Château de Serrant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Serrant
Image illustrative de l'article Château de Serrant
Architecte Jean Delespine
Début construction 1539
Fin construction 1710
Propriétaire initial Péan de Brie
Destination initiale Château
Propriétaire actuel le prince et la princesse Charles de Mérode
Protection Logo monument historique Classé MH (1948)[1]
Coordonnées 47° 24′ 54″ N 0° 44′ 40″ O / 47.415059, -0.74455147° 24′ 54″ Nord 0° 44′ 40″ Ouest / 47.415059, -0.744551  
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Commune Saint-Georges-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Serrant

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Château de Serrant

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Château de Serrant

Le château de Serrant est situé à Saint-Georges-sur-Loire, dans le département du Maine-et-Loire, à une quinzaine de kilomètres à l'ouest d'Angers.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château est essentiellement de style Renaissance, construit à la place d'un château médiéval en schiste ardoisier. Les douves témoignent de la période où Serrant était une place forte surveillant le passage de la Loire.

En 1539, le propriétaire, Péan de Brie, dépêche l'architecte angevin Jean Delespine pour construire un corps de logis bâti autour d'un escalier à double volée contrariée. Les travaux son continué par son fils Charles de Brie.

Il est aussi prévu deux ailes en retour. Mais Charles de Brie se trouve à court d'argent et les travaux ne peuvent pas être achevés immédiatement. Le château ne comprend que la partie gauche et l'escalier central du bâtiment principal.

En 1603, la propriété est saisie, puis vendue à Scipion Sardini.

Château de Serrant

En 1636, Guillaume Bautru en devient propriétaire; il reprend les travaux en respectant les plans d'origine. La famille Bautru fait construire deux ailes en symétrie sur la cour qui sont achevées en 1710. Ils font également édifier les deux pavillons qui ferment la cour. Les façades ont été poursuivies à l'identique sauf dans les parties hautes où l'étage de comble est remplacé par remplacé par un étage d'attique mais cette modification a été supprimée par Lucien Magne en 1870. L'homogénéité du style a été sauvegardée.

Le domaine passe par la suite aux marquis de Vaubrun.

En 1749, François Jacques Walsh, armateur nantais, devient seigneur de Serrant en achetant le domaine à Madeleine Diane de Vaubrun, duchesse d’Estrée.

Les Walsh réaménagent la décoration intérieure, créent un parc "à l'Anglaise", et apposent leurs armes à la monumentale grille d'honneur.

En 1754, la seigneurie de Serrant est érigée en comté par lettre patente de Louis XV.

On dit que lors d'une visite, Napoléon Ier, dont l'épouse Joséphine eut comme dame d'atours une châtelaine de Serrant, fut impressionné par son escalier d'honneur.

En 1830, Valentine Walsh de Serrant, petite-fille de François-Jacques, épouse Charles Bretagne Marie Joseph, duc de La Trémoïlle.

En 1939, la duchesse de La Tremoille mit le château à la disposition de l'État pour y abriter des œuvres des musées nationaux[2].

Le dernier du nom étant mort jeune et sans postérité dans l'incendie d'un château anglais en 1925, l'important patrimoine familial, dont Serrant, a été transmis à leurs parents de la branche cadette de la famille princière de Ligne. Afin de préserver le nom « La Trémoïlle », ils entreprennent les démarches administratives pour allonger leur nom en princes de Ligne-La Trémoïlle.

59 - Serrant Château 2.jpg
La façade sud.

Cette importante demeure très bien entretenue, abrite, outre un riche mobilier ancien, le fonds Duchatel, archives d'un ministre de Louis-Philippe Ier, père d'une duchesse de La Trémoille qui fut proche d'Adolphe Thiers, a été classé Monument Historique par arrêté du 29 septembre 1948, ainsi que le tombeau en marbre sculpté du marquis de Vaubrun, superbe témoignage d'art funéraire du XVIIIe siècle.

En 2005, la princesse Hedwige de Ligne-La Trémoïlle hérite du château de Serrant où elle s'installe avec son époux le prince Charles-Guillaume de Merode, chef de la maison princière de Merode.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les douves datent du château médiéval préexistant.

Le logis est construit autour d'un escalier à double volée contrariée en pierre à voûtes décorées de caissons[1].

Le parc à l'anglaise du XVIIIe siècle entoure le château et diverses dépendances, le colombier, l'orangerie les écuries et les autres communs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00109270 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Corinne Bouchoux, Rose Valland, la résistance au musée, Geste éditions / Archives de vie, 2006, p.46

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]