Audenge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Audenge
Audenge
La mairie.
Blason de Audenge
Blason
Audenge
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arcachon
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin d'Arcachon Nord
Maire
Mandat
Nathalie Le Yondre
2020-2026
Code postal 33980
Code commune 33019
Démographie
Gentilé Audengeois
Population
municipale
8 336 hab. (2018 en augmentation de 20,83 % par rapport à 2013)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 05″ nord, 1° 00′ 43″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 59 m
Superficie 82,09 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Biganos
(banlieue)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Andernos-les-Bains
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Audenge
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Audenge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Audenge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Audenge
Liens
Site web www.mairie-audenge.fr

Audenge est une commune du Sud-Ouest de la France, située sur le bassin d'Arcachon en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du parc naturel régional des Landes de Gascogne.

Audenge est située sur le bassin d'Arcachon, entre Biganos et Lanton. Elle fait partie du Pays de Buch et des communes du parc naturel régional des Landes de Gascogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Saint-Jean-d'Illac au nord-nord-est, Cestas à l'extrême nord-est, en quadripoint (point de la surface de la Terre qui touche quatre régions distinctes), Marcheprime à l'est, Biganos au sud et Lanton au nord-ouest.
Le bassin d'Arcachon se situe en limite sud-ouest du territoire communal.

Communes limitrophes d’Audenge[1]
Lanton                Saint-Jean-d'Illac

 
               Cestas

(quadripoint)
Audenge[1]                Marcheprime
Bassin d'Arcachon
Biganos

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Audenge est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Biganos, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 18 699 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[10]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (71,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (73,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (54,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (16,6 %), terres arables (12,9 %), zones urbanisées (6,4 %), zones humides côtières (4,6 %), zones agricoles hétérogènes (1,8 %), prairies (1,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,1 %), mines, décharges et chantiers (0,5 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Audenge (1299) dérive du nom de personne Aldingus, vraisemblablement par une formation du type *Aldingia villa[14], dont la prononciation devient /awˈdendjə/.

En gascon, le nom de la commune est Audenja.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Certes
  • à l'époque gallo-romaine, au lieu-dit Maignan, une zone d'artisanat de la poix est révélée par une fouille archéologique réalisée en 2009[15] et 2012[16].
  • En 1500, le « captalat de Certes » naît de la scission du captalat de Buch. Deux villages cohabitent : Certes et « Vieux-Bourg » (Audenge).
  • En 1620, Jean Castaing dit le « Broy » (le « Joli »), marchand de la Teste, achète la baronnie d'Audenge[17].
  • La maison Civrac remplace, vers 1766, le château de l'ancienne motte féodale ; puis elle est démolie à son tour vers 1866 pour être remplacée par le château de Certes, par Ernest Valeton de Boissière[18].
  • Au XVIIIe siècle, le captalat de Certes devient Audenge[19].

Pour plus d'information sur la situation de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[20].

À la Révolution, la paroisse Saint-Paul d'Audenge forme la commune d'Audenge[21].

  • 1800 : naissance du canton d’Audenge (Biganos, Mios, Lanton, Andernos et Lège).
  • 1836 : Jean Frix Numa Bezian maire d'Audenge (1800-1879, cousin germain par alliance de Pierre aîné fils de Jean Duvigneau, dit Caudéran, grand-père de Jacques Duvigneau) unifie Certes et Audenge.
  • Les frères Duvigneau, Jacques dit « Chéri » et son frère Armand, entreprennent successivement à partir de 1870 et jusqu'en 1922, l'aménagement d'Audenge. Ils urbanisent le centre, créant les voies bordées de platanes. Ils font construire la Mairie, les écoles, l'église, le port, la gare et le jardin public qui sera plus tard baptisé de leur patronyme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Square des Frères-Duvigneau à Audenge.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1798   Jean Duvigneau NC  
    ...    
1830 1845 Jean Frix Numa Bézian NC  
1845 1847 Pierre Duvigneau NC  
    ...    
1861   Jean Certain Mesple NC  
    ...    
1871 1885 Jacques Duvigneau Union républicaine  
1885 1922 Armand Duvigneau NC  
1922 1925 Jean Morel NC  
1925 1944 Roger Descas NC  
1944 1947 Jean-Ariste Dagreou NC  
1947 1951 Jean Verdier DVD  
1951 1953 Pierre Dubern    
1953 1965 Roger Cousseau    
1965 1967 André Devert    
1967 1971 Paul Vergez    
1971 1983 Roger Scriban    
1983 1995 Claude Verdier DVD  
1995 2008 Francis Gadou PS  
2008 En cours Nathalie Le Yondre[22] PS Fonctionnaire territoriale au Conseil général de la Gironde jusqu'en 2015

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Audengeois[24].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[26].

En 2018, la commune comptait 8 336 habitants[Note 3], en augmentation de 20,83 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7328008428701 1481 0921 0781 1131 124
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1331 1731 2251 0711 1741 2201 2881 2971 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3641 3761 3441 4331 5401 6521 7811 7721 964
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 0012 2342 5292 6752 9813 9485 2255 8137 177
2018 - - - - - - - -
8 336--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le port et le domaine de Graveyron.
  • La double motte féodale de l'ancien château d'Audenge, dans le domaine de l'Escalopier[29].
  • Le domaine de Certes appartient au Conservatoire du littoral, il a été classé « espace naturel sensible ». Géré par le conseil général de la Gironde depuis 1994, il comprend 396 ha dont 150 ha de bassins, des prairies humides, des terres agricoles, des bois de feuillus et de résineux.
  • La plage sauvage de Graveyron.
  • Les « allées Boissière » du nom du bienfaiteur de la commune, Ernest de Boissière. Ces allées ombragées se caractérisent par leurs 150 platanes classés.
  • L'élevage des sangsues existe à Audenge depuis le XIXe siècle. Un seul éleveur exporte dans toute la France. Ces annélidés sont utilisés à des fins thérapeutiques grâce à leurs vertus anticoagulantes. Aujourd'hui, l'entreprise est le seul élevage français de sangsues médicinales et est détenue par une société qui exploite les bassins d'Audenge et exporte partout dans le monde.
  • Les piscines d'Audenge sont trois piscines remplies à l'eau de mer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mademoiselle Théodore (1760-1798), danseuse, décédée à Audenge
  • Le marquis de Civrac Captal de Certes, hérite en 1757 et aménage le domaine de Certes pour l'exploitation du sel [30]. Il y construit une grande demeure seigneuriale (il meurt ruiné en 1773).
  • Ernest Valeton de Boissière (1811-1894) hérite de Certes, construit le château en 1836 et organise la pisciculture. Il crée une école à Audenge et lègue ses biens à la collectivité d'Audenge et de Lanton[31].
  • Léopold Javal (1804-1872), banquier, homme politique, conseiller général d'Audenge (1851-1859). Il est le père de Sophie Wallerstein qui a créé l'Aérium d'Arès (Gironde).
  • Jacques Duvigneau (1833-1902), homme politique, maire d'Audenge (1871-1885), conseiller général d'Audenge (1871-1892), puis président du conseil général de la Gironde (1893-1901), député de la Gironde (1892-1898).
  • Pierre-Ambroise Bosse, athlète français
  • André Labat, sportif français

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes d'Audenge se blasonnent ainsi :

D'azur à la pinasse contournée d'argent voguant sur une mer du même, surmontée d'un soleil d'or mouvant du trait du chef, au chef parti au premier cousu de sable chargé d'un pin parasol d'or et au deuxième cousu de gueules chargé d'une tête de chèvre contournée d'or.

Commune de football[modifier | modifier le code]

Audenge est historiquement une ville de football. Depuis toujours, les rencontres de son petit club amateur l'Etoile Sportive Audenge attirent un public important et très varié pour un club de ce niveau.

Lors de la saison 2014-2015 le club affiche de belles couleurs et se voit promu en Régional 4, avant de l'être à nouveau une deuxième année consécutive en Mai 2016, cette fois en R3 (ancienne Promotion Honneur) et ce, au terme d'un match épique. En effet, le 15 mai 2016 les Audengeois reçoivent Morcenx, et doivent obligatoirement sortir victorieux de cette rencontre pour être promus. Menés 0-3 à la mi-temps, les joueurs de l'ESA créent l'exploit et l'emportent finalement 4-3 sous le regard ébloui d'un public nombreux. Cela faisait 33 ans (depuis 1983) que l'ESA n'avait pas évolué en PH. Mais l'équipe "A" n'est pas la seule à profiter de cette belle dynamique, puisque l'équipe réserve (B) se voit elle aussi promue en D2 en Mai 2016 puis en D1 en Mai 2017. Lors de la saison 2017-2018, l'équipe première s'offre une nouvelle promotion, cette fois donc en R2, creusant un écart important avec son équipe réserve qui connaît le sort inverse et rétrograde en D2.

La ferveur de son stade est due, en plus d'une passion ancrée dans l'âme Audengeoise, au positionnement géographique particulier de son terrain d'honneur. En effet ce dernier est l'un des rares terrains d'honneurs toujours situé en plein cœur de la ville. Entre habitations et voie principale menant au centre, ce stade a tout pour être fréquenté. Jeunes et anciens, hommes et femmes ont pour coutume de se retrouver, le plus souvent le dimanche après-midi, pour un moment de plaisir et de convivialité,et ce pour le plus grand plaisir des joueurs qui ont l'occasion d’honorer les couleurs de leur ville de cœur. Aujourd'hui, l'ESA, pourtant club de l'une des communes les moins peuplées du Bassin d'Arcachon, pointe comme le troisième meilleur club de football, derrière Lège-Cap-Ferret (USLCF) et Arcachon (FCBA).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Audenge sur Géoportail, consulté le 3 novembre 2015.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Biganos », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  10. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  11. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  12. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  14. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5)..
  15. « Maignan-Audenge, un artisanat de la poix à l'époque romaine », sur inrap.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  16. « Maignan - Le Pré du Mic », sur hades-archeologie.com, (consulté le 15 octobre 2020).
  17. Pierre Labat, « Les seigneurs d’Audenge de 1620 à 1715 : les Damanieu, barons d’Audenge, captaux de Buch », Bulletin de la Société historique et archéologique d’Arcachon, no 10,‎ , p. 1-11 (lire en ligne, consulté le 26 avril 2020).
  18. « Les châteaux de Certes à Audenge », P. Labat, 2005.
  19. « La seigneurie et baronnie de Buch et Certes », P. Labat, 1982.
  20. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), articles 6.XXX et 6.XXXI, pages 381-386
  21. Historique des communes, p. 3, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 12 avril 2013.
  22. « Bassin d’Arcachon : Nathalie Le Yondre réélue, des recours déposés par l’opposition », sur sudouest.fr, (consulté le 3 novembre 200).
  23. « Jumelage(s) de Audenge », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté le 12 avril 2013).
  24. Nom des habitants de la commune sur « habitants.fr », consulté le 12 avril 2013.
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. « Le château féodal d'Audenge », P. Labat, p. 19-25.
  30. « Les salines du Bassin d'Arcachon », P. Labat.
  31. « site de l'association Ernest Valeton de Boissière » (consulté le 11 août 2017).