Les Trois Mousquetaires (film, 1961)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Trois Mousquetaires (homonymie).

Les Trois Mousquetaires

Description de cette image, également commentée ci-après

Semur-en-Auxois, un site de tournage extérieur

Réalisation Bernard Borderie
Scénario Bernard Borderie
Jean-Bernard Luc
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Borderie
Les Films modernes
Le Film d'Art
Fonoroma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Film de cape et d'épée
Sortie 1961
Durée 193 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Trois Mousquetaires est un film franco-italien en deux parties de Bernard Borderie, sorti en 1961.

  • Première époque : Les Ferrets de la reine
  • Deuxième époque : La Vengeance de Milady

Synopsis[modifier | modifier le code]

Première époque — Les Ferrets de la reine

Au XVIIe siècle, le jeune D’Artagnan quitte sa Gascogne natale pour Paris où il va postuler auprès du capitaine des mousquetaires, M. de Tréville, une connaissance de son père. Sur son chemin, il a une altercation avec un mystérieux individu qu’il a aperçu s’entretenant avec une non moins mystérieuse jeune dame blonde et on lui dérobe la lettre de recommandation destinée à M. de Tréville. Engageant Planchet comme valet pour continuer sa route, d'Artagnan arrive à Paris, vend son cheval boiteux et se rend à la caserne des mousquetaires. Pendant l'entretien avec le capitaine, il reconnaît son agresseur et le poursuit pour se venger. Mais dans sa course, il s'achoppe successivement à trois mousquetaires, Athos, Porthos et Aramis. Comme l’exige la coutume des mousquetaires, bien que les duels soient interdits par le cardinal de Richelieu, ceux-ci le défient pour réparation. Il accepte avec grâce, devant se battre à midi, une heure et deux heures avec chacun d'entre eux au Pré-aux-Clercs, derrière le jardin du Luxembourg. Sur les lieux de leurs affrontements, les quatre hommes sont surpris par les gardes du cardinal et pactisent alors pour les combattre. Vainqueurs, les trois mousquetaires et d’Artagnan deviennent amis, s’étant reconnus comme de fidèles sujets de leur roi Louis XIII. Ils vont, dès lors, être les défenseurs acharnés du couple royal et, de ce fait, devenir les ennemis jurés du cardinal et de ses nombreux sbires, dont le comte de Rochefort, le capitaine des gardes du cardinal, et la très dangereuse autant que belle espionne Milady de Winter

Deuxième époque — La Vengeance de Milady

Devant l'affront que leur a fait D’Artagnan, Milady de Winter et le cardinal de Richelieu décident de se venger. Leur tâche est facilitée par le fait que D’Artagnan est devenu l'amant de Constance Bonacieux et que le chevalier doit faire parvenir à la reine une lettre du duc de Buckingham. Dans cette lettre, l'Anglais annonce sa décision de débarquer à La Rochelle qui est aux mains des protestants pour les faire basculer dans le royaume d'Angleterre. Le cardinal de Richelieu désire, par tous les moyens, connaître le contenu de cette lettre. C'est pour la contraindre à parler sous la torture que Constance Bonacieux est enlevée puis séquestrée dans un couvent par le comte de Rochefort. Milady se charge de faire parler D’Artagnan grâce à ses charmes. Le chevalier lui laisse croire qu'il en tombe amoureux pour connaître l'endroit où Constance est enfermée. Après avoir obtenu les renseignements et découvert que Milady est marquée de la fleur de lys qui désigne les prostituées, il parvient à s’échapper grâce à ses amis mousquetaires. Ils partent ensemble pour délivrer Constance. Mais Milady, folle de rage, parvient à les devancer pour assouvir sa vengeance. Cependant, Athos et Milady sont liés par un terrible secret…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

  • Festival Pérouges de cape et d'épée 2013 : du 12 au 14 juillet, la ville de Pérouges accueille dans sa cité médiévale, où de nombreuses prises de vue ont été effectuées il y a plus de 50 ans, trois membres de l'équipe du film, les acteurs Mylène Demongeot et Gérard Barray ainsi que le maître d'armes Claude Carliez, pour une commémoration du tournage avec projection publique et gratuite de la deuxième époque du film, La Vengeance de Milady, numéros d'escrime artistique exécutés par de célèbres troupes françaises, exposition et conférence, spectacles de rue, banquet des mousquetaires, etc.[1]

Production[modifier | modifier le code]

Les intérieurs ont été tournés aux studios de Joinville (Val-de-Marne). Les extérieurs ont été tournés :

Autour du film[modifier | modifier le code]

« J’apprends par les journaux que les frères Borderie, Charles et Raymond, les producteurs des Sorcières de Salem, vont mettre en chantier avec le metteur en scène Bernard Borderie, fils du second, Les Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas. Un de mes livres bien-aimés et un rôle dont je rêve, celui de la fameuse Milady de Winter.
Là, je ne perds pas une seconde et je fonce les voir. Je leur dois encore par contrat deux films avec un salaire extrêmement bas mais je m’en fous complètement. Ce rôle, je le veux. Je leur fais une guerre obstinée. Ils me trouvent trop jeune ? Je leur prouve par A + B que les héros de Dumas sont jeunes… Je les supplie de me faire confiance et j’obtiens le rôle à l’arrachée. Épuisée mais ravie. […] Mais je vais, encore une fois, être déçue. Par le scénario. Pourquoi s’obstiner à faire autre chose que ce qui a été écrit par un merveilleux feuilletoniste ? Personne ou presque ne peut rien faire mieux que lui. Toutes les adaptations seront toujours moins fortes, moins visuelles, moins impétueuses, moins érotiques que l’original… Je me souviens d’une scène dans le lit de Milady la nuit, où, profitant de l’obscurité, D’Artagnan remplace en douce le comte de Wardes… Personne, à ma connaissance, ne l’a encore jamais portée à l’écran. »

— Mylène Demongeot,Tiroirs secrets, Éditions Le Pré aux clercs, 2001 (ISBN 2-84228-131-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : communiqué du 29 juin 2013 de la radio Lyon Première, voir Pérouges de cape et d'épée pour le 14 juillet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]