Boussay (Indre-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boussay.
Boussay
Bourg de Boussay.
Bourg de Boussay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Descartes
Intercommunalité Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Marguerite Ligaud
2014-2020
Code postal 37290
Code commune 37033
Démographie
Population
municipale
266 hab. (2014 en augmentation de 10,37 % par rapport à 2009)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 34″ nord, 0° 53′ 21″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 137 m
Superficie 27,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Boussay

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Boussay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boussay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boussay

Boussay est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Boussay en Indre et Loire
Boussay en Indre et Loire.

Situation[modifier | modifier le code]

Boussay est une commune d'Indre-et-Loire, elle appartient au canton de Preuilly-sur-Claise et fait partie de la communauté de communes Loches Sud Touraine. Ce village est situé au cœur de terres agricoles et de forêts et se compose, outre le village principal lui-même, de divers hameaux.

Il se situe à quelques kilomètres à l'ouest de Preuilly-sur-Claise.

La commune s'étend sur 27 km² (78° commune du département pour la superficie, 4 498° au niveau national), soit 2 754 hectares. Elle compte d'importantes zones forestières (un tiers du territoire soit 1 107 hectares de bois), principalement le parc de Boussay et le bois de Vaux.

Le territoire communal est arrosé par la rivière Claise.

Selon le classement établi par l’INSEE en 1999, Boussay est une commune « périphérie d'un pôle rural ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune compte cinq communes limitrophes toutes situées dans le département d'Indre-et-Loire.

Rose des vents Chaumussay Le Petit-Pressigny Preuilly-sur-Claise Rose des vents
Chambon N Preuilly-sur-Claise
O    Boussay    E
S
Chambon Yzeures-sur-Creuse Yzeures-sur-Creuse

Villes les plus proches[modifier | modifier le code]

Par la route[1], le village se situe à 25 km de Descartes, 30 km de Châtellerault et de Le Blanc. Le chef-lieu du département, Tours est à 83 km et Poitiers à 68 km.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Sentiers de Randonnée[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le sentier de grande randonnée de la Touraine du Sud[2].

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D725, D42 et D365. L'échangeur autoroutier le plus proche est la sortie Sortie 26 à Châtellerault Nord de l'A10 située à environ 30 km.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF (TGV) la plus proche est la gare de Châtellerault.

Bus[modifier | modifier le code]

Le village n'est pas desservi par les réseaux de transport en commun.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Puits maçonné à Boussay

L'association A.G.I.P-F.R a dénombré 67 lieux-dits lors d'une étude parue en mai 2008. Parmi les hameaux les plus importants, on compte Roux, la Ratrie, la Boissière, Les Bernardières, Humeau, la Fleurisserie...

Certains de ces hameaux se situent en limite de la zone agglomérée de Preuilly-sur-Claise : les Ragots, les Délices, le Moulin de Chanvre, les Prés du Maine

Relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux rivières. La Claise traverse son territoire en son milieu et la Muanne marque la limite avec Le Petit-Pressigny.

Selon la direction départementale de l'agriculture et de la forêt d'Indre-et-Loire, son territoire comporte deux zones humides de plus 10 000 m2[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Boussay se caractérise par un climat tempéré océanique dégradé.

Il est caractérisé par des températures moyennes comprises entre 4,2 °C et 18,9 °C. Les hivers sont doux (min 1,6 °C / max 11,3 °C) et pluvieux. Les étés connaissent en général chaque année au moins un épisode caniculaire de quelques jours même s'ils sont beaux et doux (min 10,8 °C / max 24,6 °C) le reste du temps. Les précipitations sont de 683,7 mm sur l'année. Les chutes de neige y sont rares, il tombe quelques flocons, en moyenne 11 jours par an.

Boussay dispose d'une station de veille climatologique de type 4[4] au hameau des Hautes Thurinières qui mesure la hauteur des précipitations et de neige.

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Boussay, station de Tours[5] 1 845 684 11 20 58
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station de Tours-St Symphorien recueillies sur la période 1965 - 1990 :

Relevés météorologiques de la station de Tours-St Symphorien 1965-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 2 3,3 5 8,4 11,4 13,1 12,9 10,8 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 4,2 5,1 7,3 9,6 13,2 16,5 18,9 18,6 16,1 12,3 7,1 4,8 11,2
Température maximale moyenne (°C) 6,9 8,2 11,3 14,3 18,1 21,7 24,6 24,3 21,4 16,7 10,5 7,4 15,4
Précipitations (mm) 63,3 61,6 54,3 51,4 67,5 47,5 53 40,9 54,3 61 63 65,9 683,7
Humidité relative (%) 87 84 79 74 77 75 72 73 77 84 87 89 80
Source : Infoclimat [6]


Relevés météorologiques de la station de Tours-St Symphorien
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Record de froid (°C)
date du record
−17,4
1987
−14,2
1963
−10,3
2005
−3,4
1974
−0,6
1957
2,6
1969
4,3
1965
4,8
1986
0,9
1956
−2,8
1950
−9
1956
−18,5
1964
−18,5
1964
Record de chaleur (°C)
date du record
16,9
1975
21
1958
26,4
1955
29,3
1949
32,1
1953
36,7
1976
37,8
1949
39,8
2003
34,8
1953
29
1985
22,6
1955
18,9
1953
39,8
2003
Nombre de jours avec gel 10,6 9,1 6,7 2 0,1 0 0 0 0 0,5 6,2 10,2 45,3
Record de vent (km/h)
date du record
104
1990
122
1990
112
1988
79
1985
119
1988
86
1987
104
1983
83
1986
83
1988
104
1987
104
1957
101
1990
122
1990
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
25
1978
25,9
1988
33,8
1980
23,7
1978
31,5
1971
58
1970
51,2
1977
35,5
1965
41,4
1965
44
1966
31
1965
34,9
1976
58
1970
Source : Infoclimat [6]


Zones protégées, faune, flore[modifier | modifier le code]

Une partie du territoire communal est classé en ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique)[7]. Il y a une zone à Boussay[8] celle de type I pour l'étang de Chantemerle[9].

Les 1 107 hectares de bois de la commune sont répartis sur deux massifs forestiers le parc de Boussay au sud de la commune (le plus important) et le Bois de Vaux situé au nord de la commune[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Une maison de Boussay

Le parc immobilier en 2007 est constitué de 215 logements[11] dont 121 résidences principales (56,3 %), 75 résidences secondaires (39,4 %) et 19 logements vacants (8,8 %). Le taux de résidences secondaires est supérieur à la moyenne départementale de 4,7 %[12]. Sur les 121 titulaires de résidences principales, 78,5 % sont propriétaires, 17,4 % locataires et 4,1 % logés gratuitement.

Entre 1999 et 2007, le nombre de logements s'est accru de 14,3 %, passant de 188 à 215, soit 27 de plus. Le parc immobilier est composé à 99,5 % de maisons individuelles. Au 1er janvier 2006, la commune ne comptait aucun logements sociaux[13].

Évolution des logements 1968 1975 1982 1990 1999 2007
Ensemble des logements 167 183 176 200 188 215
Résidences principales 106 97 91 104 113 121
Résidences secondaires 40 61 64 66 62 75
Logements vacants 21 25 21 30 13 19
Nombre moyen d'occupants des résidences principales 3,2 2,9 2,9 2,6 2,4 2,1

Nombre de logements
source INSEE

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune possède un grand nombre d'éléments archéologiques d'un intérêt certain.

Les traces d'un peuplement préhistorique[modifier | modifier le code]

Il y a un tumulus protohistorique sur la commune

L'Antiquité[modifier | modifier le code]

Derrière le cimetière les restes d'un théâtre romain dans les bois témoignent d’une époque romaine raffinée. Sur les cartes et sur place dans le bois « parc aux prêtres », on voit facilement les traces de ce théâtre. Malheureusement, à la fin du XIXe siècle, le conseil municipal de l'époque autorise que l'on prenne les pierres du théâtre pour empierrer des chemins.

Il y a aussi une voie romaine qui traverse la commune.

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Famille Menou : De gueules à la bande d'or.

La famille Menou possède le château depuis 1238 il n'a jamais été cédé ou vendu. Une famille qui a donné un grand nombre d’hommes illustres.

Le château est particulièrement intéressant car il présente toutes les époques.

Il y a un hameau qui s'appelle « Varton » que la légende transforme en « War town » de l'époque de la guerre de 100 ans où les Anglais occupèrent le pays. Des souterrains relieraient "War ton" au château de Boussay. Un trésor y serait même caché. Autre fois "Varton" était composé de plusieurs lieux-dits, correspondants aujourd'hui à l'Etang et la Maison Colin.

Du XIXe siècle à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, de juin 1940 à novembre 1942, Boussay était située en « Zone Non Occupée », c'est-à-dire au sud de la ligne de démarcation. En août 1944, une colonne SS, appartenant à la « colonne Elster », fut bombardée par l'aviation anglaise (La Royal Air Force) alors qu'elle battait en retraite sur la route de La Roche-Posay à Yzeures-sur-Creuse et était harcelée par les résistants. Des représailles eurent lieu : fermes brulées, hommes fusillés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Marguerite Ligaud DVD Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La mairie de Boussay.

Boussay faisait partie, jusqu'au , de la Communauté de communes de la Touraine du Sud qui regroupe 21 communes situées dans la pointe sud de la Touraine entre le Poitou et le Berry. Créée le 14 décembre 2000, elle comprenait 15 624 habitants en 2007 pour une superficie de 639,39 km², soit une densité de 24 habitants au km². Depuis le , la commune est rattachée à la nouvelle communauté de communes Loches Sud Touraine.

Finances locales[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Boussay en 2009[14]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2009 et en €
Taxe d'habitation (TH) 11,00 % 32 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 15,74 % 28 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 34,75 % 23 000
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 0

Le taux de la taxe professionnelle est de 0 car elle est totalement transférée à l'intercommunalité. Son taux est actuellement de 13,02 %. Cette fiscalité est inférieure à la moyenne départementale pour les communes de population équivalente (communes de 250 à 500 habitants) à l'exception de la taxe foncière sur les propriétés bâties. Ces taux sont en moyenne de 9,67 %, 14,30 % et 40,46 %[15].

En 2010, le budget de la commune s'élevait à 234 000 et son endettement à 49 000 [15].

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[15] :

Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[15] :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Boussay n'a pas développé d'associations de jumelage.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Boussay comptait 241 habitants (population légale INSEE) au 1er janvier 2009. La densité de population est de 9 hab./km².

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2014, la commune comptait 266 habitants[Note 1], en augmentation de 10,37 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : +2,63 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
850 954 857 909 943 948 917 856 862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
819 753 728 736 720 730 700 684 655
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
609 583 563 508 487 487 470 400 435
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
364 340 287 271 269 268 251 249 262
2014 - - - - - - - -
266 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Boussay en 2007 en pourcentage[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
90 ans ou +
0,8 
11,9 
75 à 89 ans
10,6 
19,0 
60 à 74 ans
27,6 
30,2 
45 à 59 ans
22,8 
14,3 
30 à 44 ans
13,8 
12,7 
15 à 29 ans
11,4 
11,9 
0 à 14 ans
13 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage[21].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas d'école, les enfants sont scolarisés à Chaumussay dans le cadre d'un regroupement pédagogique avec les communes de Chambon, Chaumussay et Boussay.

La commune est sectorisée sur le collège Gaston-Deferre de Preuilly-sur-Claise situé à 4 km au nord-est et le lycée général Pasteur au Blanc, situé à environ 30 km au sud-est.

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'offre de soins sur la commune.
Les hôpitaux et les cliniques sont à Châtellerault et à Le Blanc.
Les médecins sont à Preuilly-sur-Claise, La Roche-Posay ou Yzeures-sur-Creuse, tout comme les pharmacies.
Les dentistes sont à Preuilly-sur-Claise et La Roche-Posay.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dépend de la brigade de gendarmerie de Preuilly sur Claise[22].
Elle dépend du Centre d'Incendie et de Secours de Preuilly-sur-Claise.

Services publics[modifier | modifier le code]

La mairie de Boussay est située dans le bourg près de l'église.

Sports[modifier | modifier le code]

Le camping privé dispose d'une piste de 4x4 servant à la course sur piste [23].

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholique à l'église du village. Boussay fait partie de la paroisse du Pays de Preuilly[24] qui relève du doyenné de Loches[25] et du diocèse de Tours.

Vie Associative[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La commune reçoit la chaîne de télévision locale France 3 Paris Île-de-France Centre. Le quotidien La Nouvelle République relate les informations locales dans son édition Indre-et-Loire (Touraine Est) ainsi que l'hebdomadaire La Renaissance lochoise.

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur Primaire[modifier | modifier le code]

Secteur Secondaire[modifier | modifier le code]

Secteur Tertiaire[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

  • Traces d'un camp romain.

Château[modifier | modifier le code]

Façade sud et entrée principale du château de Boussay (2012).

Boussay possède un château, entouré de douves en eaux, inscrit comme monument historique en 1957, et appartenant depuis de nombreuses générations à la famille de Becdelièvre. Il juxtapose une tour à mâchicoulis du XVe siècle, une aile à la Mansart du XVIIe siècle, et une aile du XVIIIe siècle. Le château est privé, mais le parc tout autour de la bâtisse se visite librement. Les premiers écrits sur ce château datent environ de 1060. Il a d'abord appartenu à la famille de Payen, puis de Menou, enfin il est passé à la famille de Becdelièvre par alliance, par les femmes. Il n'a ainsi jamais été vendu.

Boussay était un fief puis une châtellenie qui relevait de la baronnie de Preuilly. Le premier seigneur de Boussay recensé, Renaud de Payen, vivait en 1190. Vers 1340, la propriété passe à la famille de Menou par le mariage de Jeanne de Payen avec Nicolas de Menou. En 1533, le château fort se composait de quatre corps de logis entourant une cour centrale et entourés de douves franchies par un pont-levis. Il perdit progressivement son caractère défensif pour devenir une demeure d'agrément. Au XVIIe siècle, l'aile nord fut abattue et reconstruite en respectant une tour cylindrique qui contenait un escalier et une tour carrée couronnée d'un chemin de ronde. À la même époque, l'aile sud et une partie de l'aile ouest furent supprimées. Il ne subsiste alors des anciennes fortifications que la grosse tour d'angle carrée avec son chemin de ronde et ses mâchicoulis décorés d'une arcature tréflée. Le pont-levis est aussi remplacé par un pont dormant. Au XVIIIe siècle, toute l'aile est fut abattue (1766) et remplacée par un grand corps de bâtiment de style Louis XV. Un pavillon de même élévation le prolonge au sud. Au XXe siècle, la tour ronde centrale est remaniée pour supprimer les modifications disgracieuses effectuées au XIXe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

À l'est du château, une avant-cour est limitée par des communs, aux toits couverts de tuiles, flanqués extérieurement de deux élégantes tours rondes. Le château comporte également une chapelle (1766) située au rez-de-chaussée de l'aile est, et à l'extérieur, un pigeonnier cylindrique et une glacière. Une grande allée bordée de tilleuls est située au sud du château (une partie des arbres centenaires a été abattue en 1991).

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent

L'église a été fondée au XIIe siècle, sous la dépendance de l'abbaye Saint-Pierre de Preuilly. Il ne reste plus rien de visible de cette époque. Le chœur de l'édifice date du XIIIe siècle et présente un voûtement à nervures multiples, caractéristique de la région, appelé "voûtes angevines". La chapelle funéraire seigneuriale (de la famille de Menou), a été ajoutée entre 1470 et 1475 au nord de la nef. La construction de cette chapelle a été initiée par Jean de Menou et achevée par son fils Philippe de Menou. En 1596, Jean de Menou, sixième du nom, seigneur de Boussay et capitaine-gouverneur du château du Blanc, a fait ériger, à la mémoire de Madeleine Fumée, sa femme, décédée à l'âge de dix-sept ans, un magnifique tombeau, remarquablement ouvragé, de style Renaissance. Les sculptures ont été exécutées par des artistes italiens.

La nef a été reconstruite à la fin du Moyen-Âge (XVe), puis restaurée à partir de 1852. L'architecte Alcide Créchet (très actif à la fin du XIXe dans la région de Preuilly) prolonge la nef de l'église d'une travée, surmontée d'une tribune et d'un modeste clocher (simple beffroi), et fait remanier la plupart des ouvertures de style gothique.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Ancienne chapelle Saint-Léonard (reconvertie en étable).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque de la place Simon Jacquet à Boussay.
  • Jacques de Menou de Boussay, né le 3 septembre 1750 à Boussay, décédé le 13 août 1810 à Venise. Comte de Boussay, député de la noblesse aux États généraux de 1789, il s'illustra pendant la Révolution française et les campagnes de Napoléon Bonaparte, notamment en Vendée et en Égypte.
  • Lucien Dechêne, premier instituteur laïc de Boussay en 1848. Une impasse du village porte son nom.
  • Edmond Grasset (1852-1880), né à Boussay, sculpteur ayant exercé avec son père Jean Grasset à Preuilly, prix de Rome de sculpture en 1878.
  • Jean Dufy (1888-1964), peintre et frère de Raoul Dufy, a vécu longtemps, jusqu'à sa mort dans le hameau de La Boissière. Il a notamment participé à la conception de La Fée Électricité, fresque gigantesque conçue pour l'Exposition universelle de 1937 à Paris. Plusieurs de ses tableaux très colorés sont inspirés des paysages de la Touraine du Sud.
  • Simon Jacquet (1920-1944), fusillé comme otage civil par les Allemands en retraite, le 29 août 1944. Une place du village porte son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Unknow escutcheon-fr.svg Boussay
  • La commune de Boussay ne dispose ni de blason, ni de logo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distance entre la commune et les villes les plus proches avec Mappy.fr
  2. Sentier de Grande Randonnée de la Touraine du Sud
  3. Carte des zones humides de plus de 10 000 m2 selon DDAF37
  4. station de veille climatologique de Boussay
  5. « Données climatiques de Boussay », sur www.journaldunet.com (consulté le 10 septembre 2009)
  6. a et b « Tours St Symphorien, Indre-et-Loire(37), 108m - [1965-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 10 septembre 2009)
  7. [PDF] Étude des paysages de l’Indre et Loire - Zone Naturelle p329
  8. Liste du zonage ZNIEFF
  9. [PDF] ZNIEFF I Etang de Chantemerle
  10. Carte des Massifs forestiers de Boussay
  11. « Enquête annuelle de recensement 2007 », sur www.statistiques-locales.insee.fr (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  12. « Carte des résidences secondaires en Indre et Loire en 2006 », sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  13. « Carte des logements sociaux en Indre et Loire en 2006 », sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  14. Taxe.com
  15. a, b, c et d les comptes des communes sur le site spécial du Ministère des Finances
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  20. Pyramide des âges à Boussay en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20/07/2010.
  21. Pyramide des âges d'Indre-et-Loire en 2006 sur le site de l'Insee. Consulté le 25/07/2010.
  22. Brigades de Gendarmerie
  23. Les équipements sportifs sur le site du ministère de la jeunesse et des sports consulté le 13/07/2010
  24. Paroisse du Pays de Preuilly
  25. Doyenné de Loches