André Brahic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brahic.

André Brahic

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

André Brahic en avril 2009

Naissance 30 novembre 1942 (72 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Profession
Autres activités
Directeur du laboratoire « Gamma-gravitation »

André Brahic est un astronome, physicien français et astrophysicien né le 30 novembre 1942 à Paris. Il est connu par le grand public pour avoir découvert les anneaux de Neptune ainsi que les arcs de cette même planète auxquels il a donné les noms de Liberté, Égalité et Fraternité[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

André Brahic est le fils d'une famille modeste, originaire du village du Petit-Brahic à Banne, en Ardèche : « Mes ancêtres étaient mineurs. Beaucoup sont morts jeunes de la silicose, mais mon père a vite quitté la mine pour travailler dans les chemins de fer »[2].

Après ses études secondaires au lycée Voltaire à Paris, il effectue une licence de mathématiques au cours de laquelle il choisit l'option astronomie dont les cours sont dispensés par Évry Schatzman. Sa thèse de 3e cycle à l'Université de Paris VII, sous la direction de Michel Hénon, porte sur le rôle des collisions de nuages dans la formation des galaxies. Son modèle numérique développé à cette occasion amène à une meilleure compréhension de la nature des anneaux de Saturne et lui ouvre un poste à l'université[3].

Il est astrophysicien au CEA, professeur à l'Université de Paris VII depuis 1978 et directeur du laboratoire Gamma-gravitation rattaché à l'UFR de Physique. Il a travaillé notamment avec Évry Schatzman et Michel Hénon, en particulier sur les supernovæ, la théorie du chaos, la dynamique des galaxies, les anneaux planétaires et la formation du système solaire dont il est l'un des plus grands experts mondiaux à l'heure actuelle.

Anneaux de Neptune photographiés par Voyager 2.

C'est aussi un spécialiste de l'exploration du système solaire par les sondes spatiales dont il a suivi toute l'histoire depuis de nombreuses années. Il s'est notamment intéressé aux anneaux des planètes géantes et élabora l'un des principaux modèles concernant les anneaux de Saturne. En 1984, il découvrit, en compagnie notamment de William Hubbard, les anneaux et les arcs de Neptune, cinq ans avant leur confirmation photographique par la sonde Voyager.

Les anneaux de Neptune se comptent au nombre de cinq dont les noms sont, du centre vers l'extérieur : Galle, Le Verrier, Lassell, Arago et Adams.

Le dernier anneau Adams se décompose en quatre arcs. Seuls trois arcs furent découvert au départ dont les noms trouvés par André Brahic font référence à la devise nationale française : « Liberté », « Égalité », « Fraternité ». Plus tard un quatrième arc fut découvert par une de ses collaboratrices et ancienne étudiante, Cécile Ferrari. Il a été baptisé « Courage », commençant par un C comme « Cécile »[4]. Ainsi un moyen mnémotechnique de se rappeler ces noms, pour des étrangers ne connaissant pas les devises françaises, est de retenir le mot « CLEF » désignant la clef de musique en anglais ou la clef de serrure en français.

Depuis 1991, André Brahic fait partie de l'équipe d'imagerie de la sonde Cassini. La sonde fut lancée le 15 octobre 1997 pour arriver aux alentours de Saturne le 1er juillet 2004. La mission, initialement prévue pour une durée de quatre ans, a été prolongée jusqu'en 2019, compte tenu de la complexité du monde de Saturne et de l'extraordinaire richesse des premières observations. Ainsi André Brahic doit-il être membre de la communauté Cassini jusqu'à 2021.

André Brahic a reçu le prix Carl-Sagan 2000 aux États-Unis ainsi que le prix Jean-Perrin 2006 de popularisation scientifique. Ce dernier, remis par la société française de physique, est destiné à récompenser un effort particulièrement réussi de popularisation de la science.

En 1990, l'astéroïde (3488) Brahic a été baptisé en son honneur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

André Brahic dans l'auditorium de l'établissement de Cannes de Thales Alenia Space, lors de la présentation des premiers résultats des missions Herschel et Planck, le 7 octobre 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Brahic, Pour l'amour du ciel, in Le Monde, 21 février 2008, page 17 (une page consacrée à André Brahic).
  2. Pierre Barthélémy, « André Brahic, pour l'amour du ciel », sur Le Monde,‎ 20 février 2008
  3. Élisabeth Lévy, « La tête dans les étoiles », sur Le Point,‎ 24 août 2008
  4. De son livre De Feu et de Glace, chapitre sur les anneaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]