1918 au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article traite des événements qui se sont produits durant l'année 1918 au Québec.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 10 janvier : deux jours après la reprise de la session, Walter Mitchell donne son discours du budget. Pour l'année en cours, les dépenses ont été de 9 840 000 $ et les revenus de 10 400 000 $[1].
  • 13 janvier : l'Assemblée législative adopte un décret permettant aux femmes et aux filles de travailler de nuit dans les usines[2].
  • 17 janvier : les débats commencent sur la motion Joseph-Napoléon Francoeur, concernant une éventuelle sécession du Québec[1].
  • 23 janvier : la motion Francoeur est retirée à la suite du discours du premier ministre Lomer Gouin, qui déclare que la conscription et les injures faits par « un petit nombre » ne sont pas un motif suffisant de séparation[3].

Février[modifier | modifier le code]

  • 2 février : l'Assemblée législative adopte une loi créant un ministère des Affaires municipales[1].
  • 9 février : la session est prorogée.
  • 14 février : l'Hôpital des Sœurs Grises de Montréal est rasé par un incendie criminel allumé par une employée, Bertha Courtemanche. Il y a 64 morts, tous des enfants âgés de quelques semaines à 3 ans[4].
  • 18 février : le maire Henri-Edgar Lavigueur est réélu à Québec.

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • 1er avril : l'armée disperse une manifestation houleuse à l'aide de mitraillettes dans le quartier Saint-Roch. Il y a quatre morts[10].
  • 2 avril : Médéric Martin est réélu maire de Montréal[11].
  • 13 avril : le rapport de l'enquête sur l'émeute de Québec révèle que les quatre victimes n'ont pris aucune part à la manifestation et qu'elles ont été abattues par des soldats accomplissant leur devoir dans la répression d'une émeute. Il indique que les troubles sont dus au zèle des agents fédéraux qui ont arrêté des personnes sans raison valable[12].

Mai[modifier | modifier le code]

  • 1er mai : à Hull, la population de la municipalité se prononce pour la prohibition de l'alcool à l'occasion d'un référendum[13].
  • 14 mai : des cultivateurs du Québec et de l'Ontario manifestent à Ottawa contre l'enrôlement des jeunes de 20 à 22 ans. Le premier ministre canadien Borden refuse de recevoir leur délégation[14].

Juin[modifier | modifier le code]

  • 24 juin : le bureau d'enregistrement annonce un délai de trente jours pour les jeunes conscrits qui ne sont pas encore enregistrés. Le délai terminé, ils risquent d'être poursuivis[15].

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 15 juillet : des soldats sont envoyés à Vaudreuil pour y rétablir l'ordre. Depuis quelques jours, des jeunes protestaient un peu trop énergiquement contre l'enrôlement obligatoire[16].

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles généraux[modifier | modifier le code]

Articles sur l'année 1918 au Québec[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Chronologie parlementaire depuis 1791. 1916 - 1918. », Informations historiques, sur www.assnat.qc.ca, Assemblée nationale du Québec, (consulté le 13 mai 2009).
  2. Serge Gaudreau, « 13 janvier 1918 - Adoption d'un décret permettant aux femmes de travailler dans les usines la nuit », Bilan du Siècle, Université de Sherbrooke (consulté le 13 mai 2009).
  3. Rumilly 1941, p. 19-21.
  4. Jean Cournoyer, La mémoire du Québec, , p. 1035.
  5. Serge Gaudreau, « 8 mars 1918 - Assermentation de Walter George Mitchell au poste de ministre des Affaires municipales », Bilan du Siècle, Université de Sherbrooke (consulté le 13 mai 2009).
  6. Voir l'article Saison 1917-1918 de la LNH.
  7. Provencher 1971, p. 47-53.
  8. Provencher 1971, p. 54-66.
  9. Provencher 1971, p. 67-77.
  10. Provencher 1971, p. 96-126.
  11. Serge Gaudreau et Ève Morin Desrosiers, « 2 avril 1918 - Réélection de Médéric Martin à la mairie de Montréal », Bilan du Siècle, Université de Sherbrooke (consulté le 13 mai 2009).
  12. Provencher 1971, p. 136-137.
  13. Manon Trottier, « 1er mai 1918 - Entrée en vigueur de la prohibition à Hull », Bilan du Siècle, Université de Sherbrooke (consulté le 13 mai 2009).
  14. Ernest Bilodeau, « Les délégués agricoles arrivent », Le Devoir,‎ , p. 1.
  15. « L'enregistrement va se continuer », Le Devoir,‎ , p. 3.
  16. « Vaudreuil en état de siège », Le Devoir,‎ , p. 5.
  17. Rumilly 1941, p. 79.
  18. « Le pont de Québec est solide », Le Devoir,‎ , p. 2.
  19. « La grippe espagnole est à Québec », Le Devoir,‎ , p. 3.
  20. Ève Morin Desrosiers, « 10 octobre 1918 - Prolifération de grippe espagnole au Québec », Bilan du Siècle, Université de Sherbrooke (consulté le 13 mai 2009).
  21. Manon Trottier et Ève Morin Desrosiers, « 21 octobre 1918 - Assermentation de Charles Fitzpatrick au poste de lieutenant-gouverneur du Québec », Bilan du Siècle, Université de Sherbrooke (consulté le 13 mai 2009).
  22. Lacoursière 1996, p. 133.