Ciments français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ciments français

alt=Description de l'image Ciments_françaislogo.PNG.
Siège social Drapeau de France Puteaux (France)
Direction Giovanni Ferrario
Produits Ciment
Société mère Italcementi Group
Site web www.cimfra.com
Chiffre d’affaires 3 591 M€ (2013)
Résultat net 114,7 M€ (2013)

Ciments Français est une société industrielle française spécialisée dans la fabrication de ciments, filiale à 100 %[1] d'Italcementi Group, 5e cimentier mondial.

En France, la dénomination commerciale "Ciments Français" ainsi que le logo "CF" a été abandonnée au début des années 1990 au profit de "Ciments Calcia", confirmant la dimension européenne du groupe.

Ciments Français est la filiale internationale d'Italcementi Group depuis 1992 et regroupe l'ensemble des participations mondiales (hors Italie) et détient des parts de marché importantes dans de nombreux pays (19 à ce jour) sur tous les continents.

Les métiers du groupe se concentrent sur la valorisation des ressources naturelles pour les transformer en produits qui répondent aux besoins du bâtiment et des travaux publics : ciment, chaux, et leurs dérivés, au travers de ses trois secteurs d'activité : ciment, granulats et béton prêt-à-l'emploi.

Depuis 1998, le groupe Italcementi avec Ciments Français en première ligne, a poursuivi sa politique de croissance externe sur des marchés à fort potentiel : au Maroc, en Thaïlande et en Bulgarie, en Inde et en Égypte, où le groupe a pris le contrôle du leader du marché Suez Cement en avril 2005 et a acheté Asec Cement Company en août 2005.

Ciments Français a été coté à la Bourse de Paris avec une capitalisation boursière de 5,6 milliards d'euros au 31/12/2006. Il est radié de la cote le 15 juillet 2014. La DSI actuelle est sous la responsabilité de l'italien Andrea Pifferi[2], il a succédé au français Denis Grandinot qui a quitté son poste en 2009[3]

Historique[modifier | modifier le code]

En 1850, Émile Dupond et Charles Demarle ouvrent à Boulogne-sur-Mer une petite usine de ciment à prise rapide dit « ciment romain ». Cinq ans plus tard, le « Ciment Portland naturel de Boulogne-sur-Mer » obtient une première médaille à l'exposition universelle de Paris. En 1861, la société « Demarle et Cie » franchit le cap des 10 000 tonnes vendues dans l'année.

En 1881, Demarle et Cie fusionne avec la Compagnie des Ciments Portland Desvres, l'entreprise devient une société anonyme et devient Ciments Français. Les ventes dépassent 100 000 tonnes.

En 1913, après une croissance régulière sur 20 ans, la société possède 5 usines : Boulogne, Desvres, Guerville, La Souys et Couvrot. Les ventes dépassent 400 000 tonnes.

En 1931, un record de production est franchi, avant la crise des années 1930, 673 000 tonnes. Ce volume ne sera retrouvé qu'en 1947. Ciment français acquiert de deux nouvelles usines : Beaucaire et Espiet.

En 1941, l'usine de Boulogne est détruite et le siège social est transféré à Guerville.

En 1949, après la guerre, la société répond à l'effort de reconstruction. Les 11 usines de Colombelles, Airvault, Cruas, Montebourg et Neux sont utilisées au maximum et la production atteint le million de tonnes. En 1961, la production atteint les 2,5 millions de tonnes.

Usine des Ciments Français Italcementi Group à Beaucaire (Gard)

1971 est une année importante pour le groupe avec la reprise de Poliet et Chausson qui, après les fusions de Loisne et Ciments de Rombas, donne à la société sa structure actuelle. Les 23 usines du groupe couvrent 35 % du marché français. Les ventes dépassent 10 millions de tonnes.

En 10 ans, le potentiel des usines existantes est renforcé. L'unité de Bussac-Forêt en Charente-Maritime voit le jour en 1980. Le développement international s'amorce avec Rumelange au Luxembourg et Coplay aux États-Unis.

En 1990-1991, le développement international s'accélère en Belgique avec la reprise de la Compagnie des Ciments Belges, en Grèce (Halyps Building Materials) et en Turquie (Set). La production atteint 20 millions de tonnes.

En 1992, Paribas cède à Italcementi 39,8 % du capital de Ciments Français. Une coentreprise est créée à Chypre.

En 1998, de nouvelles acquisitions sont réalisées en Bulgarie, Thaïlande et Kazakhstan. Italcementi monte à 65 % du capital.

En 2000-2001, Ciments Français investit dans une coentreprise en Inde, et entre dans le capital du leader égyptien Suez Cement. La production de ciment atteint 30 millions de tonnes. En 2004-2005, Ciments français reprend le leader égyptien Suez Cement à 51 % et d'Asec Cement Company, un autre cimentier égyptien.

Le 16 février 2009, Italcementi lance une offre publique d'échange sur Ciments français[4]. Italcementi, qui possède 81,01 % de Ciments Français, propose un ratio de 8,25 actions Italcementi contre une action Ciments Français. Le 15 avril, à l'assemblée générale de Ciments Français, les actionnaires minoritaires ont souligné leur mécontentement vis-à-vis des modalités de fusion avec Italcementi provoquant l'échec de la fusion prévue[5].

En 2011, Ciments Français vend sa filiale turque (SET Holding et ses filiales) à Limak Holding[6].

En 2014, Italcementi lance une OPA simplifiée sur Ciments Français et la procédure de retrait obligatoire visant les actions Ciments Français est mise en œuvre le 15 juillet. Ciments Français n'est plus cotée en bourse.

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières en millions d'euros
Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008[7] 2009[8] 2010[8] 2011
Chiffre d'affaires - 3 000 - - - - 4 245 4 171 -
Résultats d'exploitation - - - - - - 506 481 -
Résultats nets part du groupe - - - - - 382 337 318 -
Fonds propres - 2 200 - - - - - - -
Dettes financières - 1 050 - - - - - - -

Données boursières[modifier | modifier le code]

  • Actions cotées à la bourse de Paris jusqu'au 15 juillet 2014, date de leur radiation définitive
  • Membre de l'indice CAC Mid 100
  • Code Valeur ISIN = FR0000120982
  • Valeur nominale = euro
  • Actionnaires principaux en 2005 : Flottant 23,7 %, Italcementi 64 %, Mediobanca 11,4 %, autocontrôle 1 %.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]