Douairière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'impératrice douairière Cixi, de la dynastie des Qing

La douairière est un terme de droit ancien (conventionnel ou coutumier) désignant une veuve d'un milieu aristocratique jouissant d'une part des biens de son défunt mari qui constituent son douaire.

Le sort de la douairière est à distinguer de celui d'un prince apanagé qui dispose pour sa part d'un apanage créé pour subvenir à ses besoins. Ce douaire se distingue de la dot qui est constituée au profit de l'épouse à l'occasion de son mariage.

Si le défunt mari régnait ou portait un titre, on parlera d'impératrice douairière, de reine douairière, de duchesse douairière... Une reine douairière est parfois appelée reine mère lorsqu'elle est la mère de l'actuel souverain. Le terme n'a alors que peu de rapport avec un éventuel douaire et constitue une précision utile lorsque deux femmes portent le même titre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Liste chronologique de quelques impératrices douairières[modifier | modifier le code]

Chine :

  • Cixi devint impératrice douairière de Chine en 1861, date à laquelle son fils monte sur le trône, ce qui lui donne la prééminence sur toutes les autres épouses et concubines laissées par le monarque précédent et justifie ce titre que lui donnent les historiens.

Russie :

Empire du Japon

  • L'impératrice Teimei, épouse de l'empereur Taisho, exerce une grande influence au sein du clan impérial en raison de la maladie de ce dernier. Cette influence persiste après l'intronisation de son fils Hirohito qui inaugure l'ère Showa.

Empire français

Liste chronologique de quelques reines douairières[modifier | modifier le code]

Liste chronologique de quelques princesses douairières[modifier | modifier le code]

Liste chronologique de quelques duchesses douairières[modifier | modifier le code]

Liste chronologique de quelques comtesses douairières[modifier | modifier le code]

Contesta sans succès, en 1119, la désignation de Charles Ier de Flandre comme comte de Flandre.
Céda, après 1199, certains de ses droits (dont ceux sur Château-du-Loir) à Guillaume des Roches, sénéchal.
Contesta sans succès avec d'autres, en 1606, l'héritage de Claude de la Trémoïlle.
  • Marie Thérèse de Broglie, comtesse douairière de Lameth
Fut marraine, en 1768, de la cloche de l'église de Bresle (village de la Somme).

Littérature[modifier | modifier le code]

Le terme de "douairière" apparaît, entre autres, chez :

  • Malherbe, qui l'utilise dans le titre d'un poème :
"A madame la princesse douairière, Charlotte de la Trémouille"
  • La Fontaine, qui l'utilise dans le titre d'une de ses pièces poétiques :
"Pour Mignon, Chien de S A R Madame la Duchesse Douairière d'Orléans".
Le mot douairière est employé 2 fois dans "Les 3 messes basses".
Le terme est employé à de nombreuses reprises en référence à Henriette de France, veuve de Charles Ier, roi d'Angleterre.
La douairière est la grand-mère d'Auguste de Maulincour.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :