Youssou N'Dour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir N'Dour.

Youssou N'Dour

Description de cette image, également commentée ci-après

Youssou N'Dour à Varsovie, le 13 septembre 2009.

Informations générales
Nom de naissance Youssou N'Dour
Naissance 1er octobre 1959 (54 ans)
Dakar (Sénégal)
Activité principale chanteur
Genre musical Mbalax, world music
Années actives 1970 -
Site officiel youssou-n-dour.com
Youssou N'Dour
Fonctions
Ministre du Tourisme et des Loisirs
29 octobre 20122 septembre 2013
Gouvernement Gouvernement Mbaye
Prédécesseur Lui-même
Successeur Oumar Guèye
Ministre de la Culture et Tourisme
4 avril 201229 octobre 2012
Président Macky Sall
Gouvernement Gouvernement Mbaye
Prédécesseur Awa Ndiaye
Successeur Abdoul Aziz Mbaye (Culture)
Biographie

Youssou Madjiguène N'Dour né le 1er octobre 1959 à Dakar (Sénégal), est un auteur-compositeur, interprète et musicien sénégalais.

« Roi du mbalax » dans son pays, chanteur africain à la renommée internationale, il est également patron de presse à partir de 2003 et de la fondation du groupe Futurs Médias. Il s'engage dans le mouvement anti-Wade et devient, au sein du gouvernement de Abdoul Mbaye, ministre de la Culture et du Tourisme du Sénégal à partir du 4 avril 2012 puis ministre du Tourisme et des Loisirs du 29 octobre 2012 au 2 septembre 2013, avant d'être rattaché au président Macky Sall comme ministre-conseiller.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Aîné de sa famille, Youssou N'Dour a grandi dans le quartier de Médina à Dakar. Son père Elimane N'Dour est d'origine sérère, sa mère Ndeye Sokhna Mboup est une griotte d'origine toucouleur et wolof.

De confession musulmane, membre de la confrérie mouride du Sénégal[1], Youssou N'Dour a eu un fils, Birane et une fille, Thioro, de deux mères différentes, puis s'est marié avec Mami Camara. Ensemble, ils ont eu quatre enfants avant de divorcer officiellement après 17 ans de mariage. Il est remarié à Aïda Coulibaly, métisse sénégalo-française, actuelle présidente de la Fondation Youssou Ndour, avec laquelle il a eu quatre enfants dont le dernier est prénommé Ibrahima Nelson Mandela[2].

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Il commence adolescent à chanter dans les fêtes de famille en quittant l'école sans aller au lycée[1]. Sa carrière débute alors qu'il a 19 ans avec le groupe Étoile de Dakar. Le producteur sénégalais Ibrahima Sylla enregistre le premier album avec le groupe au Studio Golden Baobab[3]. Youssou N'dour acquiert une notoriété au Sénégal et décide en 1979, de fonder son propre orchestre le Super Étoile de Dakar.

Il a travaillé avec des artistes de renommée internationale comme Peter Gabriel, Paul Simon, Manu Dibango, Alan Stivell.

L'une des chansons les plus célèbres de Youssou N'Dour est 7 Seconds en duo avec la chanteuse Neneh Cherry. Le clip, tourné à New York, a été réalisé par Stéphane Sednaoui. En 1998, il compose l'hymne pour la phase finale de la Coupe du monde de football 1998, La Cour des grands, qu'il chante avec Axelle Red. En 2008, il travailla aussi avec l'artiste congolais Koffi Olomidé dans l'album Bord Ezanga Kombo ; il interprète la chanson festival avec Koffi Olomidé et Cindy Le Cœur.

Il est le compositeur de la musique du film d'animation Kirikou et la Sorcière (1998).

Il joue également dans le film Amazing Grace (2006) à travers le personnage de Olaudah Equiano et joue son propre rôle dans le documentaire Retour à Gorée (2007) évoquant l'histoire de la traite négrière et son héritage musical à travers le jazz et le gospel.

Il a également chanté en duo avec la diva libanaise Magida el-Roumi la chanson Biladi Ana, sortie dans l'album Ghazal (2012) de cette dernière. En 2013, il décroche le Polar Music Prize, en Suède[réf. nécessaire].

L'homme d'affaires[modifier | modifier le code]

Autour de son activité artistique, le roi du mbalax développe diverses activités commerciales, centrées au Sénégal : il possède un studio d'enregistrement à Dakar et une discothèque, le Thiossane, situé dans le quartier de Grand-Dakar, où il essaie d'être présent tous les week-ends ; il organise, depuis 2000, des concerts au Palais omnisports de Paris-Bercy, Le Grand Bal, où il rassemble la communauté africaine.

Il déploie également des activités dans les médias nationaux en s'alliant les compétences de professionnels reconnus. En septembre 2003, il crée un groupe de presse baptisé Futurs Médias à partir du journal L'Observateur (Sénégal), quotidien rapidement devenu le plus lu au Sénégal (tirage 100 000 exemplaires), et complété avec la Radio Futurs Médias (RFM), et, depuis septembre 2010, de la chaîne Télé Futurs Médias (TFM)[4]. Il doit faire face aux convoitises de Karim Wade, fils du président sénégalais, qui souhaite un temps s'emparer du quotidien populaire[1]. Il emploie 500 personnes[1]. Quand Youssou N'Dour s'engage fortement en politique, il cherche à laisser l'indépendance éditoriale à son journal[1], délaissant la direction générale du groupe en devenant ministre. Il possède également une imprimerie et vise à s'implanter dans le secteur du contenu en ligne[1].

L'artiste engagé[modifier | modifier le code]

Chanteur engagé, Youssou N'Dour a organisé en 1985 un concert pour la libération de Nelson Mandela au Stade de l'Amitié de Dakar. Il a également organisé plusieurs concerts au profit de l'organisation humanitaire Amnesty International. Ambassadeur de bonne volonté pour l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et pour l'UNICEF, il a également été choisi en tant qu'ambassadeur au Bureau international du travail.

La Fondation Youssou Ndour naît en l'an 2000 avec l'objectif d'œuvrer en faveur du développement durable et du droit des enfants, et de lutter contre le paludisme.

En 2004, Youssou N'Dour a participé au disque Agir Réagir en faveur des sinistrés du tremblement de terre qui a secoué la région d'Al-Hoceima, au Maroc le 24 février 2004.

En 2007, avec d'autres artistes engagés, il participe à la réalisation de Make some noises qui est une reprise du célèbre album de John Lennon, Imagine. Cet album est le symbole d'une grande mobilisation pour le dénouement de la crise au Darfour. Dans cette version originale d'Imagine, Youssou N'Dour interprète Jealous Guy.

Youssou N'Dour a lancé le 13 février 2008 avec la collaboration de Benetton United Color une société de microcrédit, baptisée Birima, du nom d’un des damel (roi) du Royaume de Cayor[5]. En novembre 2009, il présente sa société de microcrédit au World Forum Lille (Forum mondial de l’économie responsable) qui se tient à Lille sur le thème de « l'argent responsable ».

Il est également membre du comité d'honneur de la Fondation Chirac[6].

Le ministre de Macky Sall[modifier | modifier le code]

Sa candidature à l'élection présidentielle sénégalaise du 26 février face au chef de l'État sortant, Abdoulaye Wade, annoncée le 2 janvier 2012[7] est rejetée par le Conseil constitutionnel le 27 janvier suivant. À l'occasion d'un rassemblement interdit par les autorités à Dakar le mardi 21 février, Youssou Ndour est blessé à la jambe[8]. En vue du second tour de l'élection présidentielle, il appelle à voter Macky Sall contre Abdoulaye Wade.

Le 4 avril 2012 Youssou Ndour est nommé ministre de la Culture et du Tourisme par Macky Sall, nouveau président du Sénégal, au sein du gouvernement de Abdoul Mbaye[9]. Il succède à Awa Ndiaye.

Suite au remaniement du gouvernement Mbaye du 29 octobre 2012, Abdoul Aziz Mbaye lui succède au ministère de la Culture, mais il conserve le portefeuille du Tourisme complété par celui des Loisirs[10]. Le gouvernement est limogé le 1er septembre 2013[11]. Youssou N'Dour perd son portefeuille mais est nommé conseiller à la présidence, avec rang de ministre et mission, sans définition officielle, de promouvoir l’image du Sénégal à l'étranger[1].

Prix internationaux[modifier | modifier le code]

Youssou N'Dour a reçu de nombreux prix pour sa musique, y compris celui du meilleur artiste africain en 1996.

Le 13 février 2005, Youssou N'Dour a été récompensé par les Grammy Awards pour son album Egypt dans la catégorie meilleur album de musique du monde.

Il a été fait docteur honoris causa de l'université Yale aux États-Unis en 2011[12]. En Mai 2013, il remporte le prix Polar Music.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Disques Année
Immigrés 1984
Bitim Rew 1984
Nelson Mandela 1986
The Lion 1989
Set 1990
Live tv 1991
Eyes Open 1992
7 Seconds 1994
Guide (Wommat) 1994
Diapason Plus 1995
Lii 1996
Djamil 1984
Voices from the Heart of Africa[13] 1996
Inédits 84-85 1997
St. Louis 1997
Spécial fin d'année Plus 1998
Kirikou 2000
Joko: The Link 2000
Rewmi 2000
Le Grand Bal 2000
Le Grand Bal à Bercy 2001
Ba Tay 2001
Nothing's In Vain 2002
Youssou N'Dour and His Friends 2002
Sant [14] 2004
Rokku Mi Rokka[15]. 2007
Alsaama Day 2007
Spécial fin d'année 2009
Dakar - Kingston 2010
Mbalakh Dafay Wakh 2011
Fàtteliku[16] 2014

Compilations[modifier | modifier le code]

Disques Année
Euleuk Sibir 1992
The Best of Youssou N'Dour 1995
Immigrés/Bitim Rew 1997
Best of the 80's 1998
Hey You: The Essential Collection 1988–1990 1998
Birth of a Star 2001
Rough Guide to Youssou N'Dour & Étoile de Dakar 2002
7 Seconds: The Best of Youssou N'Dour 2004

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Pierre Cherruau, « Le seigneur de Dakar », Le Temps, 22 octobre 2013.
  2. Agence de presse sénégalaise, 24 juillet 2012.
  3. http://abonnes.lemonde.fr/a-la-une/article/2014/01/03/la-mort-d-ibrahima-sylla-producteur-de-musique-africaine_4342678_3208.html
  4. Martin Enyimo, Youssou N’Dour, ambassadeur de la culture sénégalaise, Le Potentiel, 6 août 2005
  5. Le chanteur Youssou Ndour lance un projet de micro-crédit, Afp, 13 février 2008
  6. Comité d'honneur de la Fondation Chirac
  7. Sénégal: le chanteur Youssou Ndour se déclare candidat à la présidentielle. Le Parisien, 2 janvier 2012
  8. Youssou Ndour blessé lors d'une manifestation à Dakar Le Monde / AFP
  9. AFP, « Sénégal: Youssou N'Dour nommé ministre », Le Figaro (consulté le 4 avril 2012)
  10. Bouba Sow, « Premier remaniement du gouvernement de [[Macky Sall]] : Sept ministres ont quitté leurs postes », Le Soleil,‎ 29 octobre 2012 (consulté le 29 octobre 2012)
  11. http://www.24heures.ch/monde/youssou-dour-ejecte-gouvernement-senegalais/story/23407228
  12. Youssou Ndour fait docteur honoris causa à Yale sur le site jeanmarcmorandini.com
  13. Avec Yandé Codou Sené. Recueil de chants traditionnels, avec Sama Guent Guii
  14. (Nonesuch Record 2003/2004) Enregistré au Caire et mixé à Paris. C'est un hommage au soufisme. L'album est publié à l'international sous le titre Egypt.
  15. Ce qui signifie « prendre et donner » en toucouleur, Youssou N’Dour : « prendre et donner », Afrik.com, 30 octobre 2007
  16. Qui signifie en wolof "Souvenirs", album dans lequel il rend hommage à Samba Diabaré Samb, Lalo Kéba Dramé et Ndiaga Mbaye.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michelle Lahana [dite] « La Gazelle », Youssou Ndour : la voix de la médina, Paris, P. Robin : Éd. Télémaque, 2005, 213 p. (ISBN 2-7533-0012-7)
  • Gérald Arnaud, Youssou N'Dour, le griot planétaire, Paris, éditions Demi-Lune Coll. Voix du Monde, 2008, 160 p. (ISBN 978-2-917112-04-5)
  • Véronique Mortaigne, « Les parfaits métissages de Youssou N'Dour », Le Monde, 30 octobre 2007.
  • Georges Dougueli, « La face cachée de Youssou Ndour », Jeune Afrique, no 2443, du 4 au 10 novembre 2007, p. 76-80
  • Saliou Ndour, 2008. Industrie musicale au Sénégal : essai d'analyse. Dakar, CODESRIA. 179 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]