Billy (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Billy
Billy (Allier)
Portes du château de Billy.
Blason de Billy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté d'agglomération Vichy Communauté
Maire
Mandat
Patrick Séror
2020-2026
Code postal 03260
Code commune 03029
Démographie
Gentilé Billyssois
Population
municipale
783 hab. (2019 en diminution de 7,12 % par rapport à 2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 14″ nord, 3° 25′ 48″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 375 m
Superficie 10,22 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Germain-des-Fossés
(banlieue)
Aire d'attraction Vichy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billy
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Billy
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Billy
Liens
Site web billy-allier.fr

Billy est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes. L'ensemble du bourg de Billy fait l'objet d'un arrêté d'inscription (site inscrit depuis le ) et est labellisé « Petite Cité de Caractère » depuis le .

Elle fait partie de l'aire d'attraction de Vichy. Ses habitants, au nombre de 783 au recensement de 2019, sont appelés les Billyssois et les Billyssoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Billy est située au sud du département de l'Allier et au nord de la communauté d'agglomération Vichy Communauté, dont son siège est localisé à 11,6 km au sud à vol d'oiseau[1].

Six communes sont limitrophes de Billy[2] :

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Les principaux lieux-dits sont : Chalus, Grand Poénat, la Paroisse, le Pavé[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 022 hectares ; son altitude varie entre 235 et 375 mètres[3].

La commune se situe dans le val d'Allier[4], à la limite occidentale de la Forterre[5].

La plaine de l'Allier, dans le secteur de Billy, comprend « de vastes cultures céréalières[4] ».

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Allier en aval du pont de la route départementale 130
L'Allier en aval du pont de la route départementale 130.

La rivière Allier coule à la frontière occidentale de la commune, en direction de Moulins. Le centre-bourg de Billy se situe en rive droite.

En outre, les ruisseaux du Beaupoirier, de 3,8 km de long[6], ainsi qu'un deuxième cours d'eau anonyme de 3,9 km[7] prennent leur source à Saint-Félix.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune de Billy fait partie de plusieurs espaces naturels protégés.

Deux sites Natura 2000 sont présents dans la commune : le site d'intérêt communautaire du Val d'Allier Sud, ainsi que la zone de protection spéciale Val d'Allier[8].

Deux ZNIEFF de type 1 sont également présentes : « Val d'Allier Vichy - Pont de Chazeuil » et « Coteaux de Créchy - Billy »[8].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Entrée par la route nationale 209
Entrée par la route nationale 209 en direction de Moulins en 2015.

Billy est traversée par la route nationale 209, axe routier national reliant Vichy (à 17 km) au sud et Varennes-sur-Allier et Moulins (à 40 km) au nord.

Le trafic de transit important (7 000 véhicules par jour[9]), notamment par les poids lourds, aggravait la qualité de vie des riverains. En 2009, la desserte Nord de l'agglomération vichyssoise, visant à contourner ce village, n'était pas inscrite au programme de modernisation des itinéraires, ce qui a poussé René Verron, le maire de l'époque, à prendre des mesures drastiques — en association avec l'État (DIR Centre-Est, gestionnaire de la RN 209), et le département de l'Allier, gestionnaire de la route départementale 907 reliant Lapalisse au nord de Vichy — en interdisant la circulation des poids lourds dans le sens Varennes → Vichy à l'exception de la desserte locale de la zone d'activités du Coquet, à Saint-Germain-des-Fossés. L'arrêté municipal a été appliqué le . L'interdiction s'applique également dans l'autre sens depuis l'application d'un arrêté municipal interdisant leur circulation, considérant que cette traversée « génère un danger important pour les enfants de l'école, une insécurité permanente des piétons et des deux roues, une nuisance sonore pour les riverains [et] un danger pour les usagers de la voie du fait des caractéristiques de la chaussée en particulier sur chaussée d'un ancien lavoir »[10].

La route nationale 209, modifiée en 2019, en direction de Vichy
Vue de la route nationale 209 rénovée en direction de Vichy, à l'intersection avec la D 130, en 2019.

Le projet a nécessité, outre la requalification d'une partie de la route de Moulins — qui correspond en fait à la RD 130 — par intégration dans le domaine routier national et reclassement dans la voirie communale de la Grand-Rue, des aménagements complémentaires tels que la destruction de bâtiments ou le déplacement du lavoir[11]. Il n'a pas été soumis à une étude d'impact[12]. Les travaux sont financés par l'État et le conseil départemental de l'Allier[11].

Initialement, un projet de contournement passant près des carrières Vicat devait être réalisé, mais bien que validé en 2003, il fut abandonné faute de financement. L'État et le département de l'Allier ont préféré réaliser une déviation du village en 2019 pour un montant de 1 755 000 [9].

Les poids-lourds (à l'exception de la desserte locale, des transports exceptionnels ou des convois militaires) sont redirigés par Saint-Gérand-le-Puy et Périgny via la nationale 7 et la RD 907. Leur itinéraire entre Vichy (Creuzier-le-Neuf) et Moulins est ainsi détourné par la route menant à Lapalisse. De telles mesures ont été prises en vue de l'obtention du label « Les Plus Beaux Villages de France »[13].

D'autres départementales desservent le village ou un lieu-dit[2] :

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache passe par la commune de Billy ; aucun train ne s'arrête. Électrifiée en 25 kV 50 Hz en 1989, une sous-station est implantée au sud de la commune.

Il a existé une gare portant le nom de Billy - Marcenat[14]. La gare la plus proche est à Saint-Germain-des-Fossés pour la desserte régionale (TER Auvergne-Rhône-Alpes).

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

En 2020, la communauté d'agglomération Vichy Communauté a aménagé la voie verte Via Allier. Cet itinéraire, long de 27 km, relie Billy à Saint-Yorre, au sud de l'agglomération, via Vichy et les berges d'Allier, en longeant la rivière[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Billy est une commune rurale[Note 1],[16]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Germain-des-Fossés, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[19] et 4 892 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vichy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[22],[23].

Billy fait également partie de la zone d'emploi de Vichy et du bassin de vie de Saint-Germain-des-Fossés[24]. Elle constitue un pôle de proximité dans la communauté d'agglomération[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Sur les 1 022 hectares de superficie, 80,2 ha sont occupés par des espaces habités et 1,1 ha le sont pour les espaces économiques[8].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le bourg de Billy est l'un des trois sites protégés de la communauté d'agglomération, avec le château et le parc de Busset et le centre ancien de Vichy[8].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 470 logements, contre 454 en 2007. Parmi ces logements, 79,9 % étaient des résidences principales, 7,1 % des résidences secondaires et 13 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 3,2 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 76,3 %, en hausse sensible par rapport à 2008 (74,7 %). Il n'existait aucun logement HLM loué vide[a 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise au risque naturel « mouvement de terrain[25] » : un plan de prévention des risques retrait-gonflement des argiles a été approuvé le [26], ainsi qu'au risque sismique[25], où elle est située dans la zone de sismicité faible ou de niveau 2[26].

Elle est aussi concernée par le risque de transport de matières dangereuses : la route nationale 209, qui traverse le village, enregistrait un trafic supérieur à 5 000 véhicules par jour en 2011[26]. Une canalisation de gaz naturel traverse aussi la commune[26].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village de Billy était nommé Billay puis Billy en 1467, son orthographe provient d'un nom de personne gaulois Bilius et du suffixe -acos[27].

Billy fait partie de l'aire linguistique du Croissant, zone où les parlers de langue occitane et de langue d'oïl se rencontrent et se mélangent[28],[29]. Dans le parler local Billy est nommé Bilhi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines et caractéristiques du site[modifier | modifier le code]

Le site de Billy où s'est constitué le village actuel fut probablement occupé par l'Homme dès l'époque gauloise (peut-être même avant) ou gallo-romaine à cause de ses atouts géographiques. Les découvertes archéologiques combinées à l'étude de la toponymie ainsi qu'à une réflexion sur le site paroissial attestent d'une occupation antique du type villa ou simple(s) établissement(s) agricole(s) avec dépendances. Les zones qui contiennent les plus importantes traces se situent vers le lieu-dit Fontcroze, la Paroisse, le Pavé (plus généralement à proximité de l'ancienne voie romaine) et les berges de l'Allier.

La partie est de la commune semble donc, à première vue, contenir les traces d'occupations les plus anciennes ou du moins celles-ci apparaissent de manière dense et significative. En analysant la morphologie du site dans sa globalité, on remarque que le village de Billy s'est principalement développé autour de deux pôles : l'église paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte et le château. Cela peut donc signifier qu'un premier noyau de peuplement a pu se former au lieu-dit la Paroisse d'autant plus que l'église, qui occupe une petite butte centrale, possède, d'après ses caractéristiques architecturales et les diverses sources textuelles, une antériorité (fin XIe – début XIIe siècle) sur la forteresse (XIIIe siècle). Cependant, il n'est pas exclu, voire envisageable, qu'un édifice plus ancien que le château actuel, telle une motte castrale, ait occupé le promontoire rocheux qui surplombe la vallée de l'Allier.

Le bourg castral et la paroisse au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Billy sur la carte de Cassini
Billy sur la carte de Cassini.

Il est probable qu'un premier hameau se soit constitué autour de l'église paroissiale suivi d'un bourg autour du « castrum ». Aussi, à partir du XIIIe siècle, le site de Billy devait se caractériser par cette bipolarité que l'on retrouve notamment sur une carte dressée par Cassini vers 1750. L'influence des seigneurs de Bourbon a alors très vite permis au bourg castral de se développer au point d'acquérir un statut de « ville franche ». En effet, cette dernière devient le siège administratif, judiciaire et économique de la châtellenie ducale. Elle obtient des privilèges issus d'une charte de franchise et peut même s'octroyer le droit d'être ceint d'une muraille. Pourtant, le succès n'est pas entier car jamais la ville de Billy ne réussira à devenir le premier centre religieux à la différence du bourg paroissial doté, par ailleurs, d'un prieuré casadéen, peut-être dès le XIIe siècle. Ainsi, le hameau ecclésial aura résisté tout au long du Moyen Âge à l'influence et à la croissance de la ville franche.

La ville de Billy, ainsi que la paroisse, connaissent une ère de prospérité durant l'époque médiévale grâce à l'influence des différents pouvoirs en place (religieux ou laïques) mais aussi à cause de leur situation géographique qui offre une proximité avec les différentes voies commerciales, qu'elles soient routières ou fluviales. Par ailleurs, la présence de l'Allier donne lieu à l'aménagement d'un port probablement accompagné d'un péage, et participe à la ferveur religieuse avec le culte de saint Nicolas, protecteur des marins et mariniers.

La fin d'un âge d'or et l'annonce d'une nouvelle ère[modifier | modifier le code]

Vers la fin du Moyen Âge, Billy subit quelques contre-coups durant les expéditions menées contre les Grands du royaume par le roi de France Charles VII et son successeur Louis XI. Pourtant, la ville reste un lieu très actif et devient même un foyer religieux important à travers la présence d'une communauté protestante. Mais cela est de courte durée car surviennent alors les guerres de religions, opposant les catholiques aux huguenots qui d’ailleurs assiégeront le bourg en .

Par la suite, le site de Billy va vivre au rythme des événements et des politiques du royaume. La ville continue d'être le siège de la juridiction châtelaine à la différence près qu’elle ne dépend plus du duché de Bourbon depuis 1527, mais du pouvoir royal. En 1698, l'intendant Le Vayer en dresse un portrait peu flatteur : « petite villedont les murailles tombent en ruine »[30].

La châtellenie perdure jusqu'à la Révolution française ; c'est en 1790 que la justice et la prison de Billy sont transférées à Cusset.

Avec le temps, le village de Billy ne forme plus qu'une seule et même entité mais pour faire face aux évolutions de notre société, il se cherche de nouveaux atouts pour poursuivre son développement. C'est notamment par le biais du tourisme et la mise en valeur de son patrimoine qu'il reste un foyer très actif.

Le château de Billy qui domine toujours la vallée de l'Allier du haut de son promontoire se visite d'avril à octobre tandis que l'église, qui abrite une crypte des XIe et XIIe siècles, est accessible à tous, toute l'année.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vichy et, depuis le redécoupage des cantons du département en 2014, prenant effet depuis les élections départementales de 2015, du canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule[31].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les élections municipales de 2014 se sont déroulées au scrutin majoritaire ; les 15 sièges ont été pourvus au premier tour. Le taux de participation est de 68,88 % (447 votants sur 649 inscrits)[32].

Aux élections européennes de 2014, la liste FN est arrivée en tête dans la commune et a recueilli 29,29 % des voix, suivie par les listes UMP (18,93 %) et UG (16,43 %). 46,43 % des électeurs ont voté (299 votants sur 643 inscrits)[33].

Aux élections départementales de 2015, dans le canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule, le binôme Catherine Corti - Bernard Coulon est élu au second tour avec 66,07 % des voix dans le canton[34], tendance suivie dans la commune (54,04 % des voix). Le taux de participation, de 52,19 % (322 votants sur 617 inscrits)[35], est moindre que dans le canton (53,20 %)[34].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune compte quinze membres au conseil municipal.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Marcel Régnier   Président du conseil général de l'Allier, député, sénateur
Antonin Besson[Note 3] SFIO Magistrat retraité
Jacques Brierre    
Jean Mathé PCF  
René Verron    
Jean-Pierre Blanc[36]   Retraité
Conseiller communautaire[37]
En cours
(au )
Patrick Séror[38]    

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

L'assainissement collectif et individuel est assuré par la communauté d'agglomération Vichy Communauté[39].

La collecte des déchets est assurée par le SICTOM Sud Allier, contrairement aux communes de Vichy, Cusset et Bellerive-sur-Allier, où cette opération est gérée par la communauté d'agglomération[40]. En 2014, le réseau de collecte s'étend sur 4,8 km en eaux usées, 0,6 km en unitaire et 5,1 km en eaux pluviales ; il existe quatre postes de refoulement télé-surveillés[41].

Billy possède une station d'épuration, au bourg, mise en service en 1995, avec une capacité de 600 équivalents habitants. Le traitement des eaux usées s'effectue par décantation-digestion et filtration sur sable[41].

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

École de Billy
École de Billy.

Billy dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[42].

Les collégiens poursuivent, sauf dérogation, leur scolarité au collège de Saint-Germain-des-Fossés[43] et les lycéens à Cusset, au lycée Albert-Londres[44].

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche, le centre hospitalier Jacques-Lacarin à Vichy, assure les urgences.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Billyssois[45].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[46]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[47].

En 2019, la commune comptait 783 habitants[Note 4], en diminution de 7,12 % par rapport à 2013 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0941 1201 0001 0719529851 0191 0401 042
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0709949921 0131 000982972938929
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
910942954858906853846886871
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8201 0849129211 007929852835781
2019 - - - - - - - -
783--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis Insee à partir de 2006[49].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est âgée.

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (29,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 35,6 % la même année, alors qu'il est de 34,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 401 hommes pour 376 femmes, soit un taux de 51,61 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (47,95 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[50]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
7,2 
75-89 ans
12,8 
25,1 
60-74 ans
24,4 
23,1 
45-59 ans
20,4 
13,4 
30-44 ans
17,4 
14,9 
15-29 ans
8,5 
15,8 
0-14 ans
15,3 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2018 en pourcentage[51]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,7 
9,8 
75-89 ans
13,4 
20,6 
60-74 ans
21,4 
21,2 
45-59 ans
20,1 
15,9 
30-44 ans
15,2 
15,5 
15-29 ans
12,9 
16 
0-14 ans
14,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 28 673 , ce qui plaçait Billy au 18 308e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[52].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 522 personnes, parmi lesquelles on comptait 74,3 % d'actifs dont 66,9 % ayant un emploi et 7,4 % de chômeurs[a 3].

On comptait 105 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 352, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 29,9 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 4].

311 des 352 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 88,3 %) sont des salariés[a 5]. Seulement 16 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Billy comptait 25 entreprises : neuf dans la construction et seize dans le commerce, les transports et les services divers. Elle ne possède aucune entreprise dans les secteurs de l'industrie et de l'administration[a 7].

En outre, elle possède 29 établissements : dix dans la construction et dix-neuf dans le commerce[a 8].

Commerce[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2015 recensait une boulangerie et une petite surface de bricolage[53].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune possède un office de tourisme, l'un des trois présents dans la communauté d'agglomération[8].

Aucun hôtel[a 9], camping[a 10] ou hébergement collectif[a 11] n'existait dans la commune au .

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune est labellisée « Petite Cité de Caractère » depuis le [54].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue d'une rue du village
Vue d'une rue du village.
Le château de Billy et le lac au premier plan
Le château de Billy.

Billy, qui était jadis parée d'une double enceinte fortifiée, possède quatre édifices classés ou inscrits aux monuments historiques :

  • le château de Billy (XIIIe et XIVe siècles). L'enceinte est inscrite le  ; les ruines sont classées par arrêté du [55] ;
  • la porte de la ville[56] ;
  • une maison, de 1566, propriété privée, où l'échauguette et la porte ont été inscrites aux monuments historiques le [57] ;
  • la maison dite du Marchand ; la salle, l'élévation, la toiture et le décor intérieur sont inscrits aux monuments historiques le [58].

Autres bâtiments non classés ou inscrits :

  • l'église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte (crypte XIe et XIIe siècles), entourée de l'ancien cimetière ; elle est située à l'écart du bourg, sur la route de Saint-Félix ;
  • le village médiéval, notamment la rue Chabotin bordée de maisons du XVe siècle et la mairie, installée dans l'ancien corps de garde de l'enceinte extérieure.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antonin Besson (1895-1985), haut magistrat, né et mort à Billy, maire de Billy.
  • Antoine Jardet (1824-1878), maire de Vichy, mort à Billy.
  • Marcel Régnier (1867-1958), maire de Billy, président du conseil général, député et sénateur de l'Allier.
  • Raoul Sangla (1930-2021), réalisateur de télévision, est enterré dans le cimetière communal[59].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Billy (03).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D'azur au château d'argent, ouvert et ajouré de sable, accompagné de trois fleurs de lys d'or.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antonin Besson, Le destin d'une châtellenie, Billy en Bourbonnais, Moulins, Éditions des Cahiers bourbonnais, , 615 p.
  • Julien Jobard, Billy (03), le pôle castral et paroissial (mémoire de maîtrise « Histoire et archéologie »), 2006-2007, 188 p.
  • Guy Manivière, Billy et ses environs à la fin du XVe siècle : les paroisses de Billy, Saint-Félix, Sanssat, Créchy, Saint-Alyre, sur les pas de nos ancêtres paysans à partir d'un terrier de 1477, , 92 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Procureur général près la Cour de cassation, mort en 1985.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  4. EMP T5 – Emploi et activité.
  5. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  6. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  9. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  10. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  11. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Billy », sur Lion 1906.
  2. a b et c Billy sur le Géoportail, IGN
  3. Répertoire géographique des communes, IGN.
  4. a b et c « 8.01 Val d'Allier », Atlas des paysages d'Auvergne, DREAL Auvergne, (consulté le ).
  5. « 6.04 Forterre », Atlas des paysages d'Auvergne, DREAL Auvergne, (consulté le ).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Beaupoirier (K3134100) » (consulté le ).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau (K3134000) » (consulté le ).
  8. a b c d e et f « Schéma de Cohérence Territoriale Vichy Val d'Allier 2030 – Rapport de présentation (document provisoire) » [PDF], Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier, (consulté le ).
  9. a et b Estelle Dissay, « Allier : pourquoi Billy a choisi une déviation plutôt qu'un projet de contournement ? », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  10. « Arrêté du maire no A 2015-01 portant réglementation des poids lourds dans la traversée de l'agglomération de Billy » [PDF], Mairie de Billy, (consulté le ).
  11. a et b « Comprendre en 4 points la nouvelle déviation du village de Billy (Allier) », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  12. Décision de dispense d'étude d'impact [PDF], formulaire et notice explicative de la mise à double sens de la route nationale dans la traversée de Billy [PDF], sur le site de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes (pages consultées le ).
  13. « Contournement : l'exaspération est à son comble », VVA Magazine, Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier, no 13,‎ , p. 10.
  14. « Gare de passage : Billy_Marcenat », sur massifcentralferroviaire.com (consulté le ).
  15. « Via Allier et Boucles », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté, (consulté le ).
  16. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  17. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  19. « Unité urbaine 2020 de Saint-Germain-des-Fossés », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le )
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  24. « Commune de Billy (03029) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  25. a et b Risques dans la commune sur prim.net.
  26. a b c et d « Dossier départemental sur les risques majeurs dans l'Allier », Préfecture de l'Allier, (consulté le ).
  27. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, , 708 p. (ISBN 978-2-600-02883-7, présentation en ligne), chap. XVI (« Noms de lieux gaulois en -acos »), p. 211.
  28. « Atlas sonore des langues régionales de France - Zone du Croissant », sur https://atlas.limsi.fr/ ; site officiel de l'Atlas sonore des langues régionales de France, Paris, CNRS,
  29. Maximilien Guérin, « Transmission et dynamique des parlers du Croissant », Cahiers du Groupe d'études sur le plurilinguisme européen, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, no 12,‎ (ISSN 2105-0368, lire en ligne)
  30. Marie-Claire Ricard (photogr. Hervé Monestier), Les plus beaux villages d'Auvergne, Luçon, Éditions Sud Ouest, , 143 p. (ISBN 978-2-8177-0056-4), p. 16.
  31. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  32. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  33. « Résultats des élections européennes 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  34. a et b « Résultats des élections départementales 2015 - ALLIER (03) - canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule (15) », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  35. « Résultats des élections départementales 2015 - ALLIER (03 ) - canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule - commune de Billy », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  36. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 27 septembre 2014).
  37. « Les élus par commune », Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (consulté le ).
  38. « Patrick Séror est le nouveau maire de Billy (Allier) », La Montagne, (consulté le ).
  39. « Assainissement collectif et individuel », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  40. « Collecte sélective des déchets », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  41. a et b « Rapport annuel 2014 ASSAINISSEMENT COLLECTIF » [PDF], Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (consulté le ).
  42. Annuaire des établissements scolaires de Billy sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  43. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  44. « Sectorisation des lycées du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  45. « Billy (03260) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  46. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  47. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  48. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  50. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Billy (03029) », (consulté le ).
  51. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Allier (03) », (consulté le ).
  52. Revenus fiscaux localisés des ménages [zip], Insee, données 2011.
  53. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  54. « La cité médiévale de Billy (Allier) intègre les petites cités de caractère » Accès payant, La Montagne, (consulté le ).
  55. « Château », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. « Porte de ville », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Maison », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. « Maison dite du Marchand », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. BILLY (03) : cimetière, Philippe Landru, sur le site Cimetières de France et d'ailleurs.