Je me souviens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Je me souviens (homonymie).

« Je me souviens  » est la devise du Québec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

En 1883, Eugène-Étienne Taché, architecte et commissaire adjoint des terres de la Couronne, fait graver dans la pierre la devise Je me souviens juste en dessous des armoiries du Québec, qui se trouvent au-dessus de la porte principale de l'Hôtel du Parlement à Québec[1]. La devise est alors déjà employée officiellement par le gouvernement du Québec bien que les armoiries elles-mêmes ne l'arborent qu'en 1939[2].

Débat sur la signification[modifier | modifier le code]

Aménagement floral incluant la devise du Québec

Taché ne semble pas avoir laissé de document mentionnant de façon explicite le sens de la devise. Il a cependant écrit une lettre à Siméon Lesage, commissaire adjoint des Travaux publics, datée du , expliquant ce qu'il désirait accomplir au moyen des statues sur la façade de l'édifice parlementaire[3]. Tout autour du parlement, l'œil aperçoit 24 statues de personnages historiques. À l'origine, elles comprenaient des fondateurs (Jacques Cartier, Samuel de Champlain et Maisonneuve), des ecclésiastiques (Laval, Brébeuf, Marquette et Olier), des militaires (Frontenac, Wolfe, Montcalm et Levis), des Amérindiens[Qui ?], des gouverneurs français (Argenson, Tracy, Callières, Montmagny, Aillesbout et Vaudreuil) et, dans les mots de Taché, « quelques gouverneurs anglais les plus sympathiques à notre nationalité[4] » (Murray, Dorchester, Prevost et Bagot) et Lord Elgin, à qui on accorde une place spéciale car on lui attribuait un rôle important dans l'obtention du « gouvernement responsable ». Taché laisse intentionnellement des espaces vides afin de permettre aux générations futures d'ajouter leurs propres statues.

Ses contemporains ne semblent pas avoir eu de difficulté à interpréter la signification de la devise. Les premières interprétations du sens de la devise que l'on puisse citer sont celles de l'historien Thomas Chapais et du fonctionnaire Ernest Gagnon[4].

Thomas Chapais, dans un discours donné à l'occasion du dévoilement d'une statue en bronze à la mémoire du duc de Lévis, le , dit : « [...] la province de Québec a une devise dont elle est fière et qu'elle aime à graver au fronton de ses monuments et de ses palais. Cette devise n'a que trois mots : « Je me souviens » ; mais ces trois mots, dans leur simple laconisme, valent le plus éloquent discours. Oui, nous nous souvenons. Nous nous souvenons du passé et de ses leçons, du passé et de ses malheurs, du passé et de ses gloires[4] ».

En 1896, Ernest Gagnon écrivait : « [la devise] résume admirablement la raison d’être du Canada de Champlain et de Maisonneuve comme province distincte dans la confédération[5] ».

En 1919, sept ans après la mort de Taché, l'historien Pierre-Georges Roy soulignait le caractère symbolique de la devise de trois mots : « qui dit si éloquemment en trois mots, le passé comme le présent et le futur de la seule province française de la Confédération[6] ». Cette phrase sera citée ou paraphrasée de nombreuses fois par la suite[2].

Quelques personnes ont cherché l'inspiration des trois mots de Taché. L'ethnologue Conrad Laforte a suggéré qu'il s'agissait peut-être de la chanson Un Canadien errant[7] d'Antoine Gérin-Lajoie, ou encore le poème Lueur au couchant de Victor Hugo[8]. L'écrivain André Duval croit que la réponse est plus simple encore : dans le vestibule de l'Hôtel du Parlement que l'on franchit en passant sous les armoiries du Québec se trouvent les armes du Marquis de Lorne, dont la devise était Ne obliviscaris (« Gardez-vous d’oublier »). La devise du Québec serait donc « à la fois la traduction de la devise du marquis de Lorne et la réponse d’un sujet canadien-français de Sa Majesté à cette même devise »[2].

Les auteurs qui ont publié sur le sujet dans des ouvrages de langue anglaise avant 1978 aboutissent aux mêmes conclusions que ceux qui ont publié en français, autant quant à l'origine de la devise, qu'à son interprétation ou le nombre des mots qu'elle contient[4]. Dans la notice biographique de Taché rédigée en 1934 par l’Association of Ontario Land Surveyors, on peut lire :

« M. Taché est également l'auteur de la belle devise poétique et patriotique qui accompagne les armoiries officielles de la province de Québec - Je me souviens - dont le sens exact n'est peut-être pas parfaitement exprimé par des mots anglais, mais que l'on peut sans doute paraphraser en lui attribuant le sens suivant : « nous n'oublions pas, et n'oublierons jamais, notre origine, nos traditions et notre mémoire de tout le passé[9]. »

Les encyclopédies et les dictionnaires de citations, ceux de Wallace, Hamilton, Colombo ou Hamilton et Shields, fournissent tous les mêmes informations que les sources de langue française[2].

En 1955, l'historien Mason Wade donna son avis sur le sens de la devise en écrivant : « Quand le Canadien français dit : « Je me souviens », il se rappelle non seulement l'époque de la Nouvelle-France, mais également le fait qu'il appartient à un peuple conquis[10]. »

Controverse post-1978[modifier | modifier le code]

La devise est affichée sur les plaques d’immatriculation des automobiles depuis 1978.

En 1978, la devise de Taché remplace le slogan touristique « La Belle Province » sur les plaques d’immatriculation des voitures du Québec (une initiative de la ministre Lise Payette). Selon l'historien Gaston Deschênes, cet événement marque le début d'une période où l'on tente de réinterpréter le sens de la devise dans les médias du Canada. Le , Robert Goyette signe un article intitulé Car owners argue over motto dans le quotidien The Montreal Star. Cet article attire l'attention d'une lectrice, Hélène Pâquet qui, onze jours plus tard répond dans une lettre ouverte intitulée « Je me souviens, just part of it » :

« Monsieur,

D'après un article (4 fév.), il y a confusion concernant la devise du Québec. Comme vous l'avez écrit, elle est de E. E. Taché. « Je me souviens » n'est que la première phrase [de la devise], ce qui explique peut-être la confusion. La devise va comme suit :

Je me souviens / Que né sous le lys / Je croîs sous la rose.

I remember / That born under the lily / I grow under the rose.

Je suis la petite-fille de Eugène-Étienne Taché. Ma tante, Mme Clara Taché-Fragasso de Québec, est la seule des filles de E.-E. Taché toujours en vie. J'espère que [cette information] éclairera quelques-uns de vos lecteurs. »

— H. Pâquet, St-Lambert[2].

Le lys et la rose sont respectivement les emblèmes floraux des royaumes de France et d'Angleterre. Cette nouvelle information eut une longue vie dans les médias avant d'être étudiée pour la première fois par Deschênes en 1992. Depuis 1978, l'idée que la devise gravée dans la pierre sur l'édifice abritant l'Assemblée nationale du Québec, employée officiellement par le gouvernement depuis lors, soit incomplète et possède une deuxième partie moins connue, se répand largement.

Lorsqu'elle est contactée par Deschênes en 1992, Hélène Pâquet n'est pas en mesure de préciser l'origine des deux phrases qu'elle cite dans sa lettre. Ses affirmations contredisent celles de son père, le lieutenant-colonel Étienne-Théodore Pâquet, qui, le , écrivait dans une lettre à John S. Bourque, gendre de Taché et ministre des Travaux publics, que « celui qui a synthétisé dans trois mots l’histoire et les traditions de notre race mérite d’être reconnu » autant qu'Adolphe-Basile Routhier et Calixa Lavallée qui ont composé le Ô Canada[4].

Il est connu aujourd'hui que la deuxième partie est en réalité une « deuxième devise », créée par le même Eugène-Étienne Taché, plusieurs années après la première, et qui devait paraître sur un monument symbolisant la « nation canadienne ». Le monument, qui n'a finalement jamais vu le jour, était une statue représentant une jeune et gracieuse adolescente, figure allégorique de la nation canadienne, portant la devise : « Née dans les lis, je grandis dans les roses / Born in the lilies, I grow in the roses »[4]. Bien que le projet ne se concrétisât jamais, l'idée fut réutilisée pour une médaille commémorant le 300e anniversaire de la ville de Québec, conçue par Taché, sur laquelle est écrit : « Née sous les lis, Dieu aidant, l’œuvre de Champlain a grandi sous les roses[11] ».

Autres usages[modifier | modifier le code]

Slogans gouvernementaux[modifier | modifier le code]

De nos jours, en pratique, le gouvernement du Québec n'utilise pas la devise nationale. À l'image des armoiries qui ont été troquées pour un logo dans les années 1970, la devise a été délaissée au profit de slogans gouvernementaux. Souvent, ces slogans sont inspirés de ceux utilisés lors de la campagne électorale ayant fait élire le nouveau gouvernement. Le slogan est surtout utilisé lors d'annonces importantes, mais il figure également sur différentes publications définissant les orientations du gouvernement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec. « La devise du Québec », dans Drapeau et symboles nationaux du Gouvernement du Québec, mis à jour le 14 janvier, 2008, consulté le 19 août, 2008.
  2. a, b, c, d et e Gaston Deschênes. « La devise Je me souviens », dans L'Encyclopédie de l'Agora, en ligne depuis le 14 septembre, 2001, mis à jour le 20 mai, 2006, consulté le 19 août, 2008.
  3. ibid., consulté le 19 août, 2008 (citation de la lettre se trouvant dans ANQ-Québec, ministère des Travaux publics, L.R. 768/83, 9 avril, 1883).
  4. a, b, c, d, e et f ibid., consulté le 19 août 2008.
  5. Ernest Gagnon. « Notes sur la propriété de l’Hôtel du gouvernement à Québec », dans Rapport du Commissaire des Travaux publics pour l’année 1895-1896, Documents de la session, 1896, 1, doc. 7, p. 115-116.
  6. Pierre-Georges Roy. Les petites choses de notre histoire, Lévis, 1919, p. 285
  7. « Va, dis à mes amis / Que je me souviens d’eux »
  8. « J’entendais près de moi rire les jeunes hommes / Et les graves vieillards dire : « Je me souviens » ».
  9. « M. Taché is also the author of the beautiful poetic and patriotic motto which accompanies the official coat of arms of the Province of Quebec — Je me souviens — the full significance of which cannot perhaps be readily expressed in English words but which may be paraphrased as conveying the meaning : « We do not forget, and will never forget, our ancient lineage, traditions and memories of all the past. » »
  10. « When the French Canadian says : « Je me souviens », he not only remembers the days of New France but also the fact that he belongs to a conquered people. » — Mason Wade, The French Canadians, 1760-1945, Toronto, 1955, p. 47.
  11. Les fêtes du troisième centenaire de Québec, 1608-1908, Québec, 1911, p. 22-23.
  12. Le slogan de la campagne électorale libérale de 2014 était « Ensemble, on s'occupe des vraies affaires ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gouvernement du Québec. « La devise du Québec », dans Drapeau et symboles nationaux du Gouvernement du Québec, mis à jour le 14 janvier 2008
  • Gaston Deschênes
    • « La devise québécoise Je me souviens », dans L’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française, 1er février 2011
    • « La devise « Je me souviens » », dans L'Encyclopédie de l'Agora, mis en ligne le 14 septembre 2001, mis à jour le 20 mai 2006
    • « Gaston Deschênes et… la devise mystère : comment décoder la vraie signification de la célèbre devise du Québec, Je me souviens », dans Le Beaver, février-mars 2008, p. 74-75.
  • Jacques Rouillard. « La devise du Québec - Se souvenir de qui, de quoi? », dans Le Devoir, 23 juin 2005
  • Madeleine Albert et Gaston Deschênes. « Une devise centenaire : Je me souviens », dans Bulletin de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale, 14, 2 (avril 1984), p. 21-30. (en ligne)
  • Hormisdas Magnan. Cinquantenaire de notre hymne national "O Canada, terre de nos aïeux" : les origines de nos drapeaux et chants nationaux, armoiries, emblèmes, devises, Québec, 1929, 68 p. (en ligne)
  • Ernest Gagnon. « Notes sur la propriété de l’Hôtel du gouvernement à Québec » in Rapport du Commissaire des Travaux publics pour l’année 1895-1896, Documents de la session, 1896, 1, doc. 7, p. 115-116.
  • Thierry Le Brun. Un certain souvenir. Office national du film. 2002, 51 min.