Pêcheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un pêcheur est quelqu'un qui capture des poissons et autres animaux à partir de l'eau, ou recueille des coquillages[1].

Dans le monde entier, il y a environ 38 millions de pêcheurs pratiquant la pêche commerciale, de subsistance et de pisciculteurs[2]. Le terme peut également être appliqué pour les pêcheurs de loisirs et peut être utilisé pour décrire à la fois les hommes et les femmes. La pêche existe comme un moyen de se procurer de la nourriture depuis le Mésolithique[3] (voir chasseur-cueilleur).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les égyptiens apportant des poissons et les coupant afin de les saler

La pêche a existé comme un moyen de se procurer de la nourriture depuis le Mésolithique. Pendant le temps de l'Égypte antique les pêcheurs fournissaient la majeure partie de la nourriture pour les Égyptiens. La pêche était aussi bien l'un des principaux moyens de survie qu'une entreprise commerciale[4].

La pêche et les pêcheurs ont également influencé la religion de l'Égypte antique ; les mulets ont été adoré comme un signe de l'arrivée de la saison de l'inondation. Bastet était souvent représenté sous la forme d'un poisson-chat. Dans la littérature de l'Égypte antique, la méthode que Amon utilisait pour créer le monde est associée avec le tilapia la méthode d'incubation buccale[Quoi ?].

Commerce[modifier | modifier le code]

The Fisherman – par Charles Napier Hemy, 1888

Selon la FAO, il y avait environ 39 millions de pêcheurs dans les pays produisant plus de 200 000 tonnes en 2012, soit près de 140 % de plus qu'en 1995. La production totale de la pêche, 66 millions de tonnes, équivaut à une productivité moyenne de 3,5 tonnes par personne[2].

La plus grande partie de cette croissance a eu lieu en Asie, où vivent les quatre cinquièmes des pêcheurs et des pisciculteurs[2].

La plupart des pêcheurs sont des hommes pratiquant la pêche en haute mer. Dans certaines régions côtières, les femmes pêchent à partir de petits bateaux ou collectent des coquillages et des algues. Dans de nombreuses communautés pratiquant la pêche artisanale les femmes sont responsables de l'élaboration et de la réparation des filets, des transformations postérieures à la pêche et de la commercialisation.

Loisirs[modifier | modifier le code]

La pêche récréative est la pêche pour le plaisir ou la compétition. Il peut être opposé à la pêche commerciale et à la pêche de subsistance.

La forme la plus commune de la pêche de loisir est fait avec une canne, moulinet, ligne, hameçons et un d'une large gamme d'appâts. Les leurres sont souvent utilisés à la place de l'appât. Certaines personnes fabriquent eux-même des leurres, y compris des leurres en plastique et des mouches artificielles.

La pratique de la pêche ou la tentative d'attraper des poissons avec un hameçon est appelée la pêche à la ligne. Lorsque l'on pêche à la ligne, il est parfois prévu ou exigé que les poissons soient capturés et relâchés. La pêche au gros se fait depuis un bateau de pêche pour attraper des espèces vivant en eaux libres telles que le thon, les requins et le marlin.

Communautés[modifier | modifier le code]

Pour certaines communautés, la pêche fournit non seulement une source de nourriture et de travail, mais aussi une identité communautaire et culturelle[5].

Questions de sécurité[modifier | modifier le code]

L'hélicoptère de recherche et de sauvetage de la Royal Air Force, Sea King, vient en aide au bateau de pêche français Alf au cours d'une tempête en Mer d'irlande.

L'industrie de la pêche est dangereuse pour les pêcheurs. Entre 1992 et 1999, les navires de pêche commerciaux américains ont connu en moyenne 78 décès par an. Les principales causes de décès sont les suivantes[6] :

  • Le manque de préparation pour les situations d'urgence ;
  • Le mauvais entretien des navires et l'insuffisance de l'équipement de sécurité ;
  • Le manque de sensibilisation ou l'ignorance ses problèmes de stabilité.

De nombreux pêcheurs, tout en acceptant le danger de la pêche, défendent farouchement leur indépendance. De nombreuses propositions de lois et de règlements supplémentaires visant à accroître leur sécurité ont été abrogés en raison de l'opposition des pêcheurs[6].

En Alaska, les pêcheurs travaillent dans des conditions parmi les plus dures du monde. Ils doivent endurer, entre autres épreuves l'isolation des zones de pêche, des vents violents, l'obscurité, l'eau très froide, la glace, et de courtes saisons de pêche, où les très longues journées de travail sont la norme. La fatigue physique, le stress et les pressions financières pèsent sur la carrière des pêcheurs de l'Alaska. Ces conditions de travail rendent leur métier particulièrement dangereux. Sur 948 décès liés au travail qui ont eu lieu en Alaska entre 1990 et 2006, un tiers (311) a eu lieu chez les pêcheurs. Cela est équivalent à un taux de létalité annuel de 128/100 000 personnes/an. Ce taux de mortalité est 26 fois plus élevé que le taux de létalité lié aux accidents du travail aux États-unis (environ 5/100 000 travailleurs/an) à la même période[7].

Alors que le taux de décès pour la pêche commerciale dans l'Alaska est encore très élevé, il semble être en baisse : depuis 1990, il y a eu 51 % de baisse du taux de décès annuel. Le succès de la pêche commerciale est dû en partie à la mise en œuvre de nouvelles exigences de sécurité dans le début des années 1990 par la Garde côtière des États-Unis. Ces exigences de sécurité ont contribué à augmenter à 96 pour cent la survive de pêcheurs lors d'un naufrage en 2004, alors qu'en 1991, seulement 73 % survivaient en moyenne. Alors que le nombre de décès de pêcheurs professionnels dans l'est de l'Alaska a été réduit, 20 à 40 navires sont encore perdus chaque année. Il y a encore environ 100 pêcheurs qui doivent être sauvés chaque année des eaux glaciales de l'Alaska. Ces sauvetages réussies dépendent toujours du personnel de la Garde Côtière américaine de recherche et de sauvetage dont les efforts peuvent être entravés par la dureté de la mer et de la météo. En outre, les personnes impliquées dans les opérations de recherche et sauvetage courent elles-mêmes un risque considérable de blessure ou de décès au cours de leurs opérations[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. 45-3011 Fishers and Related Fishing Workers US Department of Labor
  2. a, b et c FAO : Fishing people.
  3. Early humans followed the coast BBC News articles
  4. Fisheries history
  5. International Collective in Support of Fishworkers (ICSF)
  6. a et b FAO : Profile for the USA
  7. a et b « NIOSH Commercial Fishing in Alaska », United States National Institute for Occupational Safety and Health (consulté le 13 octobre 2007)

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

  • Fields, Leslie Leyland (editor) (2002) Out On The Deep Blue: Women, Men, and the Oceans They Fish. St. Martin's Press. (ISBN 978-0-312-27726-0)
  • Jones, Stephen (2001) Working Thin Waters: Conversations with Captain * Lawrence H. Malloy, Jr. University Press of New England. (ISBN 978-1-58465-103-1)