Débat télévisé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un débat télévisé (ou « émission-débat » ou « télé-entrevue ») ou un talk-show en anglais est une émission télévisée ou radiodiffusée qui rassemble un groupe de personnes pour discuter de différents sujets proposés par un animateur.

Parfois, il s'agit d'un groupe d'experts, c'est-à-dire des personnes formées dans une discipline ou ayant une grande expérience en lien avec le sujet à l'ordre du jour. D'autres fois, un seul invité présente son travail.

Il arrive que des débats télévisés favorisent les échanges avec les auditeurs en leur permettant de communiquer directement avec le groupe sur place pendant l'émission.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1971, Marc Gilbert se voit confier par Pierre Sabbagh l'émission Italiques, à l'ORTF et introduit le «talk-show à l’américaine»[1], « une émission de télévision centrée sur les livres pour les lecteurs et réalisée avec leur aide ».

Bernard Pivot, animateur d'Ouvrez les guillemets puis Apostrophes en 1975, se qualifie de courriériste littéraire[2].

L'émission de télévision Droit de réponse animée par Michel Polac (1981-1987) est considérée comme « émission pionnière en matière de polémique-spectacle ou de clash, en langage moderne »[3] plus proche du style hardtalk des émissions britanniques.

Glissement vers de la « télé poubelle »[modifier | modifier le code]

Durant la fin du XXe siècle sont apparus à la télévision des débats de plus en plus spectaculaires. Une minorité d'entre eux pouvant être qualifiés de « télé poubelle ».

Exemple de caractéristiques qui font tendre un débat télévisé vers un débat de type télé poubelle, plateau parlotte ou plateau bla-bla :

  • les invités n'y sont plus des experts ni spécialistes de leur domaine.
  • la violence des propos (ex : une polémique désordonnée).
  • l'exposition intime volontaire des participants venus témoigner.
  • des personnes ordinaires venant raconter des difficultés rencontrées dans leur vie.
  • l'émission a pour sujet un tabou.

En France ce type d'émission a peu percé, en partie du fait de l'action du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

En anglais, voir l'article Tabloid talk show, ou en France l’émission Ça va se savoir (adapté de The Jerry Springer Show).

Profitabilité[modifier | modifier le code]

Citation extraite de Télérama au sujet d'émissions de débats-témoignages produites par l'entreprise Réservoir Prod : « Ce type d'émission ne coûte pas grand-chose, explique un spécialiste de la production audiovisuelle. Peu de reportages, des témoins non rémunérés. Il faut juste payer les décors, l'équipe et l'animateur. D'où des marges très confortables, estimées par plusieurs professionnels autour de 40 % »[4].

Débats présidentiels[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les années 1970 en France au prisme de la médiation littéraire au petit écran de Frédéric Delarue », sur Enthymema, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (consulté en 12 février 2013)
  2. « Bernard Pivot, ce courriériste », Télé Satellite (consulté le 12 janvier 2013)
  3. (fr) « Mort de Michel Polac, celui par qui le scandale arrive », L'Humanité,‎ 8 août 2012 (consulté en 12 février 2013)
  4. (fr) « Jean-Luc Delarue : les affaires, ça ne se discute pas », Télérama,‎ 11 octobre 2003 (consulté en 24 août 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]