Château de Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Tours
Image illustrative de l'article Château de Tours
Le Château de Tours et la tour de Guise
Début construction XIe siècle
Propriétaire actuel Commune, État
Destination actuelle Musée
Protection Classé/inscrit MH (1913-1973)
Coordonnées 47° 23′ 50″ N 0° 41′ 37″ E / 47.3971, 0.6936 ()47° 23′ 50″ Nord 0° 41′ 37″ Est / 47.3971, 0.6936 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Touraine
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Commune Tours

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Tours

Géolocalisation sur la carte : Tours

(Voir situation sur carte : Tours)
Château de Tours

Le château de Tours, en Indre-et-Loire, est situé en bordure de Loire dans le quartier le plus ancien de Tours, proche de la Cathédrale Saint Gatien, érigé sur les vestiges de la cité antique dont Tours tire son origine. Il est la trace fort modeste d'un château médiéval du XIe siècle, tel qu'il fut modifié au XIIIe siècle et XVe siècle où il acquiert le statut de demeure royale. Presque entièrement détruit au XVIIIe siècle et substantiellement adapté pour les besoins de l'armée à partir de la Révolution, ce qu'il en reste est tiré de l'oubli et restauré dans la seconde moitié du XXe siècle. Il fait l’objet d’un classement partiel au titre des monuments historiques depuis le , l'autre partie bénéficiant d'une inscription à l'inventaire supplémentaire le [2]. Il abrite aujourd'hui des activités culturelles et patrimoniales.

Historique[modifier | modifier le code]

Des fouilles effectuées entre 1974 et 1978 (infra) compensent partiellement l'absence de textes médiévaux précis sur l'histoire du château et les faiblesses d'une iconographie parfois enjolivée[3].

Le château comtal en pierre du XIe siècle[modifier | modifier le code]

Le château du XIe siècle (reconstitution)

Succédant sur le site à une série de constructions qui furent, dès le Ve siècle, la résidence d'une haute aristocratie demeurée anonyme dans les sources écrites - nonobstant la tradition qui veut que les comtes de Blois, devenus Vicomtes puis Comtes de Tours, aient eu au IXe siècle une résidence située plus à l'Est du château (Tour Hugon)[note 1] - la nouvelle construction en pierre du XIe siècle est érigée sur l'emplacement de thermes primitifs utilisés jusqu'au IVe siècle (Bas-Empire), du temps de la ville gallo-romaine de « Caesarodunum »[4]. Elle est édifiée par l'un des comtes d'Anjou, probablement Geoffroy Martel vainqueur de la maison de Blois qui s'approprie la Touraine en 1044 après la bataille de Nouy[4],[3],[note 2]. Consécutivement bâtie entre 1044 et 1060[5], elle réutilise, au Nord et à l'Ouest, le mur de fortification gallo-romain de la vieille cité close, beaucoup plus épais (4 m 50) que les murs du nouvel édifice (2 m 80), déjà doté de tours et de poternes au IVe siècle. Au moins l'une de ces poternes coté Loire, décorée d'une frise en bas-relief, sera maintenue ultérieurement lors de l'évolution du château au XIIIe siècle et XVe siècle[6],[note 3].

Prise de Tours par le Roi de France en 1189 (Château et Châteauneuf réunis de façon romanesque)[7]

Tel que l'on peut le reconstituer à partir des fouilles, le château comtal, à l'évidence plus résidentiel que défensif, est composé d'une grande salle quadrangulaire de 28 m de long sur 8 m de large, orientée Nord/Sud[3],[8],[note 4], comportant un étage résidentiel public (au moins partagé), disposant de cinq fenêtres et d'une tour carrée de 6 m sur 6 m accolée dans l'angle Sud-Est, ayant trois ou quatre étages, où pouvait se situer la camera des comtes d'Anjou[9]. Les sous-sols et le rez-de-chaussée sont réservés au service (cuisines, réserves). Un puits s'y trouve au niveau de la tour. L'accès aux étages se faisait vraisemblablement par un escalier extérieur en bois[3].

À l'époque Tours est bipolaire : versant Ouest, le bourg de Châteauneuf nouvellement fortifié autour de la basilique Saint-Martin et de son pèlerinage; versant Est, le château situé dans l'angle Nord-Ouest de l'ancienne cité - qui englobe la cathédrale - contrôle le débouché du seul pont enjambant la Loire dont la construction, principalement en pierre, fut entreprise en 1033 par le comte Eudes II de Blois, juste avant que son successeur Thibaud III de Blois ne perde le comté.

La tradition prête à Henri II Plantagenêt un rôle dans l'édification du château vers 1160 mais aucune preuve n'en témoigne[note 5]. Cependant, la construction initiale est complétée de constructions de part et d'autre de la tour, ainsi que du côté méridional et oriental, dont une probable chapelle, possiblement dans le courant du XIIe siècle, sans que l'on puisse trancher la datation exacte de chacune d'elles[10]. Le château est endommagé lors des luttes entre le Roi de France Philippe Auguste et les Plantagenêts à la fin du XIIe siècle[11]. La cathédrale romane primitive, proche du château, est détruite à cette occasion.

Il est probable que les comtes d'Anjou qui résidaient principalement à Angers ne faisaient qu'y passer. Ils étaient représentés par le « praepositus » (prévôt), le château étant destiné à assurer la présence du nouveau pouvoir et la nouvelle forme de gouvernement mise en place dans la ville[3]. Cependant, Foulques le Réchin préfère le château de Tours à celui d'Angers à la fin de sa vie[12].

Le château royal du XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Une halte fortifiée pour les rois avant la Renaissance[modifier | modifier le code]

Le château du XIIIe : œuvre possible de Saint-Louis, roi de France (1214-1270)

Après la conquête française et l'annexion de la Touraine au royaume de France en 1204 (régularisé par le traité de 1259) par le Roi Philippe Auguste, l'un de ses successeurs - peut être pas Philippe III le Hardi[note 6], plus probablement le père de ce dernier, Saint Louis, ou sous son règne[note 7] - le restaure et l'agrandit dans la première moitié (ou à la fin) du XIIIe siècle, par le Sud et l'Est, englobant l'ancien édifice comtal des XIe-XIIe siècles, pour le transformer en une forteresse royale quadrangulaire de 2 000 m2 environ, selon le modèle « philippien » (Philippe Auguste) qui s'était imposé au début du siècle[4],[10]. Les raisons de ce renforcement peuvent tenir à la nécessité de défendre la ville contre les Anglais, ou plus probablement pour affirmer le pouvoir royal face au puissant et riche pouvoir clérical de la basilique Saint-Martin afin de mieux soumettre la ville à la couronne[13].

Des document récemment exploités[note 8], l'iconographie utilisée avec prudence[note 9] et les fouilles modernes permettent de se représenter le château en grande partie disparu aujourd'hui, tel qu'il fut profondément remanié au XVe siècle[10], peut-être par l'un des ducs apanagistes de Touraine ou plutôt l'épouse de Charles VII, Marie d'Anjou[note 10].

Le château royal englobe l'édifice du XIe siècle. Au centre, la tour de Guise; à sa gauche, le Logis des Gouverneurs. La tour Est jouxte le « pont d'Eudes » dont le château domine l'entrée (Chastillon 1641)
Plan du château de Tours (Daniel Masses 1671)

Par exemple, au XVe siècle[14], la tour de Guise, qui subsiste encore de nos jours, voit son couronnement refait avec des mâchicoulis, ses niveaux complétés, en plus d'autres aménagements sur le logis. Une des poternes ouverte au Nord est dotée en 1467 d'une échauguette[15]. C'est aussi à cette époque que Marie d'Anjou aurait ordonné la construction d'un bâtiment indépendant, comportant trois étages, connu aujourd'hui comme le « Logis des Gouverneurs », qui emprunte également les fondations de l'enceinte gallo-romaine, en bord de Loire coté Est, dans le périmètre qui prolonge le château[16],[17].

À son apogée, le château royal garde sa vieille tour carrée du XIe siècle, approximativement au centre d'un quadrilatère convexe, fait de gros murs de 1 m à 3 m d'épaisseur, comportant des contreforts. Il est cantonné de quatre puissantes tours rondes, d'inégale importance, équipées de canonnières ou de meurtrières, ces parties datant principalement du XIIIe siècle[3],[18] dont la « tour de Guise » - du nom du jeune duc qui s'en échappa en 1591 (infra) - était la tour maîtresse, aux caractéristiques plus proches d'un donjon. Elle est la plus grande (plus de 30 m de haut à l'époque), les deux tours coté Ouest sont identiquement les plus petites[10]. Le château borde directement la Loire qui était navigable[19]. Un large fossé cerne le château sur les trois autres côtés et la porte principale ouvre à l'Est, desservie par un pont-levis lui-même protégé par une avant-cour fermée par un portail donnant au Sud sur la basse-cour. L'enceinte castrale délimite deux espaces : le bâti à l'Ouest et une grande cour à l'Est[3]. Le château possède sa chapelle (centre.côté Loire) communiquant avec l'étage résidentiel du XIe siècle, où se situe l'aula[20] (donnant sur la tour Nord-Ouest), qui est chauffée par 3 cheminées et éclairée par 6 fenêtres[10]. Mais le périmètre du site s'étend au Sud et à l'Est du château, sur un peu moins de 2ha, dont plus de 4 000 m2 pour l'emprise du château (fossés inclus). Il est sectorisé, comporte la basse-cour du château, ses annexes, une grande écurie et une remise de carrosses, d'époques différentes, et débouche dans la Grande rue au Sud (actuelle rue Albert-Thomas) par où il faut passer pour accéder au château[6]. Le tout contribue à la protection du pont d'Eudes, fortifié au XIIIe siècle[note 11], qui reste la seule voie d'accès Nord à Tours - ville désormais unifiée depuis la Guerre de Cent Ans[note 12] - par la porte Saint-Genest (ou Genais), elle-même fortifiée, attenante au château[21].

Marié au château, Louis XI le dédaignera mais Tours restera capitale du royaume
Jeanne d'Arc fait halte au château de Tours avant le ci-devant siège d'Orléans

Le système défensif à 360° du château est conforté par des palissades plantées dans les fossés, profonds de 7 m20 à 9 m, et sur la grève côté Loire; la tour maîtresse, qui contrôle l'entrée et la Loire, a une base en forme de talus anti-bélier et anti-sape, dispose d'archères dont certaines sont aménagées ultérieurement pour les armes à feu et ses mâchicoulis permettent les tirs verticaux. Mais il présente quelques failles : un logis fragilisé par ses ouvertures; pas de chemin de ronde continu mais seulement une courtine entre les deux tours Est; les portes du château démunies de herse; deux poternes s'ouvrant sur la Loire sans pour autant permettre le ravitaillement de la garnison ou une contre-attaque surprise; une échauguette nullement défensive[22]. Ce qui conduit à constater que la sécurité du château de Tours, particulièrement vulnérable côté Loire, est moindre que les châteaux médiévaux des alentours comme Amboise, Chinon ou Langeais[22].

Après sa transformation, le château, qui ne fut surtout qu'une résidence royale de passage, excepté un temps pour Marie d'Anjou et le jeune dauphin[23], est progressivement délaissé par les rois au profit de résidences plus accueillantes du Val de Loire de la Renaissance[3]. Le château sera le siège du bailliage de Touraine (son titulaire est grand-bailli à partir de 1532), de la prévôté[23] et surtout du Gouverneur de Tours à partir de 1545 (date à laquelle la Touraine est érigée en gouvernement militaire) jusqu'à la Révolution[24]. Le château et le Logis des Gouverneurs furent ainsi progressivement connus collectivement sous le nom de « Palais des Gouverneurs » (le château devant servir d'annexe au logis)[25]. Le château et la ville de Tours font partie de la Généralité de Tours créée en 1542[26].

Épisodes historiques liés au château[modifier | modifier le code]

Le château de Tours peut s'enorgueillir d'avoir accueilli Jeanne d'Arc qui vint à Tours avant la libération d'Orléans en avril 1429[27], puis après, en mai[28]. Elle s'est d'ailleurs pourvue de son armure chez un brigandinier de la ville[note 13],[29]. Le 24 juin 1436, Marguerite d'Écosse (âgée de 11 ans) épouse, dans la chapelle du château, le fils (âgé de 13 ans) du roi Charles VII, par ailleurs duc de Touraine, et de Marie d'Anjou, le futur Louis XI de France, devant l'archevêque de Reims, Renault de Chartres[30],[31]. Charles VII lui-même s'y serait marié le 18 décembre 1413[32]. Avec celui-ci[33], Louis XI sera le dernier roi a fréquenter régulièrement le château de Tours sans y habiter vraiment. Il y installe son gouvernement à partir d'octobre 1461, vivant également au château d'Amboise ou guerroyant, jusqu'en 1470 où il transporte définitivement sa cour au château de Plessis-lès-Tours, que fréquentait déjà son père Charles VII quand le lieu s'appelait Montils-lès-Tours[10].

Le duc Charles de Guise a 15 ans lorsqu'il s'évade du château de Tours après l'assassinat de son père

L'anecdote la plus célèbre concerne le Duc de Guise.

Après que le roi de France Henri III ait fait assassiner son père, Henri de Guise, il fait enfermer toute sa famille. Le jeune Charles, 15 ans, est retenu depuis moins de 3 ans dans la tour maîtresse du château de Tours, au niveau 4 (infra), à la garde de trente archers. Il s'en évade le 15 août 1591, jour de l'assomption après s'être rendu à la chapelle du château y entendre la messe. L'évasion est préméditée. Il s'adresse familièrement à ses gardes comme à l'accoutumée et leur lance un défi à qui montera le plus vite, à cloche-pied, l'escalier à vis de la tour. Laissant ses gardes amusés sans vive réaction, le jeune duc s'élance promptement et s'enferme dans sa chambre, ordonnant à ses domestiques de ne pas ouvrir la porte qui est suffisamment renforcée de fer pour ne pas céder facilement. Puis il récupère la corde qu'on lui avait apportée la veille, cachée dans son linge, l'attache à un bâton qu'il passe entre ses jambes et se fait descendre. Il n'est pas encore à terre quand les gardes l'aperçoivent et tirent quatre coups de feu qui effrayent les domestiques qui lâchent la corde. Le jeune duc tombe d'une hauteur de 15 pieds (environ 4 m50) et se blesse légèrement au genou. Une barque l'attend au pied du château. Il gagne les faubourgs proches de La Riche avant de pouvoir rejoindre Bourges à cheval, puis Paris où il se fait reconnaître chef de la Ligue[34],[35]. L'évasion aurait été facilitée par le baron de La Châtre, à l'époque Lieutenant-général au gouvernement de Touraine, favorable à la ligue[36].

Le nom de la tour en conserve le souvenir et plus tard, celle-ci donnera son nom à la caserne qui s'établira dans ces lieux.

Le château-caserne du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le Logis des Gouverneurs, le château de Tours et le pont d'Eudes (Demachy 1787)

Sa vétusté, la disparition de son intérêt politique, ainsi que défensif, ses murs ne pouvant résister à l'artillerie[10] et les grands travaux d'urbanisme entamés à la fin de l'ancien régime par l'intendant François-Pierre du Cluzel[37] sonnent le glas du vieux château, dans une ville qui va se développer verticalement - et non plus horizontalement - par rapport à la Loire.

Au XVIIe siècle le château est déjà très délabré. Le lieu a fait l'objet d'utilisations diverses, en tant que prison (à partir du milieu du XVe siècle) et, simultanément, comme arsenal (XVIe siècle et XVIIe siècle), auxquelles il a été adapté[3],[10]. Dans cette période, la tour de Guise bénéficie d'importantes réparations qui n'empêchent nullement son état général de continuer à se dégrader[38]. Il sert ensuite de dépôt de mendicité entre 1768 et 1782[39],[40] et toujours de prison, bien qu'un projet des années 1770-1780 prévoyant la construction d'une nouvelle prison sur la totalité de l'emprise du château soit finalement abandonné[41],[42]. Il est de ce fait en grande partie démantelé à ce moment là et sert de carrière de pierres dès 1780, notamment pour la construction des quais de Loire, puis pour les casernements militaires[3]. Dans le même temps, le nouveau pont de pierre (futur Wilson) érigé plus à l'Ouest à partir de 1765 sur la méridienne Nord/Sud, entre Cher et Loire, condamne à la démolition le vieux pont d'Eudes déjà quasi impraticable depuis 1755[43], réduisant l'intérêt stratégique du site, alors privé de débouchés directs[note 14] mais consécutivement plus à l’abri.

L'implantation de l'armée sur le site à partir de la Révolution, renforcée à l'époque Napoléonienne, amène la réhabilitation très partielle du château et de multiples constructions[3]. Tours devient région militaire sous Napoléon III[44]. Plusieurs unités vont successivement y tenir garnison, alors que le château n'était jusque là qu'un lieu de passage pour les militaires[note 15].

Le château de Tours tel qu'il apparaît après la construction du pavillon de Mars (Lavis début XIXe siècle)[45]

Deux tours du château sont préservées, côté Est, mais à peine rénovées. Elles sont reliées par un bâtiment de caserne, comportant trois étages, probablement construit vers 1781 ou proche de cette date[46],[note 16], dit le « pavillon de Mars », édifié à l'emplacement de la grande cour intérieure de l'ancien château et de son enceinte Est[3].

Vue aérienne de la caserne de Guise (gravure vers 1855)

Autour du château, acquis par la ville de Tours en 1815 pour en faire une grande caserne[47], de nombreux bâtiments à usage de casernement et d'écurie sont érigés entre 1824 et 1832, suivant les plans de l'ingénieur départemental Cormier[48],[49], reliant entre autres le château et le Logis des Gouverneurs, ou de manière indépendante (certaines de ces dépendances subsistent encore aujourd'hui)[17],[50]. Le site est complément redistribué et réaménagé. Des terrains sont acquis, notamment au Sud-Est, du côté de l'actuelle rue Albert Thomas. Quelques constructions en briques sont plus tardives (1916)[48],[51]. Le Logis des Gouverneurs qui fut amputé d'un tiers de sa longueur, à l'Est, par le percement de la rue des Maures dès 1800, est allongé par compensation à l'Ouest en 1826[17]. Les mâchicoulis de la tour de Guise et l'ensemble de la tour, qui menace ruine, sont restaurés durant cette période[52],[45],[35]. Les vestiges Ouest du château sont arasés vers 1812 et l'espace est ensuite transformé en cour, fermée par des constructions et un mur côté rue, ultérieurement bordée d'arbres en interne (côté Nord et le long du pavillon de Mars), par laquelle se fait l'entrée principale de la caserne, au Sud, par la rue Saint-Maurice (actuelle rue Lavoisier)[note 17]. La cour se prolonge côté Sud, face à l'entrée, et débouche sur la place d'armes, à l'Est devant le château, elle aussi bordée d'arbres ultérieurement.

La caserne Meusnier vers 1910. L'entrée se fait par l'actuelle Lavoisier, en direction de la cathédrale

L'ensemble du casernement, qui englobe notamment le château et le Logis des Gouverneurs, prend officiellement le nom de caserne du « général Meusnier » en 1887, après s'être nommée « de Guise » jusque là[53],[note 18]. Successivement caserne de Cavalerie (3e Régiment des gardes d'honneur[41], 9e RCT par exemple), puis d'Infanterie à partir de 1845 (32e RI par exemple) et pour d'autres usages militaires[note 19], elle durera jusque dans les années 1960, avant que le site ne soit rendu à la ville de Tours en 1968[3],[17],[54].

Après la Seconde Guerre mondiale, le château ayant encore servi de prison sous l'occupation allemande[note 20], des préfabriqués montés à la hâte servent d'école au pied du pavillon de Mars, côté Ouest, dans l'ancienne cour de la caserne réquisitionnée, jusqu'au début des années 1960, puis cette partie est occupée par les services municipaux et l'ANPE[55]. À cette époque, la municipalité de Tours projette de récupérer la totalité du site de la caserne pour ses pompiers et un asile de nuit, au besoin en ne préservant que les deux tours classées aux monuments historiques depuis 1913[56]. Mais l'armée qui est usufruitière résiste[56]. Dans les années 1970 la préoccupation culturelle s'impose. Les tourangeaux n'ont pourtant plus conscience de leur château, totalement identifié à la caserne Meusnier, par ailleurs en piteux état et masqué par les arbres et les constructions.

Le site du château aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le château de Tours et le Logis des Gouverneurs ne sont véritablement valorisés comme patrimoine historique et culturel de la ville que depuis le début des années 1980, après les fouilles et le dégagement du site.

Les fouilles et la redécouverte d'un château[modifier | modifier le code]

Localisation des fouilles, remparts gallo-romains, emprise du château du XIIIe siècle et ce qu'il en reste aujourd'hui

Tel qu'il se présente aujourd'hui, le château de Tours est le fruit d'une restauration qui commence en 1972[55], avec notamment le concours des Compagnons du devoir, conjointement à des fouilles archéologiques entreprises de 1974 à 1978 par plus de 500 bénévoles britanniques et français, sous la direction de l’archéologue Henri Galinié, directeur de recherche au CNRS, fondateur ultérieurement du Centre national d'archéologie urbaine de Tours[4],[57]. Elles mettent au jour une partie des édifices antiques du site (remparts du Bas-Empire, deux ailes de thermes publics probablement organisés autour d'une palestre), quelques traces d'un habitat aristocratique entre le Ve siècle et le XIe siècle, les fondation du château du XIe siècle et XIIIe siècle et l'évolution de celui-ci, ancré sur les vestiges de l'enceinte Gallo-romaine, ainsi que divers objets surtout rattachés au château du XIe siècle (céramiques médiévales, pions pour jeux de table, monnaies des comtes d'Anjou, lampes à huile, etc.)[3],[4]. La masse d'information considérable recueillie suscite un travail scientifique sur le long terme. Entre 1998 et 2006, les données stratigraphiques, spatiales, photographiques et mobilières de ces fouilles ont, par exemple, fait l'objet d'un traitement informatique[4] et le rapport définitif sur ces fouilles est seulement sur le point d'être publié[58].

Les fouilles et la restauration ont conduit au désenclavement de l'édifice. Les tourangeaux découvrent alors, plus qu'ils ne redécouvrent, qu'ils ont un château, cette dénomination étant appelée à remplaçer peu à peu, dans les mémoires, celles de Palais des Gouverneurs et de caserne Meusnier.

Logis des Gouverneurs (coté Loire) en prolongement et sur les vestiges des remparts gallo-romains du IVe siècle
Vestiges des remparts gallo-romains du IVe siècle avec la poterne, qui constituaient le soubassement du château de Tours
État des fouilles vers 1977 révélant la demeure comtale du XIe siècle, son mur de refend plus tardif, la poterne gallo-romaine (fond droit) et les vestiges de la tour Nord-Ouest du XIIIe siècle (fond gauche)[59]

Au plan archéologique, seule une partie du site fut fouillée, correspondant exclusivement à la partie Ouest de l'ancien château, à l'emplacement de la cour de l'ancienne caserne devant le pavillon de Mars, ce qui nécessita l'arasement des constructions présentes et la destruction du revêtement en partie goudronné. Initialement et pendant plus de trente ans, une partie des fondations est ensuite restée à l'air libre en l'état où les fouilles les ont fait apparaître, donnant un aperçu partiel des dimensions de l'édifice initial et surtout de l'état successif d'une partie des thermes qui l'ont précédés. Ces vestiges antiques sont la vraie découverte scientifique de ces fouilles, avec la datation du château comtal en pierre, rectifiée au XIe siècle à l'époque de Geoffroy Martell (les monnaies les plus anciennes retrouvées portent son monogramme), alors qu'il était attribué jusque là à Henri II Plantagenêt seulement dans la deuxième moitié du XIIe siècle[60],[3]. Par contre, l'hypothèse situant la résidence des comtes de Blois au IXe siècle sur les lieux même du château de Tours et non au niveau de la tour Feu-Hugon plus à l'Est, comme il est admis par tradition sans preuves formelles[61], a finalement été délaissée par Henri Galinié, du fait qu'aucun élément probant ne permet de trancher, à commencer par la signification exacte du texte de 919 censé identifier et situer l'édifice comtal[note 21].

Depuis 2009, le tout a été recouvert de terre et engazonné dans un souci de protection du site[31] mais on devine encore les limites extérieures Nord de l'ancien édifice et de l'enceinte Gallo-Romaine avec sa poterne. À l'angle Nord-Ouest on y trouve en particulier les bases d'une tour d'une dizaine de mètre de diamètre qui fait saillie à l'extérieur du mur d'enceinte. Cette tour qui appartient au château du XIIIe siècle a remplacé une tour plus ancienne du IVe siècle[3] dont on peut avoir une meilleure idée avec la tour gallo-romaine qui nous est conservée attenante à l'Évêché (actuel Musée des beaux-Arts) et les vestiges de la tour dite « du Petit Cupidon » (cf. rue du même nom), qui constituaient respectivement l'angle Sud-Ouest et Sud-Est du castrum.

En dehors de ces traces et du Logis des Gouverneurs datant des XVe siècle et XIXe siècle, il ne reste plus aujourd'hui du château qu'un bâtiment central (le pavillon de Mars) datant de Louis XVI (XVIIIe siècle), borné par ses deux tours cylindriques du XIIIe siècle, qui sont le plus authentique témoignage de ce que fut le château royal, bien que les dégradations et les nombreuses restaurations les ont éloigné de leur état primitif[55] : la tour de Guise, enjolivée au XVe siècle, qui est la seule à être complète, et la tour du Cachot Secret, dont il manque aujourd'hui la partie haute arasée, probablement avant le XVIIe siècle[62],[63]. Il ne reste rien de la quatrième tour qui bordait l'ancien château au Sud-Ouest.

Les dépendances Est de l'ancienne caserne Meusnier sont actuellement occupées par le siège de la police municipale de Tours, place des Turones, accessible de la rue Lavoisier, au niveau de l'ancienne entrée de la caserne (ou par la rue des Maures)[54],[64] et la partie Sud, par la résidence l'Armorial. La plus grande partie de la place d'armes est transformée en parking (Place des Turones) mais les arbres qui l'ornaient jadis agrémentent toujours les lieux.

Architecture et caractéristiques de l'immobilier historique[modifier | modifier le code]

Le sol[modifier | modifier le code]

Emprise du château et partie du sol apparue lors des fouilles, partiellement déjà comblée avant son recouvrement en 2009

Il fait l'objet d'une mesure d'inscription aux monuments historiques depuis 1973[2] pour conserver l'intégrité du vieux château et préserver les révélations des fouilles qui donnent un aperçu significatif des occupations ancestrales successives dans ce quartier considéré comme le berceau de la ville de Tours.

La partie inscrite comprend donc toute l'emprise du château, avec ses différentes périodes de construction mises au jour lors des fouilles, délimitée par la partie de l'enceinte correspondant aux remparts du castrum Gallo-romain du IVe siècle (petit appareil de pierres, assise de brique et mortier rose) et celles du XIe siècle et XIIIe siècle et par le bâti en élévation tel que visible aujourd'hui. À l'intérieur de la partie fouillée dans sa profondeur sont également protégés : les traces d'occupation antiques datant du Bas-Empire subsistant dans la partie Sud (vestiges des thermes) et celles au Nord (poterne Gallo-romaine et son rétrécissement ultérieur, tel qu'utilisé pour les besoins du château), quelques traces plus tardives, puis celles du Moyen Âge central (limites de la demeure comtale et de sa tour carrée du XIe siècle dans l'angle Nord-Ouest).

La tour de Guise et ses sculptures[modifier | modifier le code]

La tour de Guise avec ses mâchicoulis

Bien qu'elle fut plusieurs fois remaniée, la tour nous fournit un témoignage appréciable de l'architecture militaire médiévale, faisant l'objet pour l'essentiel d'un classement aux monuments historiques depuis 1913 (gros œuvre, extérieur et intérieur), le reste étant inscrit en 1973 (façades et toiture conique en ardoise angevine)[2]. Construite en pierres de taille (différents calcaires locaux), à titre principal au XIIIe siècle, elle domine encore l'ensemble de l'édifice avec ses 25 m de haut (jusqu’au sommet des merlons du parapet), répartis sur cinq niveaux[note 22], telle qu'elle est à la suite de ses multiples restaurations[note 23], outre la restauration moderne qui lui a redonné ses deux planchers supérieurs, avec ses remarquables mâchicoulis du XVe siècle également restaurés. Son diamètre extérieur est de 11 m 50 pour un diamètre intérieur 5 m 80. Un œil averti peut deviner la trace de l'un des deux accès extérieurs bouchés (côté inférieur Nord-Ouest, le long d'une archère) qui à l'époque était nettement en surélévation par rapport à la base de la tour baignée par la Loire[65]. Le second débouche aujourd'hui dans le pavillon de Mars.

Cheminée engagée, au niveau 4 de la tour, rénovée en 1978[66]
Deux des 12 culs-de-lampes sculptés de la tour : possiblement Saint Louis et Blanche de Castille[67]

À l'intérieur, les escaliers en pierre sont d'origine, à l'exception de celui joignant les niveaux 4 et 5 refait en bois en 1978[68]. Ces deux derniers niveaux, ajoutés au XVe siècle et plus bas de plafond (4 m), sont hexagonaux, éclairés par des baies carrées qui comportèrent des barreaux jadis. Ils sont plus vastes que les niveaux inférieurs, les murs étant plus fins qu'à la base (2 m au sommet et 2 m 80 à la base)[22] ,[35] et comportent de belles cheminées engagées (hotte en retrait encastrée), parfaitement conservées, et en outre restaurées à l'époque moderne[note 24]. Les niveaux 1, 2 et 3 sont munis de meurtrières, certaines aménagées ultérieurement pour les armes à feu, en quinconce, dont l'ouverture en hauteur se rétrécit progressivement par niveau, de bas en haut (1 m 70, 1 m 40, 0 m 90)[69]. Certaines ouvertures ont été rétablies à l'époque moderne[70]. Au niveaux 1 et 2 il ne restait des cheminées que les corbeaux et le contre-cœur avant la restauration de 1978 qui a restitué à celle du niveau 1 une hotte et un linteau en bois. Les salles de ces deux premiers niveaux dont la hauteur dépasse 6 m (6,25 et 6,70) sont voûtés et leurs ogives retombent à chacun des deux niveaux sur six culs-de-lampes sculptés[71].

En dehors de l'anecdote historique qui lui a donné son nom (supra), ces sculptures constituent le vrai trésor de cette tour. Elles témoignent des nouvelles tendances artistiques du XIIIe siècle qui s'affranchissent peu à peu des traditions hiératiques pour occuper l'ensemble de l'espace architectural, avec plus de finesse dans la taille qu'auparavant, notamment dans les têtes humaines comme ici, même si la flore et la faune sont aussi présentes[67].

Ainsi, les culs-de-lampes du premier niveau représentent : une tête d'homme dans les feuillages, un animal, une tête de femme couronnée, un être cornu, un feuillage et une tête d'homme couronnée. Ceux du second niveau : une tête de femme couronnée, une tête de femme en cheveux, une tête d'évêque mitré, une tête d'homme couronnée, une autre femme en cheveux et une tête de femme coiffée d'un voile. Au niveau de la symbolique, rien n'interdit de reconnaître, avec prudence, le bien (homme feuillu) face au mal (être cornu), peut être l'évêque saint Martin et l'âne de sa légende, saint Louis couronné et Blanche de Castille voilée[67]. L'analyse stylistique suggère un concept commun avec les édifices de la région (cathédrale de Tours, église Saint-Julien de Tours, Marmoutier, Candes-Saint-Martin, etc.) qui laisse imaginer, avec la même prudence, l'œuvre d'un centre artistique tourangeau, dont l'existence reste néanmoins à démontrer[67].

La tour du Cachot secret[modifier | modifier le code]

Le puits qui aurait servi de cachot

Elle fait aussi l'objet d'un classement aux monuments historiques depuis 1913 complété d'une inscription en 1973 à l'identique de la tour de Guise[2]. Construite en pierres de taille au XIIIe siècle et après avoir été étêtée probablement au XVIIe siècle, elle est actuellement d'une hauteur de 22 m, répartis en trois niveaux, reliés par un escalier dans l'épaisseur du mur. Elle est équipée de meurtrières, dont certaines grossièrement transformées en canonnières ultérieurement, telles que restituées par la restauration moderne. Les salles sont circulaires. Les deux premiers niveaux sont à voûtes d'ogives reposant sur quatre culs-de-lampes simples. Il ne reste de leurs cheminées que les conduits. Le niveau supérieur est charpenté[72]. On ne connaît pas l'état qui pouvait être celui de la tour avant d'être mutilée mais elle a probablement perdu au moins un niveau. Son diamètre extérieur est de 10 m pour un diamètre intérieur de 4 m 20. Elle se trouve ainsi plus fine que la tour de Guise, mais plus épaisse que ne l'étaient les deux autres tours jumelles à l'Ouest (7 m20-3m) à quatre niveaux, aujourd'hui disparues. Du temps du vieux château, elle ne communiquait qu'avec la tour de Guise par une courtine courant sur les remparts Est, bordant la cour du château[71]. Le nom de cette tour, appelée plus simplement « tour sud », qui était ainsi la plus isolée à l'angle Sud-Est de la cour, rappelle que le château servit souvent de prison. Un puits, qui pourrait avoir servi de cachot, s'y trouve effectivement sous le niveau du sol, dont l'accès et la profondeur sont masqués par une grille ajourée. Il fut redécouvert par les compagnons du devoir lors de la dernière restauration[73] mais semble être constitué de l'ancien rez-de-chaussée de la tour condamné par les remblais successifs qui ont élevé le sol entourant le château, à l'égal de la tour de Guise (supra).

Le pavillon de Mars et la tour du Cachot
Le logis des Gouverneurs, côté place des Turones (accès Atelier d'histoire et bibliothèques)

Le pavillon de Mars[modifier | modifier le code]

Les façades, la toiture en ardoise à longs pans brisés mansardée, en croupe polygonale brisée, rénovées à l'époque moderne, son sol et ses deux escaliers intérieurs, en bois à balustres[74] au Sud, et au Nord, bénéficient d'un classement aux monuments historiques en 1973[2]. Ce bâtiment austère du XVIIIe siècle dont le soubassement est en pierres de taille, probablement par remploi de celles du vieux château, et l'élévation en moellons enduits, comporte quatre niveaux habitables. Dés sa construction, on établi une communication avec chacune des deux tours entre lesquelles il est sciemment édifié, empiétant en saillie par l'Ouest sur l'une et l'autre. C'est son seul attrait architectural en dehors de témoigner de ce type d'édifice. La communication avec la Tour de Guise correspond strictement à l'entrée principale dont cette dernière disposait coté Sud-Ouest. Les dimensions du pavillon sont d'environ 37 m de long, 13 m de large et 22 m de haut (au faitage), ce qui donne à l'ensemble de l'édifice (tours comprises) une emprise d'environ 54 m de long sur 19 m de large[75]. Sa façade Ouest empiète légèrement sur les vestiges de la tour carré du château du XIe siècle, notamment l'angle Sud-Est de celle-ci[76]. Son nom, qui fait référence au dieu romain de la guerre (Mars), évoque sa fonction de casernement militaire.

Le logis des Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Le logis bénéficie de la protection minimum, ses façades et la toiture en ardoise en bâtière à longs pans, avec mansardes à gables et pinacles pour la partie médiévale, rénovées à l'époque moderne, étant inscrites aux monuments historiques depuis 1973[2]. Il résulte de deux périodes de construction, la partie initiale en pierres de taille, amputée à l'Est du XVe siècle et la partie rajoutée à l'Ouest du XIXe siècle également en pierres de taille. Le soubassement est constitué des restes de la fortification du castrum gallo-romain. Ses dimensions sont d'environ 50 m de long, 10 m de large et 18 m de haut (au faitage). Il comporte 3 niveaux habitables, le niveau supérieur mansardé laissant apparaître en intérieur une magnifique charpente à ferme trapézoïdale en chêne massif, composée de trente poutres, qui est de facto protégée par l'inscription au Monuments historiques[77]. Son nom rappelle qu'il servit à loger les gouverneurs militaires de Touraine.

Un centre culturel et patrimonial majeur[modifier | modifier le code]

Depuis sa restauration le château est consacré aux activités culturelles et patrimoniales, avec des réussites variables. Il accueille le public mais ne se visite pas en tant que monument proprement dit.

Abritant un temps « l'Historial de Touraine » qui retraçait l'histoire de la ville avec près d'une centaine de personnages costumés, jumelé par la suite au musée Grévin à partir de 1984 jusqu'en 2005, il fera également office d'aquarium (« Aquarium tropical de Touraine ») où l'on pouvait voir environ 1500 poissons représentant 200 espèces, géré par une association, avant la création en 2000 du grand « Aquarium du Val-de-Loire », 20 km plus loin, à Lussault-sur-Loire par le même investisseur que l'historial[78]. Le grand projet muséographique initié par l'ancien maire Jean Royer, qui devait réunir plusieurs organismes, musées et associations locales sur l'histoire de la Touraine, n'a jamais abouti [réf. nécessaire]. On en retrouve pourtant encore l'idée en 2008[79].

Aujourd'hui, deux musées, notamment, animent le site qui recevrait entre 30 et 50 000 visiteurs par an[80]. L'entrée principale se fait côté Loire, entre le Château et le Logis des Gouverneurs, subsidiairement de l'autre côté par le cour l'Armorial qui dispose d'un parking. L'accès à ces musées est libre et gratuit, sous réserve des jours d'ouverture.

Exposition au château de Tours (été 2013)

Deux musées[modifier | modifier le code]

  • Le musée d'art contemporain du château

Le château abrite les services du patrimoine, des expositions et des relations internationales de la ville de Tours[3] qui y présentent annuellement et sur quatre niveaux, entre 10 et 12 expositions, habituellement gratuites. La programmation touche tous les champs de la création : de la peinture à la photographie, de la poterie à la sculpture, de l'archéologie à l'art contemporain[80]. Par exemple dans ce dernier registre : Joan Miró[81], Daniel Buren[82], Alexander Calder[83], etc. Ainsi que le cinéma[84]. Depuis 2010, la Ville de Tours et le centre d'art du Jeu de Paume de Paris se sont rapprochés pour présenter des expositions de photographies à caractère patrimonial, initialement payantes, ce qui ne devrait plus être le cas à la rentrée 2013[85],[86]. Par exemple sur Nadar[87], Pierre Bourdieu et l'Algérie[88], Émile Zola et André Kertész[89] ou Jacques Henri Lartigue[90], etc. (ouverture du mardi au vendredi, 14h-18h et weekend, 14h15-18h)[80].

Atelier d'histoire de Tours au Logis des Gouverneurs
  • L'atelier d'histoire de Tours

Depuis 1985 au Logis des Gouverneurs, « l'Atelier d'histoire de Tours » développe des activités de recherche et de pédagogie[91]. Dans un petit Musée situé au second étage du bâtiment, l'Atelier d'histoire présente de manière permanente au public des documents archéologiques, historiques, des maquettes, des montages audio-visuels concernant l'histoire et l'évolution du paysage urbain de la ville de Tours. Un abondant mobilier archéologique évoque ainsi la vie quotidienne dans la cité tourangelle (entrée gratuite)[92]. Il produit également des expositions thématiques itinérantes (Les remparts de Tours, Tours à propos de l'archéologie urbaine, etc.)[93]. Enfin, son service pédagogique propose des parcours thématiques découvertes dans la ville aux élèves et des supports à leurs enseignants[94] (ouverture mercredi et samedi après-midi)[92].

Deux bibliothèques spécialisées[modifier | modifier le code]

  • La bibliothèque d'archéologie urbaine de Tours

Depuis 1984 au Logis des Gouverneurs, le « Centre national d'archéologie urbaine de Tours »[95], fermé en 2010, dont il subsiste encore la bibliothèque comprenant environ 11 300 ouvrages, notamment des monographies de ville, périodiques nationaux et régionaux, voire locaux, et des ouvrages généraux intéressant un domaine particulier de l'archéologie, une région, un département ou traitant des villes en général (ouverture lundi-mercredi, 9-13 h et jeudi, 9h-17h)[96].

Château de Tours et Cathédrale Saint-Gatien, de nuit
  • La bibliothèque d'étude de la SAT

Depuis 2012, la « Société archéologique de Touraine » (SAT) entretient au rez-de-chaussée du Logis, une bibliothèque d’étude où sont accessibles la collection complète de ses publications depuis 1842, et 10 000 ouvrages spécialisés couvrant la préhistoire à l'histoire archéologique moderne tourangelle. On y trouve aussi un important fond photographique, cartes et monnaies, etc. (ouverture mercredi-samedi, 10-12 h, fermeture juillet-août) [97].

Le château bénéficie la nuit d'un éclairage mettant le site en valeur dans la perspective de la Cathédrale, elle aussi remarquablement illuminée. Cette mise en valeur urbaine, ainsi que l'accent mis sur la vocation culturelle et patrimoniale du château, font un peu oublier qu'il reste peu de chose du château qui témoignait jadis que Tours était l'une des principales places fortes du royaume de France. Néanmoins, cela participe au fait que la ville de Tours est labellisée « Ville d’Art et d’Histoire » depuis 1988[98].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Il s'agit de l'édifice, connu aujourd'hui comme la tour feu-Hugon qui en fut le vestige jusqu'au milieu du XVIIIe siècle (aujourd'hui disparu), proche de la chapelle Saint-Libert, situé à l'opposé du château, dans l'angle Nord-Est du Castrum (niveau de l'actuelle rue du Port Feu Hugon), supposément construit par Hugues l'Abbé avant 886, ce qui reste incertain (cf. infra). L'analyse définitive des fouilles de 1974-78 ne tranche plus cette question mais permet de suggérer, avec prudence, que l'ensemble de la zone Nord du castrum fut occupé par le titulaire d'une charge et son entourage; le site du château étant fréquenté, au moins, par le détenteur d'une autorité et jugé suffisamment intéressant pour que l'on y établisse un pont, une décennie au moins avant la construction du présent château : Rapport final des fouilles de 74-78 : Henri Galinié, Philippe Husi, James Motteau et al., Des thermes de Caesarodunum au château de Tours : le site 3, collection “ Recherches sur Tours ”, Tours, FERACF (à paraître)
  2. L'hypothèse rapide émise lors des fouilles qu'il puisse aussi s'agir de son successeur Geoffroy le Barbu (Henri Galinié, Rapport 1978, p. 660) est désormais écartée par l'auteur, conforté par l'avis de l'éminent médiéviste Olivier Guillot. Cf. Henri Galinié et al., Rapport final (à paraître)
  3. Cette frise, de 2m76 sur 0,88m, comporte principalement un vase central d'où sortent deux volutes foliées. Elle a fait couler beaucoup d'encre, étant considéré initialement comme la trace du tombeau de Turnus. Démontée en 1812, lors de l'arasement de la muraille gallo-romaine, elle est aujourd'hui au dépôt de la préfecture, quartier Fontaine à Tours - Cf. Vassy Malatra, mémoire 2010, pp. 15 et 196 Fig. 34-37
  4. Le site Internet de l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) précité, indique 8x30 m au rez-de-chaussée et 10x30 m à l'étage : [1]. Vassy Malatra corrige : 8x28 et 10x30 en expliquant que la différence à l'étage a été gagnée dans la surélévation ou le bûchage du rempart antique (mémoire 2010, p. 56)
  5. On a longtemps cru que la construction du château lui était imputable, sans distinguer les étapes de ses transformations, ce que les fouilles de 1974-78 ont permis d'éclairer. Cf. plaquette de 2001
  6. Vassy Malatra, note que c'est François de Belleforest qui affirmerait au XVIe siècle, dans sa Cosmographie Universelle, que le château aurait entièrement été reconstruit par le fils de Saint Louis. Mais Belleforest est qualifié de fécond, mais peu exact, par le Dictionnaire Bouillet (XIX°s) et les travaux récents de Vassy Malatra permettent d'avancer la datation (BSAT, 2011, pp. 137-139)
  7. Vassy Malatra avance cette hypothèse en expliquant pourquoi la construction doit se situer plutôt entre 1228-1229 et 1240, à l'époque du jeune Louis IX et de sa mère Blanche de Castille, régente. Malatra ajoute que le roi finançait la construction du château, comme il le faisait pour la cathédrale, mais on ne sait pas avec certitude quelle était son implication (BSAT, 2011, pp. 137-139)
  8. Vassy Malatra (BSAT, 2011, p. 125) fonde notamment son étude sur un état général des doléances contre les officiers, dressé pour le compte de Saint-Louis au XIIIe siècle, - les Querimoniae Turunorum Pictavorum et Santonum - d'où ressortent des éléments permettant de dater certains travaux et sur un procès-verbal concernant l'état du château, dressé en 1671 pour le compte de Louis XIV, comportant un plan établi par Daniel Masses en 1671
  9. Comme le montrent Frédéric Thomas et Françoise Gauthier, plaquette 2001 (bibliographie), avec une gravure d'Étienne Brion du XVIIIe siècle enjolivée, l'iconographie n'est pas toujours très fiable. La gravure de Chastillon ci-contre souffre elle-même de situer de façon erronée la chapelle jouxtant la tour Ouest, emplacement plus probable de l'aula, selon le plan de 1671 étudié par Vassy Malatra (BSAT, 2011, p. 129)
  10. Si on se fie à Belleforest (Cosmographie Universelle) ce sont deux ducs de Touraine, Louis duc d'Anjou (qui récupère la province en 1370) et Louis duc d'Orléans (1386-1407) qui auraient grandement contribué à l'embellissement du château (Rapporté par Malatra, BSAT, 2011, pp. 137-138) mais les travaux semblent plus tardifs et Vassy Malatra maintient leur datation au XV° siècle (mémoire 2010, pp. 82-85)
  11. Par l'ajout de bastides et de ponts-levis : Jean-Luc Porhel (sous dir.) Tours antique & médiéval. Quarante ans de recherches archéologiques, Guide l'exposition, octobre 2006-mars 2007, Service du patrimoine de la ville de Tours, p. 18
  12. C'est le roi Jean le Bon qui par lettre patente de 1354 unit la cité et Châteauneuf, ainsi que Saint-Julien situé entre les deux, dans une même enceinte fortifiée. Louis XI en fait une seule commune à partir de 1462
  13. Des plaques en conservent la mémoire, y compris le fait qu'elle ait été hébergée dans une maison bourgeoise de Tours, appartenant à un conseiller de la duchesse d'Anjou et de Touraine, située dans un autre quartier, mais il est probable qu'elle ait logé son entourage au château. Au retour, Charles VII la rejoint à Tours. Voir aussi : 1429, Jeanne d'Arc fait halte à Tours sur unregardsurtours.blogspot.fr (consulté le 13 mai 2013)
  14. Sensiblement à son emplacement, à peine 10 m plus à l'Ouest, se trouve aujourd'hui la passerelle piétonnière « Saint-Symphorien » (ou « pont de fil ») datant de 1847 [2]
  15. Vassy Malatra note ainsi le passage du régiment provincial d'infanterie dès 1729 et la présence au château de la compagnie des gardes créée par le duc de Choiseul en 1761, celle du régiment d'Anjou en 1789 (BSAT, 2011, p. 142) - Par contre, après la révolution, la cavalerie, puis l'infanterie y tiendront garnison (infra)
  16. A contrario, on trouve deux autres séries de dates : d'une part, 1785-1790 sur Notice Mérimée : Château, Caserne (Caserne de Cavalerie) dite Caserne Meunier; d'autre part, 1798-1813, par exemple chez Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 37. Sans en tirer de conclusions certaines, Henri Galinié indique avoir consigné dans l'enregistrement des fouilles la date 1798 gravée sur un des degrés des fondations de l'angle sud-ouest du pavillon. Par ailleurs, le tableau de Demachy (en illustration) achevé en 1787 (date de conception inconnue) ne rend pas compte de la présence du pavillon de Mars. Enfin, voir les deux notices Mérimée suivantes : Détail d'un plan vers 1785 où apparaît le pavillon de Mars au sein du château de Tours - Plan du pavillon de Mars daté, sans autre précision, de l'époque révolutionnaire
  17. La plaquette de Frédéric Thomas et Françoise Gauthier (2001) montre une photographie de 1910 qui en témoigne. Illustration sur Wikimedia Commons
  18. À noter que le nom de la caserne fut souvent orthographié en « Meunier », au lieu de « Meusnier », le nom du général étant par ailleurs effectivement diversement orthographié, sans compter que l'on trouve après guerre un maire de Tours, ayant durablement marqué la vie locale, se dénommant « Meunier » avec lequel une certaine confusion a pu s'établir
  19. Entre les deux guerres, la caserne abritera ainsi l'Etat-major de la 3e région aérienne, comme en témoigne ce site spécialisé : Aéroplane de Touraine. L'histoire de l'aviation en Indre-et-Loire des origines à nos jours
  20. Par exemple pour y incarcérer des juifs : État descriptif des documents de la deuxième guerre mondiale numérisés pour le mémorial de la Shoah, p. 3 [PDF]
  21. Sur cette question complexe : Bernard Chevalier, David Bohbot, Henri Galinié et al., Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, 415 p., cartes, plans [BSAT : C 181] - Henri Galinié et al., Rapport final (à paraître) - Subsidiairement : André Salmon, L'amphithéâtrre de Tours d'après les chartes, bibliothèque de l'école des chartes, 1857, vol. 18, n° 18, pp. 216-227 - SAT : Historique de la Chapelle Saint-Libert
  22. Un sixième niveau, au-dessous du sol actuel, serait comblé, selon de Clairambault, rapporté par Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 45
  23. Au XVe siècle pour son embellissement, XVIIe siècle (1628, 1630, 1647) pour diverses réparations, XVIIIe siècle pour sa toiture conique, XIXe siècle et début du XXe siècle (1928 et 1929) pour diverses consolidations, puis en 1940 pour réparer les conséquences sur sa toiture de l'explosion des mines ayant fait sauter le pont de Saint-Symphorien - Cf. Vassy Malatra, mémoire 2010, pp. 36 et 38
  24. Cheminée du niveau 4 et celle du niveau 5 sur la base Mistral-Mémoire
Références
  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. a, b, c, d, e et f « Notice no PA00098260 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Frédéric Thomas et Françoise Gauthier, avec la collaboration de Henri Galinié et Philippe Husi, Les découvertes archéologiques du château de Tours, plaquette, Ville de Tours/ ARCHEA, 2001, 11 p. - pas d'ISBN
  4. a, b, c, d, e et f Site internet de l'INRAP, onglet « Les site archéologiques » et cliquer sur la carte : De Caesarodunum à Tours. Archéologie de la ville de Tours. Château de Tours sur inrap.fr (consulté le 9 avril 2013)
  5. Henri Galinié, Rapport, 1978, p. 642; Henri Galinié et al., Rapport final (à paraître); Vassy Malatra, Le château de Tours : nouvelles approches, in Bulletin de la Société archéologique de Touraine (BSAT), tome LVII, 2011, p. 125
  6. a et b Vassy Malatra, BSAT, 2011, p. 126
  7. Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. 40 ans d’archéologie urbaine, Supplément à la RACF n° 30, n° spécial, Tours, FERACF, 2007 (Cf. paragraphe 45)
  8. Henri Galinié, Rapport 1978, p. 660 et 662
  9. Par exemple : Henri Galinié, La résidence des comtes d'Anjou à Tours, Archéologie médiévale, VII, 1977, p. 104
  10. a, b, c, d, e, f, g et h Vassy Malatra, BSAT, 2011, pp. 125-144
  11. Château de Tours sur chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le 9 avril 2013)
  12. Olivier Guillot, Le comté d'Anjou et son entourage au XI° siècle, Paris, A. et J. Picard, 1972, p. 283, n°6
  13. Vassy Malatra, BSAT, 2011, p. 139
  14. Vassy Malatra situe cette campagne de construction entre 1439 et 1470 (mémoire 2010, p. 85)
  15. Vassy Malatra, BSAT 2011, p. 126 citant de Clérambault
  16. Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 83
  17. a, b, c et d Notice Mérimée : Château, Caserne (Caserne de Cavalerie) dite Caserne Meunier sur www.culture.gouv.fr (consulté le 10 avril 2013)
  18. Tours : le quartier de la cité - Le château de Tours sur www.francebalade.com (consulté le 11 avril 2013)
  19. Site internet de l'INRAP, onglet « Thèmes » : De Caesarodunum à Tours. Archéologie de la ville de Tours - Fleuve / trait de rive… sur www.inrap.fr (consulté le 11 avril 2013)
  20. Henri Galinié, rapport, 1978, p. 659
  21. Plan de la ville de Tours réuni au XIV° siècle sur Wikimedia Commons
  22. a, b et c Vassy Malatra, BSAT, 2011, p. 140
  23. a et b Vassy malatra, BSAT, 2011, p. 142
  24. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, T. V, Imprimerie de Baudouin, 1805, p. 247
  25. Cf. « Notice no PA00098260 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Piganiol de la Force, Nouvelle description de la France dans laquelle on voit le gouvernement général de ce royaume, celui de chaque province en particulier, Lorentin Deaulne, T. VI, 1718, n°104, 111 et 114
  27. Louis de Grandmaison, La maison de Jeanne d'Arc à Tours, Bibliothèque de l'école des chartes, 1929, Vol. 90, n° 90, pp. 108-128
  28. Marius Sepet, Jeanne d'Arc, Tours, Mame, 1892, p. 120
  29. V. également : Chanoine H. Boissonnot, Jeanne d'Arc à Tours, Tours, Tridon, s. d., 83 p. D 159
  30. Par exemple, Pierre Leveel, Louis XI et Jeanne d'Arc, Revue de la Société des Lettres et Arts du Saumurois, mars 2003 Lire en ligne
  31. a et b Les fouilles du site du Château de Tours sur unregardsurtours.blogspot.fr (consulté le 9 avril 2013)
  32. Jean-Louis Chaumel, Histoire de la Touraine depuis la conquête des Gaulois par les Romains jusqu'à l'année 1790, suivie du dictionnaire biographique de tous les hommes politiques célèbres dans cette province, tome II et III, Tours 1928. Réédition Marseille 1981
  33. Paul Vitry, Tours et les châteaux de Touraine, H. Laurens éditeur, 1907, p. 73
  34. Just Girard, Le Passeur De Marmoutier Ou L'évasion Du Duc De Guise Épisode Du Temps De La Ligue, Tours, Alfred Mame, 1874
  35. a, b et c La Tour de Guise du château de Tours sur unregardsurtours.blogspot.fr (consulté le 9 avril 2013)
  36. Jean-Louis Chalmel, Histoire de la Touraine, depuis la conquête des Gaules par les romains, jusqu'à l'année 1790, tome III, Tours, A. Aigre, 1841, pp. 385-386 (Lire en ligne)
  37. Histoire de Tours sur litteratur.fr (consulté le 9 avril 2013)
  38. Vassy Malatra, mémoire, 2010, p. 36
  39. Pierre Pinon, Dépôts de mendicité, in Alain Montandon (sous dir.), Lieux d'hospitalité, Presse universitaire Blaise Pascal Clermont-Ferrand, 2001, p. 366 - ISBN 2-84516-171-9
  40. F. Dumas, La généralité de Tours au XVIIIe siècle : administration de l'intendant Du Cluzel, 1766-1783, Tours, Imprimerie Deslis Freres, 1844, p.327
  41. a et b Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 37
  42. Le projet de prison (1770) sur la base Mistral-Mémoire
  43. Le pont de pierre de Tours sur www.premiumorange.com/francois.rabelais (consulté le 11 mai 2013)
  44. Histoire de Tours sur winmandrake.toile-libre.org (consulté le 11 mai 2013)
  45. a et b Témoigne de cet état délabré, A.-J. Kilian, Dictionnaire géographique universel, tome 10, A. J. Kilian et C. Piquet, mars 1833, p. 119
  46. La date de 1781 ressort du document de cession définitve des terrain de la caserne Meusnier à la ville de Tours au 21 août 1967 détenu par la direction des Archives et du Patrimoine de la ville. En corrélation, il semble que le régiment d'Anjou occupait le pavillon dès 1789
  47. Denis Jeanson, Sites et Monuments du Grands Tours, Astragale, 1973, p. 82
  48. a et b Base Mérimée
  49. Également Base Mistral - Mémoire (liens externes)
  50. Plans du casernement envisagé sur le site du château de Tours par l'ingénieur Cormier (1813) sur www.culture.gouv.fr (consulté le 18 avril 2013)
  51. Petite histoire de la Touraine sur danrj.chez-alice.fr (consulté le 17 mai 2013)
  52. Vassy Malatra, mémoire, 2010, pp. 37-38
  53. Une vieille carte postale témoigne de cette ancienne dénomination : Tours caserne Meusnier anciennement de Guise. Également : Paul Vitry, Tours. Les Châteaux de Touraine, H. Laurens éditeur, 1907, table topographique, p 174
  54. a et b Quand le clairon rythmait la vie tourangelle sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 10 avril 2013)
  55. a, b et c Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 38
  56. a et b De l'hôtel de ville à Wagner sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 10 mai 2013)
  57. Henri Galinié, rapport, 1978
  58. Rapport final des fouilles de 74-78 : Henri Galinié, Philippe Husi, James Motteau et al., Des thermes de Caesarodunum au château de Tours : le site 3, collection “ Recherches sur Tours ”, Tours, FERACF (à paraître début 2014)
  59. Henri Galinié, Rapport, 1978, p. 658
  60. Galinié H. (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. 40 ans d’archéologie urbaine, n° spécial, Tours, FERACF, 2007 (CF. paragraphe 21)
  61. Ed. G. de Clérambault, op. cit., 1907-1908, p. 236-259
  62. Château de Tours sur evene.fr (consulté le 9 avril 2013)
  63. Exposition Itinéraires au Château de Tours sur matfanus.blogspot.fr (consulté le 9 avril 2013)
  64. Cliquer sur "Police municipale" correspond au siège : Localiser les postes de police sur www.tours.fr (consulté le 10 avril 2013)
  65. Vassy Malatra, BSAT, 2011, p. 128, Fig. 5
  66. Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 234 Fig. 6
  67. a, b, c et d Selon Vassy Malatra, BSAT, 2011, pp. 130-137
  68. Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 46
  69. Vassy Malatra, BSAT, 2011, p. 128
  70. Vassy Malatra, mémoire 2010, pp. 50-51 et Fig 46 et 72
  71. a et b Selon Vassy Malatra, BSAT, 2011, pp. 127-128
  72. Illustrations sur une page de la base Mistral-Mémoire
  73. Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 54 Fig. 95
  74. Illustration du grand escalier sur la base Mistral-Mémoire
  75. Les dimensions sont estimées à partir des indications données par Vassy Malatra, mémoire 2010, p. 193 Fig. 31
  76. Henri Galinié, rapport 1978, page 641, Fig. 2
  77. Illustration sur la base Mistral-Mémoire
  78. Les sites de divertissement familial du groupe Grévin & Cie sur www.compagniedesalpes.com (consulté le 24 avril 2013)
  79. Stéphane Fradet, Quel Tours voulons-nous ?, Publibook, 2008, p. 83. L'auteur suggère de réunir autour du château de Tours et du Logis des gouverneurs, la bibliothèque municipale, les archives municipales, un musée du livre et un musée abritant les collections archéologiques de la ville
  80. a, b et c Musées - ExpositionsChâteau sur (consulté le 17 avril 2013)
  81. Mirò crée l'événement sur www.touraine-eco.com (consulté le 28 avril 2013)
  82. Daniel Buren sur www.ccc-art.com (consulté le 28 avril 2013)
  83. Autour de l'exposition "Calder en Touraine" sur ia37.tice.ac-orleans-tours.fr (consulté le 28 avril 2013)
  84. Avec les salles de cinéma Le studio : Les Studio tissent leurs toiles jusqu'au château - Avec la cinémathèque de Tours, une exposition d'affiches [vidéo] : Le cinéma à l'honneur du Château de Tours
  85. Le Jeu de Paume au Château de Tours sur jeudepaume.org (consulté le 9 avril 2013)
  86. Les expositions photo au Château de Tours désormais gratuites sur www.pixfan.com (consulté le 1 juillet 2013)
  87. Nadar, la norme et le caprice. Au Château de Tours sur www.jeudepaume.org (consulté le 19 avril 2013)
  88. Pierre Bourdieu. Images d’Algérie. Une affinité élective sur www.jeudepaume.org (consulté le 21 avril 2013)
  89. Émile Zola photographe / André Kertész. L’intime plaisir de lire sur www.jeudepaume.org (consulté le 21 avril 2013)
  90. Lartigue, l'émerveillé (1894-1986) sur http://www.jeudepaume.org (consulté le 3 mai 2013)
  91. Convention Tours, Ville d'Art et d'Histoire, renouvellement, janvier 2009, p. 14
  92. a et b Logis des Gouverneurs à Tours sur www.monument-tracker.com (consulté le 17 avril 2013)
  93. Site de l'Atelier d'histoire de Tours (consulté le 24 avril 2013)
  94. Atelier d'histoire de Tours sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 23 avril 2013)
  95. Logis des Gouverneurs (Tours) sur http://wikimapia.org (consulté le 17 avril 2013)
  96. Sue Wikimédia Commons : document du Ministère de la Culture sur la bibliothèque d'archéologie urbaine de Tours
  97. Site officiel de la société : La nouvelle bibliothèque (consulté le 25 avril 2013)
  98. Tours. Ville d'Art et d'Histoire sur www.tours.fr (consulté le 18 avril 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Chevalier, David Bohbot, Henri Galinié et al., Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, 415 p., cartes, plans [BSAT : C 181]
  • Édouard Gatian de Clérambault, La tour Hugon et le château de Tours in Bulletin de la Société archéologique de Touraine (BSAT), tome XVI, L. Péricat, 1907-1908, p. 236-259 ;
  • Henri Galinié, La résidence des comtes d'Anjou à Tours, Archéologie médiévale, VII, 1977 ;
  • Henri Galinié, Fouilles archéologique sur le site du Château de Tours, 1974-1978 : rapport préliminaire 1re partie - Tours, Bulletin de la Société archéologique de Touraine (BSAT) - Tiré-à-part du BSAT, 1978, 20 p. : ill. ; 25 cm - ou BSAT, XXXVIII, 1978, p. 639-662 ;
  • Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. 40 ans d’archéologie urbaine, Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France (RACF) no 30, n° spécial de la collection “ Recherches sur Tours ”, Tours, FERACF, 2007, 440 p ;
  • Pierre Leveel, Un méconnu, le château de Tours, in Tours-France, juillet-août 1954, no 6 ;
  • Vassy Malatra, Le château royal de Tours, son histoire, son intérêt (sous dir. Alain Salamagne), Mémoire Master 2, Arts, Lettres et civilisations, Tours, Université François Rabelais, 2010, 2 vol. (102 et 103p.) : ill. n et bl et coul., 30 cm (Lire en ligne);
  • Vassy Malatra, Le château de Tours : nouvelles approches in Bulletin de la Société archéologique de Touraine (BSAT), tome LVII, 2011, p. 125-144 ;
  • Daniel Schweitz, Châteaux et forteresses du Moyen Âge en Val de Loire : Touraine, Anjou, Berry, Orléannais, Vendomois, Marche bretonne, Tours, CLD, 2006, 192 p. ISBN 978-2854434903 ;
  • Frédéric Thomas et Françoise Gauthier, avec la collaboration de Henri Galinié et Philippe Husi, Les découvertes archéologiques du château de Tours, plaquette, Ville de Tours/ Archea, 2001, 11 p. (pas d'ISBN).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Base Mérimée (Mistral - Mémoire) :

Sur les autres projets Wikimedia :