1894 au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article traite des événements qui se sont produits durant l'année 1894 au Québec.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Question des écoles du Manitoba.
  • 23 février : lors d'un discours, l'ancien chef libéral Honoré Mercier met la fermeture des écoles catholiques françaises manitobaines sur le dos des évêques qui, selon lui, n'ont pas exigé le désaveu de la loi en temps voulu[6].

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

  • 9 mai : les évêques du Canada signent une pétition demandant au gouvernement fédéral d'utiliser ses pouvoirs pour rétablir les écoles séparées du Manitoba[10].

Juin[modifier | modifier le code]

  • 19 juin : le Canadien Pacifique offre au gouvernement Taillon un prêt de 4 000 000 $. Celui-ci cherchait à l'obtenir d'une banque de France et certains journalistes voient dans cette manœuvre un moyen pour la compagnie de chemin de fer de torpiller cette demande[11].
  • 29 juin : à Montréal, les locaux du journal anglophone Witness est détruit par une bombe. L'acte criminel ne sera pas revendiqué[12].

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 26 juillet :
    • la Chambre des communes adopte une motion demandant au gouvernement manitobain de rétablir les écoles séparées des Franco-Manitobains[13].
    • le ministre sans portefeuille John McIntosh remet sa démission. Il invoque des raisons de santé[14].

Août[modifier | modifier le code]

  • 24 août : le trésorier John Smythe Hall retire sa démission que le premier ministre Taillon persistait à refuser depuis le printemps. Hall n'était pas d'accord avec l'initiative de négocier un emprunt français[15].

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec. Tome 3, Septentrion,
  • Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec, vol. VII, Montréal, Éditions Valiquette

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec. Tome 3., Québec, Septentrion, , p. 467.
  2. a, b, c et d « Chronologie parlementaire. 1894 - 1897. », Informations historiques, sur www.assnat.qc.ca, Assemblée nationale du Québec, (consulté le 17 décembre 2008)
  3. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec, vol. VII, Montréal, Éditions Valiquette, p. 157.
  4. « Les élections municipales », La Presse,‎ , p. 2
  5. Lacoursière, op. cit., p. 470.
  6. Rumilly, op. cit., p. 164.
  7. « Le magnifique temple livré solennellement au culte », La Presse,‎ , p. 2
  8. « M. S-N Parent, député élu par le Conseil », La Presse,‎ , p. 2.
  9. « Dérivation accidentelle de la rivière Sainte-Anne », La Presse,‎ , p. 6.
  10. Rumilly, op. cit., p. 175.
  11. Rumilly, op. cit., p. 188.
  12. Jean Cournoyer, La mémoire du Québec, , p. 1033.
  13. Lacoursière, op. cit., p. 472.
  14. a, b et c Rumilly, op. cit., p. 191.
  15. Rumilly, op. cit., p. 189.
  16. « L'Hôtel Frontenac: il est question de l'agrandir », La Presse,‎ , p. 3.
  17. Rumilly, op. cit., p. 179.
  18. « L'Honorable M. Mercier », La Presse,‎ , p. 1
  19. Rumilly, op. cit., p. 193.
  20. Rumilly, op. cit., p. 196.
  21. a et b Rumilly, op. cit., p. 197.
  22. « La capitale paralysée par une épouvantable tempête », La Presse,‎ , p. 1