Saint-Symphorien (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Symphorien.
Saint-Symphorien
La mairie (août 2007)
La mairie (août 2007)
Blason de Saint-Symphorien
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Les Landes des Graves
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Gironde
Maire
Mandat
Guy Dupiol
2014-2020
Code postal 33113
Code commune 33484
Démographie
Gentilé Paroupians
Population
municipale
1 829 hab. (2014)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 45″ nord, 0° 29′ 20″ ouest
Altitude Min. 45 m
Max. 86 m
Superficie 106,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Symphorien

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Symphorien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Symphorien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Symphorien
Liens
Site web www.mairie-saint-symphorien-gironde.fr

Saint-Symphorien (Sent Sefrian en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Paroupians[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rivière La Hure, dans la forêt des Landes au cœur du parc naturel régional des Landes de Gascogne, dans le sud-sud-ouest du département de la Gironde, en limite de celui des Landes, à 52 km au sud de Bordeaux, chef-lieu du département, et à 27 km au sud-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Balizac au nord-est, Saint-Léger-de-Balson à l'est, Bourideys au sud-est, Argelouse (Landes) au sud-sud-ouest, Mano (Landes) au sud-ouest, Le Tuzan à l'ouest, Louchats au nord-ouest et Origne au nord.

Communes limitrophes de Saint-Symphorien
Louchats Origne Balizac
Le Tuzan Saint-Symphorien Saint-Léger-de-Balson
Mano
(Landes)
                         Argelouse
                         (Landes)
Bourideys                

Communications et transports[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière qui traverse la commune est la route départementale D3 qui mène, vers l'est, à Villandraut puis Bazas et, vers l'ouest, à Belin-Béliet et au-delà au bassin d'Arcachon. Vers le nord, la route départementale D11 conduit à Balizac et, au-delà, à Podensac et Cadillac, Vers le sud, la route départementale D220 mène dans le département des Landes à Sore et au-delà dans la région de Mont-de-Marsan.
L'accès à l'autoroute A62 peut se faire soit au no 3, dit de Langon, soit au no 2, dit de Podensac, qui sont, l'un comme l'autre, distants de 26 km.
L'accès à l'autoroute A63 se fait au no 21, dit de Salles, distant de 33 km vers l'ouest.
L'accès à l'autoroute A65 se fait au no 1, dit de Bazas, distant de 23 km vers l'est.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 28 km vers le nord-est, de Langon sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.


Histoire[modifier | modifier le code]

Pour l'état de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[3].

Entête du registre des naissances à compter du 1er vendémiaire de l'an II de la commune de Lahure (fév. 2010)

À la Révolution, la paroisse Saint-Symphorien forme la commune de Saint-Symphorien[4].

En 1793, pendant la période révolutionnaire de la Convention, la commune a porté le nom de La Hure ou Lahure, nom du ruisseau qui traverse le village[5].

En 1873, l'ouverture de la ligne de chemin de fer Le Nizan - Saint-Symphorien - Sore, mise en service pour l'exploitation forestière des pins des Landes, entraîne la construction d'un atelier de réparation de wagons et de fabrication et usinage des pièces métalliques. En 1886, cette entreprise privée est vendue à la Société générale des chemins de fer économiques de la Gironde. Cette ligne, très attendue, est capitale pour l'écoulement des produits forestiers. L'atelier, qui assure la maintenance des wagons, est agrandi en 1940. Il restera en activité jusqu'en 1977[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Symphorien se blasonnent ainsi :

Parti, au premier coupé, au I d'azur au bâton de pasteur d'argent posé en barre et au II de sinople aux trois glands renversés d'or, au second de gueules au pin parasol arraché d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 1995 Gérard Lagors (1927-2005)[7] PS Principal de collège, conseiller général (1979-1998)
       
mars 2001 en cours Guy Dupiol[8] PS Retraité Fonction publique
Conseiller général (1998-2004),
5e vice-président de la CC du Sud Gironde (2014-)
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la Communauté de communes du Pays paroupian ayant été supprimée, la commune de Saint-Symphorien s'est retrouvée intégrée à la Communauté de communes du Sud Gironde siégeant à Mazères.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 829 habitants, en augmentation de 5,78 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 325 1 423 1 372 1 558 1 685 1 725 1 729 1 815 1 837
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 918 1 890 2 175 1 948 2 011 1 982 2 030 1 978 1 996
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 125 1 995 1 988 1 914 1 981 1 848 1 782 1 810 1 650
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 537 1 385 1 385 1 414 1 396 1 398 1 474 1 729 1 829
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Symphorien de style gothique date du XVIe siècle et est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1925[12].
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'atelier des Chemins de fer économiques de la Gironde, usine de réparation de matériel ferroviaire, (cf. chapitre Histoire) est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1989[6].
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Une grange muletière destinée à héberger les mules et animaux servant au transport du bois brut et manufacturé est inscrite au titre des monuments historiques depuis 2010[13].
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg La maison Siclis, de style approchant celui de l'art déco, réalisée entre 1934 et 1938 par l'architecte Charles Siclis, est inscrite au titre des monuments historiques depuis 2007[14].
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Une usine de distillation de produits résineux, un ensemble de bâtiments représentatifs d'une activité industrielle disparue a été plus ou moins détruite par une tempête en 2011 et se trouve dans un état fort délabré ; elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis 2000[15].
  • Le « chalet François-Mauriac », demeure où l'écrivain a vécu une partie de sa jeunesse, est propriété du conseil régional d'Aquitaine et peut être visité.
  • La piste cyclable de Villandraut à Mios qui traverse le village a été construite sur l'emplacement de l'ancienne ligne de chemin de fer Le Nizan - Saint-Symphorien - Sore en usage pour l'exploitation forestière (cf. chapitre Histoire).
  • Cercle Ouvrier : créé en 1898, il retrace le monde de la gemme et de ses ouvriers disparus de la forêt landaise. Les statuts du Cercle Ouvrier ont fait l’objet de l’arrêté préfectoral du 14 septembre 1898. La liste des fondateurs est établie le 8 septembre 1898. Créé par les propriétaires forestiers de Saint-Symphorien, le Cercle Ouvrier avait pour but « de resserrer les liens de fraternités qui unissent déjà ses membres et de leur faciliter leur pouvoir d’achat ». Ces notables locaux, républicains anti-cléricaux, parfois francs-maçons (?), tenaient à conserver un soutien populaire auprès des bergers et résiniers très pauvres à cette époque qui résidaient dans de nombreuses métairies. Voilà plus de cent ans que le Cercle Ouvrier de Saint-Symphorien existe. C'est un bar associatif qui rassemble plus de 230 membres mais qui est ouvert à tous. C'est aussi un lieu de rencontre qui propose dans sa vaste salle de la rue Carnot de grands festins gourmands et culturels. On s'y rend pour prendre un verre, sonder l'air de la Haute Lande, rencontrer l'inconnu, voir le voisin, discuter avec l'ami. On y retrouve une profonde connaissance des hommes et des femmes de ce pays entre Bordeaux et les Pyrénées et une grande qualité de vie. La maison qui abrite le cercle est une vaste demeure bourgeoise du XIXe siècle toute en pierre de Frontenac entourée d'une belle cour où poussent l'arbre de la sérénité et de la justice, le tilleul paroupian, et des immortelles et autres fleurs du sud. Le cercle est ouvert du mardi au dimanche à partir de 17 heures et en fin de semaine le samedi et le dimanche aux alentours de 12 heures. Cette « maison commune » est l'une des plus anciennes associations ouvrières de France, autogérée, et fonctionne avec des sociétaires bénévoles.

Problèmes environnementaux[modifier | modifier le code]

  • En 2015, un projet d'extension de l'élevage de 7000 à 11000 porcs est mené par la société SAS Le Lay. Ce projet, entraînant une augmentation des surfaces d'épandages de lisier, a reçu un avis défavorable lors de l'enquête publique[16],[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Mauriac, né à Bordeaux, passe son adolescence dans plusieurs lieux girondins qui marqueront profondément son œuvre : les Landes de Gascogne autour de Langon, Verdelais et Saint-Symphorien, bourgs dominés par la bourgeoisie viticole ou l'exploitation forestière, lourde de secrets étouffés qu'il peindra dans la plupart de ses romans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 17 juin 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 46,5 km pour Bordeaux et 23,4 km pour Langon. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 17 juin 2011.
  3. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), article 6.X, pages 265-269
  4. Historique des communes, p. 60, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 8 avril 2013.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. a et b « Historique et inscription de l'usine de matériel ferroviaire », notice no IA00135937, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 14 février 2010.
  7. Courte bio de Gérad Lagors sur un blog, consulté le 10 juillet 2014.
  8. Commune de Saint-Symphorien sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 17 juin 2011.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Inscription de l'église », notice no PA00083810, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 14 février 2010.
  13. « Inscription de la grange muletière », notice no PA33000135, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 10 juillet 2014.
  14. « Inscription de la maison Siclis », notice no PA33000097, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 10 juillet 2014.
  15. « Inscription de l'usine de distillation de produits résineux », notice no PA33000026, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 10 juillet 2014.
  16. « enquête Publique relative à la demande d'autorisation d'augmenter les effectifs de l'élevage de porcs de la société SAS Le Lay à Saint-Symphorien », Sous-Préfecture de Langon
  17. En Gironde, la colère monte contre une ferme-usine de 12 000 porcs, 1°juin 2015, Reporterre, [1]