Château de Montpoupon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Montpoupon
Image illustrative de l'article Château de Montpoupon
Le château de Montpoupon
Période ou style Moyen Âge, Renaissance
Type Château fort
Protection  Inscrit MH (1930)
Logo monument historique Classé MH (1966)
Coordonnées 47° 15′ 11″ N 1° 08′ 28″ E / 47.253, 1.1411 ()47° 15′ 11″ Nord 1° 08′ 28″ Est / 47.253, 1.1411 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Touraine
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Commune Céré-la-Ronde

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Montpoupon

Le château de Montpoupon se situe en Indre-et-Loire, à l'est de Tours, à 10 km au sud de Montrichard et à quelques km du château de Chenonceau sur la route de Loches, dans une vallée, au cœur d'une forêt. Il dépend de la commune de Céré-la-Ronde. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis janvier 1966[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque carolingienne les Coin, un clan germanique, choisissent de s'établir sur le piton rocheux qui prend le nom de « Mons Poppo » qui est ensuite latinisé en « Mons Popeo » puis « Mont poupon », et enfin Montpoupon.

Au Moyen Âge, le château est une place forte stratégique car il est à mi-chemin entre Loches (alors aux mains de Foulques Nerra) et Montrichard (appartenant à son ennemi juré  : Eudes, comte de Blois).

À la fin du Moyen Âge (XIVe siècle) Montpoupon passe aux mains des seigneurs de Prie et de Buzançais qui le reconstruisent en 1460 car depuis la guerre de Cent Ans il avait été laissé à l’abandon : ils le transforment en une demeure de style Renaissance et construisent en 1500 la poterne d'entrée.

Grâce à Montpoupon les Prie peuvent résider au plus près de la Cour qui se déplace à cette époque entre les différents châteaux royaux de Touraine. Leur fidélité aux Valois leur permet d’accéder à de grandes charges : Grand Panetier, Grand Queux, Grand Maître des Arbalétriers.

La famille se succède à Montpoupon jusqu'au milieu du XVIIe siècle puis se transmet par les femmes : Louise de Prie, duchesse de la Motte Houdancourt, sera gouvernante des Enfants de France et Louis XIV la tient en grande estime.

À cette période les bâtiments se délabrent car ces dames préférant la Cour (maintenant à Versailles) viennent très peu en Touraine. En 1763 le château est vendu au Marquis de Tristan (le père du futur maire d'Orléans) qui veut en faire une exploitation agricole. Finalement il tombe amoureux du lieu et restaure le château, lui redonnant un peu de sa splendeur d'antan.

La Révolution marque un coup d'arrêt à ses projets (seule la chapelle sera détruite).

En 1840, monsieur de Farville, son nouveau propriétaire, fait construire les communs tels qu'ils existent aujourd'hui.

En 1857 Jean-Baptiste de la Motte Saint Pierre achète le château. La famille entreprend des travaux extérieurs (fin XIXe siècle) et intérieurs (1920) afin de lui redonner l'aspect Renaissance qu'il présente aujourd'hui.

En 1973, l'arrière petite fille de Jean-Baptiste de la Motte Saint Pierre, Solange de la Motte Saint Pierre, ouvre le château à la visite, principalement sur les cuisines et les communs où sont exposés des objets de vénerie. Mais c'est en 1995, avec le concours de son neveu, Amaury de Louvencourt que ces communs, ancien cœur de l’activité équestre et cynégétique de Montpoupon, abritent un musée sur le cheval et la chasse et deviennent un des trois musées français de la vénerie).

Le château de Montpoupon et ses dépendances ont été inscrits monument historique le 1er mai 1930 puis une partie, les façades et les toitures du châtelet et de la tour dite Le Donjon ont été classés le 28 janvier 1966[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'entrée du château de Montpoupon se fait par un porche voûté à double porte et le châtelet se compose d'une tour carrée à deux étages, flanquée de deux tourelles éclairée de larges fenêtres à croisées de pierre et décorées de pilastres Renaissance. La tour d'angle est percée de meurtrières. La tour ronde qui jouxte le château est couronnée par un chemin de ronde datant du XVe siècle. Un escalier permet de descendre de cette courtine avec à chacun des deux étages une chambre carrée dont la cheminée en pierre est à ornementations gothiques. En dessous se trouve une salle voûtée.

Une tour d'escalier octogonale donne accès aux étages. Des modifications ont été effectuées au XVIIIe siècle et une corniche a remplacé les mâchicoulis.

Dans le château, la peinture en camaïeu gris et noir sur des poutres brutes présente des motifs décoratifs de feuillages et d'arabesques du plafond de la salle-à-manger pourrait dater de la fin du XVIe siècle[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]