Domaine de Certes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domaine de Certes
Image illustrative de l'article Domaine de Certes
Domaine de Certes
Catégorie UICN IV (aire de gestion des habitats/espèces)
Identifiant 83087
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Coordonnées 44° 41′ 24″ nord, 1° 01′ 27″ ouest
Superficie 3,95 km2
Création 1984
Administration Conservatoire du littoral

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Domaine de Certes

Le Domaine de Certes est une ancienne propriété piscicole située dans la commune d'Audenge, à l'est du Bassin d'Arcachon, dans les Landes de Gascogne.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le domaine fut aménagé au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle pour la production du sel par le marquis de Civrac, captal de Certes. Il créa pour ce faire un vaste réseau de bassins d'eau de mer, reliés par des écluses-vannes qui maintenaient un niveau d'eau constant et renouvelé. Ces bassins étaient protégés du Bassin d'Arcachon par une digue monumentale qui avait transformé les prés salés de l'île de Branne en marais salants[1]. Ces travaux considérables avaient nécessité le déplacement de 2 millions de tonnes de terre.

La production de sel atteignit 1 000 tonnes par an dès les premières années. Le domaine, exempté de taxes, fut rapidement rentable. Cependant, la pression des producteurs de sel de Charente conduisit à l'introduction des taxes. Le marquis mourut ruiné en 1773.

Ernest Valeton de Boissière hérita du domaine et le transforma en exploitation piscicole[2]. Il était l'ami de Jacques Duvigneau dit Chéri (1833-1902), Conseiller général du canton d'Audenge (1871-1892), puis Président du Conseil général de la Gironde (mandature : août 1893-juillet 1901), et enfin Député de la Gironde (mandature du 23/10/1892 au 31/05/1898).

Le domaine appartient au Conservatoire du littoral depuis 1984 et a été classé « espace naturel sensible ». Géré par le Conseil départemental de la Gironde depuis 1991, il couvre 396 ha dont 150 ha de bassins, des prairies humides, des terres agricoles, des boisements de feuillus et de résineux. En 1998, le Conservatoire achète le Domaine de Graveyron attenant à celui de Certes.

Le château, reconstruit vers 1840 par Ernest Valeton de Boissière et partiellement restauré en 2004, est inscrit ainsi que son parc à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[3]. Ravagé par un incendie en 2010, il est en cours de restauration et son usage futur sera prochainement dévoilé au public.

Les bâtiments d'exploitation et les dépendances sont occupés par l'équipe technique du Département chargée de la gestion écologique du site, par le Conservatoire botanique national sud-atlantique et le centre de pré-soins des oiseaux blessés de la Ligue pour la protection des oiseaux (délégation Aquitaine) et un centre de conservation et d’études archéologiques littorales de la DRAC . Ces bâtiments viennent également d’être entièrement restaurés ainsi que celui d'accueil des visiteurs à la Vacherie et la Poulinière , à coté du château[4].

La visite du domaine et de son réseau de bassins est libre sur le sentier littoral. Le Conseil Général assure en période estivale l'accueil du public et la découverte du site par le biais de visites guidées naturalistes gratuites.

 Les anciens bâtiments agricoles de Certes accueillent le Conservatoire National Botanique Sud-Atlantique, le centre de soin de la Ligue de Protection des Oiseaux et un centre de conservation et d’études archéologiques littorales de la DRAC. Ces bâtiments viennent d’être entièrement restaurés.  Le dernier bâtiment de l’airial en chantier, la Vacherie, sera livré en juillet 2017 et accueillera les visiteurs avec un espace scénographique. En attendant, ceux-ci sont accueillis à la Poulinière, à côté du château.

Le château, classé à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques  est également en cours de restauration. Son usage futur sera dévoilé dans les prochains mois

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source: Conservatoire du littoral.
  2. Né vers 1811 en France dans une famille de la noblesse bordelaise ; mort en 1894 après avoir vécu aux États-Unis où il avait fondé en 1869 la ville de Silkville au Kansas. Fouriériste, il essayera, dans ses divers projets industriels et agricoles, de conjuguer développement économique et théories sociales.
  3. « Notice MH du Domaine de Certes », notice no PA00083897, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 11/08/2017.
  4. « Château de Certes : l’histoire renaît ! », sur bassin-paradis-academie.com, (consulté le 11 août 2017)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :