Molles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Molles
Molles
La mairie.
Blason de Molles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté d'agglomération Vichy Communauté
Maire
Mandat
Christophe Dumont
2020-2026
Code postal 03300
Code commune 03174
Démographie
Gentilé Mollois [1]
Population
municipale
909 hab. (2018 en augmentation de 5,33 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 44″ nord, 3° 33′ 33″ est
Altitude Min. 325 m
Max. 495 m
Superficie 26,89 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Vichy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lapalisse
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Molles
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Molles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Molles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Molles
Liens
Site web molles.fr

Molles est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Vichy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Molles est située en Montagne bourbonnaise, au sud-est du département de l'Allier[2], « à l'est de Vichy et de la plaine de l'Allier[M 1] ».

À vol d'oiseau, elle est à 8,3 km à l'est-sud-est de Cusset[3], à 10,5 km à l'est-sud-est de la sous-préfecture Vichy[4], à 16,8 km au sud-sud-ouest de Lapalisse[5] et à 53,8 km au sud-sud-est de la préfecture Moulins[6].

Lieux-dits : Blanchet, Blanchirière, les Chervins, la Croix Forge, les Étaix, Chez Gouet, Dafour, Fontenille, Gâcon, Gravoin, Guillarmière, Maltière, Roffin, les Vaux[7].

Sept communes sont limitrophes[7] :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 2 689 hectares ; son altitude varie entre 325 et 495 mètres[8].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par le Jolan et le Mansan, affluents du Sichon[7].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Molles est traversée par la route départementale 62 reliant Cusset10 km à l'ouest) au Mayet-de-Montagne13 km à l'est).

Le territoire communal est également desservi par les routes départementales 208 (vers la Bruyère, lieu-dit de la commune de Saint-Christophe ou le Gué Chervais, vers Busset et Saint-Yorre), 421 (vers La Chapelle) et 508 (Gacon, les Vaux, vers Cusset)[7].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Elle est également desservie par la ligne F du réseau Trans'Allier, reliant Cusset au Mayet-de-Montagne (points d'arrêt : Les Vaux, Les Chervins, Le Relais Fleuri, Les Grands Nauds). À certaines heures, et en période scolaire, certains autocars desservent les établissements scolaires de Cusset (Cours Arloing, lycées Valery-Larbaud et Albert-Londres) tandis que d'autres assurent des correspondances avec un train pour Paris en gare de Vichy[9]. Un ramassage scolaire est assuré sur toute la commune pour l'école de Molles, et vers les établissements du Mayet-de-Montagne.[réf. souhaitée]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Molles est une commune rurale[Note 1],[10]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vichy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (80 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (70,5 %), forêts (18,3 %), zones agricoles hétérogènes (9,1 %), zones urbanisées (1,9 %), mines, décharges et chantiers (0,2 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 452 logements, contre 423 en 2008. Parmi ces logements, 79,2 % étaient des résidences principales, 10,8 % des résidences secondaires et 10 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 95,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,9 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 85,5 %, en baise sensible par rapport à 2008 (87,9 %). Il n'existait qu'un logement HLM loué vide en 2013, contre aucun en 2008[a 2].

Planification de l'aménagement[modifier | modifier le code]

L'ancienne communauté de communes de la Montagne bourbonnaise, dont Molles était membre, avait prescrit l'élaboration d'un plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) en 2014. À la suite de la fusion de la communauté de communes avec la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier le , c'est Vichy Communauté qui poursuit les procédures de l'élaboration de ce document, lequel devrait être approuvé en conseil communautaire en [17].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Deux risques majeurs sont recensés sur la commune : le feu de forêt et le risque sismique (zone de sismicité de niveau 2)[18].

Aucun plan de prévention des risques naturels n'a été prescrit et le DICRIM n'existe pas encore[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En l'an II de la République (1793/1794) la commune portait le nom de Molle, sans s. Le Bulletin des lois de 1801 mentionne l'orthographe actuelle avec s[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le site de la Couronne abritait une église paléochrétienne datant de la fin du IVe siècle. Cette occupation présentait « des caractéristiques morphologiques, topographiques et chronologiques d'une petite agglomération de hauteur fortifiée ». Les constructions remontent aux années 430. La première église est constituée d'une nef, prolongée par une abside circulaire. Le site est toutefois abandonné à la fin du IXe siècle, ce qui va permettre la formation de Cusset.

Les investigations archéologiques ont été menées par deux archéologues à la fin du XIXe siècle, montrant des installations gallo-romaines appartenant à une riche villa antique où est implanté un sanctuaire mérovingien. Deux campagnes ont été menées en 2011 et 2012[20],[21].

Révolution française[modifier | modifier le code]

La commune de Molles a absorbé, pendant la Révolution française, Saint-Germain-en-Molles[19].

Molles a été rattachée au canton de Busset en 1793[19].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Une ligne de chemin de fer ouvre en 1910 en montagne bourbonnaise. Surnommé le « Tacot », ce train assurait des liaisons entre la gare de Vichy (en 54 minutes en 1933) et Lavoine ; l'arrêt à Molles permettait aux voyageurs « de se désaltérer ». L'exploitation cesse en 1949[M 2].

Le 20 juin 1944, Jean Zay, ancien ministre de l'Éducation nationale durant le Front populaire, est assassiné par la Milice à Molles. Interné durant l'Occupation à la prison de Riom, il est emmené par trois miliciens sous prétexte d'un transfert à la prison de Melun. Une fois en route, il lui font croire qu'ils sont des résistants chargés de l'amener dans un maquis. Un des miliciens, Charles Develle, le tue dans un bois, près d'une carrière abandonnée, au lieu-dit les Malavaux dans la faille du Puits du diable à Molles. Pour que son cadavre ne soit pas identifié, il est déshabillé et jeté dans une crevasse. Les miliciens lancent des grenades pour provoquer des éboulis qui masqueront le corps. Il ne sera retrouvé par hasard, avec deux autres cadavres, qu'en 1946 par des chasseurs de Molles et de Cusset et enterré dans le cimetière de Cusset. Ce n'est qu'en 1947, que son corps sera identifié et transféré au grand cimetière d'Orléans, ville dont il était l'élu, avant son transfert au Panthéon en 2005. Un monument a été élevé à l'endroit où il a été assassiné.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

En 1801, la commune appartenait au canton de Cusset. Un décret de 1985 scinda le canton en deux et Molles appartenait alors au canton de Cusset-Sud[19],[22]. La commune est affectée par le redécoupage des cantons du département ; depuis , elle est rattachée au canton de Lapalisse[23].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995[24] 2010[24] René Gadet[Note 3]    
         

(réélu en 2020)
En cours
(au )
Christophe Dumont[25],[26] DVD Délégué territorial à la DDT

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Molles dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique dans le bourg[27].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège du Mayet-de-Montagne[28], puis au lycée de Presles de Cusset[29] (renommé lycée Albert-Londres).

Justice[modifier | modifier le code]

Molles dépend de la cour d'appel de Riom, du tribunal de proximité de Vichy et des tribunaux judiciaire et de commerce de Cusset[30].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[32].

En 2018, la commune comptait 909 habitants[Note 4], en augmentation de 5,33 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
690690583545881905917986954
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9929559761 0301 0401 0801 1001 1101 145
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1351 1031 069967931957880828785
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
751737687688732709781792802
2013 2018 - - - - - - -
863909-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (22,9 %)[a 3] est en effet inférieur au taux national (24 %) et au taux départemental (32 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Toutefois, le taux (50,1 %) est inférieur au taux national (51,6 %).

Pyramides des âges en 2013 en pourcentage
Commune de Molles[a 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ans ou +
0,5 
75 à 89 ans
8,1 
16 
60 à 74 ans
14,1 
21,3 
45 à 59 ans
19,9 
23,2 
30 à 44 ans
21,3 
13 
15 à 29 ans
13 
19,5 
0 à 14 ans
23,1 
Département de l'Allier[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
2,1 
9,5 
75 à 89 ans
13,9 
18,6 
60 à 74 ans
18,9 
21,5 
45 à 59 ans
20,4 
17,6 
30 à 44 ans
16,5 
15,2 
15 à 29 ans
13,3 
16,8 
0 à 14 ans
14,9 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  •  : course pédestre
  • 1er mai : foire primée aux moutons et aux fromages de chèvre
  •  : brocante
  • au soir : bal populaire
  •  : fête de la Batteuse

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un terrain de football, ainsi qu'un club, l'AS Molles, présidé entre 1988 et 1995 par René Gadet, alors adjoint au maire[24].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 542 personnes, parmi lesquelles on comptait 78,6 % d'actifs dont 71,6 % ayant un emploi et 7 % de chômeurs[a 5].

On comptait 100 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 390, l'indicateur de concentration d'emploi est de 25,6 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

309 des 390 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 79,2 %) sont des salariés[a 7]. 19,7 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Molles comptait trente-huit entreprises : trois dans l'industrie, onze dans la construction, vingt-et-une dans le commerce, les transports et les services divers et trois dans le secteur administratif[a 9].

En outre, elle comptait quarante-trois établissements[a 10].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait 27 exploitations agricoles. Ce nombre est en nette diminution par rapport à 2000 (38) et à 1988 (58)[35].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations est de 2 256 hectares en 2010, incluant 984 ha d'exploitations individuelles et 995 ha issus de GAEC[35].

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

La commune compte un électricien, un frigoriste, un maçon, deux menuisiers, trois plâtriers, un plombier ainsi qu'un serrurier[M 3].

Commerces et services[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2014 ne recensait aucun commerce[36].

La commune compte pourtant un point d'alimentation générale (au Bourg), un bar-tabac (aux Chervins), un boulanger-pâtissier[M 3], un café-restaurant « Café du Centre » (au Bourg), un garage Renault et une station-service[M 3], un point poste, trois infirmiers[M 4] et un masseur-kinésithérapeute[M 4].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Molles
Église.
  • Église Saint-Jean-Baptiste, édifice roman fortement remanié à l'époque gothique et au XIXe siècle. Une cloche, datée du troisième quart du XVIIIe siècle, est classée Monument historique au titre objet en 1907[37].
  • Monument à Jean Zay. Il se situe à l'endroit où Jean Zay a été assassiné, près de la faille du Puits du diable, au nord-ouest du bourg et au sud de la route départementale 508 descendant vers Cusset, non loin de la carrière des Malavaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Zay, avocat et homme politique français, mort assassiné par la Milice à Molles le 20 juin 1944.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Molles.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
Parti, au premier d'azur à la tête de bélier d'or, au second d'or à la crosse de sable ; au chef ondé de gueules chargé de trois merlettes d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. René Gadet est décédé en mars 2016[24].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2013.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Un territoire » (consulté le ).
  2. « Une histoire » (consulté le ).
  3. a b et c « Artisans et commerçants » (consulté le ).
  4. a et b « Professions libérales » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. « Molles », sur Lion 1906.
  3. « Orthodromie entre Molles et Cusset », sur Lion 1906.
  4. « Orthodromie entre Molles et Vichy », sur Lion 1906.
  5. « Orthodromie entre Molles et Lapalisse », sur Lion 1906.
  6. « Orthodromie entre Molles et Moulins », sur Lion 1906.
  7. a b c et d Carte de Molles sur le site Géoportail de l'IGN.
  8. « Répertoire géographique des communes », Institut national de l'information géographique et forestière.
  9. Horaires de la ligne F [PDF], Conseil général de l'Allier (consulté le 17 février 2014).
  10. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  11. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. « PLUI Montagne Bourbonnaise », sur vichy-communaute.fr, Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  18. a et b « Les risques près de chez moi », sur georisques.gouv.fr, Ministère de la transition écologique et solidaire et BRGM (consulté le ).
  19. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Damien Martinez, « L'église paléochrétienne du site de « La Couronne » à Molles (Allier). Première campagne », Bulletin du centre d'études médiévales d'Auxerre, no 15,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Damien Martinez et Sandra Chabert (collaboration), « Le site de La Couronne à Molles (Allier) : un établissement de hauteur de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Bilan de la deuxième campagne de recherches », Bulletin du centre d'études médiévales d'Auxerre, no 16,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Décret no 85-82 du 23 janvier 1985 portant modification et création de cantons dans le département de l'Allier », sur Légifrance, JORF, , p. 978.
  23. « Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier », sur Légifrance.
  24. a b c et d « Décès de René Gadet, ancien maire de Molles », sur La Montagne, (consulté le ).
  25. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 4 juin 2014).
  26. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  27. Annuaire des établissements scolaires de la commune de Molles, Ministère de l'Éducation nationale.
  28. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  29. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  30. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département de l'Allier (03) », Insee.
  35. a et b Résultats du recensement agricole (cadrage) sur le site du ministère de l'Agriculture.
  36. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  37. Notice no PM03000237, base Palissy, ministère français de la Culture