La Fée Électricité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Fée Électricité
Image dans Infobox.
Artiste
Date
1937[1]
Commanditaire
Technique
Dimensions (H × L)
1 000 × 6 000 cm
Format
250 panneaux[1]
Mouvement
Propriétaire
No d’inventaire
AMVP 1Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Commentaire
Réalisée pour l'Exposition universelle de 1937 à Paris.

La Fée Électricité est une peinture de Raoul Dufy.

Historique[modifier | modifier le code]

« Mettre en valeur le rôle de l'électricité dans la vie nationale et dégager notamment le rôle social de premier plan joué par la lumière électrique », tel était l'objectif de la commande passée à Dufy par la Compagnie parisienne de distribution d'électricité pour être montrée au Pavillon de l'Électricité à l'Exposition universelle de 1937.

Aidé de son frère et de deux autres assistants, Raoul Dufy réalise, dans un hangar mis à sa disposition de la Centrale électrique de Saint-Ouen[2], une peinture aux dimensions monumentales, commencée en et achevée un an plus tard. Elle a été commandée par la mairie de Paris (compagnie d'électricité) dans le cadre de l’exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne du au se déroulant à Paris.

Le tableau est formé de 250 panneaux en contreplaqué indéformable parqueté sur bois et cintré (afin d'épouser la courbure de la charpente métallique du Palais de la Lumière de Robert Mallet-Stevens), mesurant chacun 2 m de hauteur sur 1,20 m de largeur. Il utilise une peinture à l'huile très légère, conçue par le chimiste Jacques Maroger, donnant une illusion de gouache et séchant très rapidement[2]. Les personnages sont dessinés à l'encre de chine, puis les couleurs sont portées par-dessus. Ce tableau, avec ses 600 m2, a longtemps été considéré comme le plus grand tableau du monde, mais il a été surpassé largement par le Bauernkriegspanorama de Werner Tübke, tableau réalisé entre 1976 et 1987 et qui totalise 1 722 m2 sur une toile d'un seul tenant.

Les deux-tiers du temps prévu pour l'exécution de la Fée Électricité ont été consacrés à la documentation sur les hommes et les machines.

Dans la partie inférieure, 108 savants et penseurs qui ont contribué à l'invention de l'électricité sont représentés[3],[4].

Deux groupes de droite à gauche[Note 1] sur la fresque, et parmi eux :

Penseurs, théoriciens, observateurs, précurseurs[modifier | modifier le code]

Savants, ingénieurs, physiciens, électroniciens, mécaniciens[modifier | modifier le code]

Restitution de la fresque en 1954[modifier | modifier le code]

La Compagnie parisienne de distribution d'électricité a été intégrée dans ce qui est devenu le , Électricité de France. La nouvelle société a restitué[Note 2] la fresque à la Ville de Paris en 1954. Le Musée d'Art moderne a récupéré la fresque qui a été installée dans une salle aménagée spécialement en 1964. Il a fallu, en particulier, modifier la courbure de la fresque pour pouvoir l’exposer dans son intégralité[3].

Restauration de la fresque en 2020[modifier | modifier le code]

La fresque a pu être restaurée de juillet à grâce au mécénat d'entreprise d'une douzaine d'entreprises (dont Électricité de France), ainsi que grâce à des dons de particuliers ou de la Fondation de l’Académie des technologies[3]. La fresque a été rénovée par une dizaine de restaurateurs, pour en particulier protéger l’œuvre de la formation d’éventuelles fissures[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La lecture de la fresque se fait de droite à gauche
  2. La Ville de Paris était le nu-propriétaire de l'œuvre depuis la commande en 1937, tandis que la Compagnie parisienne de distribution d'électricité n'en était que l'usufruitier et n'en avait que la jouissance

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] Raoul Dufy sur data.bnf.fr.
  2. a et b Stéphane Laurent, La Fée électricité, L'objet d'art, Hors série no 9, 2008, p. 55-61
  3. a b et c Musée d'Art Moderne de Paris, « La Fée Electricité de Raoul Dufy », sur mam.paris.fr (consulté le ).
  4. Catherine-Alice Palagret, « La Fée électricité de Raoul Dufy et Caténaire de Vincent Ganivet pendant Dynasty, ode à la technologie - archéologie du futur / archéologie du quotidien », sur archéologie du futur / archéologie du quotidien (consulté le )
  5. BPA, Histoire de l'Art, « Raoul Dufy, La Fée électricité (1937) : analyse d'œuvre », sur biographie-peintre-analyse, (consulté le ).
  6. Musée d'Art Moderne de Paris, « La Fée électricité de Raoul Dufy : Auguste Rateau, inventeur de la turbine multicellulaire (1863 – 1930) », sur fee.mam.paris.fr (consulté le ).
  7. Iseult Cahen-Patron, « Le projet de restauration de la fresque de Raoul Dufy, la Fée Électricité, vient de s'achever au musée d'Art moderne de Paris. : Courant 2021, de nouvelles expériences immersives seront mises en place. », sur connaissancedesarts.com, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]