Tankōbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un tankōbon (単行本?) est le terme japonais pour un recueil de chapitres de manga. En 1955, les éditeurs décident de republier les mangas diffusés par intermittences dans les magazines en un format poche à couverture souple. Il compile plusieurs chapitres d'une même série et les publie sur du papier de haute qualité. Ce sont ces versions qui sont utilisées pour les traductions européennes et américaines. Cette méthode gagnera en popularité et sera reprise pour la majorité des séries. En cela il s'oppose aux magazines (souvent de la taille d'un annuaire téléphonique) imprimés sur du papier de faible qualité (Weekly Shonen Jump,...) qui contiennent de multiples séries. Il faut toutefois comprendre que les deux travaillent ensemble, à l'image par exemple de la revue (À suivre) et des Editions Casterman autrefois en France.

Aizōban[modifier | modifier le code]

Un aizōban (愛蔵版?) est un volume en édition collector. Ces volumes sont généralement plus coûteux et plus fournis, avec des caractéristiques spéciales telles que des couvertures conçues spécifiquement, un papier de plus haute qualité, une couverture de protection spéciale, etc. Les aizōban sont généralement tirés en séries limitées, augmentant leur valeur financière et leur valeur en tant qu'élément de collection.

Kanzenban[modifier | modifier le code]

Kanzenban (完全版?) est un quasi-synonyme de aizōban, pour les numéros spéciaux. Seuls les mangas les plus populaires paraissent sous ce format

Bunkoban[modifier | modifier le code]

Un bunkoban (文庫版?) est une édition de la taille typique d'un volume de nouvelles au Japon. Plus petits (environ 16cm de hauteur) et plus épais qu'un tankōbon, ils ont généralement une nouvelle couverture conçue spécifiquement. Si un wideban paraît, il aura probablement le même nombre de volumes. On les appelle parfois bunko (sans le -ban).

Wideban[modifier | modifier le code]

Un wideban (ワイド版, waidoban?) est une édition plus large que le classique tankōbon, et reprend l'histoire en un nombre de volumes réduits par rapport à celui-ci. Par exemple, Maison Ikkoku était composé à l'origine de 15 volumes tankōbon, et fut ensuite publié en 10 volumes wideban. Autre exemple, francophone cette fois ci, le manga Cat's Eye a été diffusé sous ce format en seulement 10 volumes, contre 18 pour le tankōbon, pareil pour Dragon Ball qui fait initialement 42 volumes et qui fut publié en 34 volumes.