelles pauses humoristiques. Il existe quatre autres anime : Dragon Ball GT qui est une suite alternative, Dragon Ball Z Kai qui se présente comme une nouvelle version animée de Dragon Ball Z, expurgée des longueurs et des passages qui ne figuraient pas dans le manga original (faisant passer le compte de 291 à 167 épisodes), et Dragon Ball Super qui est une suite directe au manga. Super Dragon Ball Heroes ne rentre pas dans la continuité avec le manga original.

En 2007, les Japonais classent Dragon Ball « troisième meilleur manga de tous les temps » à l'occasion du dixième anniversaire du Festival d'art japonais de l'Agence des affaires Culturelles, derrière Slam Dunk et JoJo's Bizarre Adventure[10].

En France, l'adaptation en série animée, en particulier la deuxième série Dragon Ball Z, suscita la controverse. La violence omniprésente dans cette série et quelques autres (Les chevaliers du Zodiaque, Nicky Larson, et surtout Ken le survivant) fit débat, alors que celles-ci étaient diffusées dans une émission destinées aux enfants, le Club Dorothée sur TF1 – de 1988 à 1994 pour Dragon Ball et de 1990 à 1996 pour Dragon Ball Z (au Japon, la série était plus orientée vers un public adolescent). Dans une moindre mesure, la polémique se poursuivit à son arrivée sur le marché de la bande dessinée, la France ayant la particularité d'avoir d'abord connu la série télévisée[11].

Généralités[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronologie de Dragon Ball.

Sommaire[modifier | modifier le code]

Une des sept Dragon Ball (la Dragon Ball à une étoile).

L'histoire de Dragon Ball suit la vie de Son Goku, un garçon à la queue de singe inspiré du conte traditionnel chinois La Pérégrination vers l'Ouest. Son Goku est un jeune garçon simple d'esprit et pur doté d'une queue de singe et d'une force extraordinaire. Il vit seul, après la mort de son grand-père adoptif, sur une montagne et en pleine nature, dans un paysage ayant les caractéristiques d'une forêt sauvage. Un jour, il rencontre Bulma, une jeune fille de la ville, très intelligente mais immature et impulsive. Elle est à la recherche des sept boules de cristal légendaires appelées Dragon Balls. Dispersées sur la Terre, ces Dragon Balls, une fois réunies, font apparaître Shenron, le Dragon sacré, qui exauce le souhait de la personne l'ayant invoqué. Son Goku accepte d'aider Bulma car son grand-père adoptif Son Gohan lui avait dit d'être gentil avec les filles ; de plus le vieil homme lui avait confié l'une des quatre boules (celle à quatre étoiles), que le jeune garçon a perdue et souhaite retrouver en son souvenir. Au cours de leur parcours initiatique, ils font de nombreuses rencontres. Son Goku, qui n'était jamais sorti de sa forêt, est amené à suivre un apprentissage auprès de maîtres comme Maitre Muten Roshi ou Maître Karin et à participer à plusieurs championnats du monde d'arts martiaux (Tenkaichi Budokai). Il mène de nombreuses batailles et finit par devenir (vraisemblablement) le plus puissant artiste martial de l'univers. Il n’est cependant pas sans aide : le manga présente une vaste galerie d'artistes martiaux, alliés ou d'ennemis, fournissant le conflit qui anime chaque arc de la saga.

Production[modifier | modifier le code]

Après le succès de son précédent manga Dr. Slump, Akira Toriyama a voulu rompre avec les influences occidentales courantes dans ses autres séries. Quand il a commencé à travailler sur Dragon Ball, il a décidé de s’inspirer du roman chinois classique La Pérégrination vers l'Ouest.

Dragon Ball est à l'origine une version remaniée et étoffée de son manga Dragon Boy, laquelle a été initialement publiée en feuilleton dans Fresh Jump puis publiée en un volume unique de tankōbon en 1983. Ce court travail combinait le style comique de Dr Slump avec une intrigue plus orientée vers l'action, et rendait hommage au célèbre acteur d'arts martiaux Jackie Chan. Toriyama note que son objectif pour la série était de raconter une histoire « non conventionnelle et contradictoire ».[réf. nécessaire]

Alors que ce nouveau manga est initialement peu populaire au moment de sa sortie, après l'arc du Roi Pilaf, Toriyama décida de décrire un tournoi mondial d'arts martiaux, un motif alors récurrent et très populaire dans le monde du manga. Son éditeur, Kazuhiko Torishima, avait également confié à Akira Toriyama que Goku était considéré comme « assez fade », incitant l'auteur à lui développer des traits de personnalité plus pittoresques.

Histoire et évolution[modifier | modifier le code]

Un élément unificateur de l'intrigue qui accompagne la progression de Goku en tant qu'artiste martial est sa recherche des Dragon Balls éponymes. Ces boules magiques sont une composante de l'univers narratif, mais ne sont toutefois pas au centre de toutes les intrigues (leur importance tend à décroître au fil du récit, et plus encore l'élément de surprise associé au souhait qui sera formulé, puisqu'elles finissent par simplement faire office de « bouton reset » en ressuscitant les personnages morts au cours de la bataille précédente). Les Dragon Balls sont sept sphères de cristal de couleur orange et portant chacune de une à sept étoiles en guise de numérotation, dispersées à travers le monde. Une fois réunies, elles permettent d'invoquer Shenron, un dragon immatériel ayant le pouvoir d'exaucera n'importe quel souhait. Une fois le souhait exaucé, les Dragon Balls sont à nouveau dispersés dans le monde entier et deviennent inertes pendant un an. Autrefois, il fallait des générations pour parcourir le monde et rassembler les Dragon Balls. Au début de l'histoire, cependant, une jeune fille géniale de 16 ans, nommée Bulma, invente un radar spécial pour détecter les Dragon Balls, rend la quête beaucoup moins pénible.

L'histoire de Dragon Ball se déroule progressivement au cours de 11 années de publication. Le ton et le style des histoires changent progressivement pour refléter les goûts des lecteurs et des éditeurs de Shōnen Jump au Japon. Les premiers volumes du manga (chapitres 1-134) sont avant tout des histoires fantastiques et humoristiques, mais contenant quelques éléments mineurs de science-fiction, un peu comme Dr Slump. Parmi les éléments fantastiques notables figurent non seulement le garçon-singe Goku et les Dragon Balls éponymes, mais également de nombreux personnages d'animaux parlants, des techniques d'arts martiaux improbables et l'identification des personnages en tant que dieux et démons. Malgré les éléments fantastiques, le monde de la série contient des éléments de science-fiction, avec des objets quasi magiques présentés comme des innovations technologiques (illustrant la troisième loi de Clarke selon laquelle une technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie), notamment des capsules hoi-poi, des capsules compactes mais pouvant stocker presque tous les objets, même d'un volume considérable (y compris une voiture, une maison, un avion...). L’ambiance générale des premiers volumes est légère, avec peu de morts et un accent sur l’aventure et l’humour.

Un changement d'humeur subtil mais significatif commence avec l'arc du roi Piccolo (chapitres 135-194), dans lequel le manga prend une tonalité plus sombre qu'au cours des volumes précédents, en particulier à partir de la mort de Krillin, plus proche ami de Goku (le premier de nombreux décès dans cet arc). Cet arc établit le schéma général et les éléments récurrents qui vont ensuite structurer les arcs ultérieurs.

Dragon Ball achève de se transformer radicalement en un manga basé sur l'action et les combats de plus en plus violents au début de l'arc Saiyan (chapitres 195-241) : il s'agit, dans l'adaptation télévisuelle, du passage de « Dragon Ball » à « Dragon Ball Z ». À partir de l'introduction du premier fils de Goku (Gohan), les intrigues commencent à prendre une approche beaucoup plus sérieuse et résolument orientée vers la science-fiction. Par un procédé systématique de continuité rétroactive, de nombreux personnages initialement supposés avoir des origines surnaturelles, notamment Goku et Piccolo, se révèlent être des extraterrestres venus de lointaines planètes. Dès lors, les voyages intersidéraux, les menaces extra-terrestres et celles de puissants cyborgs et androïdes vont occuper une place centrale, supplantant les ennemis humains et les animaux parlants de la première série.

Après la défaite de Végéta et la conclusion de l’arc des Saiyans, les survivants de la violente attaque de la planète Saiyan se rendent sur la planète Namek pour ressusciter leurs amis. Ceci commence l'arc de Freezer (chapitres 242-329). Cet arc est remarquable pour avoir présenté le premier Super Saiyan (Goku présentant une chevelure dorée après avoir intensifié son aura jusqu'à son paroxysme, déployant alors un potentiel combatif insoupçonné), concept faisant désormais partie des éléments emblématiques de la série. Cette partie donne également le ton des évolutions ultérieures en présentant des personnages dont la puissance croît de façon exponentielle, avec la généralisation de la quantification du « potentiel de combat » (mesure fictive de la vitesse et de la force d’un combattant, matérialisée à l'origine par un détecteur oculaire dont sont équipés les Saiyans).

L'arc Android (chapitres 330 à 420) présente Trunks, un mystérieux combattant mi-Saiyan mi-humain issu d'un futur alternatif post-apocalyptique dans lequel tous les combattants ont été tués par des machines de guerre diaboliques, apparemment invincibles, appelées cyborgs, dont l'énigmatique et vil Cell, cyborg constitué à partir des cellules de la plupart des héros ainsi que certains de leurs plus puissants adversaires. Cet arc est remarquable pour être le seul dans lequel Goku ne vainc pas l'ennemi principal : c'est en effet son fils Gohan qui vainc Cell, alors que Goku s'est sacrifié et le guide sous la forme d'un ange. Dans cet arc, Gohan dépasse le niveau de Super Saiyan et atteint le stade de Super Saiyan 2 afin de vaincre Cell.

Après la mort de Goku, celui-ci est autorisé à garder son corps et à s'entraîner dans l'Autre Monde. Sept ans passent et Goku devient plus fort, tandis que la puissance de Gohan diminue, celui-ci se concentrant sur ses études. Baba la Voyante permet à Goku de revenir sur Terre un seul jour, marquant le début de l’arc Majin (chapitres 421-519), le dernier arc du manga. Le début de cet arc final se concentre sur un Gohan adolescent. Tous les Saiyans parviennent au moins à atteindre le niveau de Super Saiyan. Gohan peut toujours atteindre le niveau Super Saiyan 2, tandis que Goku et Vegeta parviennent également à déclencher cette transformation. Un niveau supérieur, Super Saiyan 3, est atteint par Goku, puis par Gotenks, fusion entre Son Goten (deuxième fils de Son Goku) et le jeune Trunks. Le concept de fusion fait son apparition dans la série, permettant de générer des personnages transitoires à la puissance encore considérablement accrue : ainsi Goten et Trunks fusionnent pour former Gotenks, tandis que la fusion entre Goku et Vegeta constitue le personnage le plus puissant de Dragon Ball : l’invincible Vegito. Au cours de cette partie, le déjà surpuissant Majin Buu parvient encore à augmenter son pouvoir en absorbant Gotenks, Piccolo et Gohan. Majin Buu réussit également là où les précédents ennemis Végéta, Frieza et Cell avaient précédemment échoué, en détruisant la Terre pour de bon. La Terre et tous les êtres qui s'y trouvaient au moment de sa destruction sont par la suite restaurés à l'aide des Dragon Ball Namekian, et Kid Buu est détruit par la bombe spirituelle de Goku.

Kid Buu est réincarné en un être humain de pur bien appelé Uub. Goku, Végéta et M. Satan sont téléportés sur Terre pour retrouver leurs amis et leurs familles. Dix ans plus tard, Goku demande au « bon Buu » de tricher pour que Goku et Uub puissent s'affronter en duel. Après le duel, Goku décide d'aller au village d'Uub et de former Uub à son potentiel, afin qu'un jour ils puissent avoir un nouveau duel pour décider qui est le plus fort combattant de l'univers (actuellement Goku). Le village d'Uub reçoit plus tard de l'argent de M. Satan. En conclusion du manga, la plupart des personnages réunis (à l'exception de personnages mineurs) adressent un signe aux lecteurs et un grand panneau « THE END » est visible.

Après avoir terminé cette série, Toriyama a fait une pause avant de réaliser le manga Gag[Quoi ?] appelé Nekomajin. Cette histoire contient de nombreux éléments récurrents et quelques personnages de Dragon Ball, notamment Majin Buu, Vegeta et Goku. Toriyama a ensuite réalisé le manga Jaco the Galactic Patrolman, préquelle à Dragon Ball. On y croise notamment le Docteur Brief, sa femme et leurs deux filles, Bulma et Tights.

Arcs[modifier | modifier le code]

  • Entraînement de Son Goku (Chapitres 1-54)
  • Armée du Ruban Rouge (Chapitres 55-112)
  • Roi Piccolo (Chapitres 113-194)
  • Invasion des Saiyans (Chapitres 195-241)
  • Contre Freezer sur la planète Namek (Chapitres 242-329)
  • Les Androïdes contre Cell (Chapitres 330-420)
  • La finale contre les Majins (Chapitres 421-519)

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Dragon Ball.

Dragon Ball est riche d'une foisonnante galerie de personnages. L'apparition progressive de nouveaux personnages se fait souvent au détriment de plus anciens qui passent au second plan voire disparaissent (en particulier quand le niveau de puissance des adversaires se met à croître très au delà de leurs capacités de simples terriens). Quelques-uns cependant tiennent une place importante tout au long de l'histoire.

Son Goku est le personnage principal de toutes les séries confondues de Dragon Ball[9]. Jeune enfant robuste mais naïf au début de l'aventure, il n'a de cesse de dépasser ses limites et acquiert en grandissant de formidables pouvoirs ainsi qu'un immense orgueil de combattant (caractéristique de sa race) qui l'amène parfois à prendre des risques inconsidérés pour savourer la joie d'affronter un adversaire extraordinaire ayant atteint son plein potentiel. Il se révèle être un extraterrestre, un « Saiyan », peuple essentiellement constitué de guerriers redoutables, ayant la capacité de se transformer en prenant l'apparence de singes géants au pouvoir destructeur considérable. Au début de l'histoire, il fait la rencontre de Bulma, une jeune adolescente surdouée mais impulsive, qui permet à Son Goku de découvrir le monde en partant à la recherche des Dragon Balls ; bien que ne sachant pas se battre, elle garde une place importante tout au long de l'aventure grâce à ses talents d'inventeur. Les deux font par la suite connaissance de Kamé Sennin (dit Maître des Tortues ou « Tortue Géniale »), qui devient le premier maître de Son Goku. Celui-ci gardera jusqu'à la fin de l'histoire la tunique distinctive de l'école des tortues, en signe de respect. Kamé Sennin est le créateur de la technique principale de Goku : le Kamé Hamé Ha, qui consiste à concentrer son Ki puis à projeter une vague d'énergie avec les mains. Son Goku suit un entraînement très rigoureux avec un autre jeune disciple, Krilin, qui deviendra son plus proche ami tout au long de l'histoire. Des années plus tard, Son Goku et son épouse Chichi donnent naissance à leur premier fils nommé Son Gohan. D'abord timide et pacifiste, celui-ci gagne en importance et en combativité au fil du récit, jusqu'à devenir quasiment le personnage principal de certains arcs tardifs de la série[9].

Des personnages importants, au départ adversaires puis progressivement alliés lors de la progression de l'aventure, incluent Piccolo, le fils de la partie démoniaque d'un extraterrestre originaire de la planète Namek devenu le Tout-Puissant c'est à dire le dieu de la Terre ; et Vegeta, le prince des Saiyans, de nature cruelle et violente de prime abord, devenu un allié de circonstance, puis définitivement intégré dans le groupe des héros jusqu'à s'unir avec Bulma. Il entretient tout au long de l'histoire une rivalité avec Son Goku qu'il considère comme un rival à dépasser. Freezer, Cell et Boo sont les trois principaux adversaires de la seconde partie de la série. Cependant, le Boo « gentil » se rangera du côté des protagonistes après avoir été physiquement séparé de sa part de vice, tandis que le Boo maléfique sera vaincu par Son Goku et réincarné en Oob, petit garçon gentil, timide et puissant que Son Goku prendra pour disciple.

Univers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The World.
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les personnages évoluent sur une représentation fictive de la planète Terre (le nom « Terre » est plusieurs fois prononcé dans les mangas) ainsi que dans divers lieux de l'univers, et également dans des lieux mystiques comme le séjour des morts. On aperçoit brièvement la Lune dans les premiers tomes, mais le premier lieu insolite que l'on rencontre est en effet l'au-delà. Son Goku s'y retrouve après son combat contre Radditz, à l'issue duquel il s'est sacrifié. C'est dans le palais du roi Enma, sorte de Purgatoire, où les âmes sont dirigées vers le Paradis ou l'Enfer. Son Goku sera privilégié, puisqu'il ira ailleurs : il empruntera le chemin du serpent, voie longue d'un million de kilomètres qui passe juste au-dessus de l'Enfer, pour se rendre chez Maître Kaio du Nord, un des quatre Kaio cardinaux, sous la protection duquel se trouve la Terre. La planète de Maître Kaio est un tout petit rocher rond, d'une centaine de mètres de circonférence environ, mais dont la gravité est dix fois plus élevée que sur la Terre. Il y vit avec Bubbles, son chimpanzé, et Grégory, son criquet (ce dernier n'est présent que dans l'anime).

Après la victoire de Son Goku, Son Gohan, Krilin et Yajirobé face à Vegeta, les héros se rendent sur la planète Namek, terre d'origine de Piccolo et du Tout-Puissant. C'est une planète très peu peuplée, éclairée par plusieurs soleils, sur laquelle il ne fait jamais nuit (sauf lorsqu'est invoqué le dragon Porunga, homologue du dragon Shenron). Le ciel est vert, et sa couleur se reflète dans les grandes étendues d'eau, donnant une étrange atmosphère à la planète. La végétation est très éparse, et du peu que l'on en voit, la faune est surtout aquatique (poissons géants semblables a des baleines, grenouilles dotées d'antennes). La planète sera détruite par Freezer, mais les Nameks trouveront refuge sur une planète très semblable, que l'on pourra voir dans l'OAV 6 et plus tard dans l'histoire lorsque Son Goku viendra chercher Dendé pour qu'il occupe le poste de dieu de la Terre.

Durant la saga Boo, Son Goku et Vegeta se battront contre le Boo originel au Kaioshinkai, le royaume des Kaioshins, situé au-dessus du Paradis, où normalement aucun mortel ne peut se rendre. Ce monde présente peu voire pas de végétation, si ce n'est l'herbe au sol, et son ciel est pourpre.

En dehors de ces lieux, de nombreux mondes n'apparaissent que dans le dessin animé. Ainsi, si dans le manga Son Goku ne fait qu'une brève visite aux Nameks sur leur nouvelle planète, le film 6 y consacre une aventure entière. Le film 8 nous montre la nouvelle planète Vegeta, une planète d'apparence luxuriante mais qui n'est en réalité qu'un désert stérile et rocailleux. Le film 10 montre la planète Vegeta, mais aussi, brièvement, la planète Milt et la planète Kanasa. Le film 11 se passe sur la Terre, mais à une époque différente. Le film 12 nous montre en détail l'enfer, puisque Vegeta et Son Goku y combattent Janemba. Et enfin, le film 13 laisse brièvement entrevoir Konut, la planète natale de Tapion. Quant à la troisième série animée, Dragon Ball GT, elle se déroule dans une multitude de mondes différents.

Manga[modifier | modifier le code]

Dragon Ball[modifier | modifier le code]

Logotype de la première édition japonaise et de l'édition coffret française de Dragon Ball.

Publié pour la première fois en France à partir de en demi-volumes en kiosque puis à partir du 17 mai 1993 en librairie aux éditions Glénat[12], Dragon Ball est l'un des mangas les plus populaires au monde. À la fin 2009, ses 42 volumes se sont vendus à 300 millions d'exemplaires à travers le monde dont 18 millions en France, en faisant l'un des plus grands succès de l'histoire de la bande dessinée dans ce pays[2], dépassant notamment les 225 millions totalisés par les 24 tomes que comptent Les Aventures de Tintin. Une nouvelle édition française retravaillée et retraduite a été publiée de 2003 à 2008, visant à se rapprocher de l'édition originale japonaise. Outre les éditions presse en 85 volumes et l'édition en 21 volumes doubles, Glénat édite les 34 kanzenban à partir de [13]. Cette édition luxueuse, baptisée Perfect Edition par l'éditeur ou Ultimate Edition dans l'ouvrage en lui-même, propose les planches en couleurs dans une nouvelle pagination en grand format, de nouvelles couvertures dessinées par l'auteur et les derniers correctifs de la traduction utilisée dans l'édition en coffret pour offrir une version française optimale : correction des noms encore erronés, élimination de toute influence japonaise superflue dans la langue française (accents inhabituels, suffixes inexistants…), rectifications de certaines répliques pour un meilleur impact, nombreuses notes ajoutées, police d'écriture adaptée au contexte (narration, dialogue, chuchotement…). De plus, la fin du dernier tome est légèrement différente des précédentes traductions ; en effet, le personnage de Oob se voit attribuer le Kinto-un par Son Goku : cette scène n'apparaît pas dans les précédentes éditions.

Langue Édition Volumes Date de parution Caractéristique
Japonais Simple 42 10 septembre 1985 – 4 août 1995
42 2009 – ? Réédition avec un large logo « DB » vert.
Anime Comics 39 4 novembre 2005 - 2 juillet 2010
Perfect Edition 34 4 décembre 2002 – 2 avril 2004
Full Color 20 4 février 2013 – 4 juillet 2014
Français Kiosque 85 15 janvier 1993 – 15 décembre 1999 Couverture blanche.
1996 – 2003 Réédition avec une couverture rouge.
1999 – 2007 Réédition avec une couverture orange.
2003 – ? Réédition avec une couverture violette.
Simple 42 24 mai 1993 – 11 novembre 2000
Double 21 21 mars 2001 – 20 octobre 2004
Coffret 21 15 juin 2003 – 10 septembre 2008 Éditions coffret et deluxe identiques mais avec ou sans le coffret.
Deluxe 42 2003 – 2008 Éditions coffret et deluxe identiques mais avec ou sans le coffret.
France Loisirs 21 2007 – ? Éditée par France Loisirs.
Anime Comics 33 16 avril 2008 – en cours Basée sur l'anime Dragon Ball Z.
15 30 janvier 2013 – 19 octobre 2016 Basée sur les films Dragon Ball Z.
Perfect Edition 34 18 février 2009 – 21 janvier 2015
Roman 14 27 octobre 2010 – en cours

Séries dérivées[modifier | modifier le code]

Une adaptation en manga de Dragon Ball : Salut ! Son Gokû et ses amis sont de retour !! écrit par Naho Ōishi, a été publié le et le 21 avril 2009 dans le magazine mensuel japonais V Jump[14].

Un autre manga dérivé intitulé Dragon Ball SD, également écrit par Naho Ōishi, est publié dans le magazine Saikyō Jump de Shueisha depuis début 2010[15]. Cinq volumes sont commercialisés en février 2018[16]. La version française est publiée par Glénat depuis novembre 2015[17]. Réalisée en couleur, le manga rescénarise l'histoire du manga avec des personnages SD et des éléments inédits[18].

Dragon Ball: Episode of Bardock est un manga en trois chapitres, encore une fois écrit par Naho Ōishi, publié dans le magazine V Jump entre août et octobre 2011. Ce manga est la suite du téléfilm de 1990 intitulé Baddack contre Freezer avec certains changements significatifs. Comme le titre l'indique, le manga relate l'histoire alternative de Bardock / Baddack, le père de Son Goku, qui aurait en fait survécu à l'assaut de Freezer contre la planète des Saiyans, combattant ses ennemis sous la forme d'un Super Saiyan. Le concept de Bardock apparaissant sous la forme de Super Saiyan est basé sur les cartes Dragon Ball Heroes qui le montrent en tant que Super Saiyan[19].

Dragon Ball SSSS[20], pour Dragon Ball Saikyō Super Saiyan Secret (également appelé Dragon Ball: Force Project), est un projet développé pour englober les nouvelles adaptations basées sur la série Dragon Ball. C’est un projet lancé par Bandai en collaboration avec les magazines V Jump et Saikyō Jump en novembre 2011.

Un manga dérivé intitulé Dragon Ball – Extra: Comment je me suis réincarné en Yamcha ! (DRAGON BALL外伝 転生したらヤムチャだった件?) est dessiné par Dragon Garow Lee et publié dans le magazine Shōnen Jump+ entre décembre 2016 et août 2017[21],[22]. Le volume relié est ensuite publié par Shueisha le 2 novembre 2017 au Japon, et en France le 6 février 2019.

Anime[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Logotype de Dragon Ball Z Kai.

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Parallèlement à la diffusion de l'anime, Dragon Ball est adapté au cinéma, dès . Ces films sont généralement des moyens-métrages d'une cinquantaine de minutes, qui sortent dans le cadre des Toeï Anime Fair semestriels. Ces films s'insèrent difficilement dans la continuité de l'intrigue de la série classique et mettent en scène de nouveaux ennemis. Entre 1986 et , ce sont trois films de Dragon Ball et treize films de Dragon Ball Z qui sont réalisés, suivis par un film anniversaire de Dragon Ball, au graphisme modernisé, en 1996.

En France et en Belgique, ces films sont directement édités en vidéo, à l'exception des quatre derniers de la saga Dragon Ball Z, réunis en deux longs métrages sortis en salles en 1995 et 1996 et distribués par AB Productions, société responsable de la diffusion de l’anime dans le Club Dorothée.

À la télévision, trois téléfilms sont réalisés pour la chaîne Fuji TV : L'Histoire de Trunks, Baddack contre Freezer et Cent ans après. La société Bandaï produit également une OAV, pour clore le jeu vidéo Dragon Ball Z : Le Plan d'anéantissement des Saïyens (1993). À l'occasion des quarante ans du Weekly Shōnen Jump, la Shūeisha a concocté un nouveau film de Dragon Ball intitulé Dragon Ball : Salut ! Son Gokû et ses amis sont de retour !! diffusé sur le site officiel de la Shūeisha fin [23].

En , la Shūeisha annonce dans le Weekly Shōnen Jump un nouveau film Dragon Ball, nommé Dragon Ball Z: Battle of Gods et réalisé par Hiroshima Hosoda, pour une sortie le au Japon. L'intrigue se situe avant les évènements de Dragon Ball GT[24]. Pour la première fois Akira Toriyama est totalement impliqué dans l'écriture du scénario ainsi qu'à la réalisation du film, et non plus en tant que consultant ou character designer comme il en avait l'habitude lors des précédents projets. Il déclare alors dans un message venant confirmer sa participation lors de l'annonce du film dans le Weekly Shōnen Jump[réf. nécessaire] :

« C’est rare, ou devrais-je plutôt dire la première fois, que je sois autant impliqué dans l’écriture d’un film d’animation. Comme ça fait longtemps, j’ai déjà oublié un tas de choses, mais en tant que créateur et auteur de l'œuvre originale, j’ai rapidement pu me remettre dans le bain. Pour ce film, nous avons ajouté une touche de modernité, mais en prenant soin de laisser l’atmosphère originale intacte. Je pense donc qu’on va bien s’amuser, comme à l’époque. »

Akira Toriyama est également aux commandes du film Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’, sorti en avril 2015.

En décembre 2017, lors de la Jump Festa, il est annoncé qu'un vingtième film Dragon Ball arrivera dans les salles japonaises fin 2018. Prévu pour le 14 décembre 2018, le film se déroule après les événements de Dragon Ball Super[25] et raconte les origines de la puissance des Saiyans[26].

Le vingtième film se nomme Dragon Ball Super: Broly. Broly reviendra avec son père, Paragus, et sera l'antagoniste principal.

Films live[modifier | modifier le code]

Un film intitulé Dragon Ball, le film : La Légende des sept boules de cristal, adapté de la série Dragon Ball, a été diffusé à Taïwan en 1989[27]. Le scénario met en scène un groupe mené par Son Goku tentant d'arrêter le maléfique Roi Cornu avant que celui-ci utilise les sept boules de cristal dans le but de dominer le monde. En décembre 1990, la version non officielle coréenne du film intitulé Dragon Ball est diffusée. Le film met en avant l'histoire originale de Dragon Ball tout en se basant sur le scénario de Dragon Ball, le film : La Légende des sept boules de cristal. Cette adaptation sans licence et à faible budget, très éloignée de sa source, est de piètre qualité ; sa relative popularité en France est principalement due à sa recension sur le site de critiques sarcastiques Nanarland[28].

En mars 2002, la compagnie 20th Century Fox acquiert les droits des films adaptés de la franchise Dragon Ball[29] et débute la réalisation d'un film live intitulé Dragonball Evolution[30]. Ben Ramsey est engagé pour écrire le scénario basé sur Dragon Ball Z[31]. Réalisé par James Wong et Stephen Chow[30], le film est commercialisé aux États-Unis le [32]. Le film est néanmoins un échec tant du point de vue des critiques que des fans de la série animée d'origine[33] ; les revenus au box-office ont été estimés à 57 millions de dollars[34]. L'histoire ne respecte pas le manga : ainsi, dans le film, les Dragon Balls ont été créés par 7 sages pour contrer le démon Piccolo, ce dernier étant accompagné d'un Oozaru ; Gokû est lycéen, Tortue Géniale a des cheveux courts et noirs et n'a pas de barbe. La qualité extrêmement faible de cette adaptation, aux effets spéciaux bas de gamme et au scénario dénaturant l'esprit du manga originel, ont suscité la colère de la communauté des fans et d'abondantes moqueries, comme sur le site français Nanarland[28] ou sur la chaîne YouTube des critiques français Sébastien Rassiat et Frédéric Molas, alias « Le Joueur du Grenier »[35].

Des projets amateurs ont également vu le jour grâce à l'essor des plates-formes de diffusion vidéo telles que YouTube et de la démocratisation des logiciels d'effets spéciaux. Certains de ces courts métrages ainsi réalisés ont parfois été jugés beaucoup plus convaincants que les films « officiels » par les fans du manga :

  • Dragon Ball Z: Saiyan Saga (2012) : une courte vidéo de 5 minutes produite par K&K Productions et basée sur la saga des Saiyans. La vidéo ayant été visionnée plus de 10 millions de fois sur YouTube et ayant connu un accueil très favorable des fans de la série, la société K&K a été contactée par la Toei en vue d'une éventuelle production de plus grande ampleur[36].
  • Dragon Ball Z: Light of Hope (2015) : il s'agit d'une série financée par les fans et produite par l'association RobotUnderDog[37], épisode par épisode, fondée sur l'histoire du Trunks du futur. L'accueil critique a été particulièrement chaleureux, permettant la réalisation de trois épisodes, et d'autres sont en projet. Cette adaptation est sans doute celle dont les combats collent le plus au rythme de l'anime : les effets spéciaux ont été considérés par la critique comme extrêmement convaincants, et autrement plus crédibles que ceux du film Dragon Ball Evolution[38]. Fin 2015 l'épisode pilote avait été visionné plus de 20 millions de fois sur YouTube.
  • Dragon Ball: The Fall of Men (2015) : un court-métrage réalisé par une équipe de fans français (Yohan Faure et Vianney Griffon[39]) et diffusé sur YouTube, basé sur une adaptation libre de la saga du Trunks du futur (tourné en France avec des acteurs européens). Cette version a comptabilisé plus d'un million de vues et s'est attirée des critiques élogieuses dans la presse[40], ainsi que le soutien appuyé du célèbre auteur de comics américain Stan Lee[41].
  • Dragon Ball: The Legendary Warrior (2017) : en février 2017 le jeune réalisateur argentin Esteban Aduriz publie sur Internet la bande-annonce d'un potentiel nouveau film de fans, basé sur l'attaque des Saiyens sur Terre[39].

Autres médias[modifier | modifier le code]

Outre les jeux vidéo, Dragon Ball est aussi décliné en une multitude de produits, à partir de la diffusion japonaise de l'anime, en 1986. De nombreuses séries de cartes à collectionner sont éditées (Carddass, cartes à collectionner, etc.), ainsi que de nombreux modèles de figurines (Chara Puchietc.). L'univers de Dragon Ball est également adapté pour des jeux de société, des jeux de combats, des casquettes, des vêtements, des sets de table, des peluches, mais aussi des bonbons et snacks.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Plus de 33 ans après sa création, Dragon Ball est encore la source de nombreuses conversions vidéo-ludiques sur toutes les générations de consoles de jeux. Ils sont pour la plupart des jeux de combat. Suivant généralement la trame du manga, il arrive que certains jeux apportent des aventures inédites : en 1993, Dragon Ball Z Gaiden, uniquement commercialisé au Japon, apporte en bonus deux OAV inédits en plus du jeu lui-même (cf. Dragon Ball Z : Le Plan d'anéantissement des Saïyens). Ces OAV seront en bonus remasterisés plus tard dans Dragon Ball: Raging Blast 2 en 2010[42].

Artbooks[modifier | modifier le code]

Il existe deux séries de artbooks. La première s'intitule Dragon Ball – The Complete Illustrations, initialement commercialisée au Japon en 1995[43] qui a été traduite et imprimée aux États-Unis par VIZ Media en 2008. Elle contient toutes les 264 illustrations à colorier d'Akira Toriyama qui ont été publiées en couverture dans le magazine Weekly Shōnen Jump, des bonus et les couvertures des 42 tomes. Elle inclut également une entrevue avec Akira Toriyama sur ses travaux. Au Japon, elle a été commercialisée en sept volumes. Sa traduction, intitulée Le Grand livre de Dragon Ball (ISBN 978-2-7234-2252-9), est commercialisée en France en [44].

L'autre est intitulée Dragon Ball GT – Perfect Files, commercialisée en mai 1997 et décembre 1997 par Jump Comics Selection de Shueisha. Elle inclut des informations concernant l'œuvre, des galeries d'illustration et plus encore. Elles ont été publiées depuis de nombreuses années[évasif] et de nouveau en avril 2006[45],[46].

Guides[modifier | modifier le code]

Anime comics[modifier | modifier le code]

Logo de la première partie des anime comics japonais de Dragon Ball Z.

Une nouvelle collection de bande dessinée, nommée Dragon Ball Z, a été lancée par Shūeisha en [63], et s'est achevée en [64]. Elle reprend des images de la série animée, montées en cases tel un manga. Dans la mesure du possible, l'anime comics reprend souvent exactement les positions et angles de vue de chaque case du manga. Des passages sont rajoutés ou légèrement modifiés pour la série télévisée qui ne sont pas présents dans l'œuvre originale. La répartition par chapitres est plus espacée, il y en a trois ou quatre par volume contre une dizaine pour le manga. La série a été répartie en arcs pour son adaptation en anime comics, il n'y a donc pas de titres pour les volumes, seulement le nom de l'arc exploré et le numéro du volume concernant cette partie.

En France, cette collection a été lancée en par Glénat[65]. Les sept premières parties ont été éditées en intégralité. Pour une plus grande cohérence entre ce format et le manga, la même traductrice a été mise à contribution.

Analyse[modifier | modifier le code]

Inspiration et création[modifier | modifier le code]

Dragon Ball trouve sa première inspiration dans le conte chinois tao-bouddhiste La Pérégrination vers l'Ouest[66]. La série conserve plusieurs éléments comme le nom du héros : Son Goku (référence au roi des singes de la légende[66]) et les objets magiques comme le nuage de transport (Kinto-un), le bâton de combat extensible (Nyoï-Bô) et l'éventail (Basshô). Dragon Ball, ou tout du moins Son Goku, existe dans l'esprit d'Akira Toriyama depuis très longtemps : les premières ébauches de l'adaptation de ce conte, nommées Gum Gum Punch Songoku! et Journey to West, ont été réalisées alors qu'il n'était pas encore un mangaka confirmé. Bulma et Oolong, figurent déjà dans ces histoires. Dragon Boy et Tongpoo, des histoires courtes réalisées juste avant Dragon Ball, sont aussi assez proches des aventures de Son Goku.

Passionné par les films de Jackie Chan, Akira Toriyama a en tête d'écrire une histoire fondée sur le kung-fu[réf. nécessaire]. En , il imagine un court manga du nom de Dragon Boy, racontant l'histoire d'un jeune guerrier qui escorte une princesse et qui est aidé par un petit dragon sortant d'une boule de cristal. Le succès de ce manga l'incite à mettre un terme à Dr Slump[67] et l'inspire pour créer une nouvelle série Dragon Ball[68].

Akira Toriyama n'est pas le premier auteur à s'être inspiré du conte La Pérégrination vers l'Ouest. Osamu Tezuka, mangaka, sortit effectivement La Légende de Songoku en 1952. On y retrouve notamment des éléments similaires, comme le personnage à la queue de singe, le nuage volant ou encore le bâton magique télescopique. Au-delà de ces éléments et quelques autres, les deux séries restent très différentes l'une de l'autre.

Évolution[modifier | modifier le code]

En 1996, la série laisse un grand vide dans le cœur de ceux qui l'ont suivie depuis plus de dix ans, si bien que la Toei décide de donner une suite à Dragon Ball Z. Dragon Ball GT prolonge les aventures des personnages créés par Akira Toriyama pendant 64 épisodes qui ne sont pas adaptés du manga. Akira Toriyama n'en écrit pas l'histoire mais participe néanmoins au graphisme de certains personnages. De ce fait Dragon Ball GT ne fait pas partie de la chronologie officielle de l'œuvre, il s'agit d'une sorte de suite alternative au manga. L'auteur quant à lui conçoit des incursions des personnages de Dragon Ball qu'il affectionne le plus dans sa nouvelle œuvre Neko Majin, puis réalise, en 2006, Cross Epoch, un mélange entre Dragon Ball et One Piece, en collaboration avec Eiichirō Oda.

En 2008, l'anime Dragon Ball : Salut ! Son Gokû et ses amis sont de retour !! célèbre le retour des personnages à l'écran pour une aventure inédite, en guise d'amuse-bouche avant Dragonball Evolution, l'adaptation cinématographique américaine du manga, réalisée par James Wong et sortie le , mais surtout à Dragon Ball Z Kai, réadaptation de Dragon Ball Z. En effet, une nouvelle version de la série animée Dragon Ball Z est créée cette même année : Dragon Ball Z Kai. Cette dernière diffère de l'original, d'abord techniquement en étant réalisée en format HD, mais aussi en se voulant le plus fidèle possible au manga d'origine, étant expurgée de toutes les longueurs rajoutées par la production lors de l'adaptation (faisant ainsi passer le nombre d'épisodes de 291 à 165). Sous la pression des diffuseurs américains de la série,[réf. nécessaire] cette dernière a été légèrement censurée lors des premiers épisodes, dès la sortie japonaise. Toutefois, cette censure semble avoir disparu dans les épisodes plus récents. Cette absence de censure lors des sagas Freezer et les cyborgs est perceptible.[réf. nécessaire]

La véritable suite du manga et de la série animée d'origine est Dragon Ball Super. Cette série, dont le scénario est écrit par Akira Toriyama, est diffusée depuis le 5 juillet 2015 au Japon et le 17 janvier 2017 en France.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le succès international de Dragon Ball a permis à Akira Toriyama de devenir l'un des mangakas les mieux payés du Japon[69]. Selon le critique Daizaburo Okumoto, le style original et immédiatement reconnaissable de Toriyama dans la façon de faire se mouvoir des animaux à la manière d'humains est unique[70]. De plus, un grand nombre de mangakas de la génération actuelle ont été inspirés à des degrés divers par Dragon Ball, ou Akira Toriyama de manière générale. C'est ainsi qu'Eiichiro Oda, Masashi Kishimoto, Tite Kubo, Hiro Mashima ou encore Masakazu Katsura, pour ne citer qu'eux, ont laissé entendre qu'ils étaient fans de l'œuvre de Toriyama.[réf. souhaitée]

Dragon Ball a été traduit dans un grand nombre de langues notamment en coréen, italien, chinois, français, catalan et espagnol. Les anglophones ont été les derniers à découvrir ce manga. C'est néanmoins grâce au très grand succès de la série télévisée Dragon Ball Z que Toriyama a acquis une énorme renommée internationale[68].

Lors de la création de la série, Akira Toriyama travaille pour l'éditeur Shūeisha[68]. La prépublication de Dragon Ball débute le dans le no 51 de la revue japonaise Weekly Shōnen Jump[68]. Le caractère authentique des personnages et l'atmosphère pittoresque contribuent au succès considérable de ce récit. C'est en que sort le premier tankōbon, et une adaptation télévisée de la série apparaît sur Fuji TV le . Rapidement, Son Goku devient la vedette de spots publicitaires et Akira Toriyama est invité dans bon nombre d'émissions télévisées japonaises. Cependant, n'existant plus que par et pour Dragon Ball, Toriyama étouffe. Pour pouvoir s'échapper de ses obligations, l'auteur dessine quelques courts récits parallèles à l'univers de Dragon Ball. Mais ces récits sont de plus en plus difficiles à réaliser. Le temps manque et, malgré l'aide de ses collaborateurs du Studio Bird, Toriyama est obligé de se consacrer exclusivement aux aventures de Son Goku[71]. Toriyama décide de mettre fin à sa série après cinq ans de succès. Il commence par vieillir les personnages et leur fait vivre une ultime aventure où ils combattent le Mal incarné sous la forme du démon Piccolo Daimaô. Mais Shūeisha, l'éditeur de Dragon Ball, refuse l'arrêt de la série. Toriyama finit par céder à la pression et conçoit une suite, mais celle-ci n'est pas produite suffisamment vite pour que Toeï Animation, producteur de la série animée Dragon Ball, en réalise l'adaptation. La série Dragon Ball s'arrête au 153e épisode et une nouvelle série intitulée Dragon Ball Z commence le , toujours sur Fuji TV. Grâce au tournant Dragon Ball Z, le manga connait un succès phénoménal et confère à Toriyama une notoriété internationale[71]. La série évolue et on constate qu'entre les animes Dragon Ball et Dragon Ball Z, l'approche est radicalement différente : Dragon Ball, racontant la jeunesse de Son Goku, présente un ton essentiellement léger et loufoque (en dépit de moments tragiques), tandis que Dragon Ball Z, mettant en scène Son Goku adulte et père de famille, se focalise plus sur une surenchère de combats spectaculaires, la dimension humoristique étant désormais cantonnée à de brefs intermèdes.

Malgré ce succès, Toriyama n'en est pas moins lassé des aventures de ses héros. Ainsi, il alourdit les intrigues, faisant de l'arc Freezer le plus lent de la saga Dragon Ball. La série chute peu à peu dans les sondages[71]. Toriyama lance en parallèle une nouvelle série, Cashman mais celle-ci est loin de connaître le succès de Dragon Ball. L'auteur retrouve un second souffle et la série aussi : l'arc des cyborgs de l'armée du ruban rouge est un des plus complexes et des plus réussis. Mais à nouveau la créativité connaît un déclin, tandis qu'il reprend les mêmes schémas narratifs d'un arc à l'autre, puis introduit des concepts de plus en plus extravagants et incongrus lors de l'arc final. En 1992, Toriyama songe à conclure Dragon Ball à l'issue du combat contre Cell mais l'échec éditorial de Cashman le décide de nouveau à poursuivre les aventures de Son Goku. Finalement, Toriyama mène Dragon Ball tambour battant jusqu'en . La pré-publication du manga se termine dans le no 25 Weekly Shōnen Jump. Le quarante-deuxième et dernier volume relié du manga sort en [71].

La saga Dragon Ball a été le premier grand succès commercial et le premier succès planétaire du manga[72]. Selon Olivier Richard, auteur d'une biographie d'Akira Toriyama[73], Dragon Ball est le « symbole du triomphe international de la bande dessinée japonaise »[74]. Le journal Le Figaro précise que Dragon Ball fait office de titre historique trente ans après sa création et demeure « l'une des plus grandes épopées de la bande dessinée, un véritable mythe moderne, le Star Wars du manga », selon les propos d'Olivier Richard[72]. À l'image de Star Wars, l'univers de Dragon Ball est la source d'inspiration de nombreuses créations dérivées, à caractère professionnel ou amateur, allant de la fan fiction au film live[36],[38],[39],[41] en passant par de nombreux doujinshis[75],[76].

Pour le quarantième anniversaire du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, en janvier 2013, Akira Toriyama reçoit un prix honorifique après être pourtant arrivé en tête du vote des auteurs concernant le Grand prix de la ville d'Angoulême ; cela provoque une polémique lors du palmarès[77],[78], car l’Académie devait choisir son lauréat en tenant compte du vote. En 2018, à l'occasion des 48 heures de la bande dessinée, la Maison de la BD à Blois organise une série de manifestations autour de la genèse de Dragon Ball[79].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chronologie des œuvres d’Akira Toriyama », sur naphtalene.free.fr (consulté le 5 mai 2011).
  2. a et b Les Chroniques de Player One, p. 115 (Éd. Pika, 2010).
  3. (ja) « アニメ『ドラゴンボールZ』17年ぶり映画で復活 Z~GT間の“空白の10年”紡ぐ », sur oricon.co.jp.
  4. Patrick Duval, Japon, Michelin, 2009, p. 92-93.
  5. « http://lacasepipasrei.wordpress.com/2012/04/13/record-chiffre-et-situation-de-la-bd-dans-le-monde/ », sur lacasepipasrei.
  6. « Découvrir les 11 mangas les plus vendus de tous les temps », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2018).
  7. « Histoire du manga », sur glenatmanga.com (consulté le 5 mai 2011).
  8. « Figurines Dragon Ball Z Bandai et Banpresto », sur mangasan.fr, (consulté le 17 novembre 2019)
  9. a b et c Frédéric Ducarme, « Problématiques de la paternité dans Dragon Ball », Bulles de Savoir,‎ (lire en ligne).
  10. (en) « Japan's Cultural Affairs Agency Ranks Top Anime, Manga », sur Anime News Network.
  11. « Les dossiers », sur =http://www.monde-dragonball.fr (consulté le 5 mai 2011).
  12. Les Chroniques de Player One, p. 113 (Édition Pika, 2010).
  13. « Dragon Ball perfect édition en 2009 », sur manga-news.com.
  14. (en) « Dragon Ball: Yo! The Return of Son Goku and Friends!! Manga Adaptation », V Jump, vol. 17, no 2,‎ , p. 55.
  15. (en) « Dragon Ball SD Manga Spinoff to Be Printed in December », sur Anime News Network, (consulté le 2 juin 2008).
  16. (ja) « ドラゴンボールSD 5 », sur books.shueisha.co.jp (consulté le 31 mars 2018).
  17. « Dragon Ball SD en novembre chez Glénat », sur AnimeLand, (consulté le 28 décembre 2015).
  18. (en) « Daizenshuu EX - General - Podcast », sur Daizex.com (consulté le 10 août 2010).
  19. (en) « Kanzentai • Updated July 27th, 2011 », sur Kanzentai.com, (consulté le 10 août 2011).
  20. « Le retour de Baddack », sur total-manga.com, (consulté le 10 janvier 2012).
  21. « Découvrez le spin-off Dragon Ball réservé à…Yamcha ! », sur animeland.fr, (consulté le 17 décembre 2017).
  22. (en) « Dragon Ball Spinoff "Reincarnated as Yamcha" Reaches Its Conclusion », sur crunchyroll.com, (consulté le 17 décembre 2017).
  23. « Un nouveau film de Dragon Ball Z au Japon ! », sur manga-sanctuary.com.
  24. « Le film animation Dragon Ball Z 2013 se dévoile en affiche », sur adala-news.fr (consulté le 12 novembre 2012).
  25. (en) « Dragon Ball Super Anime Film Announces Staff, Release Date (Updated) », sur Anime News Network, (consulté le 17 mars 2018).
  26. (en) « 20th Dragon Ball Anime Film Revealed for December 2018 », sur Anime News Network.com, (consulté le 16 décembre 2017).
  27. (en) Jonathan Clements et Helen McCarthy, The Anime Encyclopedia: A Guide to Japanese Animation Since 1917, Berkeley, Californie, Stone Bridge Press, (ISBN 1-880656-64-7, OCLC 47255331), p. 101–102.
  28. a et b John Nada, « Dragon Ball the Magic Begins », sur Nanarland.
  29. (en) Chris LastGardner, « Fox draws deal for DragonBall live-action pics », The Hollywood Reporter, vol. 372, no 28,‎ .
  30. a et b (en) Tatiana Siegel, « Dragonball comes to bigscreen », sur Variety, (consulté le 14 novembre 2007)
  31. (en) Claude Brodesser, « Ramsey rolls Dragonball Z », sur Variety, (consulté le 7 septembre 2007).
  32. (en) « DragonBall Movie », sur Fox Japan (consulté le 18 juin 2008).
  33. (en) Michelle Castillo, « Movies: 'Dragonball' star: 'No one wants to make a movie that people will hate' », sur L.A. Times, (consulté le 23 janvier 2010).
  34. (en) « Dragonball Evolution », sur Box Office Mojo (consulté le 19 juin 2009).
  35. Joueur du Grenier, « Hors-série : Dragon Ball », sur Youtube, .
  36. a et b David Q, « Encore une adaptation live de Dragon Ball Z à venir », sur scifi-universe.com, .
  37. (en) The Robot, « Dragon Ball Z: Light of Hope Super Spirit Bombs the internet », sur www.robotunderdog.com, .
  38. a et b Rami Bououd, « Dragon Ball Z Light of Hope : la websérie qui surpasse de loin DragonBall Evolution », sur gameblog.fr, .
  39. a b et c « Dragon Ball Z : Un nouveau film live en préparation, le teaser est dingue ! », sur melty.fr.
  40. « Dragon Ball Z « The Fall Of Men » : le meilleur film que vous verrez sur Dragon Ball a été réalisé par des fans », sur LesInrocks.com, .
  41. a et b (en) Stan Lee, « Here Is The Live Action Dragon Ball Z Movie Fans Have Been Waiting For », sur therealstanlee.com, .
  42. 2nz, « L'OVNI Dragon Ball Z Gaiden », sur Jeuxvideo.com, .
  43. « Dragon ball Daizenshuu jp Vol.1 », sur manga-news.com (consulté le 15 août 2011)
  44. « Le Grand livre de Dragon Ball », sur glenatmanga.com (consulté le 7 juillet 2011).
  45. (ja) ドラゴンボールGTパーフェクトファイル (Vol.1) (ジャンプ·コミックス) (コミック).
  46. (ja) ドラゴンボールGTパーフェクトファイル (Vol.2) (ジャンプ·コミックス) (コミック).
  47. « Dragon ball Daizenshuu jp Vol.2 », sur manga-news.com (consulté le 15 août 2011).
  48. « Dragon ball Daizenshuu jp Vol.3 », sur manga-news.com (consulté le 15 août 2011).
  49. « Dragon ball Daizenshuu jp Vol.4 », sur manga-news.com (consulté le 15 août 2011).
  50. « Dragon ball Daizenshuu jp Vol.5 », sur manga-news.com (consulté le 15 août 2011).
  51. « Dragon ball Daizenshuu jp Vol.6 », sur manga-news.com (consulté le 15 août 2011).
  52. « Dragon ball Daizenshuu - Extra jp Vol.1 », sur manga-news.com (consulté le 10 octobre 2011).
  53. « Dragon ball Daizenshuu jp Vol.7 », sur manga-news.com (consulté le 15 août 2011).
  54. « Dragon ball Daizenshuu - Extra jp Vol.2 », sur manga-news.com (consulté le 10 octobre 2011).
  55. « Dragon ball Extra Daizenshuu jp Vol.3 », sur manga-news.com (consulté le 10 octobre 2011).
  56. « Le dictionnaire de Dragon Ball », sur glenatmanga.com (consulté le 7 juillet 2011).
  57. (ja) « Dragonball Z », sur books.shueisha.co.jp (consulté le 10 octobre 2011).
  58. (ja) « Dragonball LANDMARK », sur books.shueisha.co.jp (consulté le 7 juillet 2011).
  59. (ja) « Dragonball FOREVER », sur books.shueisha.co.jp (consulté le 7 juillet 2011).
  60. (ja) « Dragonball », sur books.shueisha.co.jp (consulté le 10 octobre 2011).
  61. (ja) « DRAGONBALL RAGING BLAST PS3/Xbox360両対応版 », sur books.shueisha.co.jp (consulté le 7 juillet 2011).
  62. (ja) « DRAGONBALL RAGING BLAST2 PS3・Xbox360両対応版 », sur books.shueisha.co.jp (consulté le 7 juillet 2011).
  63. (ja) « Dragon Ball Z Anime comics - Cycle 1 », sur books.shueisha.co.jp.
  64. (ja) « Dragon Ball Z Anime comics - Cycle 6 », sur books.shueisha.co.jp.
  65. « Dragon Ball Z - Cycle 1 Tome 1 », sur glenatmanga.com.
  66. a et b Robin E. Brenner, Understanding Manga and Anime [lire en ligne], Libraries Unlimited, 2007, 333 p.  (ISBN 1591583322).
  67. Akira Toriyama reprendra cependant Dr Slump en et obtiendra de nouveau un assez grand succès.
  68. a b c et d Dragon Ball : le Livre d'or inédit, hors-série Dorothée Magazine, n°22, (ISSN 1142-3323).
  69. Paul Gravett, Manga: Sixty Years of Japanese Comics [lire en ligne], éd. Laurence King Publishing, 2004, 176 p. (ISBN 1856693910).
  70. Joypad 32 - 1994.
  71. a b c et d Greg, Linos, dans Joypad 32 - 1994.
  72. a et b « Dragon Ball, le Star Wars du manga », sur lefigaro.fr, (consulté le 13 mars 2017)
  73. « Akira Toriyama : Le maître du manga », infos sur la biographie d'Akira Toriyama faite par Olivier Richard, sur babelio.com (consulté le 13 mars 2017)
  74. Olivier RICHARD, Manga, les 120 incontournables, Editions 12 bis, , 300 p. (ISBN 978-2356484512)
  75. « De bons, ou pas trop mal, doujinshis sur Dragon ball », Présentation d'une sélection de 11 doujinshis sur Dragon Ball, sur .senscritique.com (consulté le 13 mars 2017)
  76. « Fan manga Dragon ball Z - les meilleurs doujinshi sur Dragon ball », Page présentant 111 dojinshis en français sur Dragon Ball, sur fan-manga-dbz.com (consulté le 13 mars 2017)
  77. « Festival BD d'Angoulême: Palmarès et polémique », sur parismatch.com.
  78. « Scandale au pays de la BD », sur 20minutes.fr.
  79. « L’histoire de "Dragon Ball" à la Maison de la BD à Blois », sur Tout en BD,

[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le Dictionnaire de Dragon Ball, Glénat, coll. « Art of », , 312 p. (ISBN 978-2-7234-2945-0).
  • Frédéric Ducarme, « Les mangas nekketsu shōnen sont-ils des mangas sportifs ? L’exemple de Dragon Ball », Comicalités,‎ (lire en ligne).
  • Frédéric Ducarme, « Problématiques de la paternité dans Dragon Ball », Bulles de Savoir,‎ (lire en ligne).
  • Frédéric Ducarme, « L'éthique du corps dans le manga nekketsu : l'exemple de Dragon Ball d'Akira Toriyama », dans Isabelle Guillaume, Aymeric Landot, Irène Le Roy Ladurie et Tristan Martine, Les langages du corps dans la bande dessinée, Paris, L'Harmattan, (lire en ligne).
  • Bouissou J., « Pourquoi aimons-nous le manga ? Une approche économique du nouveau soft power japonais », Cités, vol. 3, no 27,‎ , p. 71–84 (lire en ligne).
  • (en) Jason Thompson, « Dragon Ball », dans Manga: The Complete Guide, Random House Publishing Group, (lire en ligne).
  • (en) Mínguez-López X, « Folktales and Other References in Toriyama’s Dragon Ball », Animation: An Interdisciplinary Journal, vol. 9, no 1,‎ , p. 27–46 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  1. « Figurine Dragon Ball Z », sur sur Manga-San,