Ligne de Besançon-Viotte au Locle-Col-des-Roches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Besançon-Viotte au Locle-Col-des-Roches
Image illustrative de l’article Ligne de Besançon-Viotte au Locle-Col-des-Roches
La ligne dans le faubourg Rivotte, à Besançon,
au début du XXe siècle
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Besançon, Valdahon, Morteau, Le Locle
Historique
Mise en service 1884
Concessionnaires Cie Vilvert, de Constantin et Aglantier (1874 – 1879)
Non concédée (État) (1879 – 1883)
PLM (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 872 000
Longueur 74,421 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 30 
Nombre de voies Voie unique
Signalisation BM-VU
CAPI
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER Franche-Comté
Fret SNCF
Schéma de la ligne

La ligne de Besançon au Locle-Col-des-Roches est une ligne ferroviaire française qui relie Besançon, préfecture du département du Doubs en région Franche-Comté, au Locle-Col-des-Roches, station suisse proche de la frontière aux abords de la ville du Locle. Au-delà, la ligne se poursuit jusqu'à La Chaux-de-Fonds.

Elle constitue la ligne 872 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Façade de la première Gare de Besançon-la Mouillère
Les quais de la même gare

La ligne, qui devait être construite par l'État, a été déclarée d'utilité publique par un décret impérial le 19 juin 1868[2].

Une loi du 23 mars 1874 autorise l'adjudication de la ligne[3]. La ligne est concédée par adjudication à la Compagnie Vilvert, de Constantin et Aglantier le 14 septembre 1874[4]. Cette adjudication est approuvée par décret le 16 novembre 1874[5]. Cette compagnie a commencé les travaux avec beaucoup de retard en août 1876. En 1878 elle a connu ses premières difficultés financières et a abandonné les travaux le 1er juin de la même année. La ligne est rachetée par l'État, afin de poursuivre les travaux, selon les termes d'une convention signée, le 27 mars 1879, entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du chemin de fer direct de Besançon à la frontière suisse par Morteau. Cette convention est approuvée par une loi le 15 juillet suivant[6],[7].

Le raccordement entre les réseaux de chemins de fer français et suisse au Locle est réglé par une convention entre les deux États signée le 14 juin 1881. Cette convention est approuvée en France par une loi le 11 juin 1882[8] et est promulguée par décret le 24 juin suivant[9].

La ligne est finalement concédée à titre définitif à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 26 mai 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[10].

La ligne a été inaugurée le 4 août 1884[11] par le PLM.

Deux lignes se raccordaient sur cette transversale :

Infrastructure[modifier | modifier le code]

C'est une ligne à voie unique au profil difficile, les déclivités atteignent 30 .

Exploitation[modifier | modifier le code]

Menacée un temps de fermeture, la ligne bénéficie d'un second souffle à partir de 2002 grâce à la régionalisation des transports de voyageurs et à la politique de la région Franche-Comté :

  • L'offre a augmenté de 42 % entre 2002 et 2008
  • La fréquentation a augmenté de 89 % entre 2002 et 2008 coïncidant avec l'arrivée de nouveaux matériels comme les ATER X 73500 ou les AGC X76500 remplaçant les X 2800
  • La ligne représente 6,5 % de la fréquentation totale du TER Franche-Comté

Pour 2008, la hausse de fréquentation des gares traduit le regain d'intérêt pour cette petite ligne régionale :

La desserte (exclusivement TER Franche-Comté) se compose au service d'hiver 2008-2009 de :

  • 3 A/R Besançon - Le Locle - La Chaux-de-Fonds
  • 3 A/R Besançon - Morteau
  • 6 A/R Besançon - Valdahon
  • 3 A/R Morteau - Le Locle - La Chaux-de-Fonds
  • 1 aller en car TER Morteau - Le Locle en fin d'après midi et 1 retour Le Locle - Besançon en car en soirée.
  • 1 aller en car TER entre Besançon et Morteau le matin du lundi au vendredi.
  • 1 aller/retour en car TER entre Morteau et Besançon en correspondance avec les TGV Paris-Besançon permettant pour les habitants du Haut-Doubs de faire l'aller retour vers Paris dans la journée du lundi au vendredi
  • 1 A/R en car TER Gilley - Morteau pour les besoins des frontaliers du lundi au vendredi.
  • 1 aller en car TER Le Valdahon - Morteau pour les besoins des frontaliers du lundi au vendredi.

La ligne offre donc une desserte périurbaine de Besançon à Valdahon (plus de 1 100 voyageurs par jour ouvrable) et une desserte pour les travailleurs frontaliers entre Morteau et La Chaux de Fonds (environ 250 voyageurs par jour ouvrable). D'ailleurs, depuis le , la réouverture de la halte du Crêt du Locle entre Le Locle et La Chaux-de-Fonds permet aux TER de desservir l'important pôle industriel Suisse.

La ponctualité de l'axe est de 94,79 % de trains à l'heure ou avec un retard inférieur à 5 minutes en 2008. La ligne est certifiée norme française (NF Transport) par l'AFNOR depuis 2005.

Un système d'information en temps réel des trains a été mis en place sur tous les points d'arrêts de la ligne le 10 juillet 2009 afin d'avertir les clients en cas de retards sur la ligne, de diffuser des informations touristiques.

Cette magnifique ligne (vue sur la vallée du Doubs et la Citadelle entre Besançon et Morre, des sapinières entre Avoudrey et Gilley et des gorges du Doubs de Gilley à Le Locle) bénéficie depuis 2007 d'une offre touristique certains jours de l'année.

Durant l'été 2016, la ligne a fait l'objet de travaux d'entretien. Le principal chantier était à Besançon, où 1,2 km de RVB a été fait entre la rue Tristan-Bernard (séparation avec la ligne de Belfort) et la Mouillère. D'autres chantiers ont concerné des remplacements de rails, des rajouts de ballast et des renforcements de murs, à l'Hôpital du Grosbois et sur la section Avoudrey - Morteau. Plus de 5 millions d'euros ont été engagés à cette occasion.

Futur[modifier | modifier le code]

À la suite du projet de la Suisse de passer son réseau sous ERTMS il est évoqué de limiter les TER Franche-Comté dans la gare du Locle Col-des-Roches en 2016. Cependant, ce scénario est difficile car aucune correspondance n'est possible vers le réseau suisse.

Plusieurs projets sont réalisables à plus ou moins court terme afin qu'il y ait toujours une liaison directe Morteau - La Chaux-de-Fonds:

  • Équipement de la partie suisse du KVB en plus de l'ERTMS.
  • Équipement en ERTMS des X 73500. Cependant une formation lourde des conducteurs serait nécessaire.


À plus long terme:

  • Équipement de la section Besançon - Le Locle de la version ERTMS dite régionale qui n'existe pour le moment que sur le papier. Cette nouvelle signalisation permettrait de supprimer les limitations de circulation.

Il est à noter que ces propositions sont plus ou moins réalisables. De plus encore aucune n'est actée. Néanmoins la première solution semble la plus réalisable et la plus avancée. Ces propositions sont proposées par des associations et ne sont pas forcément vérifiées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 161.
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'état, année 1868, page 360.
  3. « N° 3112 - Loi relative à la déclaration d'utilité publique et à la concession définitive de plusieurs chemins de fer concédés à titre éventuel, et à l'adjudication de plusieurs chemins classés et non concédés : 23 mars 1874 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 8, no 205,‎ , p. 801 - 823 (lire en ligne).
  4. Rapports et délibérations - Conseil général du Doubs, année 1874/10/19, page 43.
  5. « N° 3610 - Décret qui rend définitive la concession du chemin de fer de Besançon à la frontière suisse, par Morteau, avec embranchement sur Lods : 16 novembre 1874 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 9, no 236,‎ , p. 794 - 797 (lire en ligne).
  6. « N° 8167 - Loi qui approuve une convention passée entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie du chemin de fer direct de Besançon à la frontière suisse, par Morteau : 15 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 4 - 6 (lire en ligne).
  7. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1879, page 271.
  8. « N° 12135 - Loi qui approuve une convention relative au régime douanier entre le Canton de Genève et la zone franche de la Haute-Savoie, et quatre conventions relatives au raccordement des sections françaises et suisses, 1° du chemin de fer d'Annemasse à Genève ; 2° du chemin de fer de Besançon au Locle par Morteau ; 3° du chemin de fer de Bossey-Veyrier à la gare de Genève ; 4° du chemin de fer de Thonon au Bouveret, par Saint-Gingolph : 11 juin 1882 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 25, no 712,‎ , p. 97 (lire en ligne).
  9. « N° 12136 - Décret qui prescrit la promulgation de la convention douanière, et des conventions de raccordement de chemins de fer, signées entre la France et la Suisse les 14 juin 1881 et 27 février 1882 : 24 juin 1882 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 25, no 712,‎ , p. 98 - 116 (lire en ligne).
  10. « N° 14213 - Loi qui approuve les conventions passées, les 26 mai et 9 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 325 - 333 (lire en ligne).
  11. Rapports et délibérations - Conseil général du Doubs, année 1885/08, page 185.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]