Le Barp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Barp
Traversée du centre-ville.
Traversée du centre-ville.
Blason de Le Barp
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arcachon
Canton Les Landes des Graves
Intercommunalité Communauté de communes du Val de l'Eyre
Maire
Mandat
Christiane Dornon
2014-2020
Code postal 33114
Code commune 33029
Démographie
Gentilé Barpais
Population
municipale
5 328 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 36′ 25″ nord, 0° 46′ 00″ ouest
Altitude Min. 40 m – Max. 84 m
Superficie 107,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Le Barp

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Le Barp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Barp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Barp
Liens
Site web www.ville-le-barp.fr

Le Barp est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Barp est une commune de l'aire urbaine de Bordeaux située dans le Pays de Buch, sur la route nationale RN10 à environ 30 kilomètres au sud de Bordeaux. Elle se trouve dans la Forêt des Landes, sur le territoire du Parc naturel régional des Landes de Gascogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Cestas au nord, Saucats au nord-est, Saint-Magne au sud-est, Belin-Béliet au sud, Salles au sud-ouest et Mios à l'ouest.

Communes limitrophes du Barp[1]
Cestas Saucats
Mios Barp[1]
Salles Belin-Béliet Saint-Magne

Communications et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Toponymie et occupation du sol, Cassini 1756

Le toponyme est attesté dès le XIIIe siècle sous les formes latine Barbo (ablatif de Barbus), languedocienne (del) Barbe (1263) et gasconne (deu) Barp (donc lo Barp, 1220) : la transformation de Barbo à Barp est régulière en gascon.

Albert Dauzat et Ernest Nègre expliquent le toponyme par l'anthroponyme Barbus[2], l'article étant dû à une confusion avec le nom commun du barbeau, homonyme en gascon[3].

Bénédicte Boyrie-Fénié pense au contraire qu'il s'agit bien d'un nom commun, basé sur la racine hydronymique *barb- signifiant lieu humide (on relève au XIIIe siècle la mention « in palude de Barba » signalant un marais du nom de Barbe ; noter aussi les rivières voisines dénommées Barbouse et Barbanne)[4].

En gascon, le nom de la commune est Lo Barp.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jouannet signale le passage de la voie romaine vers Dax en provenance de Cestas, qui porte le nom local de Lébade ou Camin Rouman. Des vestiges antiques ont été repérés par la suite, par exemple par Camille Jullian[5].

Le village a été fondé autour de l'hôpital qui existait dès le XIIIe siècle à la place de l'église actuelle et qui n'a pas survécu à l'abandon du pélerinage car, comme le remarque irrévérencieusement Baurein, Qui peregrinantur, raro santificantur[6].

Important relais de poste sur la route d'Espagne qui traversait la paroisse du nord au midi : c'est la quatrième station de la poste à chevaux après Gradignan, Les Taules et Le Puch de Lagubath.

Pour l'état de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[7]. Les bouviers de la Lande transportant des denrées à vendre y faisaient halte avant d'arriver à Bordeaux. Par extrapolation, l'abbé Baurein, faute de renseignements directs, suggère qu'on y élève des pins et bois-taillis, qu'on s'y occupe de terres labourables et de la garde des troupeaux, et de faire du charbon pour le vendre à Bordeaux.

D'après Baurein, il existe à l'époque un lieu très apprécié des pasteurs qui y mènent leurs troupeaux, Les Sotiates qui doit peut-être son nom à la tribu mentionnée par Jules César.

À la Révolution, la paroisse Saint-Jacques du Barp forme la commune du Barp[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1968 1983 René Born PS  
1989 2001 Guy Pellerin UMP  
mars 2001 décembre 2006 Danièle Born PS  
janvier 2007 en cours Christiane Dornon[9] UMP-LR  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Barpais[10].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 328 habitants, en augmentation de 17,8 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 014 1 085 1 107 1 313 674 1 408 1 412 1 494 1 519
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 452 1 438 1 543 1 448 1 476 1 526 1 461 1 518 1 520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 437 1 445 1 444 1 238 1 212 1 052 1 004 805 937
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
892 958 1 303 2 238 2 584 3 242 4 048 4 523 5 328
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'essentiel de l'activité primaire est tournée vers l'exploitation de la forêt qui couvre une très grande part du territoire communal.

Darbonne Pépinière produit des fraisiers et petits fruits rouges, exporte et commercialise des plantes. Le Barp est célèbre pour sa production d'asperges des sables des Landes et ses recettes.

Industrie[modifier | modifier le code]

Dans le nord du territoire communal, est implanté le Cesta, centre d'études scientifiques et techniques d'Aquitaine, du Commissariat à l'énergie atomique qui abrite en particulier le laser Mégajoule.

Reportage avril 2013

Une entreprise d'exploitation d'un gisement d'argile de qualité s'adapte régulièrement depuis plus d'un siècle à l'évolution de la demande et du marché international. Elle porte actuellement le nom Les Grés de Gascogne et produit des pavés et des carrelages en céramique, lisses ou antidérapants, dans les teintes beige rosé[15]. Elle participe également aux journées patrimoniales girondines[16]. C'est une des dernières entreprises traditionnelles du Parc naturel régional des Landes de Gascogne[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jacques.
  • L'église Saint-Jacques a été entièrement reconstruite durant la seconde moitié du XIXe siècle[18].
Elle abrite une cloche du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes du Barp se blasonnent ainsi : Coupé, au premier, parti au I de gueules au prieuré à la tour gasconne couverte et girouettée d'argent, ouverte du champ, maçonnée de sable, flanquée de deux corps de logis couverts aussi d'argent, ouverts chacun aussi du champ, maçonnés aussi de sable, et au II d'or aux deux bourdons de pèlerin d'argent passés en sautoir et à la coquille d'azur brochant en abîme sur le tout, au second d'azur au chêne terrassé d’argent, fruité d’or, à dextre, et au pin terrassé aussi d’argent à senestre, au soleil d’or mouvant du milieu de la partition et à la pomme de pin renversée d’argent en pointe[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Barp sur Géoportail, consulté le 18 mai 2015.
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 193), , 1869 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), n° 10640.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6).
  4. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5), p. 56.
  5. Hubert Sion, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule 33-1 : La Gironde, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, , 1e éd., 360 p. (ISBN 978-2-87754-028-5), p. 95.
  6. Jacques Baurein 1876 page 197
  7. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), article 5.XXX, pages 195-200
  8. Historique des communes, p. 4, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 18 mai 2015.
  9. Conseil municipal sur le site de la mairie.
  10. Nom des habitants du Barp sur habitants.fr, consulté le 18 décembre 2011.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. Dubourg Jacques, « Bienvenue aux Grés de Gascogne », (consulté le 29 mai 2016).
  16. Annie Lesca, « Aux Grés de Gascogne », sur Raconte-moi, (consulté le 29 mai 2016).
  17. PNRLG, « Les Grés de Gascogne » (consulté le 29 mai 2016).
  18. Église Saint-Jacques du Barp sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 18 mai 2015.
  19. Le blason sur le site de la mairie, bas de page, consulté le 20 décembre 2009.