La Livinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Livinière
La Livinière
Vue générale de La Livinière
Blason de La Livinière
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté de communes du Minervois au Caroux
Maire
Mandat
Pierre-André Pedesseau
2020-2026
Code postal 34210
Code commune 34141
Démographie
Gentilé Liviniérois
Population
municipale
521 hab. (2018 en diminution de 5,62 % par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 00″ nord, 2° 38′ 14″ est
Altitude 153 m
Min. 90 m
Max. 598 m
Superficie 31,56 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Pons-de-Thomières
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
La Livinière
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
La Livinière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Livinière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Livinière

La Livinière est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La D12 à proximité de La Livinière.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de l'Aude.

Carte

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 12,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 16,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 742 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 8,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 3,5 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[2].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1992 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records LA LIVINIERE (34) - alt : 131m, lat : 43°18'48"N, lon : 02°38'06"E
Statistiques établies sur la période 1992-2010 - Records établis sur la période du 01-01-1992 au 31-12-2014
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,6 3,8 5,9 8,1 11,8 15,1 17,3 17,2 13,8 11,4 6,6 4,1 9,9
Température moyenne (°C) 7,2 8,1 10,7 13 17,1 20,9 23,4 23,3 19,3 15,7 10,6 7,7 14,8
Température maximale moyenne (°C) 10,9 12,4 15,6 18 22,4 26,8 29,6 29,4 24,7 20 14,5 11,3 19,7
Record de froid (°C)
date du record
−6,5
30.01.07
−8
08.02.12
−8
01.03.05
−1,3
14.04.1998
2
01.05.04
7,8
01.06.06
9,2
17.07.00
9
29.08.1998
5
26.09.10
−1,4
25.10.03
−7,5
22.11.1998
−8
12.12.12
−8
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
21,4
31.01.13
24
15.02.1998
27,6
25.03.12
32,6
09.04.11
35,5
30.05.01
41
21.06.03
40,8
18.07.12
41,8
13.08.03
36
04.09.06
31,6
02.10.11
25,2
07.11.13
20
04.12.06
41,8
2003
Ensoleillement (h) 96,6 118,6 177 183,6 219,3 244,9 270,6 255,7 213,5 154,1 92,7 86,8 2 113,2
Précipitations (mm) 62,7 48,2 30,3 65 52,3 37,5 22,3 45,8 65,1 76,7 80,4 64,3 650,6
Source : « Fiche 34141002 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/06/2021 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Livinière est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[7],[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (49,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (48,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (36,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (25,6 %), forêts (23,8 %), zones agricoles hétérogènes (11,6 %), zones urbanisées (1,4 %), prairies (0,9 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention remonte à l'an 1069 sous la forme de Lavineira castrum[13], « lieu planté de vignes ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La Livinière de l'occitan vinièra (vigne) s'appelait Livineira en 1069 et prit son nom actuel en 1688[14].

Il y a 2 000 ans, les romains plantèrent les premières vignes dans la future région du Minerve.

Depuis 1999, l'appellation Minervois-la-livinière, produisant des vins rouges de qualité, a été accordée à cinq communes des contreforts de la Montagne Noire[15].

Au Moyen Âge, Bernard-Aton, obtient allégeance de La Livinière, contribuant à augmenter la puissance de la famille des Trencavel, alors parmi les seigneurs méridionaux les plus puissants après le comte de Toulouse[16].

À partir de 1318 La Livinière fait partie du diocèse de Saint-Pons. Elle est alors inféodée à la baronnie de Rieux[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs.
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Albert Lignières DVD  
mars 2001 mars 2008 Jacques Le Camus[18] - -
mars 2008 En cours
(au 28 juin 2020)
Pierre-André Pedesseau[19] SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2018, la commune comptait 521 habitants[Note 3], en diminution de 5,62 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8429931 0301 1391 2531 1711 1631 1161 137
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1311 0341 0269601 0731 2061 1611 0281 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0611 0681 0261 0361 008962886731670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
709682567512506588558554549
2013 2018 - - - - - - -
552521-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'olivier[modifier | modifier le code]

Si la culture de la vigne est importante dans l'histoire de La Livinière, la culture de l'olivier, de nos jours, est importante.

Le , l'association « les Amis de l'Olivier de La Livinière »[24] organise un premier bar à huiles. Avec 10 000 oliviers[25] présent sur le territoire communal, les professionnels du secteur partagent leurs savoirs sur la diversité des huiles produites[26].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte postale de l'entrée du vieux château (1909).

Au milieu des terres viticoles, existe une carrière, témoin de l'activité passée de La Livinière. D'anciennes meules inachevées, destinées aux moulins de la région, sont encore présentes.

Des dizaines de cabanes en pierre sèche, du nom de « capitelles », encore visibles, ont été édifiées pour servir aux paysans d'abris contre les intempéries dans les parcelles éloignées du village.

La Livinière est aussi connue pour ses fours à chaux, visibles au bord des sentiers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 20 juin 2021)
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 20 juin 2021)
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le 20 juin 2021)
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le 14 avril 2021).
  13. Eugène Thomas, Dictionnaire topographique du département de l'Hérault : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXI-278 p., in-4° (notice BnF no FRBNF37326793, présentation en ligne, lire en ligne), p. 96.
  14. « Liste des villages du Minervois » (version du 30 avril 2011 sur l'Internet Archive), sur minervois-villages.ifrance.com, (consulté le ).
  15. « Guide des Régions et appellations : AOC Minervois-la-livinière », sur Guide Hachette des Vins, (consulté le 30 mai 2021).
  16. Hélène Débax, La Féodalité languedocienne, XIe – XIIe siècles : Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, , 408 p. (ISBN 285816651X et 9782858166510, présentation en ligne, lire en ligne), p. 45
  17. Vincent Joecker, « La baronnie de Rieux (Rieux-Minervois) », sur Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais, (consulté le 30 mai 2021).
    « Et quoique led. Nicolas [de La Jugie] eust cette belle terre de Rieux et beaucoup d'autres, il avait en particulière affection La Livinière. Il y séjournait le plus, y ayant un fort et gros chasteau et dedans une belle et riche chapelle … Nostre Nicolas portait ordinairement le titre de seigneur de La Livinière seul … ».
  18. Les maires de La Livinière, publié sur le site francegenweb.org (consulté le ).
  19. Fiche de la mairie de La Livinière, mise à jour le sur le site mon-maire.fr (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Association de loi 1901 : les Amis de l'Olivier de La Livinière », sur net1901.org, (consulté le 30 mai 2021).
  25. Source : le syndicat UPPO34 (oléiculteurs et professionnels de l'Olive de l'Hérault)
  26. « La Livinière : une journée pour découvrir l'olive et ses huiles », sur Midi-Libre, (consulté le 30 mai 2021).
  27. « Sanctuaire Notre-Dame du Spasme », notice no PA34000057, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Église paroissiale Saint-Étienne », notice no PA34000056, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Ferrer, Précis chronologique d'histoire de La Livinière dans l'Hérault : avec des éléments de géographie physique, économique, humaine et touristique, [Azille], J.-P. Ferrer, coll. « Les cahiers de Minerve » (no 17), , 158 p.
  • Marie-Laure Varoqueaux-Escoffier, « Un terroir Minervois au bas moyen âge : la Livinière 1378-1461 », Histoire et généalogie en Minervois, no 77,‎ , p. 3-8
  • Marie-Laure Varoqueaux-Escoffier, « Un terroir Minervois au bas moyen âge : la Livinière 1378-1461 », Histoire et généalogie en Minervois, no 78,‎ , p. 27-29
  • Marie-Laure Varoqueaux-Escoffier, « Un terroir Minervois au bas moyen âge : la Livinière 1378-1461 », Histoire et généalogie en Minervois, no 79,‎ , p. 31-35

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]