Denis Vaugeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Denis Vaugeois est né le à Saint-Tite[1]. Il est un historien, un éditeur et un homme politique québécois[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2012.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Denis Vaugeois est natif de Saint-Tite dans la région de la Mauricie, région dans laquelle ses ancêtres ont immigré au milieu du XIXe siècle[3].

Il fait son cours classique au séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières et opte pour les lettres et l’enseignement[2]. Il obtient un brevet A de l'École normale Jacques-Cartier de Montréal en 1955 et une licence ès lettres de l'Université de Montréal en 1959[1]. Il obtient par la suite une licence en pédagogie de l'École normale secondaire de la même université en 1962 et un diplôme d'études supérieures en 1967[1]. Il termine son cheminement académique en obtenant un diplôme doctoral en histoire à l'Université Laval en 1975[1].

Enseignement et Fonction publique[modifier | modifier le code]

Entre 1955 et 1965, il enseigne au séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières et à l'École normale Duplessis en plus d'être chargé de cours à l'Externat classique Saint-Viateur-d'Outremont, au Collège Saint-Maurice à Saint-Hyacinthe, et à l'Université Laval[1]. En 1965, il accepte le poste de directeur de l’enseignement de l’histoire au sein du ministère de l’Éducation[2].

Après avoir été codirecteur du centre franco-québécois de développement pédagogique, il devient directeur général des relations internationales et s’emploie à développer le réseau des délégations et maisons du Québec à l’étranger[4]. Il met en place la communication par télex et permet la réorganisation des délégations générales de New York, Londres et Paris[5]. Il siège au conseil d’administration de l’Agence de coopération culturelle et technique où il défend la tenue de jeux de la francophonie qui deviennent à l’été de 1974 la Superfrancofête[6]. Sont alors réunis, sur les Plaines d’Abraham, Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois[7]. Il agit en outre comme coordonnateur d'ententes ACDI-Québec de 1974 à 1976 au Maroc et au Pérou[1]. Durant cette même période, il est engagé par le député de l'Union nationale Marcel Masse comme directeur de cabinet[8].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est élu député de la la circonscription de Trois-Rivières à l'Assemblée nationale du Québec lors des élections générales provinciales de 1976 [9],[2]. Il est réélu en 1981[1]. Au cours de ses deux mandats en politique, il occupera les fonctions d'adjoint parlementaire au ministre des Affaires intergouvernementales, de Ministre des affaires culturelles, de Ministre des Communications, de vice-président du Conseil du Trésor, d'adjoint parlementaire au ministre délégué aux Affaires parlementaires et de président de la Commission des institutions[1],[9].

C'est durant son passage en politique qu'il suggère le remplacement de la devise sur les plaques d'immatriculation du Québec, qui passera de "La Belle Province" à "Je me souviens"[10]. Il est impliqué dans la création de la Société de développement des industries culturelles, aujourd'hui appelée la Société de développement des entreprises culturelles, dans laquelle naîtra la "loi du livre"[2]. Cette loi du livre permet de structurer la chaîne du livre et d'organiser la distribution et le développement des librairies, particulièrement en région[2]. Déposée le 19 juin 1979, la Loi du livre (Loi 51) est votée le 21 décembre 1979[11].

Il démissionne de son poste de député le 31 janvier 1985[1],[9].

Le plan Vaugeois[modifier | modifier le code]

Il lance le plan Vaugeois dans le but de soutenir le développement des bibliothèques publiques et du livre[12],[8]. Ce plan quinquennal propose des programmes d'aide financière aux municipalités afin d'établir des bibliothèques partout dans la province et d'aider à réaménager les bibliothèques existantes dans de plus grands locaux[13].

Le patrimoine[modifier | modifier le code]

En 1978, Denis Vaugeois est nommé ministre responsable du chantier de restauration de Place-Royale par René Lévesque qui lui confie le mandat de réorienter les travaux[14]. Il propose alors le plan de Jacques de Blois et Gérard Paris, promoteurs du Petit Champlain, plan qui vise à convenir d'un équilibre entre la restauration exemplaire et utilitaire de ce quartier[15].

Lors de son passage en politique, Denis Vaugeois s'implique dans la circonscription de Trois-Rivières à restaurer le Manoir de Tonnacour et le classement du Fonds de la famille Hart comme bien culturel[16]. Il participe également à la création de la Société de conservation et d’animation du patrimoine de Trois-Rivières (SCAP), connue aujourd'hui sous le nom de Patrimoine Trois-Rivières[16].

La politique du 1% : l'intégration des arts à l'environnement[modifier | modifier le code]

Nommé au conseil du Trésor, il sera d'abord membre avant d'agir comme vice-président[9]. Il obtient le transfert du programme du 1% réservé aux édifices gouvernementaux et géré par le ministère des Travaux publics au ministère des Affaires culturelles au titre de l’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement[8]. Cela lui permet d'élargir la politique du 1%[17]. Il s'occupe également de relancer l'Opéra de Montréal et de développer les conservatoires[17].

Le cumul des Communications et de la Culture l’amène à favoriser les stations de radio en milieux autochtones, à couvrir le Québec d’antennes permettant la diffusion directe de Radio-Québec et à jeter les bases du futur Musée de la civilisation[18].

En avril 1982, il organise, dans son comté, un important colloque dont il fait publier les actes sous le titre Les défis de l’aménagement[19].

Historien et éditeur[modifier | modifier le code]

Il est l'un des fondateurs des éditions du Boréal qui apparaissent en 1963[20]. Il publie des ouvrages sur l'histoire du Québec au sein de la maison d'édition Le Boréal express, maison pour laquelle il agit comme vice-président de 1962 à 1976[21].

Il est vice-président du Comité international des historiens et des géographes de langue française de 1970 à 1976 ainsi que secrétaire-trésorier de l'Institut d'histoire de l'Amérique française en 1972 et en 1973, puis vice-président de 1973 à 1976[1].

Il démarre les éditions du Septentrion en 1988 en plus de diriger la réorganisation des Presses de l'Université Laval entre 1996 et 1998[1],[2]. Il a également participé également aux activités de l'éditeur scolaire du Centre éducatif et culturel, CEC entre 1985 et 1987[2].

Ses ouvrages et sa production d’émissions de radio et de télévision témoignent de la progression de ses travaux sur ce qu’il appelle le creuset québécois[22].

Pendant la période qui se situe entre 1988 et 2014, il agit comme consultant pour les éditions Larousse d’abord pour la partie des noms propres puis pour l’ensemble du Petit Larousse[23].

En 2019, lors de son passage à l'émission de Radio-Canada Plus on est de fous, plus on lit!, Denis Vaugeois affirme que les pensionnats autochtones « ne sont pas une réalité québécoise »[24]. Il soutient que, « quand on regarde les cas dramatiques des enfants perdus ou malmenés sur 3400 par exemple, 3350 [l’ont été] dans le reste du Canada, et 35 au Québec »[24]. L’anthropologue et directrice du programme en études autochtones de l’Université de Montréal Marie-Pierre Bousquet a réagi en rappelant qu'environ 13 000 enfants ont fréquenté les pensionnats autochtones de la province et que plusieurs autres enfants avaient été envoyés dans des pensionnats ailleurs au Canada[24].

Le fonds d'archives de Denis Vaugeois est conservé au centre d'archives de Trois-Rivières de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BANQ)[25].

Autres implications professionnelles[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Commission d'étude sur la Ville de Québec créée le 10 juillet 1985 dont le rapport a été publié le 30 octobre 1986[1]
  • Coprésident du Groupe de travail sur les collections des musées d'histoire militaire au Canada créé le 20 juin 1990 dont le rapport a été déposé le 20 janvier 1991[1]
  • Président de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) de 2000 à 2004[1]
  • Coprésident de Montréal, capitale mondiale du livre (MCML) en 2005-2006[1]
  • Membre honoraire de l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) depuis septembre 2015[1]
  • Auteur du rapport E pluribus unum (2007), remis à Madame Line Beauchamp, ministre de la Culture et des Communications. [lire en ligne]
  • Publication de Le contrôle parlementaire de la législation déléguée en 1983[1]

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Union des deux Canadas (1791-1840), Montréal, Éditions du Bien public, 1962.
  • Les Juifs et la Nouvelle-France, Trois-Rivières, Éditions le Boréal Express, 1968.
  • L'Assemblée nationale en devenir. Pour un meilleur équilibre de nos institutions, Québec, 1982[26],[1]
  • Québec 1792. Les acteurs, les institutions et les frontières, Montréal, éditions Fides, 1992, 176 p. (ISBN 9782762116168)
  • La Fin des alliances franco-indiennes, Montréal, éditions du Boréal, 1995, 288 p. (ISBN 9782890527058)
  • America. L’expédition de Lewis & Clark et la naissance d’une nouvelle puissance, Québec, éditions du Septentrion, 2002, 264 p. (ISBN 9782894483428)
  • The Last French and Indian War, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2002, 291 p. (ISBN 2-89448-311-2)
  • L’Amour du livre. L’édition au Québec, ses petits secrets et ses mystères, Québec, éditions du Septentrion, 2005, 224 p. (ISBN 9782894484258)
  • Les Premiers Juifs d'Amérique, 1760-1860. L'extraordinaire histoire de la famille Hart, Québec, éditions du Septentrion, 2011, 382 p. (ISBN 9782894486450)
  • L'Homme derrière Sylvain Vaugeois, un as de la gestion stratégique, Québec, Septentrion, 2020, 188 p. (ISBN 9782897912062)

Collaboration[modifier | modifier le code]

  • Le Boréal Express 1524-1760, Boréal Express, 1964. Collectif. Réédité en 2009, Québec, éditions du Septentrion, 276 p. (ISBN 9782896645572)
  • Le Boréal Express 1760-1810, Boréal Express, 1964. Collectif. Réédité en 2010, Québec, éditions du Septentrion, 180 p. (ISBN 9782894486061)
  • Histoire 1534-1968, éditions du Renouveau pédagogique, 1968. Réédité en 1969 sous le titre Canada-Québec - Synthèse historique.
  • Les troubles de 1837-1838 (dossier d'histoire),en collaboration avec Jacques Lacoursière, Montréal, éditions Fides, 1969,
  • L'Acte de Québec et l'Invasion américaine (dossier d'histoire) en collaboration avec Jacques Lacoursière.Montréal, éditions Fides, 1970,
  • Le Boréal Express 1810-1841, Boréal Express, 1972. Collectif. Réédité en 2010, Québec, éditions du Septentrion, 188 p. (ISBN 9782894486191)
  • L’Indien généreux. Ce que le monde doit aux Amériques, Montréal, éditions du Boréal, 1992, coauteur avec Louise Côté et Louis Tardivel, 288 p. (ISBN 9782890524637)
  • Les hurons de Lorette, collectif sous la direction de Denis Vaugeois, Québec, Septentrion, 350 p. (ISBN 9782896641499)
  • Canada-Québec en bref, 1534-2000, Québec, les éditions du Septentrion, 2000, directeur et coauteur avec Jacques Lacoursière et Jean Provencher, 80 p. (ISBN 9782894481745)
  • L'œuvre de sable de Nicole Tremblay en collaboration avec Gilles Herman et Denis Vaugeois, Québec, Septentrion, 160 p. (ISBN 9782894483404)
  • Champlain. La naissance de l’Amérique française, Québec, les éditions du Septentrion, 2004, codirecteur avec Raymonde Litalien, 400 p. (ISBN 2-89448-388-0)
  • John Lambert, Voyage au Canada dans les années 1806, 1807 et 1808, Québec, les éditions du Septentrion, 2006, traduit et annoté avec Roch Côté. (ISBN 2-89448-485-2)
  • America’s Gift. What the world owes to the Americas and their first inhabitants, Québec, les éditions du Septentrion, 2007 et Baraka Books, 2009, en collaboration avec Käthe Roth pour la traduction (ISBN 978-2-89448-518-7)
  • La Mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814, Québec, les éditions du Septentrion, 2007, coauteur avec Raymonde Litalien et Jean-François Palomino, 300 p. (ISBN 9782894485491)
  • L’Impasse amérindienne. Trois commissions d’enquête à l’origine d’une politique de tutelle et d’assimilation, 1828-1858, codirection avec Michel Lavoie, Québec, Septentrion, 2010, 504 p. (ISBN 9782894486238)
  • 1763. Le traité de Paris bouleverse l'Amérique, codirecteur avec Sophie Imbeault et Laurent Veyssière, Québec Septentrion, 2013, 456 p. (ISBN 9782894487570)
  • Vivre la Conquête à travers plus de 25 parcours individuels, Gaston Deschênes et Denis Vaugeois (dir.), Québec, Septentrion, tome I, 2013, 264 p. (ISBN 9782894487549)
  • Vivre la Conquête à travers plus de 25 parcours individuels, Gaston Deschênes et Denis Vaugeois (dir.), Québec, Septentrion, tome II, 2014, 320 p. (ISBN 9782894487624)
  • Canada-Québec 1534-2010 avec Jacques Lacoursière et Jean Provencher,Québec, Septentrion, 2010, 607 p. (ISBN 978-2-89448-653-5)
  • Canada-Québec 1534-2015 avec Jacques Lacoursière et Jean Provencher,Québec, Septentrion, 2015, 616 p. (ISBN 9782894488423)
  • Canada-Québec 1534-2018 avec Jacques Lacoursière et Jean Provencher, Québec, Septentrion, 2018, 616 p. (ISBN 9782897910235)
  • Faire aimer l'histoire en compagnie de Jacques Lacoursière, Jacques Mathieu et Denis Vaugeois, Québec, Septentrion, 2018, 292 p. (ISBN 9782894489345)
  • À l'assaut de la Mauricie 1858-1919. Les Vaugeois, une famille de pionniers, Chantale Dureau en collaboration avec Denis Vaugeois, Québec, Septentrion, 2019, 192 p. (ISBN 9782897910846)
  • Les Vaugeois-Frandeboeuf, de la Bretagne à la Mauricie. Une enquête rigoureuse, indiscrète et implacable, Nicole Mauger en collaboration avec Denis Vaugeois, Québec, Septentrion, 2019, 288 p. (ISBN 9782897911362)

Collaboration à des œuvres filmiques[modifier | modifier le code]

  • Samuel de Champlain et les explorateurs de l'Amérique française, réalisé par Roger Tremblay en collaboration avec Éric Bédard, Montréal, MATV et Bibliothèque et archives nationales du Québec, 2016[27]
  • L'empreinte historique et actuelle du Québec, réalisé par Jean-François Nadeau, Montréal, collaboration Canal Savoir et Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014, 57 minutes[28]
  • Le 10 février 1763, le Traité de Paris, réalisé par Yves Deling, Montréal, Vox, 2012, 58 minutes[28]

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « Denis Vaugeois - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le )
  2. a b c d e f g h et i Ariane Émond, « Denis Vaugeois, récipiendaire », sur Les prix du Québec (consulté le )
  3. Napoléon Caron, Deux voyages sur le Saint-Maurice, éditions du Septentrion, Québec, 2000, p.11 [présentation en ligne]
  4. Denis Vaugeois: entretiens, p. 168.
  5. Denis Vaugeois: entretiens, p. 183.
  6. Jacques Lanctôt, Yves Michaud : un diable d'homme!, VLB, (ISBN 978-2-89649-459-0 et 2-89649-459-6, OCLC 866613853, lire en ligne), p. 72-79.
  7. ICI Radio-Canada- Radio-Canada.ca et ICI Radio-Canada- Radio-Canada.ca, « Ça date pas d'hier | ICI Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada (consulté le )
  8. a b et c Karine Gagnon, « Un voyage dans le temps avec Denis Vaugeois », sur Le Journal de Québec (consulté le )
  9. a b c et d « Denis Vaugeois - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le ).
  10. Savard, Stéphane. Denis vaugeois - entretiens. Montréal, Éditions du Boréal, pp. 199-201;
  11. Claude Trudel, Une histoire du ministère de la culture : (1961-2021), Boréal, (ISBN 978-2-7646-3668-8, 2-7646-3668-7 et 2-7646-4668-2, OCLC 1255631388, lire en ligne), p. 133-135
  12. Frédéric Brisson, La pieuvre verte : Hachette et le Québec depuis 1950, Leméac, (ISBN 978-2-7609-0605-1 et 2-7609-0605-1, OCLC 841051115, lire en ligne), p. 169
  13. Jacques Panneton and Huguette Thibault, « La lecture publique au Québec de 1959 à demain », Documentation et bibliothèques,‎ , p. 153-158 (lire en ligne)
  14. « Témoignages », sur www.ville.quebec.qc.ca (consulté le )
  15. Jacques de Blois, Le rêve du Petit-Champlain : Vieux-Québec, 1976-1985, Septentrion, (ISBN 978-2-89448-520-0 et 2-89448-520-4, OCLC 126074352, lire en ligne)
  16. a b et c « Denis Vaugeois membre émérite de Patrimoine Trois-Rivières », sur L'Hebdo Journal, (consulté le )
  17. a b c d et e Jeannine Ouellet, « Confidences d’un historien: Denis Vaugeois, l’historien chevronné », Histoire Québec,‎ , p. 6-10 (lire en ligne [PDF])
  18. Michel Côté, Passion de musées, Septentrion, , pages 11 à 19. ; « Passion de musée. De Québec à Lyon. ».
  19. Denis Vaugeois, Les Défis de l'aménagement, Assemblée nationale du Québec, (ISBN 2-551-05230-0 et 978-2-551-05230-1, OCLC 15957733, lire en ligne)
  20. « Les grandes rencontres de L'Institut : Denis Vaugeois », sur www.maisondelalitterature.qc.ca (consulté le )
  21. « Advitam - Bibliothèque et Archives nationales du Québec », sur advitam.banq.qc.ca (consulté le )
  22. Denis Vaugeois, Le Québec, un creuset méconnu. Dans Mémoires de la Société généalogique canadienne française, vol 39, no 5, hiver 1988, p. 277-290.
  23. Marie-France Bornais, « Relish et rince-bouche entrent dans le Larousse », sur Le Journal de Québec (consulté le )
  24. a b et c Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Les pensionnats autochtones, « pas une réalité québécoise », selon Denis Vaugeois », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  25. Fonds Denis Vaugeois (P36) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  26. « https://cap.banq.qc.ca/notice?id=p::usmarcdef_0000137753&queryId=874dadef-3a74-40f8-9c1f-78ac784c101f&posInSet=30 », sur cap.banq.qc.ca (consulté le )
  27. « https://cap.banq.qc.ca/notice?id=p::usmarcdef_0005542000&queryId=874dadef-3a74-40f8-9c1f-78ac784c101f&posInSet=5 », sur cap.banq.qc.ca (consulté le )
  28. a et b « BAnQ numérique », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  29. « Gagnants et finalistes précédents des LivresGG », sur Prix littéraires du Gouverneur général (consulté le )
  30. « Le Prix Samuel de Champlain », sur prixsamueldechamplain.org (consulté le )
  31. Lettres québécoises, « Prix et distinctions », Lettres québécoises,‎ , p. 62 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  32. Emilie Gagnon, « Lauréats Histoire », sur Prix Gérard-Parizeau (consulté le )
  33. « Prix Hercule Catenacci », sur Académie des Sciences Morales et Politiques, (consulté le )
  34. « Diplômés d'honneur 2008 », sur Faculté des arts et des sciences - Université de Montréal (consulté le )
  35. « Les Prix - Cercle des ex-parlementaires de l’Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le )
  36. « Denis Vaugeois » Accès libre, sur Université Laval (consulté le )
  37. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Lauréat Le Soleil/Radio-Canada », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  38. « Prix Percy-W.-Foy – Société historique de Montréal » (consulté le )
  39. « Prix Fleury-Mesplet », sur www.salondulivredemontreal.com (consulté le )
  40. « Prix Adagio », sur Salon du livre de Trois-Rivières (consulté le )
  41. Gouvernement du Québec, « Ordre national du Québec », La Presse,‎ , A-6 (lire en ligne)
  42. « Denis Vaugeois – Ordre national du Québec », sur www.ordre-national.gouv.qc.ca (consulté le )
  43. « Le prix des Dix », sur Société des Dix, (consulté le )
  44. « La gouverneure générale annonce 103 nouvelles nominations au sein de l’Ordre du Canada », sur https://www.gg.ca, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Savard. Denis Vaugeois - Entretiens, Montréal, Les éditions du Boréal, 2019, 376 p. (ISBN 9782764625705)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :