Saint-Rémy-en-Rollat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Rémy-en-Rollat
Saint-Rémy-en-Rollat
L'entrée du village par la route départementale 6 en direction de Vichy en 2015.
Blason de Saint-Rémy-en-Rollat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté d'agglomération Vichy Communauté
Maire
Mandat
Alain Dumont
2020-2026
Code postal 03110
Code commune 03258
Démographie
Gentilé Saint-Rémois[1]
Population
municipale
1 737 hab. (2019 en augmentation de 4,51 % par rapport à 2013)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 03″ nord, 3° 23′ 31″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 333 m
Superficie 20,84 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Vichy
(banlieue)
Aire d'attraction Vichy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vichy-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat
Liens
Site web saintremyenrollat.com

Saint-Rémy-en-Rollat est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Incluse dans l'aire d'attraction de Vichy, la commune est peuplée de 1 737 habitants (en 2019), appelés les Saint-Rémois et les Saint-Rémoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-en-Rollat est une commune de la Limagne bourbonnaise, située au sud-est du département de l'Allier[2]. Elle est en rive gauche de la rivière Allier[3], à 8 km au nord de Vichy[4].

Huit communes sont limitrophes de Saint-Rémy-en-Rollat[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 2 084 hectares ; son altitude varie entre 239 et 333 mètres[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune, bordée par l'Allier sur sa limité Est, est aussi traversée par le Servagnon, petit affluent de l'Allier de environ 5 km de long qui prend source sur la commune voisine Vendat. L'Agasse, autre petit affluent de l'Allier, prend source sur la limite nord-ouest de la commune (partagée avec Saint-Didier-la-Forêt)[3].

Climat[modifier | modifier le code]

La station météo la plus proche est située à l'aéroport de Vichy-Charmeil, sur la commune limitrophe de Charmeil. Les relevés sont les suivants :

Relevés météorologiques de la station de Vichy-Charmeil (1981-2010, sauf ensoleillement 1991-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,4 −0,2 1,9 3,9 8,1 11,2 13,3 12,9 9,8 7,3 2,8 0,4 6
Température maximale moyenne (°C) 7,4 9 13 15,8 20 23,5 26,4 26,1 22,2 17,6 11,2 7,8 16,7
Ensoleillement (h) 78,1 94,8 153,7 175,4 203,4 225 248,9 238,3 183,5 128,1 76,7 55,9 1 861,7
Précipitations (mm) 46,8 39,8 44,2 69,3 98,2 78,2 71,6 74,2 75,4 68 63,3 50,5 779,5
Source : Météo-France[6]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La route départementale 6 est la principale route traversant la commune. Elle permet de relier Vichy, située à 9 km au sud-est, à l'autre sous-préfecture, Montluçon, à 77 km, ainsi qu'à Saint-Pourçain-sur-Sioule, à 18 km au nord-ouest. Le trafic moyen relevé en sur cet axe s'élevait à près de 6 000 véhicules par jour[b 1].

Elle est aussi à l'origine d'un contournement de l'agglomération de Vichy, assuré par la route départementale 67. Partant du giratoire dit « de la Goutte », cet axe permet de rejoindre la préfecture Moulins et l'est du département, ainsi que Lapalisse, Varennes-sur-Allier ou Saint-Germain-des-Fossés.

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 142 (vers Marcenat), 220 (vers Vendat) et 520 (vers Lourdy, quartier de Vendat, et Broût-Vernet). Une courte antenne, la RD 142e, reliant les RD 142 et 67, permet d'accéder à l'espace naturel sensible de la Boire des Carrés[3].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La voie ferrée en direction de Saint-Germain-des-Fossés et le bâtiment voyageurs de l'ancienne gare
La voie ferrée en direction de Saint-Germain-des-Fossés et le bâtiment voyageurs de l'ancienne gare.

La commune possédait une gare sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac au lieu-dit la Chaume Chambon (accès par la rue de la Gare depuis la rue de Vichy). Ouverte en 1853, elle est désaffectée en 1985[7].

Cette ligne ferroviaire passe deux fois au-dessus de la RD 142, puis sous la RD 6. La gare la plus proche, ouverte au service des voyageurs, se situe à Saint-Germain-des-Fossés pour la desserte régionale, ou à Vichy pour la desserte nationale.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ligne B du réseau Trans'Allier, reliant Vichy à Montluçon, dessert la commune ; les autocars s'arrêtent à l'église. À certaines heures, et en période scolaire, certains autocars desservent les établissements scolaires de Cusset (lycées Valery-Larbaud et Albert-Londres) tandis que d'autres assurent des correspondances avec un train pour Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne en gare de Vichy ou pour Paris-Austerlitz à Montluçon[8].

La communauté d'agglomération propose également une ligne de transport à la demande (réseau Mobival). Cette ligne relie l'église et Charpigny à l'hôtel de ville et la gare SNCF de Vichy, à raison de quatre allers et retours par jour[b 2].

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Une partie de la piste de l'aéroport de Vichy-Charmeil empiète sur le territoire saint-rémois[3]. L'aéroport n'assure que des vols privés.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-en-Rollat est une commune rurale[Note 1],[9]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[10],[11].

Elle appartient à l'unité urbaine de Vichy, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[12] et 64 124 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vichy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (39,2 %), forêts (17,7 %), zones agricoles hétérogènes (16,3 %), zones urbanisées (9 %), terres arables (8,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,9 %), eaux continentales[Note 3] (1,8 %), mines, décharges et chantiers (0,6 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme a été approuvé en 2007 par substitution du plan d'occupation des sols[SRR 1].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune comptait 778 logements, contre 728 en 2010.

Parmi ces logements, 90,2 % étaient des résidences principales, 2,7 % des résidences secondaires et 7,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 99,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,9 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 88,2 %, en baisse sensible par rapport à 2010 (88,5 %). La part de logements HLM loués vides était de 0,7 % (contre 1 %) ; celle de logés gratuitement augmente (2,6 % contre 1,5 %)[a 2].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

La route départementale 6 en direction de Vichy
La D 6 (vue en direction de Vichy en 2017) a été rénovée à la suite d'un contrat communal d'aménagement de bourg.

Un contrat communal d'aménagement de bourg (CCAB), conclu entre la commune et le département de l'Allier, l'ancienne communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (VVA) ou encore le syndicat départemental d'énergie de l'Allier (SDE 03), a été établi afin de mettre en valeur le patrimoine de la commune, embellir le cadre de vie et partager l'espace entre les véhicules et les modes doux[SRR 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques[18] :

  • mouvement de terrain ;
  • séisme : zone de sismicité de niveau 2 (faible) selon la classification probabiliste de 2011 ;
  • transport de matières dangereuses.

Des plans de prévention des risques naturels ont été élaborés pour la commune ; le DICRIM existe depuis 1998[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune prit les appellations de « Saint-Rémy-oultre-Allier », « Saint-Rémy-près-Vendat » ou « Saint-Rémy-près-Vichy » dès le XVIe siècle. Le nom de « Saint-Rémy-en-Rollat » n'est utilisé que depuis 1761 « en l'honneur des seigneurs du pays[b 3] ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Paléolithique[modifier | modifier le code]

Des polissoirs ont été trouvés sur la commune[19].

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Atelier de poterie antique[modifier | modifier le code]

L'atelier de poterie antique de Saint-Rémy-en-Rollat est en fonction sur une durée assez courte, mais il présente un double intérêt : son ancienneté, et le fait qu'il a produit parmi les plus anciens spécimens de sigillées en Gaule, dérivant directement des types produits en Haute-Italie[20] (dont Arezzo). Il produit des décors dont certains lui sont exclusifs (dans la typologie des décors par Déchelette, ce sont les nos 160, 522, 668, 770, 773, 849, 864, 880 bis, 886, 911, 959, 961, 989, 995 et 1119)[21].

Dépôt de poteries à la Goutte[modifier | modifier le code]

Plus de 3 000 débris de poterie ont été trouvés au lieu-dit la Goutte ; à 500 m à l'ouest de l'Allier (rive gauche) et environ 1 km au sud-est de Saint-Rémy. L'auteur J. Géreau n'indique pas si l'on y a fait des fouilles ; il ne mentionne pas de vestiges de fours). Il suggère que c'est peut-être une annexe de l'atelier de Lourdy, éloigné de 4 km[22].

Révolution française[modifier | modifier le code]

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Servagnon[23],[24].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Exécutions sommaires par des membres de la SIPO-SD de Vichy au lieu-dit Allée Ferrée en forêt de Marcenat à Saint-Rémy-en-Rollat, le , de quatre résistants :

  • Commandant Roger Kespy, membre de Combat et de l'Armée Secrète, chef départemental des Groupes francs des MUR de l'Allier, cofondateur du maquis des Bois Noirs ;
  • Sous-lieutenant Jean-Louis Clavel, membre du réseau Gallia / Coty-Reims-Noël / RPB (faisant partie intégrante du Service de renseignements des Mouvements unifiés de la Résistance en zone sud) ;
  • Lieutenant Claude Weinbach, chef du secrétariat de la centrale de Vichy du sous-réseau Goëlette (du réseau Phratrie lié au BCRA gaulliste) ;
  • Sous-lieutenant Frédéric Marcus, membre du sous-réseau Goëlette.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Rémy-en-Rollat est membre de la communauté d'agglomération Vichy Communauté[25], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Vichy[26]. De 2001 à 2016, elle faisait partie de la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier[27].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vichy (depuis 1941 ; elle dépendait auparavant du district de Gannat en 1793 puis de l'arrondissement de Gannat en 1801 et de Lapalisse en 1926[23]), à la circonscription administrative de l'État de l'Allier et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[25]. Elle faisait partie du canton d'Escurolles de 1793 à [28].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vichy-1 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[25], et de la troisième circonscription de l'Allier pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010 (quatrième circonscription avant 2010)[28].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

La mairie
La mairie en 2015.

Le conseil municipal de Saint-Rémy-en-Rollat, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[29], pour un mandat de six ans renouvelable[30]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 19[31]. Les dix-neuf conseillers municipaux sont élus au premier tour, le , avec un taux de participation de 49,41 %[32], se répartissant en : dix-sept sièges issus de la liste d'Alain Dumont et deux sièges issus de la liste d'André Louis[32].

Un siège est attribué à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté d'agglomération Vichy Communauté[32].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Claude Francois Cornil    
Jean François Béraud    
François Béraud    
Gaspard Saint-Quentin de Maltière    
Antoine Barghon-Cornil    
Guillaume Larmeroux    
Joseph Jacques Bonnet    
Pierre Girard    
Jean Francois Maurel    
Yves Louis Charles    
Pierre Vallet    
Joseph Frémont    
Jean-Baptiste Robin    
Jean-Baptiste Frédéric Pouillien    
Gabriel Émile Sugier    
Eugène-Hugues Givois    
Jean-Baptiste Frédéric Pouillien    
Gilbert Frémont    
Guillaume Griffet    
Pierre Poput    
Claude Pétillat    
Étienne Pinet    
Pierre Guillomy    
Gilbert Pétot    
André Mondière    
? Félix Meyronneinc    
avant 1981 ? Jean Melin PCF  
1989 2001 François Huguet DVD  
2001 2014 Jean-Claude Martinet DVD Vice-président de la communauté d'agglomération chargé de l'hygiène et de la sécurité
2014 En cours
(au [33])
Alain Dumont DVD[34] Vice-président de la communauté d'agglomération chargé de l'enfance et de la jeunesse[Note 4]

Autres élections[modifier | modifier le code]

À l'élection présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a recueilli le plus de voix dans la commune (52,66 %) malgré la victoire de François Hollande. Près d'un électeur sur six s'est absenté (taux de participation de 83,26 %, soit 1 084 votants sur 1 302 inscrits)[37].

Aux élections législatives de 2012, le député sortant Gérard Charasse a été élu au second tour avec, dans la commune, 54,34 % des voix. 60,32 % des électeurs ont voté[38].

Les élections municipales de 2014 ont opposé trois candidats : Alain Dumont (liste DVD), André Kuti (liste DVD) et Dominique Desnoyer (liste DVG). Le premier a été élu au premier tour avec 56,54 % des voix et acquiert quinze sièges au conseil municipal dont deux au conseil communautaire. Les deux autres candidats, battus, n'acquièrent respectivement qu'un et trois sièges au conseil municipal. La participation à cette élection était de 72,42 %[34]. Alain Dumont est élu maire après avoir été adjoint pendant treize années[39].

Dans la commune, à l'occasion des élections européennes tenues le , la liste FN est arrivée en tête avec 34,82 % des voix, suivie par la liste UMP avec 23,16 %. Moins d'un électeur sur deux (48,66 %) avait voté[40].

Aux élections départementales de 2015, le binôme composé d'Élisabeth Albert-Cuisset et de Gabriel Maquin, élu dans le nouveau canton de Vichy-1, a recueilli 65,51 % des suffrages exprimés au second tour (soit 435 voix sur 664 exprimés). Le taux de participation s'élève à 54,42 %, soit 726 votants sur 1 334 inscrits[41].

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-en-Rollat dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, du tribunal administratif de Clermont-Ferrand, du tribunal de proximité de Vichy et des tribunaux judiciaire et de commerce de Cusset[42].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte des déchets est assurée par le SICTOM Sud Allier. La déchèterie la plus proche est située à Charmeil[b 4].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 26 janvier 2016, Saint-Rémy-en-Rollat est jumelée avec Valgreghentino (Italie) depuis 1996. Ce jumelage est une coopération décentralisée dans la thématique de la culture et du patrimoine[43].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[45].

En 2019, la commune comptait 1 737 habitants[Note 5], en augmentation de 4,51 % par rapport à 2013 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8443007451 1089311 0239701 0611 047
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1201 1101 0801 1031 1181 1191 1271 1351 168
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1201 0501 0289109651 003946920943
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
9309851 0781 2651 4071 4551 5431 5501 619
2015 2019 - - - - - - -
1 6911 737-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune a connu « une importante dynamique démographique » à la fin du XXe siècle après une baisse entre 1900 et 1960[b 5]. Cette augmentation de la population s'explique surtout par un solde migratoire positif entre 1968 et 1999, puis par le solde naturel positif après 1999[b 5].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,7 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (29,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,2 % la même année, alors qu'il est de 34,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 842 hommes pour 874 femmes, soit un taux de 50,93 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (52,05 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,8 
8,2 
75-89 ans
0,0 
19,5 
60-74 ans
21,2 
21,9 
45-59 ans
21,6 
18,1 
30-44 ans
18,9 
13,4 
15-29 ans
12,5 
18,4 
0-14 ans
17,0 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2018 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,7 
9,8 
75-89 ans
13,4 
20,6 
60-74 ans
21,4 
21,2 
45-59 ans
20,1 
15,9 
30-44 ans
15,2 
15,5 
15-29 ans
12,9 
16 
0-14 ans
14,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-en-Rollat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école maternelle et une école élémentaire (Saint-Exupéry) publiques[49].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Jules-Ferry de Vichy, conformément à la carte scolaire en vigueur dans le département[50], puis au lycée Albert-Londres de Cusset[51].

Sport[modifier | modifier le code]

Le village possède un terrain de football. Il y a un club de football, de pétanque et de gymnastique[SRR 3].

Économie[modifier | modifier le code]

Autour du carrefour des départementales 6 et 67, deux zones d'activités, gérées par la communauté d'agglomération Vichy Communauté, sont implantées : au nord, la zone d'activités du Davayat, à vocation industrielle et artisanale (18 hectares aménageables)[52] ; et au sud, la zone d'activités des Bâts, à vocation artisanale (20 hectares aménageables)[53].

En bordure de la route départementale 6, La Cristallière est une entreprise familiale « spécialisée dans la vente de minéraux, de fossiles et de bijoux à l'état brut ou transformés », installée depuis 1964[54],[55]. Au nord de ce site, le conseil départemental de l'Allier a construit un centre technique routier, regroupant l'unité technique spécialisée de Cusset et les centres techniques d'exploitation routière de Cusset et Bellerive-sur-Allier[56].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 33 427 , ce qui plaçait Saint-Rémy-en-Rollat au 10 090e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[57].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 1 045 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,6 % d'actifs dont 68,6 % ayant un emploi et 7 % de chômeurs[a 3].

On comptait 417 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 724, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 57,6 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 4].

622 des 724 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 85,9 %) sont des salariés[a 5]. 13,4 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Rémy-en-Rollat comptait 86 entreprises : 5 dans l'industrie, 21 dans la construction, 22 dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, 21 dans les services aux entreprises et 17 dans les services aux particuliers[a 7].

En outre, elle comptait 86 établissements[a 8].

Trois entreprises sont installées dans la zone d'activités du Davayat[52].

Commerce[modifier | modifier le code]

Plusieurs commerces sont implantés sur la commune : une boulangerie-pâtisserie, un salon de coiffure, un commerce d'alimentation générale, un tabac-presse et un magasin de produits régionaux[b 6].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Aucun hôtel[a 9], camping[a 10] ou autre hébergement collectif[a 11] n'existait dans la commune au .

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Rémy devant la place de l'Église rénovée
Église Saint-Rémy.
  • Motte castrale d'un château fort disparu, datant probablement du Xe siècle[58].
  • Tour de Rollat. Cette tour carrée massive, située dans un village un peu à l'écart du bourg, est le donjon et le principal vestige de l'ancien château (XIVe siècle) de la maison de Rollat. Dès le XVIe siècle, le château n'est plus habité par la famille, mais par des fermiers ou régisseurs. Les parements de brique rouge donnent à cette tour une apparence caractéristique et rare dans la région ; des corbeaux de pierre, près du couronnement, témoignent de l'existence ancienne de hourds. À proximité, on peut voir l'ancienne chapelle, transformée ensuite en bâtiment agricole[59].
  • Château du Chambon. XIVe et XVIIe siècles. Inscrit Monument historique le 29 juillet 1977[60],[61].
  • Église paroissiale Saint-Rémy (ou Saint-Remi), XIXe siècle[62].
  • Monument aux morts, place de l'Église : travaux décidés le 20 décembre 1919, sous l'impulsion d'Étienne Pinet, maire. Il a été conçu par G. Carrier, architecte à Vichy, et réalisé par la maison Comoli Frères, entrepreneurs au Mayet-de-Montagne. Ce monument a été transféré à sa place actuelle en 1971[63],[64].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Il existe, à l'est du territoire communal, un espace naturel sensible : la Boire des Carrés.

Cet espace, dont la gestion duquel la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier s'était impliquée depuis juillet 2006, est inscrit à la fin de la même année par le conseil général de l'Allier au schéma départemental des espaces naturels sensibles. S'étendant sur deux cents hectares, il porte le nom « de la principale boire[Note 6] de cette zone »[65]. Ce site regorge de nombreuses espèces remarquables : la cistude d'Europe (Emys orbicularis), le castor d'Europe (Castor fiber)[66], le brochet (Esox lucius) ou encore le saumon atlantique (Salmo salar)[65], quarante papillons diurnes et quatre cents espèces de plantes[67].

Le territoire communal est concerné par quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (Étang de Saint-Rémy ; Forêts de Marcenat et de Saint-Gilbert ; Lit majeur de l'Allier moyen ; Val d'Allier Vichy - Pont de Chazeuil), une ZPS directive oiseaux « Val d'Allier Bourbonnais » et une SIC directive habitats « Vallée de l'Allier Sud »[b 7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille de Rollat. Cette importante famille de la noblesse du Bourbonnais[68],[69] a donné son nom à la paroisse au XVIIIe siècle, nom repris par la commune.
  • André Mercier (1680-1763), ébéniste, sculpteur sur bois et doreur, mort à Saint-Rémy-en-Rollat.
  • Roger Kespy (1908-1944), résistant vichyssois, exécuté dans la forêt de Marcenat.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Rémy-en-Rollat Blason
Écartelé au 1) de gueules à la colombe fondante tenant en son bec la saint ampoule reçue par une main dextre parée, le tout d'argent, au 2) d'azur à l'ancre d'argent avec sa gumène du même, au 3) de sinople au rameau de chêne d'or posé en fasce la queue à dextre, auquel est appendu un cor du même, au 4) fascé d'or et de sable.
Détails
Représentation du blason de la ville de Saint-Rémy-en-Rollat, créé en 1992 par M. Marini pour la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond d'Azémar, Saint-Rémy-en-Rollat : vieux logis, vieilles familles, pages d'histoire locale, , 384 p., illustré.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. 10e vice-président de la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (2014-2016)[35], puis 11e vice-président de Vichy Communauté (en 2017)[36].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  6. Ancien bras de rivière.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Certaines données sont issues du dossier local établi par l'Insee [lire en ligne] :

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  4. EMP T5 – Emploi et activité.
  5. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2015.
  6. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  9. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  10. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  11. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Réseau viaire principal », p. 60-61.
  2. « Transports en commun », p. 66.
  3. « Contexte historique », p. 5.
  4. « Services et équipements à la population », p. 33-37.
  5. a et b « Évolutions démographiques », p. 15-16.
  6. « Activités économiques », p. 20.
  7. « Document de planification et contraintes réglementaires », p. 10.
  • Autres références :
  1. « Plan Local d'Urbanisme », (consulté le ).
  2. « CCAB - travaux d'aménagement du bourg », (consulté le ).
  3. « Associations Sportives » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Saint-Rémy-en-Rollat (03110) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. « Saint-Rémy-en-Rollat », sur Lion 1906 (consulté le ).
  3. a b c d et e « Saint-Rémy-en-Rollat, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  4. « Saint-Rémy-en-Rollat », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  5. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  6. « Données climatiques de la station de Vichy », sur Météo-France (consulté le ).
  7. « Gare », notice no IA00063364, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  8. « Fiche horaire ligne B : Vichy – Montluçon » [PDF], Conseil départemental de l'Allier, (consulté le ).
  9. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  10. « Commune urbaine-définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Vichy », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod, « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  18. a et b Risques dans la commune sur prim.net (consulté le .
  19. [Corrocher 1981] Jacques Corrocher, Vichy antique (thèse soutenue sous le titre : « Vichy antique, des origines à l'époque mérovingienne », faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université de Clermont-Ferrand II), Clermont-Ferrand / Aurillac, Institut d'études du Massif central / Impr. moderne, coll. « Publications de l'Institut d'études du Massif central », , 425 p., sur books.google.fr (présentation en ligne, lire en ligne), p. 50.
  20. [Déchelette 1904] Joseph Déchelette, Les Vases céramiques ornés de la Gaule romaine (Narbonnaise, Aquitaine et Lyonnaise), t. 1, Paris, éd. Alphonse Picard et fils, , 308 + XV, sur archive.org (lire en ligne), p. 42.
  21. Déchelette 1904, p. 242.
  22. [Géreau 1969] Joseph Géreau, Vendat : Évocation historique (monographie), impr. A. Pottier & Cie, , sur books.google.fr (lire en ligne).
  23. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Déchelette 1904, p. 46.
  25. a b et c « Commune de Saint-Rémy-en-Rollat (03258) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  26. « CA Vichy Communauté (No SIREN : 200071363) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  27. « CA Vichy Val d'Allier (No SIREN : 240300426) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  28. a et b « Découpage électoral de l'Allier », sur Politiquemania (consulté le ).
  29. Loi no 2013-403 du relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51, et son décret d'application no 2013-938 du .
  30. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL.
  31. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  32. a b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  33. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  34. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  35. « Le conseil communautaire », Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (consulté le ).
  36. « Les élus », Vichy Communauté (consulté le ).
  37. « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  38. « Résultats des élections législatives 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  39. « Alain Dumont succède à Jean-Claude Martinet », La Montagne, Vichy,‎ , p. 17.
  40. « Résultats des élections européennes 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  41. « Résultats des élections départementales 2015 », Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  42. « Recherche de tribunaux », sur justice.fr, Ministère de la Justice (consulté le ).
  43. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », Ministère des Affaires étrangères (consulté le ). Rechercher « Saint Remy en Rollat (03110) ».
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Rémy-en-Rollat (03258) », (consulté le ).
  48. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Allier (03) », (consulté le ).
  49. Annuaire des établissements scolaires de la commune sur le site du Ministère de l'Éducation nationale.
  50. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  51. « Sectorisation des lycées du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  52. a et b « LE DAVAYAT – Saint-Rémy-en-Rollat », sur vichy-economie.com, Vichy Communauté Développement (consulté le ).
  53. « LES BATS – Saint-Rémy-en-Rollat », sur vichy-economie.com, Vichy Communauté Développement (consulté le ).
  54. Philippe Cros, « Le conseil départemental de l'Allier va construire un centre technique routier : Les agents des routes seront réunis », La Montagne,‎ , p. 14 (édition de Vichy).
  55. « La Cristallière : la plus grande collection privée de minéraux de France est à Saint-Rémy-en-Rollat », Carnets économiques, sur vichy-economie.com, Vichy Communauté Développement, (consulté le ).
  56. « Le futur centre technique d'exploitation routière devrait être opérationnel fin 2018 », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  57. Revenus fiscaux localisés des ménages en 2011 [zip], sur le site de l'Insee.
  58. « Château fort », notice no IA00063383, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  59. « Château dit tour de Rollat », notice no IA00063381, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  60. « Château de Chambon », notice no PA00093290, base Mérimée, ministère français de la Culture (protection, consulté le 28 juillet 2017).
  61. « Château du Chambon », notice no IA00063372, base Mérimée, ministère français de la Culture (inventaire, consulté le 28 juillet 2017).
  62. « Eglise paroissiale Saint-Rémy », notice no IA00063365, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  63. Nadine-Josette Chaline et Daniel Moulinet (collaboration), Gardiens de la mémoire : les monuments aux morts de la Grande Guerre dans l'Allier, Yzeure, Amis du patrimoine religieux en Bourbonnais, (ISBN 978-2-9518027-3-5).
  64. « Monument aux morts commémoratif des guerres 1914-1918 et 1939-1945 et outremer », notice no IA00063367, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  65. a et b « Boire des Carrés », Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le ).
  66. « E.N.S. de la Boire des Carrés », sur lpo-auvergne.org, Ligue pour la protection des oiseaux Auvergne (consulté le ).
  67. « La Boire des Carrés », Espaces naturels sensibles, Conseil départemental de l'Allier (consulté le ).
  68. Henri de Frémont, Généalogie de familles bourbonnaises, t. I, , p. 143-151.
  69. Albert de Rémacle, Dictionnaire des fiefs de la Basse-Auvergne, t. I, .