La Chabanne (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chabanne et Chabanne.
Eglise datant de 1836 (avec réparations)
La Chabanne
Intérieur de l'église.
Intérieur de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Lapalisse[1]
Intercommunalité Communauté de communes de la Montagne bourbonnaise
Maire
Mandat
Jean-Marc Bourel
2014-2020
Code postal 03250
Code commune 03050
Démographie
Population
municipale
195 hab. (2012)
Densité 9,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 20″ N 3° 45′ 13″ E / 46.0222222222, 3.7536111111146° 01′ 20″ Nord 3° 45′ 13″ Est / 46.0222222222, 3.75361111111
Altitude Min. 514 m – Max. 1 040 m
Superficie 20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
La Chabanne

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
La Chabanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chabanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chabanne

La Chabanne est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Chabanne est située au sud-est de l'Allier, dans la Montagne bourbonnaise, à proximité de la limite avec le département de la Loire.

Elle se trouve dans la haute vallée de la Besbre, entre le Bois Bizin à l'ouest et les monts de la Madeleine à l'est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La Chabanne est limitrophe avec 4 communes[2],[3] :

Communes limitrophes de La Chabanne
Saint-Clément Saint-Nicolas-des-Biefs
Ferrières-sur-Sichon La Chabanne
Laprugne

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par la Besbre ainsi que par plusieurs affluents[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 177, reliant Saint-Clément et Le Mayet-de-Montagne au pied de la station de La Loge des Gardes, ainsi que la RD 477 menant directement au village limitrophe de Laprugne[3].

Une route relie le centre du village à la route départementale 7[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de La Chabanne est de création récente. En 1849[4], elle a été constituée par réunion sur son territoire de divers villages appartenant précédemment aux communes voisines de Saint-Clément, de Laprugne et de Saint-Nicolas-des-Biefs.

La commune de La Chabanne possède de nombreux petits hameaux dont les plus connus sont Aurouer, Brunard ainsi que Périasse. Chaque hameau possède une croix (symbole de la religion catholique), toutes ces croix affichés dans l'église de cette même commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Baptiste Monat    
mars 2008 janvier 2013 Jean-François Perret    
mars 2013 en cours Jean-Marc Bourel    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 195 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
971 861 837 940 931 964 965 967 1 077
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 030 991 939 869 795 835 774 675 625
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
560 473 380 321 263 215 192 190 190
2012 - - - - - - - -
195 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges de La Chabanne en 2011 en pourcentage[a 1]
Hommes Classe d’âge Femmes
90 ans ou +
1,1 
13,7 
75 à 89 ans
20,4 
22,5 
60 à 74 ans
22,6 
21,6 
45 à 59 ans
20,4 
14,7 
30 à 44 ans
12,9 
9,8 
15 à 29 ans
10,8 
17,6 
0 à 14 ans
11,8 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2011 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
1,8 
9,5 
75 à 89 ans
14,1 
17,6 
60 à 74 ans
18 
21,9 
45 à 59 ans
20,8 
18,2 
30 à 44 ans
17 
15,3 
15 à 29 ans
13,4 
16,7 
0 à 14 ans
14,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 16 817 €, ce qui plaçait La Chabanne au 31 776e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[7].

En 2011, sur les 113 foyers fiscaux, 69,9 % n'étaient pas imposables[a 2].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 106 personnes, parmi lesquelles on comptait 56,5 % d'actifs dont 50 % ayant un emploi et 6,5 % de chômeurs[a 3].

On comptait 26 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 55, l'indicateur de concentration d'emploi est de 46,6 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 4].

30 des 55 personnes âgées de 15 ans ou plus (soit 53,6 %) sont des salariés[a 5]. 44,6 % des actifs travaillent dans la commune de résidence tandis que 33,9 % travaillent dans une autre commune du département[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , La Chabanne comptait 11 entreprises : 1 dans l'industrie, 1 dans la construction, 9 dans le commerce, les transports et les services divers et aucune dans le secteur administratif[a 7]. Le nombre d'établissements est strictement identique[a 8].

Au 31 décembre 2012, elle comptait 40 établissements actifs[a 9], dont la répartition est la suivante : 24 dans l'agriculture, 2 dans l'industrie, 1 dans la construction, 11 dans le commerce/transports/services divers et 2 dans le secteur administratif.

La commune ne compte aucun établissement de plus de 10 salariés. Les 5 postes salariés sont affectés au secteur administratif[a 10].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'un chantier de jeunes, une équipe de volontaires a restauré et sécurisé l'ancien puits de mine au lieu-dit Ramillard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Dossier local

  1. POP T3 – Population par sexe et âge en 2011.
  2. REV T1 – Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  3. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  4. EMP T5 – Emploi et activité.
  5. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2011.
  6. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au 1er janvier 2013.
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au 1er janvier 2013.
  9. CEN T1 – Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  10. CEN T2 – Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2012.

Autres références[modifier | modifier le code]