Tammy Verge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une actrice image illustrant québécois
Cet article est une ébauche concernant une actrice québécoise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Tammy Verge
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (39 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Tammy Verge est une actrice québécoise née à Québec le [1]. Elle est en couple avec le comédien Antoine Vézina, a un fils nommé Thomas Derasp-Verge et une fille nommée Jeanne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tammy Verge réussit à Montréal sa première audition, pour plusieurs rôles dans l’émission télévisée Dieu merci![2]. Elle a aussi co-animé la série Testé sur des humains[3].

Elle s'implique notamment dans la Ligue nationale d'improvisation (LNI)[4].

Elle est aussi impliquée très souvent dans le panel d'Atomes crochus et elle a été chroniqueuse dans Un gars le soir.

Aussi, elle co-anime avec Alex Perron l'émission de rencontres Opération séduction.

Elle travaille à CKOI-FM 96,9 dans une émission qui est présentement terminée : Lunch de fou (2012-2013) avec ses collègues Patrice Bélanger, Alexandre Barrette, Antoine Vézina, Réal Béland, Étienne Dano et Adib Alkhalidey et Tammy est présentement dans Debout les comiques, tout aussi à CKOI animé par aussi ses collègues de travail Martin Cloutier, Billy Tellier et par Patrice Bélanger.

En 1999, elle obtient un Baccalauréat en enseignements primaire et préscolaire à l'université à Québec.

Rôles à la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fabuleux destin de Tammy Verge »
  2. « Tammy Verge : une année sous les perruques », La Presse,‎ (lire en ligne)
  3. Richard Therrien, « Tammy Verge: testeuse professionnelle », Le Soleil,‎ (lire en ligne)
  4. Hugo Dumas, « Oui à la LNI, non aux claques », La Presse,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]