Bellerive-sur-Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bellerive-sur-Allier
Bellerive-sur-Allier
L'esplanade François-Mitterrand
et la mairie au second plan en 2012.
Blason de Bellerive-sur-Allier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté d'agglomération Vichy Communauté
Maire
Mandat
François Sennepin
2020-2026
Code postal 03700
Code commune 03023
Démographie
Gentilé Bellerivois[1]
Population
municipale
8 638 hab. (2018 en augmentation de 0,85 % par rapport à 2013)
Densité 455 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 03″ nord, 3° 24′ 16″ est
Altitude Min. 247 m
Max. 337 m
Superficie 18,97 km2
Unité urbaine Vichy
(banlieue)
Aire d'attraction Vichy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bellerive-sur-Allier
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bellerive-sur-Allier
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Bellerive-sur-Allier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellerive-sur-Allier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellerive-sur-Allier
Liens
Site web ville-bellerive-sur-allier.fr

Bellerive-sur-Allier (Vaissa en occitan) est une commune française urbaine, située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune, qui jouxte celle de Vichy, s'appelait à l'origine Vesse et a changé officiellement de nom le . Bordée par la rivière Allier, elle compte 8 638 habitants (au recensement de 2018), appelés les Bellerivois et les Bellerivoises[1].

La commune a obtenu le label « commune touristique » le [2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Bellerive-sur-Allier est située au sud-est du département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes[INS2 1], à 57,3 km par la route[Note 1] de Moulins[3], préfecture du département, et à 1,8 km de Vichy[4], sous-préfecture. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Vichy[INS2 1].

Le territoire communal est limitrophe de six autres communes[5] :

Communes limitrophes de Bellerive-sur-Allier
Charmeil Vichy
Espinasse-Vozelle Bellerive-sur-Allier
Serbannes, Brugheas Abrest

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord du Massif central, au contact de plusieurs entités géographiques, entre le Val d'Allier, la plaine de la Limagne (Limagne bourbonnaise) à l'ouest et la montagne bourbonnaise à l'est[Diag 1].

Relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 1 897 hectares[Diag 2]. Son altitude varie de 247 mètres, sur la partie est de la commune (rivière Allier), à 337 mètres sur les coteaux à l'ouest[Diag 3].

La commune est située sur la plaine du val d'Allier[Diag 3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Allier et, au premier plan, le nouveau pont franchissant le Sarmon près de son point de confluence
Confluence entre l'Allier et le Sarmon en 2020.

La commune est bordée à l'est par la rivière Allier. Celle-ci fait office de limite administrative avec les communes d'Abrest (vers le lieu-dit Creux Very) puis de Vichy de l'amont vers l'aval[5],[Diag 4]. Sa largeur, au niveau de l'ancien stade nautique, atteint les 200 mètres[Diag 4]. Quatre autres cours d'eau coulent dans la commune :

  • le ruisseau de la Rama, cours d'eau de 4 km de long prenant sa source à Brugheas[6] et « formant la limite communale Sud » avec Abrest ;
  • le Sarmon, cours d'eau de 14 km prenant sa source dans le département limitrophe du Puy-de-Dôme, à Bas-et-Lezat, et se jetant près du pont de Bellerive[7] ;
  • le Briandet, cours d'eau de 7,5 km de long, prenant sa source à Serbannes et se jetant près de l'hippodrome[8]. Il se compose de quatre affluents dont trois couvrent le territoire communal :
    • le ruisseau du Bois des Prêtres, long de 3,35 km, prenant sa source à Serbannes et se jetant près du lieu-dit Le Pouzatais à Espinasse-Vozelle, passant à la frontière communale à Serbannes peu avant son point de confluence[9],
    • le ruisseau de Conton, long de 1,85 km, coulant exclusivement dans la commune[10],
    • un cours d'eau anonyme, long de 1,66 km, traversant le parc omnisports[11] ;
  • la Goutte de la Fontaine, long de 6,66 km, prenant sa source à Espinasse-Vozelle et se jetant dans le ruisseau du Béron à l'est de Charmeil, traverse le bois de Charmeil au nord de la commune[12].

L'ensemble du territoire communal est couvert par le périmètre de protection des eaux minérales des sources de Vichy Saint-Yorre[Diag 4].

Le territoire communal est compris dans le périmètre du schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) Loire-Bretagne 2016-2021, approuvé le , et dans le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) Allier Aval, approuvé le [Diag 4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type océanique dégradé, à la limite du climat semi-continental avec quelques caractéristiques du climat de montagne. Les températures varient (de 6 à 16,7 °C en moyenne annuelle sur la période 1981-2010)[Diag 5], mais l'année, surtout entre octobre et fin avril, est plutôt pluvieuse et venteuse.

Les relevés météorologiques sont mesurés à la station de Charmeil, à proximité de l'aéroport.

Relevés météorologiques de la station de Vichy-Charmeil (1981-2010, sauf ensoleillement 1991-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,4 −0,2 1,9 3,9 8,1 11,2 13,3 12,9 9,8 7,3 2,8 0,4 6
Température maximale moyenne (°C) 7,4 9 13 15,8 20 23,5 26,4 26,1 22,2 17,6 11,2 7,8 16,7
Ensoleillement (h) 78,1 94,8 153,7 175,4 203,4 225 248,9 238,3 183,5 128,1 76,7 55,9 1 861,7
Précipitations (mm) 46,8 39,8 44,2 69,3 98,2 78,2 71,6 74,2 75,4 68 63,3 50,5 779,5
Source : Météo-France[13]


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le territoire communal de Bellerive-sur-Allier est couvert par quatre zones naturelles (ZNIEFF) :

  • Val d'Allier Vichy – Pont de Chazeuil (ZNIEFF de type 1) : cette zone couvre la rivière en aval du pont de Bellerive[14] ;
  • Val d'Allier entre Vichy et Mariol (ZNIEFF de type 1) : cette zone couvre la rivière en amont du pont de Bellerive[15] ;
  • Forêt de Montpensier et Bois Saint-Geat[16] ;
  • Lit majeur de l'Allier moyen (ZNIEFF de type 2)[17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bellerive-sur-Allier est une commune urbaine[Note 2],[18]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[INS2 2],[19].

Elle appartient à l'unité urbaine de Vichy, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[INS2 3] et 64 124 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[INS2 4],[INS2 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vichy, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[INS2 6],[INS2 7].

Bellerive-sur-Allier appartient également à la zone d'emploi et au bassin de vie de Vichy[INS2 1].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (44 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (34,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (33,2 %), prairies (29,9 %), forêts (16,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (7,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,2 %), eaux continentales[Note 4] (2 %), terres arables (1,6 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Quelques lieux-dits habités[5] :

  • au nord de la commune : Montpertuis, les Calabres, les Barges, les Bernards, les Guinames, Beauregard, Champ Roubeau, Super Bellerive ;
  • au sud de la commune : la Grange au Grain, Creux Véry, Chantemerle, les Vignes des Chaputs, les Séchauds, le Moulin Mazan, le Léry.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Bellerive-sur-Allier a la particularité de ne pas posséder de centre-bourg ancien[Diag 6]. Le développement de la ville, d'abord « effectué à partir de la ville centre de Vichy », où son accès s'effectuait par bac (puis par un pont en fonte depuis 1870, le pont de Bellerive actuel), s'est accentué autour des axes principaux (au bourg, jusqu'à la route no 9, puis à Champ Roubeau (sur la route de Gannat), le long du Sarmon et sur la route de Randan[22]).

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, l'urbanisation a progressé vers le sud du centre-ville, avec l'apparition de lotissements dans le quartier de Chantemerle dans les années 1960-1970, puis vers l'ouest et le nord autour de la route de Gannat (Super Bellerive et Les Guinames) dans les années 1970-1980, puis à proximité du centre-ville dans les années 1990 (hameau de Bellevue, rue Emmanuel-Chabrier autour du collège Jean-Rostand). La tache urbaine représentait, en 2010, 387 hectares, contre 101 hectares avant 1950[Diag 6].

Le centre-ville « présente un tissu urbain hétérogène » avec des bâtiments de différentes époques et « une mixité fonctionnelle ». Les implantations ont commencé à la fin du XIXe siècle, avec une forte hétérogénéité de formes bâties et de fonctions, comprenant des logements collectifs à un étage avec activité commerçante au rez-de-chaussée et des constructions pavillonnaires récentes sur les terrains libres[Diag 7].

Logement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du périmètre du programme local de l'habitat (PLH) de Vichy Communauté pour la période 2020-2025[23], approuvé le , remplaçant les anciens PLH de Vichy Val d'Allier 2010-2015 et 2016-2021[Diag 8].

En 2018, la commune comptait 4 825 logements, contre 4 777 en 2013 et 4 654 en 2008.

Parmi ces logements, 85 % étaient des résidences principales, 5,5 % des résidences secondaires et 9,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 69,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 30,3 % des appartements[INS 1]. Le tissu bâti est très variable puisque l'on retrouve des lotissements pavillonnaires, en retrait de la voirie[Diag 7]. L'habitat collectif est largement représenté autour de la mairie (îlot de la cité Clair Matin, avec des bâtiments de 3 à 10 étages érigés dans les années 1960-1970, ou sur l'esplanade François-Mitterrand, avec trois logements issus d'une opération des années 2000), ou encore rue de la Grange-aux-Grains (avec des bâtiments allant jusqu'à 12 étages)[Diag 7].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était en 2018 de 66,1 %, en hausse par rapport à 2013 (65,6 %) mais stable par rapport à 2008. La part de logements HLM loués vides était de 14,8 % en 2018 (contre 14,3 % en 2013)[INS 2].

Planification de l'aménagement[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d'un établissement public, pour déterminer les parties d'aménagement de l'espace au sein d'un schéma de cohérence territoriale (SCoT), un document essentiel d'orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle. La commune est dans le territoire du SCoT de Vichy Communauté, approuvé le sur le territoire de l'ancienne communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier regroupant 23 communes[24].

Le plan local d'urbanisme (PLU) a été approuvé par le conseil communautaire de Vichy Communauté le , et modifié le [BEL 1]. Il remplace l'ancien PLU approuvé en 2003, révisé en 2014 mais annulé par le tribunal administratif à la suite d'une requête d'un particulier[BEL 2].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

La ville projette de créer la ZAC des Coteaux du Briandet, d'une superficie de vingt-cinq hectares, avec la construction de 350 logements sur quinze ans. Après enquête publique tenue en septembre et , ce projet a été déclaré d'utilité publique le [25]. La livraison est prévue à la fin des années 2020[26].

Elle prévoit également de créer un parc d'activités sur le site de l'ancienne friche de Montpertuis-Palazol.

Près du centre-ville, autour de la salle culturelle Le Geyser, un nouveau centre de secours, une maison des artistes ainsi qu'un parc urbain sont en cours de création[BEL 3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune par Champ Roubeau
Entrée Ouest de la commune par la RD 2209 à Champ-Roubeau en 2019.
Route départementale 984 traversant le centre-ville
La traversée du centre-ville, par la RD 984, est limitée à 30 km/h.

L'agglomération de Vichy, tout comme l'ancienne région Auvergne, se caractérisait par une mauvaise accessibilité routière. D'importants projets routiers ont été menés dans les années 2010 afin de désenclaver la cité thermale, notamment l'autoroute A719 mise en service le et un contournement sud-ouest (route départementale (RD) 906), mis en service début 2016, et permettant d'accéder aux différents quartiers de Bellerive-sur-Allier[Diag 9].

Le réseau routier départemental est constitué des routes suivantes :

  • la RD 2209, ancienne route nationale 209 reliant Gannat à Varennes-sur-Allier. Classée partiellement à grande circulation, cette route, qui emprunte successivement la route de Gannat, l'avenue de Vichy puis l'avenue de la République jusqu'au pont Aristide-Briand (ou pont de Bellerive), était empruntée en moyenne par 8 425 véhicules par jour en 2014 sur la portion de route desservant le quartier de Champ-Roubeau[Diag 10] ;
  • la RD 1093, ancienne route nationale 493, en direction du sud-ouest de la commune (Les Séchauds), de l'agglomération (Le Bois Randenais, commune de Brugheas) et le nord-est du département du Puy-de-Dôme (Randan, Maringues et Pont-du-Château). Cette route, nommée avenue Fernand-Auberger, était empruntée en moyenne par 6 294 véhicules par jour en 2014[Diag 10] ;
  • la RD 984, ancienne route nationale 684, en direction de l'ouest de la commune (mairie, quartier de Monzière), et au-delà vers Serbannes, Effiat et Aigueperse. Cette route, qui s'appelle rue Jean-Jaurès puis rue Adrien-Cavy, était empruntée en moyenne par 3 956 véhicules par jour en 2012[Diag 10] ;
  • la RD 6 (route de Charmeil), classée à grande circulation, dessert le nord de la ville. C'est l'axe routier classé le plus fréquenté de la commune, avec 18 152 véhicules par jour en 2012 sur la portion terminale[Diag 10] ;
  • son antenne, la RD 6e (route du Pont-de-l'Europe ou avenue de l'Europe), relie le rond-point de l'Europe au pont de l'Europe et à Boutiron (commune de Creuzier-le-Vieux) en desservant le parc omnisports Pierre-Coulon[5].

Trois autres routes départementales assurent une desserte locale :

  • la RD 131, de Bellerive-sur-Allier à Hauterive, desservant la zone d'activité de Navarre et la rive gauche d'Abrest ;
  • la RD 276 de Bellerive-sur-Allier à Brugheas par le chemin du Moulin-Mazan ;
  • la RD 443, par les rues Maurice-Chalus, l'église, la rue Gabriel-Ramin et le quartier de Penaix.

Les véhicules dont le poids total dépasse 7,5 tonnes ne peuvent pas circuler sur les RD 2209 (avenues de Vichy et de la République), 1093, 984 et 131, depuis l'ouverture du contournement sud-ouest en , à l'exception de la desserte locale. Des contrôles sont organisés régulièrement par les services municipaux pour vérifier que les poids lourds respectent la réglementation[BEL 4].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est située à Vichy. Elle assure les liaisons vers Paris-Bercy (en train Intercités), Moulins, Lyon et Clermont-Ferrand en TER[Diag 11] Auvergne-Rhône-Alpes.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Lignes urbaines[modifier | modifier le code]
Un bus à Bellerive-sur-Allier
Un bus du réseau MobiVie au terminus Stade Aquatique.

Bellerive-sur-Allier est desservie par quatre lignes du réseau de transport en commun MobiVie[27] :

  • la ligne B, reliant le terminus de Côte Saint-Amand au collège Jean-Rostand ou Du Bellay en passant par la gare SNCF, le pont de Bellerive, la zone d'activités de Navarre (arrêt Grange au Grain) et la mairie, à raison d'un bus toutes les vingt minutes du lundi au vendredi (trente minutes le samedi) ; les dimanches et jours fériés ainsi qu'en période estivale, elle dessert le stade aquatique via le collège Jean-Rostand ;
  • la ligne C, reliant le cours Arloing (à Cusset) au stade aquatique via le pont de Bellerive et la source intermittente, et fonctionnant du lundi au samedi à raison d'un bus toutes les vingt minutes du lundi au vendredi (trente minutes le samedi) ;
  • la ligne G, reliant la gare SNCF de Vichy à la zone d'activités du Bioparc à Hauterive via le pont de Bellerive et l'arrêt Charles-de-Gaulle (desservant le centre commercial Carré d'As), et fonctionnant du lundi au vendredi avec cinq passages par jour et par sens ;
  • la ligne I, reliant le quartier des Ailes (au nord de Vichy) à la zone d'activités de Navarre (arrêt Grange au Grain) via le stade aquatique, le collège Jean-Rostand, la mairie de Bellerive et le quartier de Chantemerle, et fonctionnant du lundi au samedi avec douze passages et une fréquence d'un bus par heure.

Un service de transport à la demande (MobiVie sur mesure) vient compléter l'offre de transport urbain pour les quartiers non desservis par une ligne régulière de bus, fonctionnant du lundi au samedi[28].

Lignes interurbaines[modifier | modifier le code]

La commune est également desservie par deux lignes du réseau Cars Région Allier, géré par la région Auvergne-Rhône-Alpes[29] :

  • la ligne B02, reliant Vichy à Montluçon avec un arrêt au centre des métiers du bâtiment, au nord de la commune ;
  • la ligne B05, reliant Vichy à Gannat, Bellenaves et Chantelle, avec un arrêt à la source intermittente.

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

Chemin longeant la départementale 6
Piste cyclable longeant la route de Charmeil en 2014.

Un schéma directeur d'aménagements cyclables a été élaboré en par l'ancienne communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier et a notamment abouti à la création d'un itinéraire cyclable reliant le pont de Bellerive et le stade aquatique[30], long de trois kilomètres[Diag 12].

Des pistes ou bandes cyclables ont été aménagées sur une partie de la RD 2209, sur l'avenue de Vichy (dans le sens nord-sud entre le carrefour de Boussange et l'allée Georges-Baugnies, puis dans les deux sens au-delà) et l'avenue de la République dans les deux sens, ainsi que le rond-point de la République depuis 2010, et sur une portion de la rue Maurice-Chalus, à sens unique entre la rue Jean-Ferlot et l'église (entre deux ralentisseurs), autour du carrefour entre les départementales 6 et 6e, ainsi que le long de la RD 6e entre l'accès au parc omnisports de Vichy et le pont de l'Europe inclus.

Le tour du plan d'eau à vélo est bouclé en [31]. Pour sécuriser l'itinéraire, un chemin parallèle à la départementale 6 a été créé entre le carrefour de Boussange et l'accès à l'hippodrome et des voies ont été classées en zone de rencontre sur les voies d'accès au parc omnisports et au Palais du Lac. Il ne s'agit pas à proprement parler du tour du plan d'eau longeant la rivière.

Après l'aménagement des berges (inauguré en ), la communauté d'agglomération Vichy Communauté a réalisé une voie verte reliant le nord et le sud de l'agglomération[32]. La Via Allier, longue de 27 km, relie Billy à Saint-Yorre. Une partie de la boucle des Isles (12,7 km, vers Vichy et Hauterive, puis Abrest via la passerelle SNCF) ainsi que la boucle du Lac (6,3 km) empruntent les berges d'Allier réaménagées[33].

Liaisons pédestres[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le sentier de grande randonnée 463, reliant Évaux-les-Bains à La Chabanne[34],[Diag 12].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est exposée à six risques majeurs : trois naturels (inondation, mouvement de terrain et sismique) et trois technologiques (industriel, rupture de barrage et transport de matières dangereuses)[35],[BEL 5]. Elle a élaboré un DICRIM.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risque inondation[modifier | modifier le code]

Le risque inondation touche la commune. Les crues sont caractérisées par des montées lentes ou rapides du niveau d'eau :

  • pour la rivière Allier, ces montées sont lentes ;
  • pour les ruisseaux du Sarmon et du Briandet, ces montées sont rapides. Le Sarmon a connu des crues en 1934, 1958 et 1976[36] ; les crues du Briandet, dues à un phénomène pluviométrique d'intensité exceptionnelle, se sont produites les [36] et les 25 et [37].

Les bords de ces cours d'eau et autour des berges peuvent ainsi être inondés. Bellerive-sur-Allier a connu des crues en 1790, [Note 5], , [Note 6], 1875, 1907, 1913, (crue mixte avec un débit de 2 300 m3/s), (1 200 m3/s) et (1 660 m3/s à Saint-Yorre)[38],[BEL 5].

Pour le seul risque d'inondation, quatre plans de prévention des risques naturels ont été établis[35] :

  • un pour les bassins de l'Allier (inondation, prescrit le et approuvé le )[38] ;
  • un pour les bassins du Sarmon et du Briandet (inondation, prescrit en 2000 et approuvé en 2001)[36] ;
  • un concernant l'agglomération de Vichy, pour l'aléa « crue à débordement lent de cours d'eau », prescrit le et approuvé le [35] ;
  • un concernant les affluents de l'Allier, pour l'aléa « crue torrentielle ou à débordement lent de cours d'eau », prescrit le [35].

Les zones les plus impactées concernent la zone d'activité du Carré d'As et les équipements sportifs situés au nord de la commune, dont le parc omnisports Pierre-Coulon[Diag 13].

Autres risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune est exposée au risque mouvement de terrain par retrait-gonflement des argiles[BEL 5]. Les trois-quarts du territoire communal sont en aléa faible ; la partie ouest est quant à elle concernée par un aléa fort[Diag 13]. Unplan de prévention de ce risque a été approuvé le [35].

La commune est en zone de sismicité faible (niveau 2)[35],[Diag 13].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Bellerive-sur-Allier n'est impactée par aucune installation industrielle[35], malgré la présence d'un ancien site industriel classé SEVESO[BEL 5] : le site Manurhin Défense, en activité de 1938 à 2007 au nord de la commune[37], exploitait une « activité pyrotechnique soumise à autorisation avec servitudes[39] ».

La rupture du barrage de Naussac engendre une inondation, mais « la probabilité de rupture est très faible[BEL 5] ».

Enfin, la ville est concernée par le risque « transport de matières dangereuses », expliquant en partie l'interdiction de circulation des poids lourds sur le territoire communautaire de Vichy Val d'Allier[BEL 5] (les routes départementales 2209 — classée partiellement à grande circulation — et 1093 pouvant être empruntées par cette catégorie de véhicules[Diag 14]).

Il existe une canalisation de gaz naturel (de 150 mm de diamètre) à l'extrême nord du territoire communal[35],[Diag 14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini où apparaît le nom de Vesse (écrit Vaiße avec un s long (ß).

Les habitants de la commune sont appelés les Bellerivois et les Bellerivoises.

En 1793 (An II), la commune, à sa création, prit le nom de Vesse, nom que portait déjà le village situé sur les hauteurs. Il vient de l'occitan vaissa qui signifie noisetier, et qui dérive lui même du gotique washjan[40].

Sous le Bulletin des lois en 1801, il a été légèrement modifié : Vaisse (la prononciation reste identique) puis de nouveau Vesse. Le , Joseph Bégonin, maire de 1894 à 1910, faisait valider par son conseil municipal, son souhait de renommer la commune en « Bellerive-sur-Allier »[41].

Ce nom s'appuie sur l'hydronyme Allier (venant du latin Elaver, plus tard Elaris[42]), qui marque la limite orientale de la commune et que l'on retrouve dans de nombreux noms de communes où passe cette rivière. Bellerive-sur-Allier est le nom de commune le plus récent du département[43].

Bellerive-sur-Allier fait partie comme Vichy et son agglomération de la moitié sud de l'Allier où est traditionnellement parlé l'occitan du Croissant[44]. Le Croissant est un zone où l'occitan et la langue d'oïl se rejoignent et se mélangent[45],[46]. La ville se nomme dans cette langue, conformément à son étymologie, Vaissa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Un pont de bois antique recouvert par le lit de la rivière a été découvert. Il a subi plusieurs réparations. Quelques alignements de palées avec un système de contrefiches atteignaient six mètres, autorisant une circulation à double sens[47].

Atelier de poterie gallo-romaine de Terre-Franche[modifier | modifier le code]

Le site archéologique de Terre-Franche est décrit en 1846 et confirmé par quatre auteurs de 1864 à 1905, mais en le localisant à Laramas, lieu-dit de la commune voisine de Brugheas. En réalité, il est situé à 400 m du chemin de grande communication no 10, sur la route de Randan, entre La Rama et le quartier de Chantemerle. La voie romaine Clermont-Vichy par Aubiat et Randan passait par le site. Le « Champ des Potiers » est en forme de trapèze de 91 m de hauteur. Des fouilles ont été menées à partir de 1957 montrant l'existence d'ateliers de céramique gallo-romaine du IIe siècle tenus par des maîtres-potiers et artisans[48].

De la céramique sigillée (parmi des moules, vases, vaisselle tournée à glaçure rouge dont des mortiers[49]) provient des fouilles de ce champ. Les ateliers de Terre-Franche ont connu une activité maximale au IIe siècle jusqu'à décroître au IVe siècle[50].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1814, un forage artésien d'une profondeur de 160 m a été réalisé par M. Brosson, sur une source située au lieu-dit du Pré Salé, à proximité du pont de Vichy. L'eau en a été analysée le  : « eau limpide, sans couleur, d'une odeur un peu bitumineuse, de goût saumâtre, dégageant des bulles de gaz lorsqu'elle est versée dans un vase ». Sa température est de 27 °C. Cette eau est connue sous le nom de source intermittente, appelant « une foule de curieux venant attendre autour de la source ». L'intermittence dure h 27 ; le jaillissement dure douze minutes. Sieur Martinet est le gardien de la source[51]. Plus au nord, la source Boussange est captée en 1902 pour alimenter les sources de Vichy par canalisation souterraine[22].

En 1836, Vesse n'était qu'une modeste commune rurale de 870 habitants ; les trois quarts vivaient dans des écarts ou hameaux. Les communications n'étaient pas aisées du fait de l'absence de connexion fiable avec Vichy par un pont qui a connu plusieurs crues[52]. Dès 1861, la population commence à augmenter avec l'expansion de Vichy et de Vesse (puis Bellerive) elle-même[22]. Le pont de Vesse, connu actuellement sous le nom de pont de Bellerive, est mis en service en 1870, mais ne sera inauguré qu'en 1932.

Le nom de « Vesse » donnait une vision négative au détriment de Vichy qui bénéficiait d'une vision bien plus large avec l'influence de Napoléon III. Sous l'impulsion de Joseph Bégonin, la commune de Vesse a changé de nom par délibération du conseil municipal le . On lui accorde le nom de « Bellerive-sur-Allier », « dénomination plus conforme à la topographie [du] territoire »[53]. Le décret présidentiel est paru au Journal officiel et ce nom est officiellement modifié le [54].

Depuis les années 1960, la ville a connu une urbanisation conséquente. La municipalité a décoré deux carrefours giratoires :

  • au carrefour entre la route nationale 209 (à l'époque) et la route départementale 6, le rond-point de Boussange a été mis en service en 2002. La communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier, en présence de René Bardet, son président, inaugure ce carrefour le , comprenant un aménagement paysager de 23 roseaux symbolisant les 23 communes de l'agglomération[BEL 6] ;
  • au carrefour entre l'avenue de la République, l'avenue de Russie et la rue de la Perche, est aménagé le rond-point de la République, inauguré le [55]. La municipalité installe en trois totems du texte intégral de la Déclaration universelle des droits de l'homme à l'occasion de son 60e anniversaire.

Le centre-ville s'est reconstruit avec, comme dernier aménagement notable, l'esplanade François-Mitterrand, située au sud de la rue Adrien-Cavy, de l'autre côté de la mairie. Inaugurée le , elle comprend trois bâtiments. Ce dernier plan d'aménagement a permis de « reconquérir la friche urbaine » et a coûté 3 400 000 [56].

Les abords de l'église Saint-Laurian ont été réaménagés fin 2012 pour un montant d'environ 330 000  offrant une vue dégagée depuis le parvis[57]. Le quartier République est aussi réaménagé, autour de la Source Intermittente, pour un montant de 140 000 [58].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Bellerive-sur-Allier est membre de la communauté d'agglomération Vichy Communauté[INS2 1], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Vichy. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[59].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vichy depuis 1941. Elle était d'abord membre du district de Gannat en 1793, devenu l'arrondissement de Gannat en 1801 ; la commune est passée en 1926 dans l'arrondissement de Lapalisse ; le chef-lieu est transféré à Vichy en 1941. Elle faisait également partie de l'ancien canton de Brugheas en 1793, puis du canton d'Escurolles de 1801[41] à 2015.

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Bellerive-sur-Allier dont elle est le bureau centralisateur pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[INS2 1], et de la troisième circonscription de l'Allier pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[60].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Bellerive-sur-Allier, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste), pour un mandat de six ans renouvelable. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 29. Les vingt-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 42,82 %, se répartissant en vingt-quatre issus de la liste du maire sortant François Sennepin, deux issus de la liste de Guillaume Desmoules, deux issus de la liste de Bruno Bonjean et un issu de la liste de Grégory Chambon[61]. Réélu le [BEL 7],[62], François Sennepin est élu à la mairie depuis le [BEL 8],[63]. Il succède à Jérôme Joannet, maire de 2014 à 2018, contraint de démissionner en raison d'une incompatibilité de cumul de mandats, conséquence d'un transfert de compétence[64].

Les six sièges attribués au conseil communautaire de la communauté d'agglomération Vichy Communauté sont tous issus de la liste de François Sennepin[61].

Le conseil municipal est également composé de sept adjoints[BEL 9].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1945[65]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1962 Fernand Auberger SFIO Instituteur
Conseiller général du canton d'Escurolles (1945-1962)
1962 Pierre Corniou SFIO puis PS puis MRG Ingénieur chimiste
Jean Dubessay RPR Enseignant
Conseiller général du canton d'Escurolles (1985-1993)
Pierre Corniou (2d mandat) MRG Ingénieur chimiste
Conseiller général du canton d'Escurolles (1967-1985)
Jean Dubessay (2d mandat) RPR Enseignant
Jean-Michel Guerre PS Organiste
Vice-président du conseil régional d'Auvergne chargé de l'attractivité des territoires et des politiques contractuelles régionales[66]
Président de la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (2008-2014)

(démission)[Note 7]
Jérôme Joannet[67] DVD Directeur de l'office de tourisme de Vichy
Conseiller communautaire[68]
[BEL 8],[63]
(réélu le [62])
En cours
(au )
François Sennepin[BEL 9],[63] DVD 6e vice-président de la communauté d'agglomération Vichy Communauté
chargé de l'enseignement supérieur et du pôle métropolitain (depuis 2020)[69]

Autres élections[modifier | modifier le code]

Aux élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012, les Bellerivois ont largement voté pour le candidat UMP (Jacques Chirac avec 83,09 % des voix en 2002[70] ; Nicolas Sarkozy avec 59,28 % des voix en 2007[71] et avec 53,08 % des voix en 2012[72] malgré sa défaite au profit de François Hollande, élu président).

Aux élections législatives de ces trois années, ils ont en majorité voté pour le député PRG Gérard Charasse, qui a été élu dans la quatrième circonscription en 2007 (50,69 % des voix)[73] puis dans la troisième circonscription en 2012 (51,58 % des voix)[74].

Les élections municipales de 2008 ont vu la réélection de Jean-Michel Guerre (liste de gauche « Ensemble pour Bellerive »[75], avec 49,39 % des voix au second tour et vingt-deux sièges[76]. Il était opposé à Jean-Pierre Deschamps (liste DVD « Bellerive Alternative »[75], six sièges[76]), Bruno Bonjean (liste DVG « Bellerive se ressource »[75], un siège[76]).

À l'issue des élections municipales de 2014, le maire sortant (Jean-Michel Guerre, tenant la liste divers gauche « Bellerive au cœur »[77] s'est représenté mais a été battu par un candidat de droite (Jérôme Joannet, liste « Bellerive avenir »[77]), au premier tour. En toute logique, seules deux listes étaient présentes. Vingt-neuf sièges ont été pourvus dont six au conseil communautaire de Vichy Val d'Allier[78].

Aux élections départementales de 2015, le binôme Isabelle Goninet - Jean-Jacques Rozier, obtenant 43,44 % des suffrages exprimés[79], est élu dans le canton au second tour (42,96 % des voix)[80]. 53,65 % des électeurs ont voté[79] (soit un point de moins que dans le canton)[80].

Instances de démocratie participative[modifier | modifier le code]

Finances communales[modifier | modifier le code]

Le budget 2020 s'élevait à 12,67 millions d'euros en fonctionnement et à 1,9 million d'euros en investissement[BEL 10].

La dette par habitant s'élèvait à 714  par habitant en 2020[BEL 10], contre 803  en 2015 et 832  en 2014[BEL 11].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Bellerive-sur-Allier est jumelée avec deux communes[81] :

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau, assainissement et déchets[modifier | modifier le code]

La gestion de l'eau potable est assurée, depuis le , par la communauté d'agglomération Vichy Communauté[82]. Auparavant, Bellerive-sur-Allier adhérait au syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) de la Vallée du Sichon, créé en 1949 et gérant, pour la commune, 87 km de conduite d'eau potable[Diag 15],[83].

La gestion de l'assainissement est également assurée par la communauté d'agglomération, propriétaire de la station d'épuration de Vichy-Rhue, à Creuzier-le-Vieux, qui traite les effluents. Au , le réseau était composé de 71,6 km d'eaux usées, 84,5 km d'eaux pluviales, 0,6 km d'eaux unitaires et huit postes de refoulement[84].

Bellerive-sur-Allier est l'une des trois communes de Vichy Communauté à participer à la collecte sélective des déchets[85]. La déchèterie la plus proche est située à Charmeil[Diag 15]. La gestion des espaces publics et le nettoyage de la voirie restent à la charge de la commune[BEL 13].

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Berges de l'Allier rénovées depuis le pont de Bellerive
Berges de l'Allier rénovées depuis le pont de Bellerive, vers l'aval, en .

Il existe plusieurs parcs sur le territoire communal.

En bordure de la rivière Allier, les berges de l'Allier ont été rénovées dans le cadre du projet « Les Belles Rives d'Allier », porté par la communauté d'agglomération et inscrit à l'échelle du pôle métropolitain Clermont Vichy Auvergne[BEL 14] ; elles ont été inaugurées le [32].

Le parc omnisports Pierre-Coulon — bien que situé sur le territoire communal de Bellerive-sur-Allier, il appartient à la commune voisine de Vichy — comprend notamment, sur 120 hectares, des terrains de tennis et un parcours de santé[BEL 15].

Le verger et le parc du château du Bost, situé à l'ouest de la commune, comprend une aire de jeux.

Le parc de la Source Intermittente comprend un boulodrome[BEL 16].

En 2013, la commune avait inauguré le jardin des Jeunes Européens[BEL 17], le square des 80-Parlementaires (en présence du maire et de Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale)[BEL 17], ainsi que le parc de jeux Joseph-Bégonin[BEL 17].

Depuis 2014, la commune utilise des procédés alternatifs aux produits phytosanitaires (démarche « zéro phyto ») pour le traitement des espaces verts : désherbage thermique, tonte différenciée, hydromulching, etc. Ses actions ont permis l'obtention du label « Terre saine, communes sans pesticides » du ministère de la Transition écologique et solidaire[BEL 18] en 2019[86].

Elle est également labellisée au concours des villes et villages fleuris, avec trois fleurs depuis 2019[87].

Enfance[modifier | modifier le code]

Les enfants de 0 à 3 ans peuvent être accueillis à la crèche familiale Robert-Debré, au sein du pôle enfance Pierre-Corniou[BEL 19],[Note 8], situé près de la mairie et géré par la communauté d'agglomération Vichy Communauté[89].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bellerive-sur-Allier dépend de l'académie de Clermont-Ferrand et gère quatre écoles primaires[BEL 20].

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Les écoles de la commune sont concentrées « dans un périmètre proche de l'église et de la mairie[Diag 16] ».

Les élèves commencent leur scolarité dans l'une des deux écoles maternelles (Alexandre-Varenne[Note 9] et Jean-Zay), puis dans l'une des deux écoles élémentaires (Jean-Baptiste-Burlot et Marx-Dormoy)[BEL 20]. Ces quatre écoles accueillaient 567 élèves pour l'année scolaire 2015-2016[Diag 16].

Ils poursuivent leur scolarité au collège public Jean-Rostand, situé rue Jean-Ferlot[92] (448 élèves pour l'année scolaire 2015-2016[Diag 16]) puis au lycée Albert-Londres de Cusset[93].

Établissements spécialisés[modifier | modifier le code]

L'institut médico-éducatif L'Aquarelle forme les jeunes handicapés de 14 à 20 ans[BEL 21].

Le centre des métiers du bâtiment forme les apprentis aux métiers du bâtiment. Il est installé au nord de la commune.

Santé[modifier | modifier le code]

Les hôpitaux les proches sont situés à Vichy, en rive droite. Le centre hospitalier Jacques-Lacarin et la polyclinique La Pergola assurent les urgences.

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Au niveau judiciaire, la commune dépend de la cour d'appel de Riom, du tribunal de proximité de Vichy et des tribunaux judiciaire et de commerce de Cusset[94].

La commune dépend du commissariat de police de Vichy[95] ; une gendarmerie est implantée sur le territoire communal.

Des caméras de surveillance ont été installées dès 2019 aux carrefours importants de la ville (place de la Source-Intermittente, carrefours giratoires de Boussange et du Carré d'As). En 2020, le COSEC et la halle multi-activités seront également couverts par ce dispositif de vidéoprotection, qui a coûté 149 000  hors taxes à la municipalité[96].

La commune dispose également d'un centre d'incendie et de secours situé rue Jean-Macé. Il est géré par le SDIS 03. Il compte une trentaine de sapeurs-pompiers volontaires. Le centre de secours dispose de quatre véhicules : un véhicule de secours et d'assistance aux victimes, un fourgon pompe-tonne léger, un véhicule tout usage et un véhicule léger. Le nombre d'interventions est en augmentation chaque année ; en 2019, 870 interventions ont été réalisées. Un projet de construction d'une nouvelle caserne est en cours ; le début des travaux est prévu fin 2020.[réf. souhaitée]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En raison de sa proximité avec Vichy et de la mise en service du pont de Bellerive, la commune a vu sa population croître rapidement (8 638 habitants en 2018) au point que Bellerive représente moins de la moitié de la population de son canton (19 014 habitants en 2018), dont elle est le bureau centralisateur depuis sa création en 2015.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[97]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[98].

En 2018, la commune comptait 8 638 habitants[Note 10], en augmentation de 0,85 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5805807526918138708979511 016
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0341 0581 3061 2961 2781 4081 5051 6061 762
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9312 1042 3332 3612 8903 2873 3633 7524 008
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5 3675 9537 3178 1888 5438 4488 4088 5468 501
2018 - - - - - - - -
8 638--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[99].)
Histogramme de l'évolution démographique

Entre 2013 et 2018, la commune a enregistré un taux de variation très faible (0,2 %), dû à un solde naturel négatif (-0,8 %) que compense le solde migratoire positif de 1,0 %. Néanmoins, le taux de mortalité (16,1 ) reste plus élevé que le taux de natalité, de 8,1 , sur ce même intervalle[INS 3].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (41,6 %)[INS 4] est en effet supérieur aux taux national (26,1 %) et départemental (34,6 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,83 %) est supérieur aux taux national (51,60 %) et départemental (52,05 %).

Pyramides des âges en 2018 en pourcentage
Commune de Bellerive-sur-Allier[INS 5]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,7 
90 ans ou +
4,2 
12,9 
75 à 89 ans
16,9 
23,8 
60 à 74 ans
23,3 
18,7 
45 à 59 ans
18,5 
13,2 
30 à 44 ans
13 
13,8 
15 à 29 ans
10,2 
16 
0 à 14 ans
13,9 
Département de l'Allier[INS2 8]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ans ou +
2,7 
9,8 
75 à 89 ans
13,4 
20,6 
60 à 74 ans
21,4 
21,2 
45 à 59 ans
20,1 
15,9 
30 à 44 ans
15,2 
15,5 
15 à 29 ans
12,9 
16 
0 à 14 ans
14,3 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune est le lieu de passage d'un événement international, nommé à l'origine le Challenge Vichy, épreuve de triathlon composée d'une épreuve à la nage de 3,8 km sur la rivière Allier, d'une course cycliste de 180 km ainsi que quatre boucles de dix kilomètres de long entre Vichy et Bellerive-sur-Allier[100]. Il est renommé Ironman Vichy en 2015[101].

Sports[modifier | modifier le code]

Infrastructures sportives[modifier | modifier le code]

L'agglomération de Vichy abrite un important complexe sportif ainsi que plusieurs installations sportives telles qu'un golf, un stade aquatique, un hippodrome ou un COSEC.

Parc omnisports Pierre-Coulon[modifier | modifier le code]
Entrée du parc omnisports
Entrée principale du parc omnisports de Vichy.

Le parc omnisports Pierre-Coulon, installé depuis 1962[102], est un complexe sportif de 150 hectares[103] comprenant notamment dix terrains de football, deux terrains de rugby, un stade d'athlétisme, trente-cinq courts de tennis, ainsi qu'un parcours de canoë-kayak dans la rivière artificielle et un parcours de santé[104]. Il est géré par la ville de Vichy[Diag 16].

Au nord, le palais omnisports Pierre-Coulon comprend quatre gymnases, une salle de danse, de gymnastique et de boxe[104], et accueille les compétitions de basket-ball, dont certains matchs de la Jeanne d'Arc Vichy-Clermont Métropole Basket (JAVCM), club issu de la fusion en 2015 de la Jeanne d'Arc de Vichy Val d'Allier Auvergne Basket et du Stade clermontois Basket Auvergne, et évoluant en deuxième division.

La Tour des Juges, installée en bordure de l'Allier, a été construite en 1962-1963. Elle a été rénovée en 2010 afin d'accueillir une manche des championnats du monde de course en ligne de canoë-kayak, tenue entre le 7 et le , afin « de rendre la ville [de Vichy] plus compétitive pour accueillir des manifestations nationales et internationales ». S'étendant sur 625 m2, ce bâtiment, entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite (avec un parking et une rampe d'accès), répond aux normes environnementales, d'incendie et de secours. Ce projet a coûté 1 500 000 [105].

On trouve également un complexe bouliste, propriété de la communauté d'agglomération.

Sports nautiques : du stade nautique au stade aquatique[modifier | modifier le code]
Façade de l'ancien stade nautique
L'ancien stade nautique en .

De 1947 à 2007, la natation se pratiquait au stade nautique, inauguré le par Marcel-Edmond Naegelen alors ministre de l'Éducation nationale avec deux bassins. Les installations ont été endommagées à la suite de la crue du . Le bassin couvert de Bellerive ferme définitivement le  ; la piscine ferme à son tour le [106].

Un autre équipement plus sûr est alors construit, le stade aquatique, géré par la communauté d'agglomération. Situé à proximité de Super Bellerive et du lotissement des Guinames (ou des Guynames), il est ouvert au public le . Il a accueilli des compétitions nationales telles que l'Open de France de natation entre 2013 et 2016. Sa fréquentation a atteint en 2010 plus de 240 000 entrées[107].

Sporting Club (golf et tennis)[modifier | modifier le code]

Le golf du Sporting Club de Vichy devait initialement être implanté dans le quartier de la Croix-Saint-Martin, à Vichy, en rive droite. Pour « répondre aux besoins de la clientèle du Vichy de l'époque », Joseph Aletti, directeur de la société des Grands Hôtels de Vichy, fut l'instigateur d'un projet de création d'un golf en 1907. Il est officiellement inauguré le . Un parcours d'entraînement est aménagé dès 1924. Deux grandes semaines sont créées, en juillet et en août[108]. En , la Grande Semaine internationale de golf rassemblait 1 600 golfeurs[109].

Le Sporting Club Tennis est quant à lui implanté à proximité du pont Aristide-Briand dit aussi pont de Bellerive. Le président de Vichy Communauté, Frédéric Aguilera, a annoncé le lors de l'inauguration des berges d'Allier le rachat de ce complexe[110].

Autres équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Outre le parc omnisports, le stade aquatique et les complexes de golf et de tennis, il existe aussi :

  • le Centre de ressources, d'expertise et de performance sportives (CREPS) Vichy-Auvergne, d'une superficie de 9,2 hectares, mis en service le , est un établissement public dépendant du ministère des Sports. Il forme aux métiers du sport et de l'animation et prépare les athlètes au sport de haut niveau[111] ;
  • un hippodrome : mis en service en 1875, il accueille des courses hippiques (trot et galop) entre mai et septembre[112] ;
  • un stade universitaire, géré par la communauté d'agglomération, avec un terrain de football et de rugby et un espace dédié aux sports de glisse urbaine[Diag 16] ;
  • une halle multi-activités, aménagée et inaugurée le , où peuvent être pratiqués le football, le basket-ball et le volleyball[BEL 22] ;
  • dans le quartier des Belles Rives d'Allier, des terrains de football et de rugby accueillant des équipes de tous niveaux[Diag 16].

Associations et clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Bellerive-sur-Allier compte plusieurs associations ou clubs sportifs, dont : un club de basket-ball (Bellerive Basket Club), un club de cyclisme (Bellerive Sports Cyclistes), deux clubs de football (Bellerive Brugheas Football et Mayotte Bellerive), un club de pétanque (Pétanque Bellerivoise), un club de tennis (Sporting Vichy - Bellerive Tennis) et un club de triathlon (Vichy triathlon)[BEL 23].

Le club des Dauphins Bourbonnais, créé en 1944 et renommé Dauphins Vichy-Bellerive en 1954, siégeait au stade nautique. Celui-ci fusionne en 2007 avec le club de natation de Cusset pour former Vichy Val d'Allier Natation[106].

Médias[modifier | modifier le code]

En plus des vingt-sept chaînes de la TNT, les foyers peuvent recevoir les décrochages régionaux de France 3 Auvergne sur la troisième chaîne de télévision.

Outre les radios nationales (RTL, RMC, Europe 1, France Info…), France Bleu Pays d'Auvergne, ainsi que quelques radios locales, sont captées à Bellerive-sur-Allier.

Les kiosques vendent les éditions vichyssoises de La Montagne et La Semaine de l'Allier. La ville édite le journal municipal Bellerive magazine.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 27 485 , ce qui plaçait Bellerive-sur-Allier au 20 508e rang des communes de plus de quarante-neuf ménages en métropole[113].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 4 550 personnes, parmi lesquelles on comptait 71 % d'actifs dont 60,1 % ayant un emploi et 10,8 % de chômeurs[INS 6].

On comptait 2 769 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 2 801, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 98,9 %, ce qui signifie que la commune offre environ un emploi par habitant actif[INS 7].

La répartition des 2 702 emplois par catégorie socio-professionnelle et par secteur d'activité est la suivante :

Répartition des emplois selon la catégorie socio-professionnelle en 2017
Échelle Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Commune[INS 8] 0,6 % 5,4 % 10,1 % 24,7 % 37,9 % 21,3 %
Département[INS2 9] 4,3 % 7,4 % 9,5 % 23,3 % 31,5 % 24,0 %
France métropolitaine[INS2 10] 1,6 % 6,7 % 18,2 % 26,0 % 27,6 % 19,9 %
Répartition des emplois selon le secteur d'activité en 2017
Échelle Agriculture Industrie Construction Commerce, transports, services divers Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Commune[INS 9] 0,7 % 7,1 % 4,5 % 51,6 % 36,0 %
Département[INS2 9] 5,3 % 15,2 % 6,4 % 36,9 % 36,2 %
France métropolitaine[INS2 10] 2,6 % 12,2 % 6,4 % 46,8 % 32,0 %

En 2018, 2 310 des 2 773 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 83,3 %) sont des salariés[INS 10]. 25,4 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[INS 11].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Bellerive-sur-Allier comptait 509 unités légales, dont 161 dans le commerce de gros et de détail, l'hébergement ou la restauration, 85 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques ou les activités de services administratifs et de soutien, et 79 dans l'administration publique, l'enseignement, la santé humaine ou l'action sociale[INS 12].

En outre, elle comptait 587 établissements[INS 13].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le recensement agricole faisait état de six exploitations en 2010, contre 11 en 2000 et 19 en 1988[Diag 17].

La surface agricole utilisée était de 74 hectares en 2010, contre 110 ha en 2000 et 227 ha en 1988[Diag 17].

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

Le groupe Fleurus, implanté en Auvergne depuis 1942, est installé depuis 1949 rue du Léry. L'entreprise fabrique des bracelets-montres en cuir. Le site de Bellerive-sur-Allier est spécialisé dans la fabrication d'accessoires en sous-traitance pour plusieurs noms de la maroquinerie de luxe[114].

Une zone artisanale est également implantée à la sortie ouest de la commune, près de l'espace Monzière, en 2004[Diag 17].

Commerces[modifier | modifier le code]

Façade de l'entrée principale de l'hypermarché E.Leclerc
L'hypermarché E.Leclerc.

Bellerive-sur-Allier a la particularité de ne pas disposer d'un centre-ville commerçant important. Quelques commerces sont néanmoins implantés au rez-de-chaussée des immeubles, notamment dans le centre-ville. Néanmoins, l'offre commerciale présente dans la commune est importante ; il s'agit du deuxième pôle commercial de l'agglomération[Diag 17].

Il existe deux grands pôles commerciaux et cinq pôles de proximité dans la commune :

  • le centre commercial Carré d'As, situé entre le pont franchissant l'Allier et les berges, et comprenant notamment l'enseigne Aldi (remplaçant un Leader Price en 2021) ;
  • la zone d'activités de Navarre, comprenant un hypermarché E.Leclerc.

En 2012, la Société Européenne des Mousquetaires a demandé la création d'un centre commercial à l'enseigne Intermarché en bordure de la D 2209, pour une surface de vente de 2 858 m2. Malgré l'accord de la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) le , ce projet est refusé par la commission nationale (CNAC) le [115]. Un nouveau projet a été présenté le , comprenant aussi des restaurants, des logements et un pôle médical[116]. Cette proposition a été à nouveau rejetée le par cette commission départementale, et le par la commission nationale, invoquant « [le détournement de] la clientèle des commerces traditionnels de Bellerive-sur-Allier[117] », nuisant « à l'animation de la vie urbaine[117] », et portant « atteinte à la qualité paysagère de l'entrée de l'agglomération vichyssoise[117] », ou encore, par la ville de Vichy et des représentants d'associations, les conditions de circulation sur l'avenue de Vichy[118].

Près du carrefour de Boussange, a été ouvert en 2002 un magasin de sports à l'enseigne Décathlon. En 2006, un agrandissement a été envisagé mais refusé, invoquant l'évolution démographique défavorable, la concurrence des hypermarchés et des problèmes environnementaux[Note 11] ; cette demande est reconduite en 2011 pour être finalement acceptée par la CDAC le 16 mars. Sa surface commerciale est portée de 1 700 à 2 760 m2[120] avec agrandissement du parking à près de deux cents places. Le magasin agrandi a ouvert le  ; les travaux ont coûté 1,6 million d'euros[121].

Un bâtiment construit au nord de la commune, dans la zone des Calabres, près du rond-point de l'Europe, abrite une enseigne concurrente, Intersport, sur une surface de 1 700 m2. Après approbation de la CDAC[122] le [123], puis de la CNAC le malgré un recours rejeté[124], l'enseigne ouvre le  : c'est la troisième enseigne implantée dans l'agglomération[125]. Ce bâtiment abrite également l'enseigne Saint-Maclou (1 500 m2, accord CDAC le [126]), ouverte fin 2015. Le quartier étant en zone inondable, l'ensemble est construit sur pilotis. S'y ajoute un restaurant La Boucherie et une quatrième enseigne sur le site de l'ancien Saint-Maclou[127].

La commune compte deux enseignes de restauration rapide : un McDonald's, avenue de Vichy, ainsi qu'un Burger King, dans la zone d'activités de Navarre (zone commerciale de E.Leclerc), en lieu et place de l'ancien magasin d'usine Manoukian[128] ; ce dernier est ouvert depuis le [129].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait quatre hôtels (deux classés trois étoiles et deux classés deux étoiles) totalisant 196 chambres[INS 14].

Deux campings, classés quatre étoiles, sont recensés, totalisant 234 emplacements[INS 15].

En outre, il existe une résidence de tourisme de 245 places lit[INS 16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

En dehors de la présentation communale, Bellerive-sur-Allier compte vingt-trois édifices recensés à l'inventaire général du patrimoine culturel[130] ainsi que 38 objets mobiliers (hors inventaire supplémentaire)[131].

Aucun édifice n'est protégé aux monuments historiques, mais certains édifices protégés de la commune voisine de Vichy « génèrent des périmètres sur Bellerive-sur-Allier »[Diag 18].

Façade du château du Bost
Façade du château du Bost donnant sur le parc.
  • Château de La Rama(s), 1817[132]. Ce château a appartenu à Antoine Fournier de Tony (1759-1827), qui y est mort.
  • Château du Bost, rue de Beauséjour, où a logé Philippe Pétain. Construit en 1411 et devenu une maison de retraite jusqu'en 1995, il a été acquis par la ville en 1956[133]. Après réhabilitation, il a ouvert ses portes au public en 2013 ; un restaurant occupe une partie de la demeure, tandis que le premier étage, resté sous gestion municipale, sera affecté à l'organisation d'événements. Le buffet, de 1604, est classé aux monuments historiques au titre objet en 1962[134].
  • Château des Brosses, 1863[135].
  • Croix monumentale, les Guinames, 1860[136].
  • Ferme dite Domaine de l'Hôpital, rue Maurice-Chalus, 1880[137].
  • Ferme modèle, rue Jean-Zay, construit dans les années 1760[138]. En 1872 Charles Gravier devient propriétaire de la ferme, où il crée « une industrie laitière », « vendue par expropriation en 1894 ». Un projet de valorisation patrimoniale a été présenté en 2011[139]. L'inauguration a eu lieu le [BEL 24]. Elle abrite la médiathèque municipale depuis 2017.
  • Maison dite Castel Lorrain, 35 rue Charloing, 1920[140].
  • Maison dite Villa Boussange, avenue de Vichy, 1928[141].
  • Monument aux morts des guerres de 1914-1918, 1939-1945 et Afrique du Nord, 1968. Le premier avait été érigé en 1921 puis détruit en raison de son mauvais état[142].
  • Moulin Mazan, XVIIIe et XIXe siècles[143].
  • Puits, au lieu-dit Beauregard, XIXe siècle[144].
  • Source intermittente de Vesse, phénomène naturel le plus curieux de la région thermale, se classe parmi les geysers : sources à jaillissements intermittents. Son eau chaude (30 °C environ) est alcaline et sulfureuse ; elle jaillit à une hauteur de 0,50 à 1 m.

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurian et le nouveau parvis au premier plan
Église Saint-Laurian et son parvis rénové en septembre 2013.
  • Église Saint-Laurian, romane datant du XIIe siècle. Le clocher est abattu en 1796 puis reconstruit en 1843. Une nouvelle église a été construite de 1887 à 1889 tandis que l’ancienne est démolie[145] :
    • 1er presbytère, XVIIe et XVIIIe siècles, racheté par la commune en 1819, détruit en 1888[146] ;
    • 2e presbytère, construit en 1889-1890 avec la nouvelle église[147].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Le Geyser est une salle de spectacle, inaugurée en , disposant de près de 200 places[BEL 25].
  • L'espace Monzière, situé à l'ouest de la ville, accueille des séminaires et des congrès[BEL 26].
  • La Ferme modèle : le site, localisé rue Jean-Zay, comprend une médiathèque ouverte au public depuis le [BEL 27],[BEL 28],[BEL 29] et un marché bio est organisé le mercredi[BEL 27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bellerive-sur-Allier Blason
Coupé : au 1er de sinople à deux fleurs de lys d'or ; au 2e de gueules à un étui de crosse d'or ; sur le tout : une fasce ondée d'argent brochant sur la partition et un cheval coupé d'or brochant sur le tout.
Détails
Le blason a été créé en 1986[53].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jacques Corrocher, Bellerive-sur-Allier : album du temps passé, Centre de recherches archéologiques de Vichy et sa région, , 95 p.
  • Jacques Corrocher, De Vesse à Bellerive-sur-Allier : histoire de la commune à travers les âges, Bellerive-sur-Allier, Les Amis de la Bibliothèque Municipale, , 222 p., illustré
  • C. Laroche, « Authorization requested to sell mineral water from source Boussange and source Antoine in Bellerive-sur-Allier (Allier) and water from source Nouvelle Chomel in Vichy (Allier) », Bulletin de l'Académie nationale de médecine, vol. 179, no 7,‎ , p. 1539-1542
  • E. Mauve, « L'agglomération vichyssoise. Essai de géographie urbaine », Revue de géographie alpine, t. 24, no 4,‎ , p. 916 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patrice Queneau et Bernard Graber-Duvernay, « Sur la demande d'autorisation d'exploiter, en tant qu'eau minérale naturelle, après transport à distance, après traitement et après mélange sous le nom d'« Antoine et Boussange » l'eau des captages « Antoine » et « Boussange » situés sur la commune de Bellerive-sur-Allier (Allier) », Bulletin de l'Académie nationale de médecine, Paris, vol. 188, no 3,‎ , p. 565-571

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Selon le zonage publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. La crue d' est due à un épisode cévenol, impactant les communes situées en amont entre Langeac et Coudes, et emportant une partie du pont de Vesse en rive droite, côté Vichy[38].
  6. La crue de est due à un phénomène météorologique exceptionnel avec un débit de pointe mesuré à 3 720 m3/s en 1989 et une hauteur d'eau mesurée de 4,06 m à Vichy, et emportant à nouveau le pont de Vesse, où le tablier est retrouvé six kilomètres en aval, à Rhue (un lieu-dit de Creuzier-le-Vieux)[38].
  7. Compte tenu du transfert de la compétence tourisme à la communauté d'agglomération Vichy Communauté, Jérôme Joannet ne peut plus exercer à la fois la fonction de maire et de directeur de l'office de tourisme de Vichy[64].
  8. Le Pôle Enfance Rive Gauche, existant depuis 2011, est un bâtiment certifié haute qualité environnementale. Sa réalisation, financée par la ville, le conseil général de l'Allier, le conseil régional d'Auvergne et la caisse d'allocations familiales, a coûté 3 millions d'euros hors taxes[88].
  9. L'école maternelle du Bourg a été baptisée Alexandre-Varenne depuis le en hommage au fondateur du journal La Montagne[90],[91].
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  11. La commission nationale avait refusé la création d'un magasin de cette même enseigne en . Sa surface prévue était de 3 000 m2[119], un peu plus grande que la superficie actuelle en 2013.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T2M – Indicateurs démographiques en historique depuis 1968.
  4. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  5. POP T3 – Population par sexe et âge en 2018.
  6. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  7. EMP T5 – Emploi et activité.
  8. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2017.
  9. EMP T8 – Emplois par secteur d'activité.
  10. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2018.
  11. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  12. DEN T3 – Nombre d'unités légales par secteur d'activité au .
  13. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  14. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  15. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  16. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .
  • Autres sources :
  1. a b c d et e « Commune de Bellerive-sur-Allier (03023) » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Vichy » (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. « Évolution et structure de la population en 2018 – Département de l'Allier (03) », (consulté le ).
  9. a et b « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 - Département de l'Allier (03) », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. a et b « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 - France métropolitaine », sur insee.fr, (consulté le ).

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Urbanisme » (consulté le ).
  2. « Pourquoi nous ne le ferons pas… », Bellerive magazine, no 136,‎ , p. 11 (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Les projets 2020-2026 » (consulté le ).
  4. « Sécurité et prévention » (consulté le ).
  5. a b c d e et f « Ma Ville face aux risques majeurs » [PDF], (consulté le ).
  6. Article paru dans Bellerive, ma ville, journal municipal de la ville, no 103, .
  7. Procès-verbal de la séance du conseil municipal du mardi [PDF], (consulté le ).
  8. a et b Procès-verbal de la séance du conseil municipal du jeudi [PDF], (consulté le ).
  9. a et b « Élus 2020 » (consulté le ).
  10. a et b « Budget » (consulté le ).
  11. « Des chiffres qui parlent », Bellerive magazine, no 140,‎ , p. 16-17 (lire en ligne).
  12. « Communiqué de presse : Hadamar et Bellerive s/Allier fêtent leurs 40 ans ! » [PDF], (consulté le ).
  13. « Propreté et tranquillité » (consulté le ).
  14. « Les Belles Rives d'Allier » (consulté le ).
  15. « Centre omnisports Pierre Coulon » (consulté le ).
  16. « Pétanquodrome de la source intermittente » (consulté le ).
  17. a b et c Journal municipal no 132, .
  18. « Développement durable » (consulté le ).
  19. « Pôle enfance Pierre-Corniou » (consulté le ).
  20. a et b « Education » (consulté le ).
  21. « Institut médico-éducatif l'Aquarelle » (consulté le ).
  22. « Halle multi-activités » (consulté le ).
  23. Annuaire des associations sportives (consulté le ).
  24. « Dossier de presse Ferme Modèle » [PDF].
  25. « Le Geyser » (consulté le ).
  26. « L'espace Monzière » (consulté le ).
  27. a et b « Ferme modèle » (consulté le ).
  28. « Médiathèque : la Ferme modèle s'ouvre à la culture », Bellerive magazine, no 140,‎ , p. 4-8 (lire en ligne).
  29. « Médiathèque Ferme-modèle » (consulté le ).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « 1.2. Le milieu physique » / « 1.2.2. Géologie », p. 11-12.
  2. « 1.1. Présentation de la commune de Bellerive-sur-Allier » / « 1.1.1. Localisation », p. 6.
  3. a et b « 1.2. Le milieu physique » / « 1.2.1. Topographie », p. 9-10.
  4. a b c et d « 1.2. Le milieu physique » / « 1.2.3. Hydrographie », p. 13-15.
  5. « 1.2. Le milieu physique » / « 1.2.6. Le climat », p. 19-20.
  6. a et b « 1.5. Structure urbaine et analyse du tissu bâti » / « 1.5.1. Evolution urbaine », p. 84-92.
  7. a b et c « 1.5. Structure urbaine et analyse du tissu bâti » / « 1.5.2. La typologie du réseau bâti », p. 93-105.
  8. « 1.1. Présentation de la commune de Bellerive-sur-Allier » / « 1.1.3. Planification intercommunale », p. 8.
  9. « 1.6. Accessibilité et déplacements » / « 1.6.1. L'accessibilité routière », p. 117-119.
  10. a b c et d « 1.6. Accessibilité et déplacements » / « 1.6.2. Le trafic routier », p. 120-121.
  11. « 1.6. Accessibilité et déplacements » / « 1.6.3. Les transports en commun », p. 122-123.
  12. a et b « 1.6. Accessibilité et déplacements » / « 1.6.4. Les circulations douces », p. 123-125.
  13. a b et c « 1.2. Le milieu physique » / « 1.2.7. Les risques naturels », p. 21-29.
  14. a et b « 1.2. Le milieu physique » / « 1.2.8. Les risques technologiques », p. 30-31.
  15. a et b « 1.7. Réseaux et déchets », p. 128.
  16. a b c d e et f « 2.4. Les équipements et services », p. 154-159.
  17. a b c et d « 2.3. Les activités économiques » / « 2.3.2. Caractéristiques de l'emploi et des activités », p. 146-151.
  18. « 1.5. Structure urbaine et analyse du tissu bâti » / « 1.5.3. Le patrimoine intéressant », p. 106-115.
  • Autres sources :
  1. a et b « Bellerive-sur-Allier (03700) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. « Le label « commune touristique » attribué à la ville » Accès limité, La Montagne, (consulté le ).
  3. « Distance Bellerive-sur-Allier, Allier, Auvergne-Rhône-Alpes, FRA → Moulins, Allier, Auvergne-Rhône-Alpes, FRA », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Distance Bellerive-sur-Allier, Allier, Auvergne-Rhône-Alpes, FRA → Vichy, Allier, Auvergne-Rhône-Alpes, FRA », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. a b c et d « Bellerive-sur-Allier, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de la rama (K0345500) » (consulté le ).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Sarmon (K3046000) » (consulté le ).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Briandet (K3094500) » (consulté le ).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau du bois des prêtres (K3094800) » (consulté le ).
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de conton (K3095000) » (consulté le ).
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau (K3095100) » (consulté le ).
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Goutte de la Fontaine (K3107000) » (consulté le ).
  13. « Données climatiques de la station de Vichy », sur meteofrance.com (consulté le ).
  14. « ZNIEFF 830005433 Val d'Allier Vichy - Pont de Chazeuil », sur inpn.mnhn.fr (Inventaire national du patrimoine naturel), Muséum national d'histoire naturelle (consulté le ).
  15. « ZNIEFF 830020416 Val d'Allier entre Vichy et Mariol », sur inpn.mnhn.fr (Inventaire national du patrimoine naturel), Muséum national d'histoire naturelle (consulté le ).
  16. « ZNIEFF 830020422 Forêt de Montpensier et bois Saint-Geat », sur inpn.mnhn.fr (Inventaire national du patrimoine naturel), Muséum national d'histoire naturelle (consulté le ).
  17. « ZNIEFF 830007463 Lit majeur de l'Allier moyen », sur inpn.mnhn.fr (Inventaire national du patrimoine naturel), Muséum national d'histoire naturelle (consulté le ).
  18. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. a b et c Mauve 1936, p. 917.
  23. « Programme Local de l'Habitat (2020-2025) », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  24. « Schéma de Cohérence Territoriale SCoT », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  25. « ZAC des Coteaux du Briandet » [PDF], Préfecture de l'Allier (consulté le ).
  26. « Les Coteaux du Briandet, quartier durable », La Montagne, Vichy,‎ , p. 15.
  27. Site de MobiVie (consulté le ).
  28. « MobiVie sur mesure », sur mobivie.fr (consulté le ).
  29. Horaires et informations sur les lignes : Bellerive-sur-Allier, sur auvergnerhonealpes.fr, Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le ).
  30. Anne Bourges, « Nouvel itinéraire entre pont et piscine », La Montagne,‎ (lire en ligne).
  31. Anne Bourges, « La circulation à vélo change de braquet », La Montagne,‎ , p. 10.
  32. a et b Denis Lorut, « Ce qu'il faut savoir sur la voie verte qui va traverser l'agglomération de Vichy », La Montagne, (consulté le ).
  33. « Via Allier et Boucles », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté, (consulté le ).
  34. « Le sentier GR©463 en Allier », sur ffrandonnee-allier.fr, Fédération française de randonnée - Comité départemental de randonnée de l'Allier (consulté le ).
  35. a b c d e f g et h « Rapport », sur georisques.gouv.fr, Ministère de la Transition écologique et solidaire (consulté le ).
  36. a b et c Direction départementale de l'Équipement de l'Allier, « Plan de Prévention des Risques Naturels Prévisibles - Ruisseaux : Briandet et Sarmon » [PDF], sur allier.gouv.fr, Préfecture de l'Allier, (consulté le ).
  37. a et b « Dossier départemental sur les risques majeurs dans l'Allier », Préfecture de l'Allier, (consulté le ).
  38. a b c et d Direction départementale des Territoires de l'Allier, « Modification du Plan de Prévention des Risques inondation de la rivière Allier sur l'agglomération de VICHY – Commune de Bellerive sur Allier – Note de présentation » [PDF], sur allier.gouv.fr, Préfecture de l'Allier, (consulté le ), p. 16 et 19.
  39. « Schéma de Cohérence Territoriale Vichy Val d'Allier 2030 – Rapport de présentation (document provisoire) » [PDF], Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier, (consulté le ).
  40. Jean-Pierre Chambon (Université Paris-Sorbonne), « Sur la date de la fixation de l'article défini devant les noms de lieux : sondages en domaine occitan », Estudis Romànics, Barcelone, Institut d'Estudis Catalans,‎ , p. 373-381 (ISSN 0211-8572, lire en ligne)
  41. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Marcel Bonin, Noms de lieux en Bourbonnais, Romagnat, De Borée, , 283 p. (ISBN 2-84494-400-0, lire en ligne), p. 48.
  43. Bonin 2006, p. 35.
  44. Maximilien Guérin et Cécilia Guérin, « Le Croissant : une zone de transition linguistique au nord de l’aire occitane. La question de l'orthographe », Patrimòni, Alrance, no 90,‎ , p. 25-31 (ISSN 1779-0786, lire en ligne).
  45. Maximilien Guérin, « Transmission et dynamique des parlers du Croissant », Cahiers du Groupe d'études sur le plurilinguisme européen, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, no 12,‎ (ISSN 2105-0368, lire en ligne).
  46. Guylaine Brun-Trigaud, « Les enquêtes dialectologiques sur les parlers du Croissant : corpus et témoins », Langue française, vol. 93, no 1,‎ , p. 23-52 (lire en ligne, consulté le ).
  47. Olivier Troubat, « Bellerive-sur-Allier et Vichy – Lac d'Allier », Archéologie de la France - Informations,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. Max Vauthey et Paul Vauthey, « Un potier arverne anonyme (Officine de Terre-Franche-sur-Allier). Premier inventaire et répertoire des poinçons », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 13, nos 3-4,‎ , p. 319-333 (ISSN 1159-7151, lire en ligne, consulté le ).
  49. Jacques Corrocher et Bernard Randoin, « Mortiers en sigillée de l'officine de Terre-France (Bellerive-sur-Allier) », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 16, nos 3-4,‎ , p. 363-368 (ISSN 1159-7151, lire en ligne, consulté le ).
  50. Max Vauthey et Paul Vauthey, « Inventaire de Terre-Franche (Allier). Documents en faveur d'une période précoce d'activité de l'officine céramique », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 17, nos 1-2,‎ , p. 107-110 (ISSN 1159-7151, lire en ligne, consulté le ).
  51. [Barthez 1864] François Barthez, Source intermittente de Vaisse près Vichy (monographie imprimée, in-16), Paris, impr. de Rochette, Létang et Wallon, , 8 p., sur gallica (lire en ligne).
  52. Mauve 1936, p. 916.
  53. a et b « De Vesse à Bellerive-sur-Allier », sur memoire-du-bourbonnais.com (consulté le ).
  54. « Présentation de la commune de Bellerive-sur-Allier », notice no IA00063444, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Dossier de presse : 120e anniversaire du premier concours hippique de France », sur albran.com, Société Hippique Française, (consulté le ) : « Samedi 14 juillet, les enfants […] participeront à l'inauguration du Rond-Point de la République à Bellerive sur Allier », p. 6.
  56. « Le cœur de ville jaillit sur l'esplanade », sur La Montagne, (consulté le ).
  57. « La place de l'Église est ouverte sur la ville », La Montagne, Vichy,‎ , p. 14.
  58. « Le quartier République fait peau neuve », La Montagne, Vichy,‎ .
  59. « CA Vichy Communauté (No SIREN : 200071363) », sur la base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  60. « Découpage électoral de l'Allier », sur Politiquemania (consulté le ).
  61. a et b « Résulats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  62. a et b Olivier Rezel, « François Sennepin (DVD) installé dans le fauteuil de maire de Bellerive-sur-Allier », La Montagne, (consulté le ).
  63. a b et c Olivier Rezel, « François Sennepin est le nouveau maire de Bellerive-sur-Allier », La Montagne, (consulté le ).
  64. a et b Estelle Dissay, « Jérôme Joannet démissionne de ses fonctions de maire de Bellerive-sur-Allier », La Montagne, (consulté le ).
  65. Alain Carteret, « Ils ont fait Vichy… » (consulté le ).
  66. « Jean-Michel Guerre », sur auvergne.fr, Conseil régional d'Auvergne (consulté le ).
  67. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents de communautés de l'Allier, (consulté le ).
  68. « Les élus », Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  69. « Les élus », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  70. Résultats de l'élection présidentielle de 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  71. Résultats de l'élection présidentielle de 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  72. Résultats de l'élection présidentielle de 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  73. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  74. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  75. a b et c « Listes aux élections municipales de 2008 », sur interieur.gouv.fr.
  76. a b et c « Résultats des élections municipales de 2008 », sur interieur.gouv.fr.
  77. a et b « Listes aux élections municipales de 2014 », sur interieur.gouv.fr.
  78. « Résultats des élections municipales de 2014 », sur interieur.gouv.fr.
  79. a et b « Résultats des élections départementales 2015 », sur interieur.gouv.fr.
  80. a et b « Résultats des élections départementales 2015 - canton de Bellerive-sur-Allier », sur interieur.gouv.fr.
  81. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », Ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  82. « Le Sivom Vallée du Sichon passe la main à Vichy Communauté » Accès libre, La Montagne, (consulté le ).
  83. « Historique », sur SIVOM Vallée du Sichon (consulté le ).
  84. « Rapport annuel 2014 ASSAINISSEMENT COLLECTIF » [PDF], Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (consulté le ).
  85. « Collecte sélective », Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  86. « Bellerive-sur-Allier », sur Écophyto Pro (consulté le ).
  87. Antoine Jézéquel, « Bellerive-sur-Allier se voit décerner une troisième fleur au label des Villes et Villages Fleuris », sur La Montagne, (consulté le ).
  88. « Pôle Enfance Rive Gauche : un projet concrétisé », Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (consulté le ) (ancienne version).
  89. « Enfance et Petite Enfance », Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  90. « L'école baptisée « Alexandre-Varenne » », La Montagne,‎ , p. 5.
  91. Philippe Cros, « La maternelle du bourg a été baptisée, hier [lundi], du nom du fondateur de La Montagne : L'esprit de Varenne souffle sur l'école », La Montagne,‎ , p. 7.
  92. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  93. « Sectorisation des lycées du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  94. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le ).
  95. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr (consulté le ). Producteur : Ministère de l'Intérieur ; mise à jour : .
  96. Estelle Dissay, « Après Vichy et Cusset, la vidéoprotection débarque à Bellerive-sur-Allier », sur La Montagne, (consulté le ).
  97. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  98. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  99. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  100. « Challenge Vichy : we are triathlon ! », Carnets économiques, sur vichy-economie.com, Vichy Communauté Développement, (consulté le ).
  101. « Le mi-parcours du Challenge Vichy devient Iron man », sur La Montagne, (consulté le ).
  102. « parc omnisport », notice no IA03000264, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  103. « Parc omnisports Pierre-Coulon », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  104. a et b « Parc omnisports Pierre-Coulon », sur ville-vichy.fr, Ville de Vichy (consulté le ).
  105. « Dossier de presse : Inauguration de la Tour des Juges » [PDF], Ville de Vichy, .
  106. a et b Alain Carteret, « Natation DVB » (consulté le ).
  107. Philippe Cros, « Le stade aqualudique fait le plein », La Montagne, Vichy,‎ , p. 10.
  108. « Les premiers travaux du golf de Vichy avaient débuté en 1907 », La Montagne,‎ , p. 8.
  109. Michel Prémoselli, « Onze jours de compétition d'affilée », La Montagne,‎ , p. 8.
  110. Estelle Dissay, « Pourquoi le chantier de rénovation de la rive gauche du lac d'Allier s'inscrit dans un projet plus vaste que lui », La Montagne, (consulté le ).
  111. « Parc omnisports Pierre-Coulon », sur ville-vichy.fr, Ville de Vichy (consulté le ).
  112. « Hippisme - Équitation à Vichy », sur ville-vichy.fr, Ville de Vichy (consulté le ).
  113. Revenus fiscaux localisés des ménages [zip], Insee, données 2011.
  114. « FLEURUS », Carnets économiques, sur vichy-economie.com, Vichy Communauté Développement, (consulté le ).
  115. « Bilan annuel de la commission départementale d'aménagement commercial de l'Allier pour l'année 2012 » [PDF], sur allier.gouv.fr, Préfecture de l'Allier (consulté le ).
  116. Denis Lorut, « Remanié, le projet Intermarché revient », La Montagne, Vichy,‎ .
  117. a b et c « Décision no 2051D-2060D » [PDF], sur entreprises.gouv.fr, Direction générale des entreprises, (consulté le ).
  118. Denis Lorut, « Encore raté pour Intermarché », La Montagne, Vichy,‎ , p. 13.
  119. « Décision de la Commission nationale d'équipement commercial » [PDF], (consulté le ).
  120. « Bilan annuel de la commission départementale d'aménagement commercial pour l'année 2011 » [PDF], Préfecture de l'Allier (consulté le ).
  121. Jean-Pierre Ducros, « Décathlon change de pointure », La Montagne, Vichy,‎ , p. 10.
  122. Laurent Bernard, « Intersport : la CDAC d'accord », La Montagne, Vichy,‎ , p. 12.
  123. « Bilan annuel de la commission départementale d'aménagement commercial de l'Allier pour l'année 2014 » [PDF], Préfecture de l'Allier (consulté le ).
  124. « Décision no 2416T » [PDF], sur entreprises.gouv.fr, Direction générale des entreprises, (consulté le ).
  125. Nicolas Jacquet, « Le géant Intersport arrive à Bellerive ce mercredi », sur La Montagne, (consulté le ).
  126. « Bilan annuel de la commission départementale d'aménagement commercial pour l'année 2013 » [PDF], Préfecture de l'Allier (consulté le ).
  127. « Bellerive : la zone des Calabres s'étoffe », Vichy Val d'Allier Développement, (consulté le ) (source originale La Montagne).
  128. Laurent Bernard, « Burger King va s'installer à Bellerive », La Montagne,‎ , p. 9 (lire en ligne) (édition de Vichy).
  129. « Burger King de Vichy : ouverture programmée jeudi ! », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  130. Index des édifices de Bellerive-sur-Allier dans la base Mérimée.
  131. Index des objets mobiliers de Bellerive-sur-Allier dans la base Palissy.
  132. « Château », notice no IA00063463, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  133. « Château du Bost », notice no IA00063456, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  134. « buffet (bahut) », notice no PM03000024, base Palissy, ministère français de la Culture.
  135. « Château », notice no IA00063458, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  136. « croix monumentale », notice no IA00063459, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  137. « Ferme dite Domaine de l'Hôpital », notice no IA00063460, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  138. « Ferme modèle de Vichy, ou les Penaix », notice no IA00063451, base Mérimée, ministère français de la Culture
  139. « Enquêtes publiques conjointes à la déclaration d'utilité publique et parcellaire » [PDF], sur allier.gouv.fr (consulté le ).
  140. « Maison dite Castel Lorrain », notice no IA00063449, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  141. « Maison dite Villa Boussange », notice no IA00063457, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  142. « Monument aux morts des Guerres de 1914-1918, 1939-1945 et Afrique du Nord », notice no IA00063448, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  143. « Moulin Mazan ou Crible », notice no IA00063462, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  144. « Puits », notice no IA00063454, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  145. « Eglise paroissiale Saint-Laurian », notice no IA00063446, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  146. « Presbytère », notice no IA00063584, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  147. « Presbytère », notice no IA00063447, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  148. « Une allée sera nommée Alain-Claessens », La Montagne, Vichy,‎ , p. 12.