C dans l'air

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir C'est dans l'air.
C dans l'air
Logotype de C dans l'air
Logotype de C dans l'air

Genre Émission de débat et d'actualité
Périodicité Quotidienne
Présentation Yves Calvi
Caroline Roux
Axel de Tarlé
Thierry Guerrier
Ancienne présentation Laurent Bazin (2011-2013)
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Production
Durée 65 minutes
Production Maximal Productions
Diffusion
Diffusion France 5
Ancienne diffusion La Cinquième
Date de première diffusion 17 septembre 2001
Public conseillé Tout public
Site web www.france5.fr/emissions/c-dans-l-air

C dans l'air est une émission télévisée française de débat consacrée à l'actualité.

Ce programme est diffusé du lundi au vendredi, à 17 h 45 et en direct sur France 5 (anciennement La Cinquième jusqu'en 2002) depuis le 17 septembre 2001.

Produit par Jérôme Bellay, il est présenté par Yves Calvi, remplacé parfois par Caroline Roux, Laurent Bazin (joker de 2011 à 2013), Axel de Tarlé (joker depuis 2008) ou Thierry Guerrier (joker depuis 2006).

Principe de l'émission[modifier | modifier le code]

C dans l'air traite chaque soir de semaine et pendant 65 minutes un thème précis de l'actualité politique, sociale, économique ou culturelle.

Ce débat entend permettre à quatre invités (six à l'origine[réf. nécessaire]), spécialistes du sujet, d'échanger leurs analyses et opinions.

L'émission, réalisée en direct, est ponctuée de trois reportages courts illustrant le thème du jour.

À la suite d'Yves Calvi, les téléspectateurs sont également invités à poser leurs questions ou à faire régir les invités par SMS ou Internet. Les quinze dernières minutes du programme sont consacrées à une sélection de ces messages reçus.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Diffusion[modifier | modifier le code]

L'émission est diffusée en direct du lundi au vendredi à 17 h 45 sur France 5, puis rediffusée vers 22 h 30, enfin le lendemain matin à h 30. Elle est accessible en télévision de rattrapage pendant une semaine sur le site Web de France 5 et sur le service Pluzz de France Télévisions. C'est d'ailleurs l'une des rares émissions qui y sont accessibles également depuis l'étranger.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 25 septembre 2006, C dans l'air fête son 1 000e numéro[1]. Le 12 avril 2010, l'émission diffuse son 2000e numéro, consacré à l'accident de l'avion présidentiel polonais à Smolensk et la Pologne[2].

L'émission a atteinte sa 3000e émission le lundi 10 février 2014.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'émission C dans l'air est présentée habituellement par Yves Calvi.

En juillet 2006, Thierry Guerrier (alors directeur adjoint de France Info) remplace Yves Calvi à la présentation de C dans l'air. À la rentrée de septembre 2006, Thierry Guerrier quitte France Info pour devenir officiellement le remplaçant de Yves Calvi lorsque ce dernier présente Mots croisés sur France 2 (les lundis tous les quinze jours) ou lors de ses vacances. Nommé à la tête du service politique d'Europe 1 en janvier 2011, Thierry Guerrier quitte France Télévisions et l'animation de l'émission[3]. Il revient finalement en juillet 2013[4].

Depuis 2008, Axel de Tarlé remplace régulièrement Thierry Guerrier quand celui-ci s'absente pour des raisons de santé[5],[6].

En juillet 2011, Laurent Bazin, journaliste à RTL, remplace Yves Calvi, tandis qu'Axel de Tarlé assure la présentation durant le mois d'août[7]. À partir de septembre 2011 et jusqu'en 2013, Laurent Bazin anime l'émission tous les lundis[8], quand Yves Calvi présente Mots croisés sur France 2.

À partir de septembre 2013, c'est Caroline Roux qui anime l'émission tous les lundis.

Records d'audience[modifier | modifier le code]

C dans l'air réalise son record d'audience le 3 mai 2007, avec une émission consacrée au débat de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle française de 2007 : ce numéro réunit 1,7 million de téléspectateurs soit 16,8 % de part de marché[9]. Ce record est battu le 15 novembre 2010 lors d'une émission sur le changement de gouvernement, qui rassemble 1,9 million de téléspectateurs (13,4 % en part de marché)[10]. Le 2 novembre 2011, l'émission, consacrée à la crise grecque, attire plus de 2,1 millions de téléspectateurs soit 14,3 % de parts d'audience, parvenant à devancer TF1 et M6 notamment[11]. Le 13 janvier 2014, l'émission établit un nouveau record d'audience avec 2,11 millions de téléspectateurs et 14,5 % de parts d'audience[12].

Entre le 18 et le 22 octobre 2010, le magazine enregistre son record d'audience hebdomadaire, dépassant les 1,4 million de téléspectateurs en moyenne, soit 11,8 % de part de marché, la semaine étant principalement consacrée aux manifestations contre la réforme des retraites et au climat social qui en découle[13].

Thèmes traités dans l'émission[modifier | modifier le code]

L'émission parle de tous les thèmes qui occupent une place importante dans l'actualité française et internationale avec une grande réactivité. Les sujets sont très variés :

  • politique française ;
  • actualités internationales : guerre, politique, catastrophes humanitaires…
  • économie : chômage, croissance, immobilier, prix du pétrole…
  • société : mariage, adoption, religion, vacances, nouvelles technologies…
  • sécurité, justice ;
  • sport ;
  • sciences.

Invités[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L'émission s'appuie souvent sur la présence d'invités récurrents sur des thèmes donnés. Ainsi, en 2010, seulement 31 % des invités ne sont intervenus qu'une seule fois et les 10 personnalités les plus invitées représentaient 19,5 % des invitations. Voici la liste de quelques-uns d'entre eux, par thèmes :

Sur la politique française
Sur le Moyen-Orient
Sur l'Afrique
Sur les guerres et les conflits
Sur les États-Unis
Sur la Russie
Sur l'économie
Sur le Royaume-Uni
Sur l'aéronautique
Sur la religion
Sur les sciences

Récompenses[modifier | modifier le code]

L'émission a obtenu en 2006 un « Laurier débat »[14] remis par le Club Audiovisuel de Paris. Les Lauriers de la radio et de la télévision qui récompensent chaque année les émissions qui contribuent à l'enrichissement culturel de chacun.

Controverses[modifier | modifier le code]

Attaque en justice[modifier | modifier le code]

Suite à l'émission du 11 février 2005 intitulée « Délinquance, la route des Roms », C dans l'Air a été accusé par des associations de Roms, le MRAP, la LICRA et la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen d'un « amalgame entre les Roms et la délinquance »[15]. Ces associations estimaient que des invités avaient proféré des « Porajmos » (propos hostiles aux tsiganes) et regrettaient la démonstration faite par Yves Calvi d'une organisation méthodique de la mendicité des Roms.

En juillet 2005, le CSA a mis en garde la chaîne « France 5 », coupable d'avoir renforcé les préjugés racistes envers les Tsiganes[16].

En mai 2009, estimant que certains passages de l'émission étaient « susceptibles de renforcer les préjugés racistes », le tribunal correctionnel de Paris a condamné Marc Tessier, alors président de France Télévisions, pour provocation à la haine envers les Roms, au titre de responsable de la diffusion de cette émission[15]. Yves-Marie Laulan, un invité présent en plateau, a lui aussi été condamné pour propos discriminatoires. En revanche, Yves Calvi et le criminologue Xavier Raufer, invité de l'émission, ont été relaxés, le tribunal considérant qu'ils n'avaient pas « incité le public à la discrimination envers les Roms ». En juin 2011, la Cour de cassation a annulé cette condamnation en vertu de la liberté d'expression et en estimant que le délit de provocation à la haine raciale n'était pas constitué[17].

Critique[modifier | modifier le code]

En mai 2011, dans son blog sur le site du mensuel Le Monde diplomatique[18], l'universitaire Alain Garrigou illustre des possibles confusions d'intérêts, d'une part entre l'animateur et ses invités (Yves Calvi relève que « tout le monde est d'accord autour de cette table », note-t-il), d'autre part dans le choix des invités. Il évoque notamment le cas de Dominique Reynié et de Pascal Perrineau, tous deux invités en tant que politologues mais qui appartiennent à Fondation pour l'innovation politique, un think tank affilié à l'UMP. L'auteur ajoute « le pluralisme (...) c’est la diversité qui ne suscite pas, ou le moins possible, d’objection des principaux partis et dirigeants politiques ».

Cette émission a été critiquée à plusieurs reprises par l'association de critique des médias Acrimed[19] qui lui reproche entre autre de « rouler à l’essence néolibérale et d'éviter autant que possible tout autre carburant »[20].

En 2012, le documentaire Les Nouveaux Chiens de garde épingle notamment plusieurs personnalités qui interviennent régulièrement dans C dans l'air[21].

Production[modifier | modifier le code]

Le fait que la production Maximal Productions dépende finalement du Groupe Lagardère donne lieu à des controverses autour de la liberté d'expression de l'émission.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thibaut Le Breton, « C dans l’air : 1 000 numéros et un vrai succès pour F5 » sur toutelatele.com, 25 septembre 2006
  2. « C dans l'air : Yves Calvi fête la 2000e de l'émission aujourd'hui sur France 5 », sur premiere.fr,‎ 12 avril 2010
  3. « Thierry Guerrier à la tête du service politique d’Europe 1 », sur teleobs.nouvelobs.com,‎ 2 novembre 2010
  4. « Les magazines de l'été », sur france5.fr
  5. « Axel de Tarlé assure C dans l'air pour 15 jours », sur TV Magazine,‎ 17 juin 2008
  6. « C à dire : Thierry Guerrier de retour en janvier 2011 sur France 5 », sur Première.fr,‎ 1er décembre 2010
  7. Julien Bellver, « C dans l'air : Laurent Bazin et Axel de Tarlé remplacent Yves Calvi cet été », sur PureMédias,‎ 13 juin 2011
  8. France 5, « Présentation de l'émission », sur france5.fr (consulté le 10 novembre 2011)
  9. « Record d'audience pour "C'est dans l'air" », sur JeanMarcMorandini.com,‎ 4 mai 2007.
  10. « Audiences TV : France 5 réalise sa meilleure journée de 2010 », sur premiere.fr,‎ 16 novembre 2010
  11. Julien Lalande, « Audiences : C dans l'air devant TF1 et M6 », sur PureMédias,‎ 3 novembre 2011
  12. http://www.toutelatele.com/affaire-hollande-gayet-c-dans-l-air-signe-un-record-d-audience-55988
  13. « Audience TV : C dans l'air réalise une semaine record », sur premiere.fr,‎ 25 octobre 2010
  14. Liste des lauriers 2006
  15. a et b « "C dans l'air" condamnée pour provocation à la haine envers les Roms », Le Monde, 7 mai 2009
  16. « Émission C dans l'air : France 5 mise en garde (Assemblée plénière du 11 juillet 2005) » sur le site officiel Conseil supérieur de l'audiovisuel, 1er septembre 2005
  17. « France Télévisions blanchi d'accusations de discriminations envers les Roms », sur lemonde.fr,‎ 15 juin 2011
  18. « "C dans l'air", un exemple de propagande », sur blog.mondediplo.net,‎ 20 mai 2011
  19. Articles où il est question d'Yves Calvi. Site web d'Acrimed
  20. « C dans l’air », bavardage entre amis sur le service public. Site web d'Acrimed
  21. Eric Mettout « Pourquoi les journalistes doivent voir Les Nouveaux Chiens de garde » Nouvelle Formule, blog hébergé par L'Express.fr, 20 janvier 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]