Saint-Léger-de-Balson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger.
Saint-Léger-de-Balson
La mairie (juin 2009)
La mairie (juin 2009)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Les Landes des Graves
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Gironde
Maire
Mandat
Lætitia Rodriguez
2014-2020
Code postal 33113
Code commune 33429
Démographie
Gentilé Léodegariens ou Lugariens
Population
municipale
339 hab. (2014 en augmentation de 6,94 % par rapport à 2009)
Densité 8,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 58″ nord, 0° 27′ 53″ ouest
Altitude Min. 27 m
Max. 71 m
Superficie 38,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Léger-de-Balson

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Léger-de-Balson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-de-Balson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-de-Balson

Saint-Léger-de-Balson (Sent Lugèir de Balion en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Léodegariens ou Lugariens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la forêt des Landes au cœur du parc naturel régional des Landes de Gascogne, dans le sud-sud-ouest du département de la Gironde, à 53 km au sud de Bordeaux, chef-lieu du département, à 25 km au sud-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement, et à 2 km à l'est de Saint-Symphorien, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Villandraut au nord-est, Préchac à l'est, Bourideys au sud, Saint-Symphorien à l'ouest et Balizac au nord.

Communes limitrophes de Saint-Léger-de-Balson
Balizac Villandraut
Saint-Symphorien Saint-Léger-de-Balson Préchac
Bourideys


La principale voie de communication routière qui traverse la commune est la route départementale D3 qui mène, vers l'est, à Villandraut puis Bazas et, vers l'ouest, à Saint-Symphorien et au-delà au bassin d'Arcachon. Vers le sud, la route départementale D222 permet d'aller à Bourideys ou à Préchac vers le sud-est.

L'accès à l'autoroute A62 peut se faire soit à la « sortie » Sortie 3 Langon soit à la « sortie » Sortie 2 Podensac qui sont, l'une comme l'autre, distantes de 25 km.
L'accès à l'autoroute A63 se fait à la « sortie » Sortie 21 Salles distante de 38 km vers l'ouest.
L'accès Sortie Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 20 km vers l'ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 26 km, de Langon sur la Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1793 à partir de la partie ouest de la paroisse de Saint-Symphorien sous le nom de Saint Léger et Bourideys. Elle apparaît sous son nom actuel dans le bulletin des Lois de 1801[3]. La commune de Bourideys en fut rapidement détachée (entre 1793 et 1801)[4].

Pour plus d'information sur la situation de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Lætitia Rodriguez[6]   Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes du Pays paroupian ayant été supprimée, la commune de Saint-Léger-de-Balson s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Sud Gironde siégeant à Mazères.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2014, la commune comptait 339 habitants[Note 1], en augmentation de 6,94 % par rapport à 2009 (Gironde : +6,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
805 409 355 374 374 468 470 504 474
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
466 463 478 468 467 456 438 408 392
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
426 418 386 353 328 328 279 249 226
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
223 217 214 227 239 243 256 317 339
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Des clichés des objets et de l'intérieur de l'église sont disponibles sur la base Mémoire[12].
  • La source Saint-Clair, censée guérir les maux atteignant les yeux et les problèmes de lactation, est une source « double » ; l'une des résurgences est captée et aménagée au profit des pèlerins (c'est bien sûr celle-ci qui est la « véritable » source dédiée à saint Clair !), l'autre est réservée aux cagots[13].
  • La piste cyclable de Villandraut à Mios qui traverse le village a été construite sur l'emplacement de l'ancienne ligne de chemin de fer Le Nizan - Saint-Symphorien - Sore en usage pour l'exploitation forestière.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 26 juin 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 45,6 km pour Bordeaux, 21,6 km pour Langon et 2 km pour Saint-Symphorien. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 26 juin 2011.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Bourideys », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 17 février 2010).
  5. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), article 6.IX, pages 262-265
  6. Commune de Saint-Léger-de-Balson sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 26 juin 2011.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. « Classement de l'église », notice no PA00083758, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 février 2010.
  11. « Objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 17 février 2010.
  12. « Images de l'église et des œuvres d'art », base Mémoire, ministère français de la Culture, consulté le 17 février 2010.
  13. [PDF] L'archiprêtré de Cernès sur le site du Pays de Cernès, consulté le 25 février 2010.