Jacques Duvigneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Duvigneau
Square des Frères Duvigneau.JPG

Panonceau du square des Frères-Duvigneau à Audenge.

Fonctions
Député
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
AudengeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activité

Jacques Duvigneau dit « Chéri » (né à Audenge le - décédé à Audenge le ), est un homme politique français du bassin d’Arcachon inscrit au groupe de l'Union républicaine.

Maire d'Audenge (1871-1885), conseiller général du canton d'Audenge (1871-1892), puis président du conseil général de la Gironde (mandat : août 1893-juillet 1901), et enfin député de la Gironde (mandat du 23 octobre 1892 au 31 mai 1898).

Les activités publiques étaient dans la tradition de la famille Duvigneau : son grand-père Jean Duvigneau, dit « Caudéran », Pierre aîné son fils, Jean Frix Numa Bezian (1800-1879), cousin germain par alliance de Pierre, Jean-Certain Mesple, gendre de Pierre, et enfin Armand Duvigneau (1885-1922) frère de Jacques dit « Chéri », furent tous maires de Audenge. La famille possédait une grande affectivité, la sœur de Jacques se prénommait Jeanne-Aimée[1].

Jacques dit « Chéri » et son frère Armand, appelés « les frères Duvigneau », entreprennent notamment successivement à partir de 1870 et jusqu'en 1922, l'aménagement d'Audenge. Ils urbanisent le centre, créant les voies bordées de platanes. Ils font construire la mairie, les écoles, l'église, le port, la gare et le jardin public qui sera plus tard baptisé de leur patronyme.

Propriétaire dans ce même canton (fortune estimée à son décès : 168 000 francs or), Jacques Chéri était le fils d'un débitant de tabac à Audenge (bassin d'Arcachon). Opposant au Second Empire, il était partisan de la réforme administrative (impôt), de la décentralisation et des « solutions progressistes » liées aux questions à la fois politiques et économiques de la condition ouvrière.

Opposé à l'Empire, il se heurta sur le plan local à Gaston Douillar, dit de Mahaudière, propriétaire du grand domaine de Graveyron et maire de Audenge.

En 1892, les républicains le désignèrent pour remplacer Octave Cazauvieilh comme député de la cinquième circonscription.

Jacques « Chéri » Duvigneau était membre de nombreuses sociétés de secours mutuel et de la société historique et archéologique de Bordeaux. Il était l'ami de Ernest Valeton de Boissière, grand propriétaire philanthrope qui professait des idées socialistes d'inspiration fouriériste. Ce dernier eut sur lui une grande influence dans tous les domaines[2].

Historique et surnom de la famille Duvigneau ayant pour origine un nom de lieu bien connu à Bordeaux. Au début du XIXe siècle, Caudéran provient du mot coy, en gascon, qui signifie « chauve »; Ce dernier est le surnom de Jean Duvigneau et de la famille. Les Duvigneau était Coy, donc connu pour être chauve et fut le surnom héréditaire d'une branche de la famille Duvigneau du domaine de Certes dont la descendance compte députés, conseillers généraux et maires d'Audenge et de Gujan (XVIIIe-XIXe siècles)[3].

La famille Duvigneau est une vieille famille paysanne (XVIe siècle) du domaine de Certes (bassin est du bassin d'Arcachon) : sur l'un des premiers actes de la paroisse de Lanton/Audenge (Gironde) datant de 1694, l’on peut retrouver un Jean Duvign(e)au (paysan, dit Bicon, vacher du troupeau des vaches de l'église de Lanton) en tant que parrain de Jean Dejans devant témoin d'un certain Mathieu Lauric (archives départementales de la Gironde).

Origine du nom : le ruisseau « de Vigneau » pourrait être à l'origine du nom Duvigneau. Le de Vigneau est l'un des sept ruisseaux associés à la façade est du bassin d’Arcachon : « Les Duvigneau étant les paysans vivant prés du (de) Vigneau. » Le de Vigneau est un cours d'eau dont le bassin versant est celui dénommé « Adour-Garonne ». Les communes traversées par le ruisseau sont Audenge et Biganos[4].

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Jacques Duvigneau », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les « Chaffres » héréditaires prénoms et surnoms d'autrefois en Pays de Buch
  2. Sylvie Guillaume Bernard, Bernard Lachaise, Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine sous la Troisième République, Presses universitaires de Bordeaux, 1998, p. 235
  3. Extrait du Bulletin no 29 de la Société historique et archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch du 3e trimestre 1981.
  4. Ruisseau de Vigneau sur le site du système d'information sur l'eau (SIE) du bassin Adour-Garonne.