Eudes Ier de Blois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eudes de Blois.

Eudes Ier de Blois (950995 ou 12 mars 996[réf. nécessaire]), succède à son père comme comte de Blois, comte de Tours, de Châteaudun, de Chartres, de Beauvais et de Dreux. Seigneur de Chinon et de Saumur, il fut l'un des plus puissants seigneurs du temps d'Hugues Capet.

Il est le fils de Thibaud dit le Tricheur et de Liutgarde de Vermandois, fille de Herbert II de Vermandois. Vers 978/980, il épouse Berthe de Bourgogne, fille de Conrad III dit le Pacifique, roi de Bourgogne.

Suite au conflit qui opposait son père à l'archevêque de Reims sur le château de Coucy, il reçoit en 965 ce château mais « en précaire » de l'archevêque. Dans les années 970, dans les conflits pour le duché de Bretagne, il soutient le comte de Rennes, Conan, affermissant l'influence de sa famille dans ce territoire.

Il reçoit du roi carolingien Lothaire le titre de comte palatin qui restera dans sa famille. Il ne tarde pas, avec ses cousins Herbertiens, à devenir fidèle des Carolingiens contre les Robertiens. En 988, il assiste Charles de Lorraine dans sa prise de Laon, qui avait appartenu à son père Thibaut le Tricheur.

En 991, il abandonne le parti du Lorrain contre la ville de Dreux. Mais à la mi-991, en tentant de s'emparer de Melun qui appartient à Bouchard le Vénérable, le fidèle parmi les fidèles d’Hugues Capet, il voit alors s’élever contre lui une alliance comprenant Hugues Capet, Richard Ier de Normandie et le comte d’Anjou, Foulque III Nerra, gendre de Bouchard.

Il reçoit d’Hugues Capet le titre d’abbé laïc de Saint-Martin de Tours et de Marmoutier qui devient la nécropole dynastique des comtes de Blois. Cependant, au printemps 993, le comte Eudes Ier de Blois, déçu qu'Hugues Capet et son fils aient refusé de lui conférer le titre de duc des Francs, imagina, en liaison avec Adalbéron de Laon de les faire capturer lors d'une rencontre projetée à Metz avec l'empereur Otton III et de placer Louis, fils du duc Charles de Basse-Lotharingie, sur le trône[1]. Eudes Ier de Blois serait devenu duc des Francs et Adalbéron évêque de Reims. Hugues Capet et son fils prévenus firent échouer cette tentative.

Vers 995, il entre en guerre contre le comte d'Anjou, Foulque III Nerra, déjà en conflit sur sa frontière chartraine avec Conan Ier de Bretagne.

Eudes Ier parvient à créer une alliance qui réunit son beau-frère, le duc d'Aquitaine, Guillaume IV de Poitiers, le comte de Flandre Baudouin IV le Barbu, et même son ancien ennemi, le duc de Normandie, Richard Ier. Au cours de l'hiver 995-996, ils mettent le siège devant le château de Langeais où s'est réfugié Foulque III, mais l'arrivée du roi Hugues Capet au secours de l'Angevin, met fin à leur entreprise.

Malade peu après, Eudes Ier de Blois rentre à l’abbaye de Marmoutier de Tours où il meurt le jeudi 12 mars 996. Sa veuve, Berthe de Bourgogne[2], se remarie avec le roi de France, Robert, le fils d'Hugues Capet dont la mort le 24 octobre 996 a permis ce mariage auquel il était farouchement opposé.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

En 978/980, il épouse Berthe de Bourgogne qui lui donne[3],[réf. insuffisante][4] :

Si l'on consulte ce que dit l'auteur Charles Delettre dans son Histoire du diocèse de Beauvais[8], il est difficile d'admettre que ce Roger, évêque comte de Beauvais, soit le fils d'Eudes Ier de Blois et de Berthe.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Theis, Robert le Pieux, Librairie Acédémique Perrin, 1999, p. 76.
  2. Berthe de Bourgogne
  3. Sur le site Medieval Lands, lequel cite et s'appuie sur des sources primaires, Roger de Blois ne figure pas comme enfant d'Eudes de Blois et Berthe de Bourgogne
  4. Descendance de Berthe de Bourgogne sur le site jean-francois.campion.perso
  5. Dynastie de Champagne
  6. Beauvais sur le site Cosmovision
  7. Bibliotheque Sacree des Révérends Pères Richard et Giraud, 1827.
  8. Charles Delettre, Histoire du diocèse de Beauvais, depuis son établissement..., Impr. d'Ach. Desjardins, 1842, p. 429

Voir aussi[modifier | modifier le code]