Richer de Reims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Richer de Reims (v 940 - 998), issu d'une famille de l'entourage de Louis IV d'Outremer, est le fils d'un vassal, grand arbalétrier du roi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de nobles, il entre en 969 à l'abbaye Saint-Remi de Reims où il restera moine toute sa vie. À partir de 972, il est l'élève de Gerbert d'Aurillac (le futur pape Sylvestre II), alors écolâtre de l'école épiscopale de Reims. Ce dernier lui demande de rédiger une chronique, qui s'étendra de 882 à 998, prenant ainsi en quelque sorte la suite des annales d'Hincmar.

Intitulée Quatre livres d'histoire (991-998), connus sous le nom d'Histoire, cette chronique n'a été redécouverte qu'en 1833 par Georg Heinrich Pertz dans la Bibliothèque d'État de Bamberg, et éclaire les événements relatifs à la chute des Carolingiens, l'avènement des Capétiens, les irruptions normandes de 885 à 888 et à la lutte entre Louis d'Outremer et de Lothaire et Hugues le Grand.

Dans cette œuvre, Richer a transposé de nombreux passages des annales de Flodoard parfois mal à propos. Il a également réinventé ou transposé des événements[1]. Bien qu'il faille se méfier de ses récits, les Histoires de Richer sont la meilleure et presque unique source pour étudier le règne d'Hugues Capet.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Barthélémy, La chevalerie, Fayard,‎ 2007, p. 124-132

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

Historiarum Libri Quatuor :

  • éd. Abbé Migne, Patrologie Latine, 138 (Documenta Catholica Omnia) ;
  • éd. et trad. A.-M. Poinsignon, Paris, 1855 (Gallica) ;
  • éd. et trad. Robert Latouche (Histoire de France), Paris, Les Belles Lettres « Classiques de l'histoire de France au Moyen Âge », 2vol., 1930 et 1937, rééd. 1964 et 1967.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]