Lucmau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucmau
La mairie (oct. 2012)
La mairie (oct. 2012)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Le Sud-Gironde
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Gironde
Maire
Mandat
Maryse Banquet-Renard
2014-2020
Code postal 33840
Code commune 33255
Démographie
Gentilé Lucmalais
Population
municipale
232 hab. (2014 en augmentation de 4,5 % par rapport à 2009)
Densité 3,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 32″ nord, 0° 18′ 30″ ouest
Altitude Min. 48 m
Max. 126 m
Superficie 66,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Lucmau

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Lucmau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lucmau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lucmau
Liens
Site web Page sur cc-villandraut.fr

Lucmau est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés officiellement les Lucmalais[1] et, de façon plus locale, c'est-à-dire en gascon, lous Lucmaous[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans la forêt des Landes et faisant partie du Parc naturel régional des Landes de Gascogne, la commune se trouve, au sud-est du département et en limite du département des Landes, à 66 km au sud-sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 28 km au sud-sud-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 14 km au sud-sud-est de Villandraut, chef-lieu de canton[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Bernos-Beaulac au nord-est, Captieux au sud-est, Giscos au sud, Lencouacq (Landes) au sud sur environ 1,5 km, Callen (Landes) au sud-ouest, Cazalis à l'ouest, Préchac au nord-ouest et Pompéjac au nord sur environ un kilomètre.

Communes limitrophes de Lucmau
Préchac Pompéjac Bernos-Beaulac
Cazalis Lucmau
Callen (Landes)

Lencouacq (Landes)
Captieux

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le ruisseau de Lucmau, également appelé ruisseau de Bagéran[4], affluent de rive gauche du Ciron et un petit affluent de rive gauche dudit ruisseau de Lucmau, le ruisseau de Bourdieu[5].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Les principales voies de communication routière qui traversent toutes deux le bourg sont la route départementale D114 qui mène vers le nord-ouest à Préchac et vers le sud-est à Captieux et la route départementale D115 qui mène vers l'ouest à Cazalis et vers le nord-est à la route nationale 524 et à Bernos-Beaulac.

L'accès le plus proche à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) est celui de Sortie 3 Langon distant de 27 km par la route vers le nord.
L'accès Sortie 2 Captieux à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 17 km vers le nord-nord-est.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 28 km par la route vers le nord, de Langon sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine étymologique du nom de la commune est lucus malus ou lucus magnus qui signifient mauvaise forêt ou grande forêt[2],[6].
La graphie en est identique en gascon.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation très ancienne est attestée par l'église et par la motte castrale du Castéra. Le castéra est un toponyme courant dans la lande, qui désigne un lieu fortifié, terre ou construction. Par analogie, on pense que celui de Lucmau dont l'histoire n'est pas connue date du XIe ou XIIe siècle. Ladite motte consiste en une butte au pied de laquelle se trouve un ruisseau qui en assure la défense.

Il semble que Lucmau ait relevé de la seigneurie de Captieux, elle-même possession, au début du XIVe siècle de la vicomté de Béarn. Sous l'ancien Régime, la paroisse de Saint-Martin d'Insos, aujourd'hui rattachée à la commune d'Insos, était une annexe de celle de Saint-André de Lucmau[6].

À la Révolution, la paroisse Saint-André de Lucmau forme la commune de Lucmau[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Candau PS  
mars 2008 en cours Maryse Banquet-Renard[8] PS Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la Communauté de communes du canton de Villandraut ayant été supprimée, la commune de Lucmau s'est retrouvée intégrée à la Communauté de communes du Sud Gironde siégeant à Mazères.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2014, la commune comptait 232 habitants[Note 1], en augmentation de 4,5 % par rapport à 2009 (Gironde : +6,37 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
845 652 708 759 749 747 795 797 768
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
716 764 764 736 690 692 667 653 685
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
664 647 613 525 512 461 411 328 316
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
294 256 186 188 199 208 235 215 232
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aude Guiheneuc et Rémy Toulouse, Le Patrimoine des Communes de la Gironde, t. 2, Paris, Éditions Flohic, , 1632 p. (ISBN 2-84234-125-2), p. 1570-1571

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 9 novembre 2012.
  2. a et b Page de Lucmau sur le site officiel de la Communauté de communes du canton de Villandraut, consulté le 4 septembre 2013.
  3. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 59,5 km pour Bordeaux, 23,6 km pour Langon et 13,8 km pour Villandraut. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 9 novembre 2012.
  4. Le ruisseau de Lucmau ou de Bagéran sur le site du SANDRE et sur le site du SIEAG (Système d'Information sur l'Eau du Bassin Adour-Garonne), consultés le 9 septembre 2013.
  5. Le ruisseau de Bourdieu sur le site du SANDRE et sur le site du SIEAG (Système d'Information sur l'Eau du Bassin Adour-Garonne), consultés le 11 septembre 2013.
  6. a et b (Le Patrimoine des Communes de la Gironde, p. 1570)
  7. Historique des communes, p. 31, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 4 septembre 2013.
  8. Commune de Lucmau sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 9 novembre 2012.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  13. « Inscription MH de l'église Saint-André », notice no PA00083609, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 9 novembre 2012.