La Pérégrination vers l'Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Pérégrination vers l'Ouest
Image illustrative de l'article La Pérégrination vers l'Ouest
De gauche à droite : Sun Wu kong, Xuan Zang sur Bai Long Ma, Zhu Ba Jie et Sha He Shang

Auteur Wu Cheng En
Pays Chine
Genre Fantastique
Version originale
Langue Chinois
Titre 西游记
Date de parution Fin du XVIe siècle
Chronologie

La Pérégrination vers l'Ouest (chinois simplifié : 西游记 ; chinois traditionnel : 西遊記 ; pinyin : Xī Yóu Jì ; Wade : Hsi Yu Chi ; EFEO : Si Yeou Ki) est un roman de Wu Cheng En. Il est aussi connu en français sous d'autres titres : « Le Voyage en Occident »[1], « Le Singe pèlerin »[2], « Le Roi-Singe »[3], « Pérégrinations vers l'Ouest »[4], et « Monkey King », « Monkey Goes West », ou bien encore « Journey to the West » dans les pays anglophones, etc. Ces différents titres sont surtout dus à son héros principal, Sūn Wù Kōng, un singe immortel. Ce roman est connu de longue date au Japon sous le nom de Saiyūki (rōmaji) et au Viêt Nam sous le nom de Tây Du Ký . Mais il compte surtout comme l'un des grands classiques de la Chine.

Il retrace l'expédition du moine bouddhiste Xuán Zàng (玄奘)[5], également appelé Táng Sān Zàng (唐三藏), « Tripitaka de l'Empire des Tang », Táng Sān Zàng étant un titre honorifique pour les moines ayant la maîtrise de l'ensemble du canon bouddhiste, lui-même appelé en sanskrit, Tripiṭaka (त्रिपिटक), les « Trois Corbeilles ». Xuán Zàng se rendit de Chine en Inde pour en rapporter les textes authentiques du courant de la « Conscience seule » (yogācāra), afin de les traduire en chinois. Alors que le roman date du XVIe environ, le réel voyage du personnage historique daterait en fait du VIIe (602-664), décrit par son disciple dans le Dà Táng Xī Yù Jì (大唐西域記), le « Rapport du voyage en Occident à l'époque des Grands Tang » en 646 de notre ère.

Dans ce roman fantastique, le moine rencontre toute une série de monstres prêts à le dévorer pour obtenir l'immortalité car sa chair pure donnerait dit-on 10 000 années de vie à qui la mangerait. Il est aidé par des Shén (神) « Divinités », des Xiān (仙) « Immortels », des Pú Sà (菩薩) (Bodhisattva) en sanskrit et des (佛) (Buddha) qui tiennent à protéger son voyage périlleux. Shì Jiā Móu Ní (釋迦牟尼) (Śākyamuni), le Bouddha historique, lui envoie la Bodhisattva, Guān Yīn (觀音), la Grande Miséricordieuse, qui lui adjoint pour sa part quatre protecteurs : un singe immortel, sorte de Hanumân indien, jadis auto-proclamé Qí Tiān Dà Shèng (齊天大聖), « Grand Saint Égal du Ciel », plus connu sous le nom de Sūn Wù Kōng (孫悟空), dont le prénom signifie « Conscient de la Vacuité », un dragon, Lóngwáng Sānjūn (龍王三君) « Troisième Fils du Roi-Dragon », transformé en Bái Lóng Mǎ (白龍馬), le « Cheval-Dragon Blanc », qui sert de monture au bonze, un cochon ou sanglier, Zhū Bā Jiè (豬八戒), « Huit Défenses (Interdits Religieux) » ou Wù Néng (悟能) « Conscient de ses Capacités » qui ne pense qu'à manger et à fonder une famille et enfin un bonze des sables, Shā Hé Shàng (沙和尚) « Moine des Sables », aussi prénommé Wù Jìng (悟净) « Conscient de la Pureté » qui ne pense lui qu'à devenir meilleur.

Ces quatre personnages fantastiques ont pour mission de protéger le moine Sān Zàng ; il s'agit pour Sūn Wù Kōng de s'assagir et de réaliser son potentiel, et pour les deux autres d'effacer les conséquences de leurs erreurs passées qui les ont transformés en Yāo Guài (妖怪) « Démons ». Cette mission leur permettra de racheter leurs fautes passées, d'être pardonnés par le Ciel et de devenir à leur tour des Bouddhas ou des Saints du Bouddhisme.

Ce roman fait partie des quatre livres extraordinaires. On peut entrevoir au travers du récit l'époque Míng (明朝) dont le système politique et administratif est reproduit dans l'entourage des démons et dans leurs relations, ainsi que le syncrétisme idéologique et religieux, mélange de bouddhisme, taoïsme, et confucianisme. Outre la qualité de l'écriture (descriptions attrayantes, rythme enlevé), un des attraits de l’œuvre est qu'elle offre plusieurs niveaux de lecture ainsi qu'une grande variété de thèmes. À l'instar des autres romans chinois classiques, le récit accorde une large part aux usages ainsi qu'aux combats militaires. Il met au jour les mécanismes du pouvoir, notamment la façon dont sont distribuées les charges mandarinales aux puissants, afin de s'assurer de leur loyauté et non de sanctionner une compétence particulière. À ce double titre, le ton parfois humoristique fait qu'elle a pu être interprétée comme une satire de la société de l'époque.

Grandes lignes[modifier | modifier le code]

La pagode de la grande oie sauvage, à Xi'an Shanxi, Chine, où se termine le voyage de Sanzang

Les premiers chapitres décrivent la naissance de Sūn Wù Kōng, dans les « Monts des Fleurs et des Fruits »[6], son intronisation en tant que « Roi des Singes »[7], son initiation dans les arts secrets et magiques avec un Immortel[8], sa mésaventure avec les « Rois-Dragons » où il va acquérir son arme suprême, le « Bâton de Bon-Plaisir Cerclé d'Or »[9], son séjour aux Enfers[10], son ascension mandarinale au Ciel ratée par deux fois[11], sa révolte et son combat titanesque contre les Armées du Ciel[12] et finalement son châtiment par le Bouddha qui l'a condamné à rester 500 ans emprisonné sous la « Montagne des Cinq Doigts »[13]. les suivants nous racontent l'amitié de Sān Zàng avec l'Empereur « Tài Zōng des Táng »[14], la mission que lui confie Guān Yīn[15] et sa décision de partir chercher les soutras[16]. On passe alors à sa rencontre avec ses disciples ; d'abord Sūn Wù Kōng qu'il délivre le premier et qui lui jure fidélité[17], puis Bái Lóng le Prince-Dragon qui dévore sa monture et devient cette même monture pour le reste du voyage[18], Zhū Bā Jiè[19] et enfin, Shā Hé Shàng[20]. Le passé humain du moine est même évoqué[21]et on apprend qu'il serait en réalité la réincarnation d'un ancien disciple de Bouddha appelé « Cigale d'Or »[22], puis Le voyage se poursuit, rythmé par la rencontre de nombreuses créatures maléfiques des deux sexes plus pittoresques les unes que les autres. Les disciples et plus particulièrement le singe, mettent régulièrement leurs pouvoirs fantastiques au service du bonze dont la personnalité, mélange d'incroyable naïveté - qui en fait la proie rêvée des démons - et de sagesse, contribue à donner au Voyage sa coloration quelque peu satirique, jusqu'au but du voyage qui est d'atteindre le Royaume de Bouddha afin de se faire remettre les écritures sacrées.

L'auteur[modifier | modifier le code]

Le roman fut publié pour la première fois à la fin du XVIe siècle. Comme de coutume, le nom de l'auteur n'était pas mentionné, et les différents éditeurs pouvaient modifier le contenu ou la longueur de l'ouvrage. L'identité de son auteur fut donc longtemps ignorée. Au Japon fut publiée au début du XVIIIe siècle la première traduction en langue étrangère, d'après une version commentée de la fin des Ming intitulée : Critique du Xiyouji par M Li Zhuowu[23] ; le Voyage y fut donc publié dans un premier temps sous le nom du commentateur. En Chine, le premier à proposer un auteur fut Wang Jiaxu[24] des Qing [25] dans son Voyage en Occident à la recherche des preuves de la Voie[26] ; il y attribuait la paternité du Voyage au taoïste Qiu Chuji de la fin des Song [27]. Cette opinion fut reprise par les autres lettrés, jusqu'à la fin de l'ère mandchoue[28] où l'on commença à remarquer que le texte mentionnait des coutumes datant des Ming[29], et que certaines parties étaient rédigées en dialecte de Huai'an[30], province du Jiangsu.

L'hypothèse Wu Cheng'en fut publiée pour la première fois par Lu Xun et Hu Shi. On avait en effet découvert dans les annales officielles de la préfecture de Huai'an la mention d'un Xiyouji) composé par ce lettré. Cette attribution resta longtemps contestée par une partie des spécialistes. En effet, le titre Xiyouji avait déjà été utilisé pour d'autres ouvrages, et les annales officielles ne mentionnent en principe pas les œuvres de fiction. De plus, le catalogue d'un collectionneur de la dynastie Qing, Huang Yuji[31], le mentionne comme ouvrage géographique. Les écrits de Wu Cheng'en qui nous sont parvenus ainsi que ceux des lettrés avec qui il était en relation ne font nullement référence au roman. Néanmoins, aucun autre candidat plausible n'a pu être proposé, et bien qu'il n'existe pas de preuve positive, le profil de Wu Cheng'en correspond bien à celui qu'on prête à l'auteur, comme l'ont encore montré dans les années 1990 Liu Xiaoye[32] et Yan Jingchang[33].

Avant et après Le Voyage[modifier | modifier le code]

Ce roman est, de l'opinion unanime des spécialistes, le plus réussi de l'abondante littérature fantastique de l'époque Ming. Il reprend un thème populaire exploité dès les Tang [34] par la littérature et le théâtre. On peut voir à Dunhuang des illustrations du récit datant du début des Xixia [35] (1032-1227) où apparait déjà la figure du singe avec un bâton.

Sanzang avait laissé un récit de son voyage : Rapport du voyage en Occident [à l'époque] des Grands Tang[36] rédigé par son disciple Bianji[37] sur ordre de l'empereur Taizong [38], peut-être sous la dictée du maître, peut-être de mémoire. Peu après, les moines Huili[39] et Yancong[40] écrivirent l'Histoire de Maître Sanzang du temple de la Grande Compassion[41], qui contient déjà des aventures fantastiques. Dans le domaine de la fiction, on connait les Ballades de la recherche des soutras[42] des Song et les Saynètes du voyage en Occident[43] des Yuan [44], sans compter les mentions sporadiques des trois compagnons du bonze et de la naissance de Sun Wukong dans le théâtre mongol.

Sous les Ming, avant le roman de Wu Cheng'en, il y eut Les Quatre Voyages[45], un ensemble de quatre récits :

  • la Légende des huit immortels de la grotte d'en haut[46] de Wu Yuantai[47], parfois appelé Voyage en Orient[48].
  • Le Voyage dans le Sud[49] et le Voyage dans le Nord[50] de Yu Xiangdou[51], dont les héros sont deux divinités taoïstes.
  • Le Voyage en Occident[52] de Yang Zhehe[53], sur le même thème que le célèbre roman, mais moins réussi.

Le roman n'aurait comporté au départ que 41 chapitres, une soixantaine de plus auraient été écrits ultérieurement en s'inspirant en partie du Voyage dans le Sud. Par ailleurs, le texte de deux chapitres est présent à peu de chose près dans un recueil coréen de littérature chinoise et le Grand recueil de littérature de Yongle[54] qui prédatent le roman.

Xiyouji Le Voyage vers l'Ouest connut deux suites, Suite du voyage vers l'Ouest[55] et Deuxième partie du voyage vers l'Ouest[56]. Il inspira de nombreux romans : Complément au Voyage vers l'Ouest[57] de Dong Shuo[58], version satirique anti-mandchou, deux Nouveau Xiyouji de Chen Jing[59] et Tong Enzheng[60], ainsi que Aussi un voyage en Occident [61].

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Particulièrement célèbre en Chine et au Japon, le Xiyouji - Voyage vers l'Ouest est à la base d'une multitude d'adaptations : suites et imitations littéraires, rouleaux peints, versions simplifiées et illustrées pour les enfants, bandes dessinées, théâtre, Opéra de Pékin, feuilletons télévisés ou téléfilms.

L'expression populaire : être comme un singe dans la paume de Buddha pour dire être impuissant provient d'une scène de ce livre au chapitre VII du livre 2.

Films et téléfilms[modifier | modifier le code]

Il a également inspiré de nombreux films, comme :

  • Le Roi des singes bat le démon de l'os blanc 《孙悟空三打白骨精 Sun Wukong Sanda Baigujing》, 1960, de Yang Xiaozhong et Yu Zhongying.
  • 4 films des studios Shaw Brothers (mandarin) : The Monkey Goes West (1966), Princess Iron Fan (1966), The Cave of Silken Web (1966), The Land of Many Perfumes (1966), réédités en 2003
  • Xiyouji Journey to the West (Tay Du Ky) : série télévisée (1986) (chinois sous-titré anglais) série originale chinoise.
  • Tay Du Ky : série télévisée (1996) (vietnamien sous-titré chinois)
  • Le Roi singe (1994), de Jeffrey Lau et Stephen Chow.
  • Monkey Magic : série télévisée (1998-1999)
  • Xiyouji : série télévisée (2000)
  • L'Empire du roi-singe (Hallmark TV, 2001) (The Lost Empire) avec Bai Ling, Thomas Gibson, Russell Wong, Eddie Marsan et Randall Duk Kim, histoire contemporaine n'ayant que très peu de rapport avec l'histoire originale.
  • A Chinese Tall Story (Chin Din Dai Sing) Cd-Vidéo (2005)
  • Saiyuuki (Saiyûki) de Shingo Katori (2006)
  • Le Royaume interdit (2008), de Rob Minkoff, avec Jet Li (Sun Wukong), Jackie Chan et Collin Chou.
  • Journey to the West: Conquering the Demons (2013), de Stephen Chow et Derek Kwok.
  • The Tales of Wukong (2017), film de fantaisie réalisé par Derek Kwok.

Dessins animés et films d'animation[modifier | modifier le code]

Le roman a également inspiré de nombreux dessins animés :

  • La Princesse à l'éventail de fer : le troisième long métrage chinois en noir et blanc, sorti en 1941.
  • Alakazan, le petit Hercule (Saiyūki (西遊記?)), premier long métrage du mangaka Osamu Tezuka sorti en 1960
  • Le Roi des singes (Danao Tiangong, ou 大闹天宫 Grand Bruit dans le Palais du Ciel), 1965, long métrage couleur des studios de Shanghaï
  • La série animée japonaise Gensômaden Saiyuki (西遊記 romaji : Saiyuki, le voyage extrême)
  • La télévision centrale chinoise (CCTV) a également sorti une série animée plus fidèle au roman, intitulée Xiyouji (西遊記).
  • La série animée La Légende du Singe Roi (sortie en 2000, diffusée sur Télétoon).

Théâtre[modifier | modifier le code]

Illustration[modifier | modifier le code]

Il a été illustré par les peintres chinois Zhao Guojing et Wang Meifang qui ont peint sur soie de nombreuses scènes célèbres.

Sun Wukong et dans une moindre mesure Zhu Bajie font l'objet d'innombrables utilisations graphiques. Un enfant turbulent peut être comparé à Sun Wukong, « Zhu Bajie » est une moquerie lancée à quelqu'un qui vient de faire une bourde[réf. nécessaire].

Littérature[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • La Légende de Songoku d'Osamu Tezuka
  • Le Roi des Singes Vole les Fruits Célestes de Mei Ying (les Livres du Dauphin, 1990)
  • Le Dieu Singe de Jian Yi et Jean-David Morvan
  • Saiyukiden l'Étrange Voyage vers l'Occident de Terada Katsuya (2 tomes pour l'instant, 1998)
  • Le Voyage en Occident (Manhua de Peng Chao et Chen Weidong), série en cours (5 tomes)
  • Le singe de Silverio Pisu et Milo Manara
  • Gensomaden Saiyuki (manga) de Kazuya Minekura
  • Patariro Saiyuki (manga de Mineo Maya) (série arrêtée au bout de 6 tomes)
  • La Pérégrination vers l'Ouest de Tsai Chih Chung et Rebecca Peyrelon-Wang (éditions You Feng, 2007)
  • La Légende du Roi Singe de Tsai Chih Chung et Rebecca Peyrelon-Wang (éditions You Feng, 2007)
  • Saint (Dashengwang) de Khoo Fuk Lung : série de manhua, mélange du Xiyouji et du Fengshen Yanyi, où les personnages principaux sont inspirés des deux romans.
  • Asobotto Senki Gokū ou Monkey Typhoon hors du japon, est un manga (adapté par la suite en dessin animé) écrit par Tadashi Agi et illustré par Romu Aoi
  • Les mangas Dragon Ball, Naruto, Beelzebub et Love Hina reprennent des éléments du roman pour s'en inspirer
  • Le Voyage Vers l'Ouest adapation en lianhuahua (coffret en 36 volumes) (éditions Fei, 2014)

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Enslaved: Odyssey to the West du studio Ninja Theory est un jeu d'action-aventure librement inspiré du conte.
  • SonSon : Un jeu d'arcade créé par Capcom, dont le personnage éponyme du jeu est une caricature de Sun Wukong.
  • Xiyouji sur la Nintendo NES (1994), un jeu de plateau et de baston basé sur le roman
  • Saiyuki Journey West : un jeu de stratégie et d'aventure retraçant la trame du roman originel (Playstation, Koei 2001)
  • Monkey Magic : jeu de plateau chronométré (sans sauvegarde) sur DS (2007)
  • S.y.k, série de jeux de Idea Factory sortit uniquement au Japon
  • Les jeux League of Legends, Heroes of Newerth et SMITE proposent un personnage jouable inspiré de Sun Wukong.
  • Sun Wukong et Seiten Taisei, son homologue japonais, sont des démons récurrents de Shin Megami Tensei. Zhu Baije apparaît aussi dans le spin-off Persona et dans Shin Megami Tensei IV.

Éditions en français[modifier | modifier le code]

  • Le Singe pèlerin ou le Pèlerinage d'Occident, de Wou Tch'eng-En, traduction par George Deniker de la version anglaise d'Arthur Waley, éditions Payot (1951 et 1990).
  • Si Yeou Ki. Le Voyage en Occident, de Wou Tch'eng Ngen, traduction de Louis Avenol, Paris, Le seuil, 1957. 2 volumes
  • La Pérégrination vers l'Ouest (Xiyou ji), de Wu Cheng'en, traduction d'André Lévy, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1991. — texte intégral, introduction et notes, appendices et index, 2 volumes

Adaptations pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Le Voyage vers l'Ouest, Sylvie de Mathuisieulx, d'après le récit qu'en fait Wu Cheng'en, Barr, Calleva, 2011, adaptation pour la jeunesse
  • Le Roi des singes, adaptation française de Régis Delage, Gründ, 1992
  • Le Roi des singes et la sorcière au squelette, Wou Tcheng-en, adapté par Wang Sing-pei, Gallimard, 1982
  • L’Épopée du Roi Singe de Pascal Fauliot (éditions Casterman épopée, 2000 et 2008)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wou Tch'eng Ngen, Si Yeou Ki « ou le Voyage en Occident » (éditions du Seuil, 1957)
  2. Wou Tch'eng-en, « le Singe Pèlerin ou le Pèlerinage d'Occident » (Si-yeou-ki) (Petite Bibliothèque Payot, 1951 et 1992)
  3. Pascal Foliot, « l’Épopée du Roi Singe  » (Casterman, 1989, 2000 et 2008)
  4. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991)
  5. Nom religieux ; nom personnel Chen Hui (chinois simplifié : 陈祎 ; chinois traditionnel : 陳褘 ; pinyin : chénhūi)
  6. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre I, Chap. I, p. 7-12 Huā Guǒ Shān Dòng Tiān (花果山洞天) « Caverne Céleste des Monts et des Fruits »
  7. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre I, Chap. I, p. 16-23
  8. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre I, Chap. I et II, p. 24-42
  9. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre I, Chap. III, p. 53-58 Lóng Wáng (龍王), Rú Yì Jīn Gū Bàng (如意金箍棒)
  10. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre I, Chap. III, p. 61-65
  11. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre I, Chap. III, IV et V p. 69-98
  12. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre I, Chap. V et Livre II, Chap. VI à VII, p. 103-138
  13. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre II, Chap. VII, p. 138-141 Wǔ Shǒu Zhǐ Shān (五手指山)
  14. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre III, Chap. XI et XII, p. 220-227 Táng Tài Zōng (唐太宗)
  15. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre III, Chap. XII, p. 227-235
  16. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre III, Chap. XII, p. 236-237
  17. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre III, Chap. XII, p. 259-263
  18. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre III, Chap. XV, p. 281-291
  19. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre III, Chap. XV et Livre IV, Chap. XVIII à XIX p. 348-374
  20. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre V, Chap. XXII et XXIII, p. 419-437
  21. Wou Tch'eng Ngen, Si Yeou Ki « ou le Voyage en Occident » (éditions du Seuil, 1957) p. 76-87
  22. Wu Cheng En, Xiyouji « la Pérégrination vers l'Ouest » (Bibliothèque de la Pléiade, 1991) vol. 1, Livre III, Chap. XI p. 220 Jīn Chán Zi (金蟬子)
  23. (李卓吾)
  24. (汪象旭)
  25. (清朝 Qingchao)
  26. (西遊証道書 Xiyouzheng Daoshu)
  27. (宋朝 Songchao)
  28. (满族 un minorité nationale chinoise)
  29. (明朝 Mingchao)
  30. (淮安)
  31. 黄虞稷
  32. (劉脩業)
  33. (顏景常)
  34. (唐朝 Tangchao)
  35. (西夏朝 Xixiachao)
  36. (大唐西域记 Datang Xiyouji)
  37. (辯機)
  38. (太宗)
  39. (慧立)
  40. (彦悰)
  41. (大慈恩寺三藏法師傳 Daci Ensi Sanzang Fashifu)
  42. (取經詩話 Qujing shihua)
  43. (西遊記雜剧 Xiyouji Zaju)
  44. (元朝 Yuanchao)
  45. (四遊記 Siyouji)
  46. (上洞八仙傳 Shangdong Baxianfu)
  47. (吴元泰)
  48. (東遊記 Dongyouji)
  49. (南遊記 Nanyouji)
  50. (北遊記 Beiyouji)
  51. (余象鬥)
  52. (西遊記 Xiyouji)
  53. (楊志和)
  54. (永樂大典)(chap.10)
  55. (續西遊記 Xuxiyouji)
  56. (後西遊記 Houxiyouji)
  57. (西遊補 Xiyoubu)
  58. (董說)
  59. (陳景)(新西遊記 Xinxiyouji)
  60. (童恩正) (西遊新記 Xiyouxinji)
  61. (也是西遊 Yeshixiyou)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Henri Doré (de), Recherches sur les superstitions en Chine, le panthéon chinois, éditions You Feng, 1995
  • Glen Dudbridge, The Hsi-yu chi: A study of antecedents to the sixteenth-century Chinese novel, Cambridge University Press, 1970
  • André Lévy, article « Xiyou ji », dans André Lévy (dir.), Dictionnaire de littérature chinoise, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1994, rééd. 2000, p. 351-355

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]