Continuité rétroactive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’écriture
Cet article est une ébauche concernant l’écriture.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le concept de continuité rétroactive (généralement désigné par le néologisme anglophone Retcon) désigne une altération de faits établis dans une œuvre de fiction antérieure par l'apport de nouveaux éléments explicatifs. Ce genre de procédé est utilisé pour rester fidèle au canon d'un univers de fiction, dans un but explicatif ou amélioratif.
Les auteurs d'une nouvelle œuvre s'inscrivant dans un cadre narratif pré-établi, ou d'une réécriture plus moderne d'une œuvre (remake ou reboot) font souvent appel aux procédés du retcon pour justifier leurs choix. Par son biais, ils peuvent aussi faire apparaitre, disparaître, changer d'apparence, voire ressusciter un personnage dans le cadre d'une histoire réécrite.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Les termes associés « continuité rétroactive » sont apparus pour la première fois en 1974 dans le livre The Theology of Wolfhart Pannenberg de Elgin Frank Tupper[1]. Le propos tenu dans le livre est que Pannenberg considère que l'Histoire, et le sens qui lui est donné, sont le fruit de découvertes et de théorisations futures, et qu'il est faux de considérer le futur comme seul produit des évènements passés.

L'usage moderne de l'expression a eu lieu pour la première fois dans la 18e parution de la série All-Star Squadron, datée de février 1983 et éditée par DC Comics. La série, se déroulant sur « Terre 2 », l'une des multiples dimensions parallèles de l'univers DC, apportait à chaque nouveau numéro une nouvelle information et par conséquent une nouvelle zone d'ombre quant à sa cohérence globale. En marge de ce numéro, le scénariste Roy Thomas répondit aux nombreuses interrogations des lecteurs assidus en indiquant sa volonté d'expliquer clairement à l'avenir les situations contradictoires ou les éventuels changements d'attitude de ses personnages[2]. Il employa alors l'expression « continuité rétroactive », qui fut ainsi définie et intégrée pleinement à la culture comics des années 1980.

L'origine de l'abréviation « Retcon » est plus difficile à établir, mais sa paternité est revendiquée par Damian Cugle, qui prétend l'avoir inventée lors de conversations sur USENET en 1988.

Un exemple de retcon : Star Wars et Dark Vador[modifier | modifier le code]

Dans le premier épisode de la saga cinématographique Star Wars, Un Nouvel Espoir, Obi-Wan Kenobi explique au jeune Luke Skywalker que son père est décédé face au maléfique Dark Vador :

« LUKE : Comment mon père est-il mort ?
OBI-WAN : Un jeune Jedi nommé Dark Vador, qui avait été mon meilleur disciple, a soudain rejoint l'ennemi. Il a traqué et assassiné les chevaliers Jedi pour le compte de l'Empire. Ton père lui aussi a été massacré de sa main[3]. »

Cependant, cette version des faits est mise à mal par la révélation principale de l'épisode suivant, L'Empire contre-attaque, dans lequel Vador affronte Luke en combat singulier :

« VADOR : Si seulement tu connaissais le pouvoir du côté obscur. Obi-Wan ne t'a jamais dit ce qui est arrivé à ton père.
LUKE : Oh, il m'en a dit assez ! Il a dit que vous l'avez tué.
VADOR : Non, je suis ton père[4]. »

Afin de rétablir l'équilibre entre ces deux versions discordantes quand au destin d'Anakin Skywalker, les scénaristes du Retour du Jedi font tenir le discours suivant à Obi-Wan :

« LUKE : Pourquoi ne me l'as-tu pas dit ? Tu m'as dit que Vador avait trahi et tué mon père.
OBI-WAN : Ton père s'est laissé séduire par le côté obscur de la Force. Il a cessé d'être Anakin Skywalker pour devenir Dark Vador. Lorsque c'est arrivé, l'homme de bien qu'était ton père est mort. Donc, ce que je t'ai dit était vrai, mais d'un certain point de vue.
LUKE (sarcastique/incrédule) : D'un certain point de vue.
OBI-WAN : Luke, tu découvriras que beaucoup de vérités auxquelles nous tenons dépendent avant tout de notre propre point de vue[5]. »

Bien que le terme retcon ne soit pas encore couramment utilisé à l'époque (1983), cet exemple est l'un des plus connus et des plus facilement identifiables. En revenant sur un propos tenu originellement et en l'altérant, les auteurs modifient et améliorent l'histoire en effaçant au mieux ses contradictions internes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The theology of Wolfhart Pannenberg extraits (en anglais) sur Google Books; ajoutés le 20 septembre 2010.
  2. Roy Thomas, Joe Kubert, Rick Hoberg. Vengeance from Valhalla!, All-Star Squadron #18 (février 1983), DC Comics.
  3. Star Wars - Episode IV : Un Nouvel Espoir (1977).
  4. Star Wars - Episode V : L'Empire contre-attaque (1980).
  5. Star Wars - Episode VI : Le Retour du Jedi (1983).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Keith Booker, « Retcon », dans M. Keith Booker (dir.), Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels, Santa Barbara, Grenwood, , xxii-xix-763 p. (ISBN 9780313357466), p. 510.