La Chabanne (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Chabanne
La Chabanne (Allier)
L'intérieur de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté d'agglomération Vichy Communauté
Maire
Mandat
Jean-Marc Bourel
2020-2026
Code postal 03250
Code commune 03050
Démographie
Gentilé Chabannais, Chabannaises [1]
Population
municipale
183 hab. (2018 en diminution de 4,69 % par rapport à 2013)
Densité 9,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 20″ nord, 3° 45′ 13″ est
Altitude Min. 514 m
Max. 1 040 m
Superficie 20 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Lapalisse
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
La Chabanne
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
La Chabanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chabanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chabanne

La Chabanne est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Chabanne est située au sud-est de l'Allier, dans la Montagne bourbonnaise, à proximité de la limite avec le département de la Loire.

Elle se trouve dans la haute vallée de la Besbre, entre le Bois Bizin à l'ouest et les monts de la Madeleine à l'est.

Quatre communes sont limitrophes[2] :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par la Besbre ainsi que par plusieurs affluents[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 177, reliant Saint-Clément et Le Mayet-de-Montagne au pied de la station de La Loge des Gardes, ainsi que la RD 477 menant directement au village limitrophe de Laprugne[2].

Une route relie le centre du village à la route départementale 7[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Chabanne est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (58,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (59,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57,7 %), prairies (41,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Planification de l'aménagement[modifier | modifier le code]

L'ancienne communauté de communes de la Montagne bourbonnaise, dont La Chabanne était membre, avait prescrit l'élaboration d'un plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) en 2014. À la suite de la fusion de la communauté de communes avec la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier le , c'est Vichy Communauté qui poursuit les procédures de l'élaboration de ce document, lequel devrait être approuvé en conseil communautaire en [10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du bas-latin capanna, désignant une hutte et qui a donné le mot « chabana » en arpitan local.

La Chabanne est une des quelques communes du département de l'Allier à faire partie de l'aire linguistique du francoprovençal (arpitan). Cette aire linguistique comprend aussi dans le Bourbonnais les communes de Saint-Pierre-Laval, Saint-Nicolas-des-Biefs, Laprugne et Lavoine[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Église datant de 1836 (avec réparations).

La commune de La Chabanne est de création récente. En 1849[12], elle a été constituée par réunion sur son territoire de divers villages appartenant précédemment aux communes voisines de Saint-Clément, de Laprugne et de Saint-Nicolas-des-Biefs.

La commune de La Chabanne possède de nombreux petits hameaux dont les plus connus sont Aurouer, Brunard ainsi que Périasse. Chaque hameau possède une croix (symbole de la religion catholique), toutes ces croix affichés dans l'église de cette même commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Jean-Baptiste Monat    
Jean-François Perret    
En cours
(au )
Jean-Marc Bourel[13]   Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 183 habitants[Note 2], en diminution de 4,69 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
9718618379409319649659671 077
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 030991939869795835774675625
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
560473380321263215192190190
2012 2017 2018 - - - - - -
195186183------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges de La Chabanne en 2011 en pourcentage[a 1]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ans ou +
1,1 
13,7 
75 à 89 ans
20,4 
22,5 
60 à 74 ans
22,6 
21,6 
45 à 59 ans
20,4 
14,7 
30 à 44 ans
12,9 
9,8 
15 à 29 ans
10,8 
17,6 
0 à 14 ans
11,8 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2011 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ans ou +
1,8 
9,5 
75 à 89 ans
14,1 
17,6 
60 à 74 ans
18 
21,9 
45 à 59 ans
20,8 
18,2 
30 à 44 ans
17 
15,3 
15 à 29 ans
13,4 
16,7 
0 à 14 ans
14,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Chabanne dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[18].

Les collégiens sont scolarisés au Mayet-de-Montagne[19] et les lycéens au lycée de Presles à Cusset[20] (celui-ci ayant été renommé lycée Albert-Londres).

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 16 817 €, ce qui plaçait La Chabanne au 31 776e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[21].

En 2011, sur les 113 foyers fiscaux, 69,9 % n'étaient pas imposables[a 2].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 106 personnes, parmi lesquelles on comptait 56,5 % d'actifs dont 50 % ayant un emploi et 6,5 % de chômeurs[a 3].

On comptait 26 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 55, l'indicateur de concentration d'emploi est de 46,6 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 4].

30 des 55 personnes âgées de 15 ans ou plus (soit 53,6 %) sont des salariés[a 5]. 44,6 % des actifs travaillent dans la commune de résidence tandis que 33,9 % travaillent dans une autre commune du département[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , La Chabanne comptait 11 entreprises : 1 dans l'industrie, 1 dans la construction, 9 dans le commerce, les transports et les services divers et aucune dans le secteur administratif[a 7]. Le nombre d'établissements est strictement identique[a 8].

Au 31 décembre 2012, elle comptait 40 établissements actifs[a 9], dont la répartition est la suivante : 24 dans l'agriculture, 2 dans l'industrie, 1 dans la construction, 11 dans le commerce/transports/services divers et 2 dans le secteur administratif.

La commune ne compte aucun établissement de plus de 10 salariés. Les 5 postes salariés sont affectés au secteur administratif[a 10].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Sentier pédagogique.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue sur la vallée de la Besbre.
  • Sentier pédagogique. Boucle de randonnée facile de 3,5 km (environ 1 h), 120 m de dénivelé, à travers une forêt de feuillus et de résineux ; elle est jalonnée de panneaux sur la faune, la flore ou l'histoire de la commune et offre une vue panoramique sur la vallée de la Besbre[22].
  • Ancien puits de mine au lieu-dit Ramillard. Il a été restauré et sécurisé par une équipe de volontaires, dans le cadre d'un chantier de jeunes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Dossier local

  1. POP T3 – Population par sexe et âge en 2011.
  2. REV T1 – Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  3. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  4. EMP T5 – Emploi et activité.
  5. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2011.
  6. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au 1er janvier 2013.
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au 1er janvier 2013.
  9. CEN T1 – Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  10. CEN T2 – Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2012.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. a b c et d Carte de La Chabanne sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 29 octobre 2016).
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. « PLUI Montagne Bourbonnaise », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  11. « Atlas sonore des langues régionales de France », sur https://atlas.limsi.fr/ ; site officiel de l'Atlas sonore des langues régionales de France, Paris, CNRS,
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Évolution et structure de la population de l'Allier en 2011, Insee.
  18. « École élémentaire publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  19. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  20. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  21. [zip] Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011, Insee.
  22. Départ : de l’église, emprunter la D177, en direction de La Loge des Gardes, sur 50 m, puis tourner à gauche, après l’auberge, dans le premier chemin herbeux.