Saint-Rémy-en-Rollat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Rémy-en-Rollat
Entrée du village par la route départementale 6 en direction de Vichy.
Entrée du village par la route départementale 6 en direction de Vichy.
Blason de Saint-Rémy-en-Rollat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Vichy-1
Intercommunalité Vichy Communauté
Maire
Mandat
Alain Dumont
2014-2020
Code postal 03110
Code commune 03258
Démographie
Population
municipale
1 677 hab. (2014)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 03″ nord, 3° 23′ 31″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 333 m
Superficie 20,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Rémy-en-Rollat
Liens
Site web saintremyenrollat.com

Saint-Rémy-en-Rollat est une commune française située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Vichy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-en-Rollat est une commune de la Limagne bourbonnaise, située au sud-est du département de l'Allier[1] ; elle fait partie de la communauté d'agglomération Vichy Communauté et du canton de Vichy-1 depuis les élections départementales de 2015[2].

Huit communes sont limitrophes de Saint-Rémy-en-Rollat[3].

Communes limitrophes de Saint-Rémy-en-Rollat
Saint-Didier-la-Forêt Marcenat, Billy Saint-Germain-des-Fossés
Broût-Vernet Saint-Rémy-en-Rollat
Vendat Charmeil Creuzier-le-Vieux

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 2 084 hectares ; son altitude varie entre 239 et 333 mètres[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune, située en rive gauche de l'Allier, est aussi traversée par un affluent, le Servagnon[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de Vichy.

La station météo la plus proche est située à l'aéroport de Vichy — Charmeil, sur la commune limitrophe de Charmeil. Les relevés sont les suivants :

Relevés météorologiques de la station de Vichy-Charmeil (1981-2010, sauf ensoleillement 1991-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,4 −0,2 1,9 3,9 8,1 11,2 13,3 12,9 9,8 7,3 2,8 0,4 6
Température maximale moyenne (°C) 7,4 9 13 15,8 20 23,5 26,4 26,1 22,2 17,6 11,2 7,8 16,7
Ensoleillement (h) 78,1 94,8 153,7 175,4 203,4 225 248,9 238,3 183,5 128,1 76,7 55,9 1 861,7
Précipitations (mm) 46,8 39,8 44,2 69,3 98,2 78,2 71,6 74,2 75,4 68 63,3 50,5 779,5
Source : Météo-France[5]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Rémy-en-Rollat est traversée par la route départementale 6 reliant Saint-Pourçain-sur-Sioule à Vichy. Elle est aussi à l'origine d'un contournement de l'agglomération de Vichy, assuré par la route départementale 67.

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 142 (vers Marcenat), 220 (vers Vendat) et 520 (vers Lourdy, quartier de Vendat, et Broût-Vernet). Une courte antenne, la RD 142e, reliant les RD 142 et 67, permet d'accéder à l'espace naturel sensible de la Boire des Carrés[3].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La voie ferrée en direction de Saint-Germain-des-Fossés et le bâtiment voyageurs de l'ancienne gare
La voie ferrée en direction de Saint-Germain-des-Fossés et le bâtiment voyageurs de l'ancienne gare.

La commune possédait une gare sur la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac au lieu-dit la Chaume Chambon (accès par la rue de la Gare depuis la rue de Vichy). Ouverte en 1853, elle est désaffectée en 1985[6].

Cette ligne ferroviaire passe deux fois au-dessus de la RD 142, puis sous la RD 6. La gare la plus proche, ouverte au service des voyageurs, se situe à Saint-Germain-des-Fossés pour la desserte régionale, ou à Vichy pour la desserte nationale.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Elle est également desservie par la ligne B du réseau Trans'Allier, reliant Vichy à Montluçon (arrêt à l'église). À certaines heures, et en période scolaire, certains autocars desservent les établissements scolaires de Cusset (lycées Valery-Larbaud et Albert-Londres) tandis que d'autres assurent des correspondances avec un train pour Paris-Bercy en gare de Vichy ou pour Paris-Austerlitz à Montluçon[7].

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Une partie de la piste de l'aéroport de Vichy-Charmeil empiète sur le territoire saint-rémois[3]. L'aéroport n'assure que des vols privés.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme a été approuvé en 2007 par substitution du plan d'occupation des sols[SRR 1].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 767 logements, contre 725 en 2009.

Parmi ces logements, 90,7 % étaient des résidences principales, 2,6 % des résidences secondaires et 6,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 99,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,9 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 88,2 %, en baisse sensible par rapport à 2009 (88,5 %). La part de logements HLM loués vides était de 0,7 % (contre 1 %) ; celle de logés gratuitement augmente (2,6 % contre 1,5 %)[a 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs risques[8] :

  • mouvement de terrain ;
  • séisme : zone de sismicité de niveau 2 (faible) selon la classification probabiliste de 2011 ;
  • transport de matières dangereuses.

Des plans de prévention des risques naturels ont été élaborés pour la commune ; le DICRIM existe depuis 1998[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Servagnon[9].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Exécutions sommaires par des membres de la SIPO-SD de Vichy au lieu-dit Allée Ferrée en forêt de Marcenat à Saint-Rémy-en-Rollat, le 25 juillet 1944, de quatre Résistants :

  • Commandant Roger Kespy, membre de Combat et de l'Armée Secrète, chef départemental des Groupes francs des MUR de l'Allier, co-fondateur du maquis des Bois Noirs ;
  • Sous-lieutenant Jean-Louis Clavel, membre du réseau Gallia / Coty-Reims-Noël / RPB (faisant partie intégrante du Service de renseignements des Mouvements unifiés de la Résistance en zone sud) ;
  • Lieutenant Claude Weinbach, chef du secrétariat de la centrale de Vichy du sous-réseau Goëlette (du réseau Phratrie lié au BCRA gaulliste) ;
  • Sous-lieutenant Frédéric Marcus, membre du sous-réseau Goëlette.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

À l'élection présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a recueilli le plus de voix dans la commune (52,66 %) malgré la victoire de François Hollande. Près d'un électeur sur six s'est absenté (taux de participation de 83,26 %, soit 1 084 votants sur 1 302 inscrits)[10].

Aux élections législatives de 2012, le député sortant Gérard Charasse a été élu au second tour avec, dans la commune, 54,34 % des voix. 60,32 % des électeurs ont voté[11].

Les élections municipales de 2014 ont opposé trois candidats : Alain Dumont (liste DVD), André Kuti (liste DVD) et Dominique Desnoyer (liste DVG). Le premier a été élu au premier tour avec 56,54 % des voix et acquiert quinze sièges au conseil municipal dont deux au conseil communautaire. Les deux autres candidats, battus, n'acquièrent respectivement que un et trois sièges au conseil municipal. La participation à cette élection était de 72,42 %[12]. Alain Dumont est élu maire après avoir été adjoint pendant treize années[13].

Dans la commune, à l'occasion des élections européennes tenues le , la liste FN est arrivée en tête avec 34,82 % des voix, suivie par la liste UMP avec 23,16 %. Moins d'un électeur sur deux (48,66 %) avait voté[14].

Aux élections départementales de 2015, le binôme composé d'Élisabeth Albert-Cuisset et de Gabriel Maquin, élu dans le nouveau canton de Vichy-1, a recueilli 65,51 % des suffrages exprimés au second tour (soit 435 voix sur 664 exprimés). Le taux de participation s'élève à 54,42 %, soit 726 votants sur 1 334 inscrits[15].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie
La mairie.

En 2011, Saint-Rémy-en-Rollat comptait 1 622 habitants[16]. Ce nombre a été retenu pour déterminer le nombre de membres au conseil municipal. Avec une population comprise entre 1 500 et 2 499 habitants, dix-neuf sièges sont à pourvoir.

La répartition du conseil municipal est la suivante :

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance[17] Liste[17] présidée par[17] Sièges[12] Statut
DVD « Rassembler pour agir à Saint-Remy » Alain Dumont 15 majorité
DVD « Nouvelles ambitions pour Saint Rémy En Rollat » André Kuti 1 opposition
DVG « Saint-Rémy autrement » Dominique Desnoyer 3 opposition

Le conseil municipal a désigné trois adjoints, quatre conseillers délégués et onze conseillers municipaux[SRR 2]. En outre, deux élus au conseil municipal, dont le maire, le sont également au conseil communautaire[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2001 François Huguet DVD  
2001 2014 Jean-Claude Martinet DVD Vice-président de la communauté d'agglomération chargé de l'hygiène et de la sécurité
2014 en cours Alain Dumont DVD[12] Vice-président de la communauté d'agglomération chargé de l'enfance et de la jeunesse[Note 1]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Saint-Rémy-en-Rollat dépendait du district de Gannat en 1793 puis de l'arrondissement de Gannat en 1801, de celui de Lapalisse en 1926, puis de Vichy en 1941. Elle dépendait du canton d'Escurolles de 1793[9] à mars 2015. À la suite du redécoupage des cantons du département de 2014, la commune est rattachée au canton de Vichy-1[2].

Au niveau judiciaire, Saint-Rémy-en-Rollat dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, du tribunal administratif de Clermont-Ferrand, de la cour d'assises de l'Allier, du tribunal d'instance de Vichy, des tribunaux de grande instance et de commerce de Cusset[20].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets par le SICTOM Sud Allier.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 26 janvier 2016, Saint-Rémy-en-Rollat est jumelée avec Valgreghentino (Italie) depuis 1996. Ce jumelage est une coopération décentralisée dans la thématique de la culture et du patrimoine[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 677 habitants, en augmentation de 4,16 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
844 300 745 1 108 931 1 023 970 1 061 1 047
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 120 1 110 1 080 1 103 1 118 1 119 1 127 1 135 1 168
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 120 1 050 1 028 910 965 1 003 946 920 943
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
930 985 1 078 1 265 1 407 1 455 1 543 1 619 1 677
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement moyennement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (26,4 %)[a 3] est en effet supérieur au taux national (24,4 %) et inférieur au taux départemental (32,4 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est supérieur au taux national (51,59 %) mais inférieur au taux départemental (52,11 %).

Pyramides des âges en 2014 en pourcentage
Commune de Saint-Rémy-en-Rollat[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
0,9 
6,3 
75 à 89 ans
7,6 
19,8 
60 à 74 ans
17,5 
21,7 
45 à 59 ans
23 
20,4 
30 à 44 ans
19,7 
12,4 
15 à 29 ans
12,4 
18,6 
0 à 14 ans
18,9 
Département de l'Allier[25]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90 ans ou +
2,2 
9,5 
75 à 89 ans
13,7 
19 
60 à 74 ans
19,2 
21,3 
45 à 59 ans
20,3 
17,3 
30 à 44 ans
16,4 
15,3 
15 à 29 ans
13,2 
16,7 
0 à 14 ans
14,9 

Sport[modifier | modifier le code]

Le village possède un terrain de football. Il y a un club de football, de pétanque et de gymnastique.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-en-Rollat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école maternelle et une école élémentaire (Saint-Exupéry) publiques[26].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Jules-Ferry de Vichy, conformément à la carte scolaire en vigueur dans le département[27], puis au lycée Albert-Londres à Cusset, pour les filières générales et technologiques (anciennement lycée de Presles[28]).

Économie[modifier | modifier le code]

La zone d'activités du Davayat, située au carrefour des départementales 6 et 67, est à vocation industrielle et artisanale. Vingt hectares sont aménageables[29].

En bordure de la route départementale 6, La Cristallière est une entreprise familiale « spécialisée dans la vente de minéraux, de fossiles et de bijoux à l'état brut ou transformés », installée depuis 1964[30],[31]. Près de ce site, le conseil départemental de l'Allier va construire un centre technique routier, regroupant l'unité technique spécialisée de Cusset et les centres techniques d'exploitation routière de Cusset et Bellerive-sur-Allier. Il sera opérationnel en 2017[30].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 33 427 €, ce qui plaçait Saint-Rémy-en-Rollat au 10 090e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[32].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 036 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,6 % d'actifs dont 68,6 % ayant un emploi et 7 % de chômeurs[a 5].

On comptait 415 emplois dans la zone d'emploi, un nombre en augmentation considérable par rapport à 2009 (237). Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 718, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 57,8 %, signifiant que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

617 des 718 personnes âgées de 15 ans ou plus sont des salariés[a 7]. Seulement 13,4 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises et établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait 80 entreprises : 3 dans l'industrie, 20 dans la construction, 23 dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, 19 dans les services aux entreprises et 15 dans les services aux particuliers[a 9].

Trois entreprises sont installées dans la zone d'activités du Davayat[29].

En outre, elle comptait 85 établissements[a 10].

Commerce[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2015 recensait une épicerie, une boulangerie, un magasin d'électroménager et de produits audio-vidéo ainsi qu'un fleuriste[33].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Aucun hôtel[a 11], camping[a 12] ou autre hébergement collectif[a 13] n'existait dans la commune au .

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Remi devant la place de l'Église rénovée
Église Saint-Remi.
  • Motte castrale d'un château fort disparu, datant probablement du Xe siècle[34].
  • Tour de Rollat. Cette tour carrée massive, située dans un village un peu à l'écart du bourg, est le donjon et le principal vestige de l'ancien château (XIVe siècle) de la maison de Rollat. Dès le XVIe siècle, le château n'est plus habité par la famille, mais par des fermiers ou régisseurs. Les parements de brique rouge donnent à cette tour une apparence caractéristique et rare dans la région ; des corbeaux de pierre, près du couronnement, témoignent de l'existence ancienne de hourds. À proximité, on peut voir l'ancienne chapelle, transformée ensuite en bâtiment agricole[35].
  • Château du Chambon. XIVe et XVIIe siècles. Inscrit Monument historique le 29 juillet 1977[36],[37].
  • Église paroissiale Saint-Rémy (ou Saint-Remi), XIXe siècle[38].
  • Monument aux morts, place de l'Église : travaux décidés le 20 décembre 1919, sous l'impulsion d'Étienne Pinet, maire. Il a été conçu par G. Carrier, architecte à Vichy, et réalisé par la maison Comoli Frères, entrepreneurs au Mayet-de-Montagne. Ce monument a été transféré à sa place actuelle en 1971[39],[40].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Il existe, à l'est du territoire communal, un espace naturel sensible : la Boire des Carrés.

Cet espace, dans la gestion duquel la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier s'était impliquée depuis juillet 2006, est inscrit à la fin de la même année par le conseil général de l'Allier au schéma départemental des espaces naturels sensibles. S'étendant sur deux cents hectares, il porte le nom « de la principale boire[Note 3] de cette zone »[41]. Ce site regorge de nombreuses espèces remarquables : la cistude d'Europe (Emys orbicularis), le castor d'Europe (Castor fiber)[42], le brochet (Esox lucius) ou encore le saumon atlantique (Salmo salar)[41], quarante papillons diurnes et quatre cents espèces de plantes[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille de Rollat. Cette importante famille de la noblesse du Bourbonnais[44],[45] a donné son nom à la paroisse au XVIIIe siècle, nom repris par la commune.
  • André Mercier (1680-1763), ébéniste, sculpteur sur bois et doreur, mort à Saint-Rémy-en-Rollat.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Rémy-en-Rollat Blason Écartelé au 1) de gueules à la colombe fondante tenant en son bec la saint ampoule reçue par une main dextre parée, le tout d'argent, au 2) d'azur à l'ancre d'argent avec sa gumène du même, au 3) de sinople au rameau de chêne d'or posé en fasce la queue à dextre, auquel est appendu un cor du même, au 4) fascé d'or et de sable.
Détails Représentation du blason de la ville de Saint-Rémy-en-Rollat, créé en 1992 par M. Marini pour la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond d'Azémar, Saint-Rémy-en-Rollat : vieux logis, vieilles familles, pages d'histoire locale, , 384 p., illustré.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 10e vice-président de la communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (2014-2016)[18], puis 11e vice-président de Vichy Communauté (depuis 2017)[19].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Ancien bras de rivière.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Certaines données sont issues du dossier local établi par l'Insee [lire en ligne] :

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2014.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2014.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  11. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  12. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .
  13. TOU T3 – Nombre d'autres hébergements collectifs au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Plan Local d'Urbanisme », (consulté le 2 juillet 2015).
  2. « Elus municipaux et intercommunaux », (consulté le 2 juillet 2015).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Saint-Rémy-en-Rollat », sur Lion 1906.
  2. a et b Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  3. a, b, c et d Saint-Rémy-en-Rollat sur le site Géoportail de l'IGN.
  4. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  5. « Données climatiques de la station de Vichy », sur Météo-France (consulté le 26 septembre 2015).
  6. « Gare », notice no IA00063364, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  7. « Fiche horaire ligne B : Vichy – Montluçon » [PDF], Conseil départemental de l'Allier, (consulté le 26 janvier 2016).
  8. a et b Risques dans la commune sur prim.net.
  9. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2015).
  11. « Résultats des élections législatives 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2015).
  12. a, b, c et d « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2015).
  13. « Alain Dumont succède à Jean-Claude Martinet », La Montagne, Vichy,‎ , p. 17.
  14. « Résultats des élections européennes 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2015).
  15. « Résultats des élections départementales 2015 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2015).
  16. « Populations légales 2011 de la commune de Saint-Rémy-en-Rollat », Insee.
  17. a, b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Candidatures par commune », Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 septembre 2015).
  18. « Le conseil communautaire », Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier (consulté le 22 juin 2016).
  19. « Les élus », Vichy Communauté (consulté le 19 février 2017).
  20. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », Ministère de la Justice (consulté le 26 janvier 2016).
  21. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », Ministère des Affaires étrangères (consulté le 26 janvier 2016). Rechercher « Saint Remy en Rollat (03110) ».
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  25. « Évolution et structure de la population en 2014 – Département de l'Allier (03) », Insee (consulté le 28 juillet 2017).
  26. Annuaire des établissements scolaires de la commune sur le site du Ministère de l'Éducation nationale.
  27. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 22 juin 2016).
  28. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 28 juillet 2017).
  29. a et b « LE DAVAYAT – Saint-Rémy-en-Rollat », sur vichy-economie.com, Vichy Val d'Allier Développement (consulté le 26 janvier 2016).
  30. a et b Philippe Cros, « Le conseil départemental de l'Allier va construire un centre technique routier : Les agents des routes seront réunis », La Montagne,‎ , p. 14 (édition de Vichy).
  31. « La Cristallière : la plus grande collection privée de minéraux de France est à Saint-Rémy-en-Rollat », Carnets économiques, sur vichy-economie.com, Vichy Val d'Allier Développement, (consulté le 26 septembre 2015).
  32. Revenus fiscaux localisés des ménages en 2011 [zip], sur le site de l'Insee.
  33. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  34. « Château fort », notice no IA00063383, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  35. « Château dit tour de Rollat », notice no IA00063381, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  36. « Château de Chambon », notice no PA00093290, base Mérimée, ministère français de la Culture (protection, consulté le 28 juillet 2017).
  37. « Château du Chambon », notice no IA00063372, base Mérimée, ministère français de la Culture (inventaire, consulté le 28 juillet 2017).
  38. « Eglise paroissiale Saint-Rémy », notice no IA00063365, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  39. Nadine-Josette Chaline et Daniel Moulinet (collaboration), Gardiens de la mémoire : les monuments aux morts de la Grande Guerre dans l'Allier, Yzeure, Amis du patrimoine religieux en Bourbonnais, (ISBN 978-2-9518027-3-5).
  40. « Monument aux morts commémoratif des guerres 1914-1918 et 1939-1945 et outremer », notice no IA00063367, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 28 juillet 2017).
  41. a et b « Boire des Carrés », Communauté d'agglomération Vichy Communauté (consulté le 28 juillet 2017).
  42. « E.N.S. de la Boire des Carrés », sur lpo-auvergne.org, Ligue pour la protection des oiseaux Auvergne (consulté le 28 juillet 2017).
  43. « La Boire des Carrés », Espaces naturels sensibles, Conseil départemental de l'Allier (consulté le 26 janvier 2016).
  44. Henri de Frémont, Généalogie de familles bourbonnaises, t. I, , p. 143-151.
  45. Albert de Rémacle, Dictionnaire des fiefs de la Basse-Auvergne, t. I, .